Google+ Followers

Vidéos explicatives par François de Siebenthal sur youtube, dailymotion ou https://vimeo.com/136794

Loading...

Google+ Badge

mercredi 18 janvier 2017

Davos, la grande manipulation


"Nous avons institutionnalisé la fraude, la fraude dont on ne parle pas... l'abus de la création de monnaie par le système bancaire est au coeur du problème... Tant que nous n'aurons pas traité cette fraude au coeur de notre système, rien d'autre ne sera juste."


Davos, la grande manipulation qui oublie les Rothschild, les Rockfeller, les Warburg et tous les actionnaires privés de la FED, qui possédent des trillions, plus de la moitié des avoirs mondiaux...


Actionnaires privés historiques des fondateurs de la soi-disant banque centrale des USA, qui est en fait privée comme Federal express,,,
Rothschild Bank of London
Warburg Bank of Hamburg
Rothschild Bank of Berlin
Lehman Brothers of New York
Kuhn Loeb Bank of New York
Israel Moses Seif Banks of Italy
Goldman Sachs of New York
Warburg Bank of Amsterdam
Chase Manhattan Bank of New York
Lazard Brothers Bank of Paris

... et par les personnes "morales" suivantes
First National Bank of New York, James Stillman
National City Bank, New York, Mary W. Harnman
National Bank of Commerce, New York, A.D. Juillard
Hanover National Bank, New York, Jacob Schiff
Chase National Bank, New York, Thomas F. Ryan, Paul Warburg, William Rockefeller, Levi P. Morton, M.T. Pyne, George F. Baker, Percy Pyne, Mrs. G.F. St. George, J.W. Sterling, Katherine St. George, H.P. Davidson, J.P. Morgan (Equitable Life/Mutual Life), Edith Brevour, and T. Baker 


et leurs héritiers...

Ci-dessous se trouvent les 8 milliardaires avec leur richesse estimée, qui une fois combinée atteint 426.2 milliards de dollars.
Bill Gates – 75 $ b
Amancio Ortega – $ 67 b
Warren Buffett – 60,8 $ b
Carlos Slim Helu – 50 $ b
Jeff Bezos – 45,2 $ b
Mark Zuckerberg – 44,6 $ b
Larry Ellison – 43,6 $ b
Michael Bllomberg – 40 $ b
L’affirmation d’Oxfam est que les économies mondiales sont mal gérées en faveur des riches, ce qui est en grande partie vrai, mais le rapport n’a pas réussi à marquer cette grave question en ne reconnait pas le plus grand problème de l’économie mondiale, les monnaies fiduciaires privées à capital fixe.
Le modèle bancaire actuel est le produit de centaines d’années de développement, de structuration, de manipulation, de force et de ruse qui ont commencé avec Mayer Amschel Rothschild, qui a créé des maisons bancaires et financières en Allemagne au 18ème siècle.
La culture minutieuse de ses richesses avec l’aide de ses cinq fils a permis à Rothschild de profiter énormément de la Révolution française en fournissant des matériaux de financement et de guerre à l’Autriche, ce qui a permis à l’empire familial naissant d’évoluer en une organisation multinationale, un grand financier de l’industrie et de la guerre.
« À cette époque, Rothschild a envoyé ses cinq fils vivre dans les capitales de divers pays européens. Son but était d’avoir chacun de ses enfants pour établir une affaire bancaire à Francfort, Naples, Vienne, Paris et Londres, et tout au long de ces années, ils l’ont fait. Avec les enfants de Mayer Rothschild répartis dans toute l’Europe, les Rothschild sont devenus la première banque à transcender les frontières. Les prêts accordés aux gouvernements pour financer les opérations de guerre au cours des derniers siècles ont fourni de nombreuses occasions d’accumuler des obligations et de consolider des richesses supplémentaires dans diverses industries ». [Source]
En 2016, la famille Rothschild est une dynastie d’une richesse inimaginable qui parvient à la dissimuler en grande partie, sans jamais être publiquement reconnue comme la famille la plus riche et la plus influente au monde. En divisant leur capital et leurs avoirs parmi les nombreux membres de la famille, y compris de nombreux descendants et héritiers, il arrive que seulement un membre de la famille apparaisse sur la liste des individus les plus riches du monde, mais la famille représente la plus grande fortune depuis toujours.
« Traditionnellement, la fortune Rothschild est investie dans des sociétés étroitement détenues. La plupart des membres de la famille sont employés directement par ces sociétés ou investis dans des opérations génératrices de richesse familiale. Le succès remarquable de la famille a été largement dû à un fort intérêt pour la coopération, étant des entrepreneurs et ayant une pratique de principes d’affaires astucieux. « [Source]
Investopedia estime la richesse totale de la famille à plus de 2 billions de dollars en actifs et en avoirs, y compris certaines des plus anciennes sociétés vivantes du monde :
« …leurs avoirs couvrent un certain nombre d’industries diverses, y compris les services financiers, l’immobilier, les mines, l’énergie et même les œuvres de bienfaisance. Il y a quelques institutions financières appartenant à Rothschild encore en activité en Europe, y compris NM Rothschild & Sons Ltd au Royaume-Uni , et Edmond de Rothschild Group en Suisse. La famille possède également plus d’une douzaine de vignobles en Amérique du Nord, en Europe, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud et en Australie. »[Source]
À 2 billions de dollars plus, la richesse déclarée de la famille se rapproche cinq fois plus que la richesse combinée des 8 premiers milliardaires individuels au monde, ce qui signifie que la famille Rothschild seule contrôle plus de richesses que peut-être trois quarts ou plus de la population totale du monde.

Source : Waking Times

et

Davos, la grande manipulation...Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale 

16 janvier 2017

https://www.oxfam.org/fr/salle-de-presse/communiques/2017-01-16/huit-hommes-possedent-autant-que-la-moitie-de-la-population







Seuls huit hommes détiennent autant de richesses que les 3,6 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus pauvre de l’humanité, selon un rapport publié aujourd’hui par Oxfam à l’occasion de la rencontre annuelle de l’élite politique et économique à Davos. 
Ce nouveau rapport, intitulé « Une économie au service des 99 % », montre que l’écart entre les riches et les pauvres est beaucoup plus important qu’on ne le craignait. Il illustre en détail comment les grandes entreprises et les plus fortunés alimentent la crise des inégalités en éludant l’impôt, en réduisant les salaires et en utilisant leur pouvoir pour influencer la politique. Il préconise donc des changements fondamentaux dans la façon dont nous gérons nos économies afin que celles-ci servent l’ensemble de la population, et non une poignée de privilégiés seulement.
De nouvelles données plus précises sur la répartition des richesses dans le monde, en particulier en Inde et en Chine, indiquent que la moitié la plus pauvre de la population mondiale possède une part des richesses plus réduite que l’on ne pensait. Si ces données avaient été disponibles l’an dernier, elles auraient montré que neuf milliardaires détenaient autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité, et non 62 comme l’avait calculé Oxfam.
Pour Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International, « il est indécent que tant de richesses soient détenues par si peu de monde, quand une personne sur dix survit avec moins de 2 dollars par jour. Les inégalités enferment des centaines de millions de personnes dans la pauvreté, fracturent nos sociétés et affaiblissent la démocratie. » 
« Partout dans le monde, des femmes et des hommes sont laissés pour compte. Leurs salaires stagnent, mais les grands patrons s’octroient des primes qui se chiffrent en millions de dollars. Leurs services de santé et d’éducation sont réduits pendant que les grandes entreprises et les plus fortunés se soustraient à l’impôt. Leurs voix ne sont pas entendues, alors que les gouvernements se mettent au diapason des grandes entreprises et d’une élite nantie. »
Le rapport d’Oxfam montre que nos économies canalisent les richesses vers une élite fortunée aux dépens des couches les plus pauvres de la société, et majoritairement des femmes. Les plus fortunés accumulent les richesses à un tel rythme que le premier « super-milliardaire » du monde pourrait voir son patrimoine dépasser le millier de milliards dans 25 ans à peine. Pour mettre ce chiffre en perspective, sachez qu’il faudrait débourser un million de dollars par jour pendant 2 738 ans pour dépenser 1 000 milliards de dollars. 
La colère des populations contre les inégalités secoue déjà le monde politique. Des analystes estiment que les inégalités ont considérablement pesé dans l’élection de Donald Trump aux États-Unis, l’élection du président Duterte aux Philippines et la victoire du Brexit au Royaume-Uni. 
Sept personnes sur dix vivent dans un pays où les inégalités se sont accentuées au cours des trente dernières années. Entre 1988 et 2011, les revenus des 10 % les plus pauvres ont augmenté de 65 dollars par an en moyenne, contre 11 800 dollars pour les 1 % les plus riches, soit 182 fois plus. 
Les femmes – qui sont souvent employées dans des secteurs à bas salaires, font l’objet de discriminations importantes au travail et se chargent d’une part démesurée du travail de soin non rémunéré – se retrouvent souvent au bas de l’échelle. Si la tendance actuelle se poursuit, il faudra encore 170 ans pour que les femmes atteignent le même niveau de rémunération que les hommes.
Le rapport « Une économie au service des 99 % » révèle également comment les grandes entreprises exacerbent les inégalités : pour maximiser la rémunération de leurs actionnaires, elles éludent l’impôt, font pression sur les salaires de leur personnel et les prix payés aux producteurs à la base de leur chaîne d’approvisionnement, et réduisent les investissements dans leur propre activité.
Oxfam a interrogé des ouvrières d’une usine de confection au Vietnam : bien qu’elles travaillent 12 heures par jour et six jours par semaine, leur salaire d’un dollar de l’heure leur permet à peine de s’en sortir. Pourtant, elles fabriquent des vêtements pour quelques-unes des plus grandes marques mondiales de prêt-à-porter et les PDG de ces entreprises font partie des personnes les mieux rémunérées de la planète. L’évasion fiscale des entreprises coûte au moins 100 milliards de dollars par an aux pays pauvres. Avec cette somme, les 124 millions d’enfants non scolarisés dans le monde pourraient recevoir une éducation, et des interventions médicales pourraient éviter la mort d’au moins 6 millions d’enfants chaque année. 
Ce rapport met en lumière la façon dont les plus fortunés recourent à un réseau de paradis fiscaux pour éviter de payer leur part d’impôt et à une armée de gestionnaires de patrimoine pour obtenir des retours sur investissement inaccessibles à l’épargnant moyen. Contrairement aux idées reçues, nombre de ces personnes ne doivent pas leur fortune à leur propre mérite. L’analyse d’Oxfam montre que plus de la moitié des milliardaires du monde ont hérité de leur fortune ou l’ont accumulée dans des secteurs d’activité où la corruption et le copinage sont monnaie courante. 
Les grandes entreprises et les plus fortunés mettent à profit leur argent et leurs relations pour s’assurer que les politiques publiques leur soient favorables. Par exemple, les milliardaires brésiliens ont cherché à influencer les élections et leur lobbying a eu pour effet de réduire leur facture fiscale. De même, les pétroliers nigérians ont obtenu de généreuses réductions d’impôt. 
« Les millions de personnes laissées pour compte par nos économies défaillantes ont besoin de solutions, et non de boucs émissaires, s’insurge Winnie Byanyima. C’est pourquoi Oxfam propose une nouvelle manière de gérer nos économies avec bon sens afin que celles-ci servent le plus grand nombre, au lieu d’une petite minorité privilégiée. »
« Les gouvernements ne sont pas impuissants face au changement technologique et aux forces du marché. Quand les responsables politiques arrêteront d’être obsédés par le PIB et se focaliseront sur l’intérêt de l’ensemble de leurs citoyen-ne-s, et non de quelques grandes fortunes, un avenir meilleur sera possible pour toutes et tous. » 
Dans le plan d’action d’Oxfam pour une économie davantage centrée sur l’humain, les gouvernements :
  • mettent un terme à la concentration extrême des richesses pour en finir avec la pauvreté. Ils doivent augmenter les impôts sur la fortune et sur les hauts revenus pour égaliser les chances et dégager les ressources nécessaires pour investir dans la santé, l’éducation et la création d’emplois.
  • coopèrent au lieu de se faire concurrence. Les gouvernements doivent conjuguer leurs efforts pour garantir un salaire décent aux travailleuses et travailleurs et pour mettre fin à l’évasion fiscale et au nivellement par le bas de l’impôt sur les sociétés.
  • soutiennent les entreprises qui contribuent au bien de leur personnel et de la société en général, plutôt que de leurs seuls actionnaires. Le groupe multimilliardaire Mondragón est détenu par ses 74 000 salariés. Tous les membres du personnel reçoivent un salaire décent, car sa structure salariale garantit que les mieux rémunérés ne gagnent pas plus de 9 fois le montant du salaire le plus bas.
  • garantissent une économie respectueuse des droits des femmes. Les gouvernements doivent contribuer à abattre les obstacles à la promotion économique des femmes, notamment en améliorant leur accès à l’éducation et en favorisant une répartition plus équitable du travail de soin non rémunéré.
Oxfam invite également les dirigeant-e-s d’entreprises à participer à la construction d’une économie centrée sur l’humain. Cette année, le Forum économique mondial portant sur le thème d’un « leadership réceptif et responsable », ils pourront commencer par s’engager à payer leur juste part d’impôt et à s’assurer que leurs entreprises versent un salaire suffisant à leur personnel. Les citoyen-ne-s du monde entier peuvent rejoindre la campagne « À égalité ! »

Notes aux rédactions

Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International, assistera au Forum économique mondial (WEF) à Davos, en Suisse, du 17 au 20 janvier 2017, afin de souligner l’urgence de réduire les inégalités. Pour plus d’informations sur le Forum, voir www.weforum.org (en anglais).
Les documents suivants sont téléchargeables:
  • Le rapport « Une économie au service des 99 % » et son résumé 
  • Un document présentant la méthodologie utilisée pour établir les statistiques qui figurent dans le rapport 
  • Des témoignages vidéo, avec la liste des plans, de personnes qui sont confrontées à une lutte quotidienne contre les inégalités au Kenya, au Vietnam et au Brésil
Les huit personnes les plus riches du monde sont, en ordre décroissant de leur patrimoine net : 
  1. Bill Gates : américain, fondateur de Microsoft (patrimoine de 75 milliards de dollars)
  2. Amancio Ortega : espagnol, fondateur d’Inditex qui détient la chaîne de prêt-à-porter Zara (patrimoine de 67 milliards de dollars)
  3. Warren Buffet : américain, PDG et premier actionnaire de Berkshire Hathaway (patrimoine de 60,8 milliards de dollars)
  4. Carlos Slim Helu : mexicain, propriétaire de Grupo Carso (patrimoine de 50 milliards de dollars)
  5.  Jeff Bezos : américain, fondateur, président et directeur général d’Amazon (patrimoine de 45,2 milliards de dollars)
  6. Mark Zuckerberg : américain, président, directeur général et cofondateur de Facebook (patrimoine de 44,6 milliards de dollars)
  7. Larry Ellison : américain, cofondateur et PDG d’Oracle (patrimoine de 43,6 milliards)
  8. Michael Bloomberg : américain, fondateur, propriétaire et PDG de Bloomberg LP (patrimoine de 40 milliards de dollars)
Les calculs d’Oxfam se fondent sur les données fournies par le Credit Suisse dans son Global Wealth Databook 2016.
Le patrimoine des plus grandes fortunes du monde a été calculé à l’aide du classement des milliardaires publié par le magazine Forbes en mars 2016.

Davos, Jakarta & Montréal


"Nous avons institutionnalisé la fraude, la fraude dont on ne parle pas... l'abus de la création de monnaie par le système bancaire est au coeur du problème... Tant que nous n'aurons pas traité cette fraude au coeur de notre système, rien d'autre ne sera juste."

Pour la première fois de manière absolument officielle, la Banque d'Angleterre rejoint, enfin, les analyses des citoyens de tous bords qui décryptent la véritable nature des monnaies depuis des années.
Les deux conclusions essentielles de la Banque d'Angleterre sont les suivantes :
1. La création monétaire est effectuée par les banques commerciales à chaque fois qu'elles émettent un crédit pour un client
2. La création de crédit n'est pas limitée par la Banque Centrale, mais par les opportunités de profit disponibles.


Les conséquences sont claires :
- Toute la monnaie qui réside sur les comptes bancaires (c'est-à-dire le total de tous les soldes de tous les agents économiques : particuliers, entreprises, administrations, collectivités locales, etc...) a été émise d'abord par un emprunt bancaire, et donc toute la monnaie est de la dette qui circule.
- La quantité de monnaie dans l'économie ne dépend ni de l'État, ni de la Banque Centrale. Elle dépend seulement du bon vouloir des banques d'émettre du crédit et des besoins en monnaie des agents non bancaires (particuliers, entreprises, État).
- La monnaie, c'est la dette, et la dette, c'est la monnaie.
- Pour chaque centime de monnaie, il existe au moins un centime de dette.( en fait , des multiples...)
- Si nous voulons plus de monnaie dans l’économie, il faut s'endetter encore plus.
- Si l'on essayait de rembourser toute la dette, il faudrait vider tous les comptes et il n'y aurait plus un centime de monnaie, mais encore des montagnes de dettes exponentielles...


Et ce ne sont là que les données immédiates du problème.
Les ramifications sont beaucoup plus profondes, et déséquilibrent au quotidien et depuis des décennies tous les rapports entre humains, entre classes sociales, entre pays. Ce système a rendu la monnaie payante, à l'infini, et de manière exponentielle.
Comme le dit plus frontalement l'économiste Tarek El Diwany :
"Nous avons institutionnalisé la fraude, la fraude dont on ne parle pas... l'abus de la création de monnaie par le système bancaire est au coeur du problème... Tant que nous n'aurons pas traité cette fraude au coeur de notre système, rien d'autre ne sera juste."


(Tarek El Diwany at "The City and the Common Good : What kind of City do we want ?" debate - St Paul's Cathedral, 7th May 2013) http://youtu.be/Qh8Lz70aCss?t=26m5s

https://fsm2016.org/en/groupes/monnaies-pleines/ 


SIGHTINGS
 
The Federal Reserve
Is A PRIVATELY
OWNED Corporation
By Thomas D. Schauf
© 1992
11-28-98
 
Note - Even though this was originally released in 1992, the essential information in it is more relevant today than ever.
 
 
Acknowledgements:
 
Our country likes to thank our forefathers for the Constitution.
 
I wish to thank Mr. Lou Gamboa for his research of the Constitution and our banking system. Lou Gamboa is a national speaker on the subject, and has spoken on numerous radio programs in an effort to educate the public.
 
 
I also want to thank Bob Corcoran for his research and encouragement.
 
I applaud the thousands of patriotic Americans who are spreading the word so we can live in economic prosperity and uphold our Constitutional rights.
 
ARTICLE 1, SECTION 8 OF THE CONSTITUTION STATES THAT CONGRESS SHALL HAVE THE POWER TO COIN (CREATE) MONEY AND REGULATE THE VALUE THEREOF.
 
IN 1935 THE SUPREME COURT RULED THAT CONGRESS CANNOT CONSTITUTIONALLY DELEGATE ITS POWER TO ANOTHER GROUP. (Reference 22, P. 168)
 
Rothschild, a London Banker, wrote a letter saying "It (Central Bank ) gives the National Bank almost complete control of national finance. The few who understand the system will either be so interested in its profits, or so dependent on its favours, that there will be no opposition from that class... The great body of the people, mentally incapable of comprehending, will bear its burden without complaint, and perhaps without even suspecting that the system is inimical (contrary) to their interests." [The bankers created the legislation for the FED]
 
In 1913, before the Senate Banking and Currency Committee, Mr. Alexander stated: "But the whole scheme of a Federal Reserve Bank with its commercial-paper basis is an impractical, cumbersome machinery, is simply a cover, to find a way to secure the privilege of issuing money and to evade payment of as much tax upon circulation as possible, and then control the issue and maintain, instead of reduce, interest rates. It is a system that, if inaugurated, will prove to the advantage of the few and the detriment of the people of the United States. It will mean continued shortage of actual money and further extension of credits; for when there is a lack of real money people have to borrow credit to their cost."
 
Dear American:
 
Pursuant to your request, I will attempt to clear up questions you have about the Federal Reserve Bank (FED). I spent much time researching the FED and these are the shocking and revealing conclusions.
 
THE FEDERAL RESERVE BANK IS A PRIVATE COMPANY.
 
Article 1, Section 8 of the Constitution states that Congress shall have the power to coin (create) money and regulate the value thereof. Today however, the FED, which is a privately owned company, controls and profits by printing money through the Treasury, and regulating its value.
 
 
The FED began with approximately 300 people or banks that became owners (stockholders purchasing stock at $100 per share - the stock is not publicly traded) in the Federal Reserve Banking System. They make up an international banking cartel of wealth beyond comparison (Reference 1, 14). The FED banking system collects billions of dollars (Reference 8, 17) in interest annually and distributes the profits to its shareholders. The Congress illegally gave the FED the right to print money (through the Treasury) at no interest to the FED. The FED creates money from nothing, and loans it back to us through banks, and charges interest on our currency. The FED also buys Government debt with money printed on a printing press and charges U.S. taxpayers interest. Many Congressmen and Presidents say this is fraud (Reference 1,2,3,5,17).
 
Who actually owns the Federal Reserve Central Banks? The ownership of the 12 Central banks, a very well kept secret, has been revealed:
 
 
Rothschild Bank of London Warburg Bank of Hamburg Rothschild Bank of Berlin Lehman Brothers of New York Lazard Brothers of Paris Kuhn Loeb Bank of New York Israel Moses Seif Banks of Italy Goldman, Sachs of New York Warburg Bank of Amsterdam Chase Manhattan Bank of New York (Reference 14, P. 13, Reference 12, P. 152)
 
These bankers are connected to London Banking Houses which ultimately control the FED. When England lost the Revolutionary War with America (our forefathers were fighting their own government), they planned to control us by controlling our banking system, the printing of our money, and our debt (Reference 4, 22).
 
The individuals listed below owned banks which in turn owned shares in the FED. The banks listed below have significant control over the New York FED District, which controls the other 11 FED Districts. These banks also are partly foreign owned and control the New York FED District Bank. (Reference 22)
 
First National Bank of New York James Stillman National City Bank, New York Mary W. Harnman
 
National Bank of Commerce, New York A.D. Jiullard
 
Hanover National Bank, New York Jacob Schiff
 
Chase National Bank, New York Thomas F. Ryan Paul Warburg William Rockefeller Levi P. Morton M.T. Pyne George F. Baker Percy Pyne Mrs. G.F. St. George J.W. Sterling Katherine St. George H.P. Davidson J.P. Morgan (Equitable Life/Mutual Life) Edith Brevour T. Baker (Reference 4 for above, Reference 22 has details, P. 92, 93, 96, 179)
 
How did it happen? After previous attempts to push the Federal Reserve Act through Congress, a group of bankers funded and staffed Woodrow Wilson's campaign for President. He had committed to sign this act. In 1913, a Senator, Nelson Aldrich, maternal grandfather to the Rockefellers, pushed the Federal Reserve Act through Congress just before Christmas when much of Congress was on vacation (Reference 3, 4, 5). When elected, Wilson passed the FED. Later, Wilson remorsefully replied (referring to the FED), "I have unwittingly ruined my country" (Reference 17, P. 31).
 
Now the banks financially back sympathetic candidates. Not surprisingly, most of these candidates are elected (Reference 1, P. 208-210, Reference 12, P. 235, Reference 14, P. 36). The bankers employ members of the Congress on weekends (nickname T club -out Thursday...-in Tuesday) with lucrative salaries (Reference 1, P. 209). Additionally, the FED started buying up the media in the 1930's and now owns or significantly influences most of it Reference 3, 10, 11, P. 145).
 
Presidents Lincoln, Jackson, and Kennedy tried to stop this family of bankers by printing U.S. dollars without charging the taxpayers interest (Reference 4). Today, if the government runs a deficit, the FED prints dollars through the U.S. Treasury, buys the debt, and the dollars are circulated into the economy. In 1992, taxpayers paid the FED banking system $286 billion in interest on debt the FED purchased by printing money virtually cost free (Reference 12, P. 265). Forty percent of our personal federal income taxes goes to pay this interest. The FED's books are not open to the public. Congress has yet to audit it.
 
Congressman Wright Patman was Chairman of the House of Representatives Committee on Banking and Currency for 40 years. For 20 of those years, he introduced legislation to repeal the Federal Reserve Banking Act of 1913.
 
Congressman Henry Gonzales, Chairman of a banking committee, introduces legislation to repeal the Federal Reserve Banking Act of 1913 nearly every year. It's always defeated, the media remains silent, and the public never learns the truth. The same bankers who own the FED control the media and give huge political contributions to sympathetic members of Congress (Reference 12, P. 155-163, Reference 22, P. 158, 159, 166).
 
THE FED FEARS THE POPULATION WILL BECOME AWARE OF THIS FRAUD AND DEMAND CHANGE
 
We, the People, are at fault for being passive and allowing this to continue.
 
Rep. Louis T. McFadden (R. Pa.) rose from office boy to become cashier and then President of the First National Bank in Canton Ohio. For 12 years he served as Chairman of the Committee on Banking and Currency, making him one of the foremost financial authorities in America. He fought continuously for fiscal integrity and a return to constitutional government (Reference 1). The following are portions of Rep. McFadden's speech, quoted from the Congressional Record, pages 12595-12603:
 
"THE FEDERAL RESERVE BOARD, A GOVERNMENT BOARD, HAS CHEATED THE GOVERNMENTOF THE UNITED STATES AND THE PEOPLE OF THE UNITED STATES OUT OF ENOUGH MONEY TO PAY THE NATIONAL DEBT.
 
The depredations and the iniquities of the Federal Reserve Board and the Federal Reserve banks acting together have cost this country ENOUGH MONEY TO PAY THE NATIONAL DEBT SEVERAL TIMES OVER."
 
About the Federal Reserve banks, Rep. McFadden said, "They are private credit monopolies which prey upon the people of the United States for the benefit of themselves and their foreign customers; foreign and domestic speculators and swindlers; the rich and predatory money lenders. This is an era of economic misery and for the reasons that caused that misery, the Federal Reserve Board and the Federal Reserve banks are fully liable."
 
On the subject of media control he state, "Half a million dollars was spent on one part of the propaganda organized by those same European bankers for the purpose of misleading public opinion in regard to it."
 
Rep. McFadden continued, "Every effort has been made by the Federal Reserve Board to conceal its power but the truth is the Federal Reserve Board has USURPED THE GOVERNMENT OF THE UNITED STATES. IT CONTROLS EVERYTHING HERE AND IT CONTROLS ALL OUR FOREIGN RELATIONS. IT MAKES AND BREAKS GOVERNMENTS AT WILL.
 
No man and no body of men is more entrenched in power than the arrogant credit monopoly which operates the Federal Reserve Board and the Federal Reserve banks. These evil-doers have robbed this country of more than enough money to pay the national debt. What the Government has permitted the Federal Reserve Board to steal from the people should now be restored to the people."
 
"Our people's money to the extent of $1,200,000,000 has within the last few months been shipped abroad to redeem Federal Reserve Notes and to pay other gambling debts of the traitorous Federal Reserve Board and the Federal Reserve banks. The greater part of our monetary stock has been shipped to foreigners. Why should we promise to pay the debts of foreigners to foreigners? Why should American Farmers and wage earners add millions of foreigners to the number of their dependents? Why should the Federal Reserve Board and the Federal Reserve banks be permitted to finance our competitors in all parts of the world?" Rep. McFadden asked.
 
 
"The Federal Reserve Act should be repealed and the Federal Reserve banks, having violated their charters, should be liquidated immediately.
 
FAITHLESS GOVERNMENT OFFICERS WHO HAVE VIOLATED THEIR OATHS SHOULD BE IMPEACHED AND BROUGHT TO TRIAL", Rep. McFadden concluded (Reference 1, contains an entire chapter on
 
If the media is unbiased, independent and completely thorough, why haven't they discussed the FED? Currently, half the states have at least a grass roots movement in action to abolish the FED, but there's no press coverage. In July, 1968, the House Banking Subcommittee reported that Rockefeller, through Chase Manhattan Bank, controlled 5.9% of the stock in CBS. Furthermore, the bank had gained interlocking directorates with ABC.
 
 
In 1974, Congress issued a report stating that the Chase Manhattan Bank's stake in CBS rose to 14.1% and NBC to 4.5% (through RCA, the parent company of NBC). The same report said that the Chase Manhattan Bank held stock in 28 broadcasting firms. After this report, the Chase Manhattan Bank obtained 6.7% of ABC, and today the percentage could be much greater. It only requires 5% ownership to significantly influence the media (Reference 14, P. 56-57). This is only one of 300 wealthy shareholders of the FED. It is believed other FED owners have similar holdings in the media. To control the media, FED bankers call in their loans if the media disagrees with them (Reference 25, P. 134-137).
 
Rockefeller also controls the Council on Foreign Relations (CFR), the sole purpose of which is to aid in stimulating greater interest in foreign affairs and in a one world government. Nearly every major newscaster belongs to the Council on Foreign Relations. The Council on Foreign Relations controls many major newspapers and magazines. Additionally, major corporations owned by FED shareholders are the source of huge advertising revenues which surely would influence the media (Reference 14, P. 56-59). It can be no wonder why groups such as FED-UP(tm) receive minimal, if any, press attention.
 
How do taxpayers stop financing those whose purpose it is to destroy us? First, expose their activity, then demand change.
 
THE SOLUTION
 
Currently all we do is exchange FED money (interest attached) for real U.S. money (interest-free) dollar for dollar as Kennedy tried to do. We should not be required to pay interest on our own currency. According to Benjamin Franklin, this was one of the primary reasons we fought the Revolutionary War. Today we are still fighting the same family of bankers (Reference 4, Reference 1, P. 211, 212).
 
The U.S. Government can buy back the FED at any time for $450 million (per Congressional record). The U.S. Treasury could then collect all the profit on our money instead of the 300 original shareholders of the FED. The $4 trillion of U.S. debt could be exchanged dollar for dollar with U.S. non- interest bearing currency when the debt becomes due. There would be no inflation because there would be no additional currency in circulation. Personal income tax could be cut if we bought back the FED and therefore, the economy would expand. According to the Constitution, Congress is to control the creation of money, keeping the amount of inflation or deflation in check. If Congress isn't doing their job, they should be voted out of office. Unfortunately, voters can't vote the FED or its Chairman out of office.
 
If the government has a deficit, we could handle it as Lincoln and Kennedy did. Print money and circulate it into the economy, but this time interest-free. Today the FED, through foreign banks, owns much of our debt and therefore controls us. The FED will cease to exist as taxpayers become informed and tell other taxpayers. The news media and Congress will have no choice but to meet the demands of grass roots America. (Reference 1, P. 17, 22)
 
AMERICA DECEIVED
 
By law (check the Congressional record), we can buy back the FED for the original investment of the FED's 300 shareholders, which is $450 million (Reference 1, P. 227, Reference 17, P. 36). If each taxpayer paid $25, we could buy back the FED and all the profit would flow into the U.S. Treasury. In other words, by Congress allowing the constitutionally illegal FED to continue, much of your taxes go to the shareholders of the FED and their bankers. Note: The people who enacted the FED started the IRS, within months of the FED's inception. The FED buys U.S. debt with money they printed from nothing, then charges the U.S. taxpayers interest. The government had to create income tax to pay the interest expense to the FED's shareholders, but the income tax was never legally passed (Reference 20 shows details, state-by-state why it was not legally passed). The FED is illegal, per Article 1, Section 8 of the United States Constitution. Not one state legally ratified the 16th Amendment making income tax legal.
 
Currently, fewer and fewer Americans are being convicted for refusal to pay income taxes. In IRS jury trials, the jury, by law, must decide if the law is just. If taxpayers do not believe the law is just, the jury may declare the accused innocent. Judges are legally bound to inform juries of their right to determine the fairness of a law. Judges often do not disclose this information so they can control the court outcome. Luckily, more and more citizens are becoming informed. If one juror feels the law is unfair, they can find the defendant innocent (Reference 19). In Utah, the IRS quit prosecuting taxpayers because jurors verdict is not guilty. Please tell your friends and sit in the next jury.
 
If we eliminate the FED and uphold the Constitution, we could balance the budget and cut personal income tax to almost nothing. In Congressional hearings on September 30, 1941, FED Chairman Eccles admitted that the FED creates new money from thin air (printing press), and loans it back to us at interest (Reference 17, P. 93). On June 6, 1960, FED President Mr. Allen admitted essentially the same thing (Reference 22, P. 164). If you or I did this we would go to jail.
 
It is time to abolish the FED! Tell your friends the truth and win America back. We don't even need to buy back the FED. We only need to print money the way the Constitution requires, not the new proposed international money. We want to keep our sovereignty and print real U.S. money.
 
Why has Congress allowed the FED to continue? If a Congressperson tries to abolish the FED, the banks fund the Congressperson's opponent in the next election (Reference 17, P. 35). The new Congressperson will obviously support the FED. When Congresspeople retire, political campaign funds are not taxed. Get elected and be a millionaire if you vote right. By the way, the profit of the FED is not taxed either (Reference 1, 9). Once America understands, and takes action, Congresspeople will then gladly abolish the FED. In 1992, Illinois Congressman Crane introduced a bill, co-sponsored by 40 other Congressman, to audit the FED. This is a step in the right direction.
 
America is a great nation. As "We the People" become informed, the media and Congress will be forced to buy back the FED, balance the budget, significantly cut taxes, and stop allowing bribes to determine voting strategies. I have already heard from politicians who claim they will change their platform to include abolishing the FED if enough people become informed.
 
IT IS UP TO YOU TO INFORM THE PEOPLE
 
The FED hopes you will be passive and not act on this information. We believe in grass roots America - we are waking up America. Ultimately, the battle plan is to inform all Americans and demand change in the media and Congress. True Americans should run for office and throw out the politicians who allow this fraud to continue. Congress may refuse to deal with this issue. That's why each person needs to go to their local county/state government with the proper paperwork and ask them to abolish the FED. With the proper documents, they are legally obligated to do it.
 
WE NEED LEADERS TO BEGIN THIS ACTION. WILL YOU HELP?
 
Consider this fact. Most of the given sources in this booklet show how the bloodline of family bankers who own the FED funded both sides of all major wars. They created fake colonial money to destroy the Americans during the Revolutionary War and tried to finance both sides in the American Civil War. Abraham Lincoln refused and the South accepted. Many publications show that these bankers financed World War I, World War II, and the Russian Revolutionary War, which helped Napoleon, Lenin, and Hitler come to power. They financed both sides from money created from nothing and profited greatly. These same bankers created a number of American depressions to change the U.S. legislation and seize our wealth. Read the sources for details. This is why our forefathers wrote in the Constitution that only Congress can issue money - not private banks (Reference 18).
 
More wars create more debt which means more profit to the bankers (Reference 1, 21). These bankers planned three world wars so people would welcome United Nations intervention to govern the world in peace, not war. (Reference 22 gives specific details on World War I and World War II, showing exactly how the bankers were responsible for the beginning and continuation of these wars for their profit).
 
The banks have publicly announced they will force us to a cashless society by 1997. Furthermore, they plan to create a one world government through the United Nations headed by the FED, Trilaterals, and the Council on Foreign Relations (Reference 3). By the definition of treason, they have committed treason! This means you lose your rights under the Constitution and Bill of Rights. Does this sound far fetched? Twenty-four U.S. Senators (two of them presidential candidates, Harkin & Tsongas) and 80 Representatives have signed a "Declaration of Interdependence." This Declaration, designed to make a one world government, is treason to the oath of office they took. The media remained silent. The FED announced publicly that their first objective was to get nationalism out of the American people's heads because patriotism to a country would not be of value in the future. The media makes us think the U.N. has all the answers, and to "think globally." Congress passed a law stopping certain individuals from being tried for this treason (Reference 6, Reference 1, P. 191-198). Why pass this law if no treason was committed? State Department document 7277 calls for the disarming of America, thus turning our sovereignty over to a one-world government. Again, the media is pushing to eliminate guns. Our forefathers believed that the right to bear arms would prevent a takeover of our government. History shows that before any government took over, they disarmed the citizens. Hitler did it, and before our Revolutionary War, King George told us to disarm - good thing we didn't!
 
Under the Federal Reserve Bank Act, the bankers control our economy. The FED controls interest rates and the amount of money in the economy. These factors determine either economic prosperity or the lack thereof. Bankers are now pushing for a one world government and a cashless society. Why cashless? No cash means no money for drugs, no theft, and the ability to collect taxes on the underground economy. Anyone who wouldn't support a cashless society must be a drug dealer, thief, or tax evader, right? What a cashless society really means is the banks can now control you. Today you fear the IRS. In a cashless society, if you disagree with the bankers' political goals, you'll find your money gone via computer error. (For additional information on a cashless society, read Reference 13, P. 174; Reference 3; Reference 14, P. 9-12; Reference 15, P. 136; Reference 25, P. 216).
 
If you could accurately predict future interest rates, inflation and deflation, you would know when to buy or sell stocks and make a bundle of money. The FED has secret meetings (per Congressional Record) to determine future interest rates and the amount of money to be printed. The Securities Exchange Commission (SEC) by law, stops insiders from profiting by privileged information. Congressional records prove that FED bankers routinely hold secret meetings to profit by manipulating the stock market via interest rates and the amount of money they create. FED bankers also profit greatly from economic disasters like the Depression (Reference 22, P. 56). The bankers create inflation, sell their stocks before the market crashes, then buy up stocks at cheaper prices. Bankers admitted this to Congress. This violates the law, yet Congress does not act because these bankers are large political contributors (Reference 17, P. 96-98; Reference 1, P. 162-163; Reference 22, P. 114-170 & P. 136). Thomas Jefferson predicted this scenario if we ever allowed a private bank, like the FED, to create our currency (Reference 1, P. 247).
 
FED Chairman Burns states "Killing can be made simply by knowing the next few months newspapers ahead of time." Congressman Patman said "The FED officials own more than 100 million dollars (of stocks) while making decisions influencing these stock prices..." (Reference 24, P. 123). History proves that banks profit from bankrupting a nation (Reference 22, P. 56).
 
Congress consistently defeats balanced budget amendments. In the past 30 years, Congress has raised our taxes 56 times and balanced the budget only once. We need the sound banking system our forefathers wanted us to have. History proves that banking systems like the FED don't work. Major world powers have been destroyed over similar banking systems (Reference 1). If we don't change this system NOW, in five years the only thing our taxes will pay is the interest on the national debt.
 
Section 7 of the Federal Reserve Act, passed December 23, 1913, states that much of the profit of the FED should flow into the U.S. Treasury. In 1959, new legislation allowed the FED to transfer bonds to commercial banks at no cost to the bank. Now the FED receives less interest income and less profit for the U.S. Treasury because the money is diverted to other banks through an accounting entry (Reference 17, P. 115-130). Congress and the IRS do not have access to the financial records of the FED. Every year Congress introduces legislation to audit the FED, and every year it is defeated. The FED banking system could easily be netting 100s of billions in profit each year. Through "creative accounting" profit can easily be reclassified as expense (Reference 14, P. 20, Reference 17, P. 239). Within the first few years, the shareholders of the FED received their initial investment back with no risk. All the income is tax-free, except for property tax, according to the Federal Reserve Act. When are the profits of the FED going to start flowing into the Treasury so that average Americans are no longer burdened with excessive, unnecessary taxes? Clearly, Congress cannot or will not control the FED. IT IS TIME TO ABOLISH IT!
 
3 WAYS TO ABOLISH THE FED AND ISSUE MONEY PER THE UNITED STATES CONSTITUTION, ARTICLE 1, SECTION 8:
 
* Buy back the FED and have the U.S. Government collect all profits.
 
* Abolish the FED by printing real U.S. dollars as President Kennedy attempted (Executive Order 11.110, 1963) (Reference 4).
 
* Request your county/state to use their Constitutional powers to abolish the FED. This is the BEST SOLUTION. Nearly half the states are attempting or considering this action (Reference 5). Congress has had 80 years to follow the Constitution, and has refused to abolish the illegal FED. The state/county effort is working faster than any other method. We need your support to start a local chapter of FED-UP(tm) Inc. and petition your county.
 
THE WRONG SOLUTION THAT HAS FAILED FOR 80 YEARS
 
Congress and the media may want to require the FED to return the required profits into the U.S. Treasury (per the Federal Reserve Act, 1913). The problem is that with "creative accounting" techniques, profit can be easily masked as expense. The FED has expensed items illegally to lower profit (Reference 17).
 
"We the People" have pushed the following states to pass or introduce legislation calling for an end to the FED: Arizona, Washington, Arkansas, Idaho, Oregon, Indiana, and Texas. We still need your signatures on petitions, even if you live in these states. Many other states are considering such action due to your petitions. These states and a few honest Congresspeople are powerless until all Americans become informed and demand change. Please pass out the petition. Once we demand change, the media will have to report the whole truth and not just push their own agenda. FED-UP(tm) challenges the media to expose the facts on prime time talk shows or news programs.
 
By abolishing the FED, we would not pay interest on Federal Reserve Notes. Until it is abolished, the FED has a monopoly on profit on our currency and whether our money supply will be increased or decreased, inflation or depression. The banks are capable of controlling business by controlling who can or cannot obtain a loan.
 
WE'VE DONE OUR PART - NOW IT IS UP TO YOU TO SPREAD THE WORD. Please take the brochure (Cutting taxes $6,000 per family per year) to VFW, Moose/Elk Lodges, Bars, Union Halls, Churches, and Association groups. Make copies of the "single-page" brochure for everyone at work and ask your friends to do the same. Ask small business owners in your community to tell other business owners and spread the brochure and petition through the local Chamber of Commerce. CPAs should be interested in saving their clients taxes. Ask your CPA to mail the brochure and petition out to his/her clients. Upon receiving this petition, many presidents of large corporations made this brochure and petition available to all employees. Once people are informed, we can force a change. People will have more money to spend, the economy will be strong, and we can keep our Constitutional rights, liberties, and freedoms.
 
Contact your library for the names and addresses of your local and federal Congresspeople. MAIL THEM AN ENVELOPE WITHOUT YOUR NAME AND ADDRESS ATTACHED. In the envelope, say "FED-UP(tm) Inc. Abolish the FED." Also enclose one teabag (Boston Tea Party). Ask your friends to do the same (give them the addresses). Politicians are aware of the "Teabag Protest." If you don't mail it in, they're going to believe that we're not organized or we just don't care. IF YOU DON'T DO IT NO ONE ELSE WILL!
 
Many Congresspeople want to make this change, but can't without the support of the people.
 
WHY OUR FOREFATHERS FOUGHT THE FED
 
"Allow me to control the issue and the nation's money and I care not who makes its laws!" The above quote has long been attributed to the 18th century banker Amshell Rothschild (his blood line controls the FED). For if one unscrupulous group is allowed to print a nation's money - it can eventually use that money to gain control of the press AND the politicians - and thus gain control of making the nation's laws - and finally - control of the nation itself. (Reference 4)
 
If you will take the time to read the reference material listed which has been researched by Professors of Universities, Congresspeople, etc, you will turn up information that might frighten you. For instance, in 1921 the stockholders of the Federal Reserve financed an organization called the "Council on Foreign Relations" (CFR). Harpers magazine called this the most powerful organization in the United States. Ninety percent of the people in the State Department and key positions in the Executive Branch are members of the CFR. The CFR publishes a magazine called "Foreign Affairs." Read it if you want to know what is going to happen in coming years. The CFR is in favor of a New World Order (Reference 3).
 
 
Congressman Patman re-quoted Thomas Jefferson showing that our founding fathers knew this banking principle very well. "I believe that banking institutions are more dangerous to our liberties than standing armies...." "Already they have raised up a money aristocracy that has set the government at defiance. The issuing power (of money)," he said, "should be taken from the banks and restored to the people to whom it properly belongs." The American Revolution was a struggle to wrest control of wealth from the Bank of England and to restore the centers of power to the People where it "properly belongs." The Constitution is specific about the authority of the People, through their elected officials, to control the money, and thus, the affairs of their government. (Reference 5, P. 32).
 
Ben Franklin said in his autobiography that the inability of the colonists to get the power to issue their own money permanently out of the hands of George III and the international bankers was [one of] the PRIME reason[s] for the Revolutionary War. (Quoted in Reference 4)
 
Thomas Jefferson stated, "If the American people ever allow private banks to control the issue of currency, first by inflation, then by deflation, the banks and corporations that will grow up around them will deprive the people of all property until their children will wake up homeless on the continent their fathers conquered." (Reference 1, P. 247)
 
Congressman Charles A. Lindbergh of Minnesota said: "This [Federal Reserve] Act establishes the most gigantic trust on Earth. When the President [Wilson] signs this bill, the invisible government of the Monetary Power will be legalized... the worst legislative crime of the ages, perpetuated by this banking and currency bill." (Reference 5, P. 33)
 
Robert H. Hemphill (Credit Manager, Federal Reserve Bank in Atlanta): "We are completely dependent on the commercial banks. Someone has to borrow every dollar we have in circulation, cash, or credit. If the banks create ample synthetic money we are prosperous; if not, we starve. We are absolutely without a permanent money system. When one gets a complete grasp of the picture, the tragic absurdity of our hopeless position is almost incredible, but there it is. It [the banking problem] is the most important subject intelligent persons can investigate and reflect upon. It is so important that our present civilization may collapse unless it becomes widely understood and the defects are remedied very soon." (Reference 1, P. 247)
 
Napoleon, a sympathizer for the international bankers, turned against them in the last years of his rule. He said: "When a government is dependent upon bankers for money, they and not the leaders of the government control the situation, since the hand that gives is above the hand that takes... Money has no motherland; financiers are without patriotism and without decency; their sole object is gain." (Reference 4)
 
Congresspeople have referred to Federal Reserve Notes as "FIAT" (no- backing) money. (Reference 1, P. 128, 169)
 
In 1879 the Supreme Court declared that the U.S. Government can legally issue United States Notes, debt and interest-free, just as Lincoln and Kennedy attempted. (Reference 1, P. 233)
 
A bank that attempted to repossess property on the basis of default faced Judge Mahoney in a jury trial. Jerome Daly was found innocent. The bank could not foreclose on the property because it created the loan money from thin air, as many banks do. Use this as a precedent the next time any bank tries to foreclose on your house. (Reference 17, P. 82, 83 for court records)
 
The FED violates Security & Exchange Commission (SEC) rules. (Reference 17, P. 96-98)
 
California 9th Circuit Court declared FED banks are private, not government. (Reference 17, P. 273)
 
Mr. Marriner Eccles, who was Chairman of the board of Governors of the Federal Reserve System longer than any other man, testified before the Joint Economic Committee in August 1962. When Chairman Rep. Wright Patman asked whether it was not a fact that the Federal Reserve System has more power than either the Congress or the President, Eccles replied: "In the field of money and credit, yes." (Reference 1, P. 206)
 
Dr. Hans F. Sennholz, Chairman of the Department of Economics at Grove City (PA) College stated: "The Federal Reserve System facilitates the government's own inflationary financing in "periods of emergency." It makes easy the inflationary financing of budget deficits and the inflationary refunding of government loans. It stabilizes the government bond market through inflationary methods and manipulates this market to the advantage of the government. It does all this by wrecking the purchasing power of the dollar; by subtly stealing from the people of this country what it thus provides for the government, through a process exactly on par with the coin clipping of ancient kings but much less visible." (Reference 1, P. 250, 251)
 
Source: Banking Act of 1935, Hearings before a Subcommittee of the Banking and Currency Committee, U.S. Senate, 74th Congress, 1st Session, on S.1715, May 1935, pp 871-2. "The Federal Reserve System is in the wrong hands. No Constitutional republic can function when the government's money powers are in the hands of the financial oligarchy such as New York financiers.
 
A Republican Senator, who preferred to remain unnamed, stated: "Congress is too much motivated by fears and anxieties concerning pressure groups and the "non election." (Reference 1, P. 210)
 
By controlling Congress, the FED has been able to control the nominating conventions of both political parties. In this way, it has been able to hand-pick the presidential nominees so that no matter which party wins, their nominee for President is under definite obligations to the FED... (Reference 1, P. 210; Reference 22)
 
In 1975, the Rockefeller Foundation Report discussed the "Interdependence" of the countries of the world on each other. It stated we are one world and America shall become a nation-state under one government. They also say we must reach a zero state population growth. The Rockefeller Foundation stated that they have in excess of 747 million dollars to achieve this with. (Reference 3)
 
Congressman John R. Rarick states that the Council on Foreign Relations CFR) is dedicated to a one world government. The media remains conspicuously quiet. The CFR wants to convert the U.S. from a sovereign, constitutional republic into a servile member state of a one world dictatorship. On February 17, 1950, CFR member James Warburg (banker, and architect of the Federal Reserve System) stated before a Senate Foreign Relations Committee, "We shall have one world government whether or not you like it, by conquest or consent." Again, the media remained silent. In the April 1974 issue of the CFR journal, "Foreign Affairs", page 558, Richard Gardener states that the new world order "will be built... but an end run around national sovereignty, eroding it piece by piece, will accomplish much more than the old fashioned frontal assault." Congressman McDonald, Heinz and Tower stated that this is a conspiracy. Again, the media remained silent. (Reference 14, P. 17, 18, 32, 33).
 
THE CFR WANTS TO ABOLISH THE CONSTITUTION. (Reference 14)
 
In a letter to Thomas Jefferson, John Adams wrote: "All the perplexities, confusions, and distresses in America arise, not from defects in the Constitution or confederation, not from want of honor or virtue, as much as from downright ignorance of the nature of coin, credit, and circulation".
 
; and that the principle of spending money to be paid by prosperity, under the same name of funding is swindling futurity on a large scale." (Reference 1, P. 199)
 
British bankers have stated "Those that create and issue money and credit direct the policies of government and hold in their hands the destiny of the people". (Reference 1, P. 200-214)
 
Adams, Jefferson, and Lincoln believed that banker capitalism was more dangerous to our liberties than standing armies. In a republic, banks would lend money but could not create or manufacture it. (Reference 1, P. 215)
 
Later, Jefferson used stronger language and denounced the institution as "one of the most deadly hostilities against the principles and form of our Constitution." Some have said that Jefferson did not favor a strong central bank. What he did not favor was the delivery of our monetary system into private hands to be run for private profit. (Reference 1, P. 230)
 
President James A. Garfield said: "Whoever controls the money in any country is absolute master of industry [legislation] and commerce". (Reference 1, P. 247, Reference 4)
 
Without the Federal Reserve System, there can be no continuing march towards socialism, and with it there can be no free economy. (Reference 1, P. 251)
 
By controlling our own money, Thomas Jefferson expected that the government would incur no debt, as had occurred in the European system. (Reference 1, P. 243) European banks are like the FED.
 
The FED system is the death of our Constitution. (Reference 1, P. 250)
 
THE PLAN TO REDUCE PERSONAL INCOME TAX BY 75% AND BALANCE THE BUDGET BY ABOLISHING THE FED CAN BE PROVEN BY AMERICAN HISTORY.
 
THE FACTS
 
* England lost the Revolutionary War.
 
* England nearly destroyed the Colonies by creating fake Colonial money and hyper-inflation.
 
* Rothschilds who control the Bank of England (Like our FED) said that by controlling the issue of money (printing it) you can control the government.
 
* The authors of the Constitution understood private banks" control over governments. The Constitution gives only Congress the right to print money.
 
* From the beginning of the United States to present there have been two ways to issue new currency:
 
The first way is to have the government print the money, debt and interest- free, and circulate it through the economy for use as a medium of exchange. There is no tax levied to pay interest on the currency in circulation because it is debt and interest-free. This is the system Lincoln used with his "greenbacks", a system Kennedy desired, and Jefferson demanded.
 
The second method is: The Citizens allow the bank to print $500 billion in currency (cash). The bank pays for printing costs, ink, and paper. The Citizens do not charge the bank any interest for use of the $500 billion in printed currency. The bank uses the $500 billion cash to buy a $500 billion government bond which pays the bankers interest. The bank keeps some of the bonds and sells, for a fee (10%), some of the bonds to the public. The bank can buy back the bonds from the public simply by printing more money. The bankers can create inflation and depressions by manipulating the amount of currency in circulation. The FED operates exactly like this today. It also prints money (through the U.S. Treasury) and uses this printed money to buy loans from other banks. This money has created our inflation. We give the bank cash interest-free, then they charge us interest on our own currency.
 
Take a look at our history in view of the two banking systems:
 
BEN FRANKLIN - THE TWO BANKING SYSTEMS
 
From the autobiography of Ben Franklin as reported by Gertrude Coogan in Money Creators:
 
...the inability of the colonists to get the power to issue their own money permanently out of the hands of George III and the international bankers was the PRIME reason for the Revolutionary War. (Reference 4).
 
Ben Franklin answering a question about the booming economy of the young colonies: "That is simple. In the colonies we issue our own money. It is called Colonial Scrip. We issue it in proper proportions to the demands of trade and industry." (Colonial Scrip had no debt or interest attached.) (Reference 4)
 
BANK OF AMERICA
 
International bankers saw that interest-free scrip would keep America free of their influence, so by 1781 banker-backed Alexander Hamilton succeeded in starting the Bank of America. After a few years of "bank money", the prosperity of "Colonial Scrip" was gone. Benjamin Franklin said, "Conditions were so reversed that the era of prosperity had ended and a depression set in to such an extent that the streets of the Colonies were filled with the unemployed!" Bank money was like our FED money. It had debt and interest attached. By 1790 Hamilton and his bankers had created a privately owned central bank and converted the public debt (interest-free) into interest bearing bonds, payable to the bankers. When Hamilton's bank charter expired in 1811, the international bankers started the war of 1812. By 1816, another privately-owned U.S. bank was started with $35 million in assets - only $7 million of that was owned by the government. This bank lasted for 20 years. U.S. history shows that currency with debt and interest attached created a depression. (Reference 4)
 
ANDREW JACKSON - A GREAT PRESIDENT!
 
When the 1816 charter expired in 1836, Andrew Jackson vetoed its renewal. It was then that he made two famous statements: "The Bank is trying to kill me - but I will kill it!" Later he said "If the American people only understood the rank injustice of our money and banking system - there would be a revolution before morning..." (Reference 4)
 
ABRAHAM LINCOLN - ANOTHER GREAT PRESIDENT!
 
President Lincoln needed money to finance the Civil War, and the international bankers offered him loans at 24-36% interest. Lincoln balked at their demands because he didn't want to plunge the nation into such a huge debt. Lincoln approached Congress about passing a law to authorize the printing of U.S. Treasury Notes. Lincoln said "We gave the people of this Republic the greatest blessing they ever had - their own paper money to pay their debts..." Lincoln printed over 400 million "Greenbacks" (debt and interest-free) and paid the soldiers, U.S. government employees, and bought war supplies. The international bankers didn't like it and wanted Lincoln to borrow the money from them so that the American people would owe tremendous interest on the loan. Lincoln's solution made this seem ridiculous. (Reference 1, P. 46, 47; Reference 4)
 
Shortly after Lincoln's death, the government revoked the Greenback law which ended Lincoln's debt-free, interest-free money. A new national banking act was enacted and all money became interest bearing again. (Reference 4)
 
The late Thomas A Edison explained the matter of issuing currency this way: "If our nation can issue a dollar bond (interest bearing) it can issue a dollar bill (interest-free). The element that makes the bond good makes a bill good also. The difference between the bond and the bill is that the bond lets money brokers collect twice the amount of the bond and an additional 20 percent, whereas the currency pays nobody but those who contribute directly in some useful way. It is absurd to say that our country can issue $30 million in bonds and not $30 million in currency. Both are promises to pay: But one promise fattens the usurers (interest collectors) and the other helps the people." (Reference 1, P. 46)
 
The FED is owned largely by foreign banks that control our economy and Congress through the power of money and the media which they bought with profits generated with profits generated by artificial debt.
 
If we can convert U.S. dollars that are debt and interest-free to interest bearing currency, we can change it back just as easily. Both the media and the banking system will probably claim that such a change will cause hyper- inflation. The answer however, can be found in history. Lincoln printed debt and interest-free Greenbacks (cash) to finance an entire war. With added production you can add currency without having hyper-inflation. Lincoln proved it. John F. Kennedy - a President with vision! On June 4, 1964, President Kennedy issued Executive Order 11110. This Executive Order called for the issuance of new currency - the United States Note. At the time, $4,292,893 of this currency was put into circulation. This new currency was to be distributed through the U.S. Treasury and not the Federal Reserve System. Furthermore, it was to be issued debt and interest-free. Upon Kennedy's assassination, this currency was withdrawn from circulation, never to be issued again. The media remained silent on how Kennedy would have eliminated the debt and interest payments, and therefore eliminated the FED. Interest-free United States Notes do not result in hyper-inflation. By issuing United States Notes, interest-free, we have less interest expense, and less taxes. With less taxes people spend more and buy more. This result is added production, and therefore, you can add dollars without inflation. Either Rockefeller and his people will spend your tax money into the economy or you get to spend your own money by paying less taxes. The bankers want you to think you'll have mass inflation by changing the system. This is only true if you add dollars to the economy without added production. For example, look what happened in post World War I Germany. They merely printed money without increasing production. The result was hyper-inflation. Another example: In the entire economy, if you have only 10 loaves of bread and only $10, each loaf would sell for $1. If you print an extra $10, now you have $20 and the 10 loaves which would sell for $2 each. This is only true if we don't have added production. By cutting taxes, people will spend more and buy more bread. If we print more money and bake more bread, we have $50 and 50 loaves, so each loaf still sells for $1. As long as you monitor production with increased cash, inflation will not occur. Under the FED system, the price of bread has dramatically increased since 1913. If we cut taxes and YOU spend your money instead of the BANKERS spending it, you will have more bread, cars, and wealth than the bankers. SOMEONE will spend your money - it might as well be YOU!
 
A FED-like banking system has destroyed other governments. In five years the only thing taxes will pay is the interest on the debt. Clearly, the FED must be abolished before we're demolished! Already laws are set up to have a dictatorship when we have the economic crisis (Federal Emergency Management Act, or FEMA).
 
Under the FED system, when a new dollar is issued, we pay taxes to pay for the dollar as the principal (debt) plus interest on the dollar. We pay for each new dollar twice, and who gets most of the money? The bankers, who control this money. Taxpayers should only pay taxes for the paper, ink, and printing costs of new money. Why should we give bankers the right to print money on a printing press, charge them no interest on this money, and then let them exchange their "free" money for a government bond that pays them interest??
 
England never gave up on owning the United States. They are still silently fighting the same Revolutionary War. The Bank of England, through the Rothschilds, owns and controls the FED (Reference 22). We have been robbed of our wealth, and in five years we will be bankrupt if there is no change. The FED bankers will LEGALLY OWN OUR NATION; OUR HOUSES, OUR CARS, OUR BUSINESSES, just as Thomas Jefferson predicted.
 
SPECIFIC PLAN: HOW TO GET OUT OF DEBT
 
U.S. history proves that issuing debt and interest-free currency allows our economy to prosper, as long as Congress controls the amount of money created. You can add printed dollars into the economy as you add production, and there will be no inflation. With today's sophisticated computers, we can easily monitor the printing of money and inflation.
 
Congress needs to buy back the FED and/or abolish it. Any government debt they own would be automatically eliminated. All remaining debt could be paid as needed with the same type of currency Kennedy issued (debt and interest-free United States Notes). United States Notes are backed by the full faith of the best government in the world - The United States of America. This is no different than the backing of today's Federal Reserve Notes. U.S. citizens collect only a small fraction of the interest income on Federal Bonds and Bills. Foreigners benefit from this interest, but we pay the tax so that they collect interest on our currency. This makes sense to bankers and Congresspeople who receive money from bankers and foreign lobbyists.
 
As we pay less interest, government spending will decrease and so will taxes. Less taxes mean that people buy more goods and services and our economy expands. An expanded economy means more jobs and higher profits for businesses. More profit means increased state/federal business taxes. Businesses continue to pay taxes while personal taxes decrease. People will have more money to spend, will buy more, and therefore pay increased state sales tax. This allows the states to balance their budgets without raising real estate taxes. As history proves, we will prosper.
 
For 80 years the FED has destroyed our economy. It will take years to undo this damage. Just as Congress appoints a Postal Service, we will have Congress appoint an agency to monitor inflation as we exchange our retiring government debt for debt and interest-free United States Notes (cash). We need to break up all Central Banks created by the FED and return to the Constitution of the United States. We have to return the power of the citizens' money back to the people.
 
THERE ARE SEVERAL SIMPLE WAYS TO ABOLISH THE FED
 
* Inform all Americans of this report and collect signatures on the petition.
 
* Demand that Congress and the media support "We the People's" rights to uphold the Constitution and abolish the illegal FED.
 
* Write to your local newspaper, show them this report and ask them to keep freedom of the press alive, support the Constitution and abolish the FED. Freedom of the press should not be limited to those who own it.
 
* Write to CNN and other media. Tell them you want to see FED-UP(tm) on their programs.
 
* Ask your State/County Representatives to use their Constitutional powers to enforce your rights under the Constitution to have the FED abolished. Write to Reference 5 for detailed paperwork to be given to your local government.
 
* Call in on TV and radio talk shows and discuss why the FED should be abolished.
 
* Support businesses who distribute the petition and display the sign "FED-UP". If they don't, please ask them to.
 
* Ask candidates if they plan to introduce legislation to abolish the FED and uphold the Constitution which they are obligated to defend. Make candidates take a stand! Have the politician sign a contract with "We the People" enacting legislation to abolish the FED by a certain date or the politician must resign from office. The Democratic Congress and President promised the people "no FED" before the election. Thirteen months later, they passed the FED.
 
* Display your bumper sticker to show support and inform people.
 
* If 5,000 people distribute 2-3 brochures daily, we can inform half a million Americans monthly. Roughly 10% of these half a million people will make copies and inform others. Our goal is to inform 70 million adult Americans. Public opinion will soon be on our side. Once 10% of the population know, the other 90% will follow.
 
* Pray and ask God to return us to "One nation under God."
 
It is our recommendation that you research the references listed, support all organizations that re trying to stop this fraud, and help us in our goal to get every American to sign this petition.
 
REFERENCES
 
(1) "The Federal Reserve Bank", by H.S. Kenan, published by The Noontide Press
 
(2) National Committee to Repeal the Federal Reserve Act, P.O. Box 156, Westmont, IL 60559
 
(3) "The New World Order, Saving America", P.O. Box 1205, Middleburg, FL 32050-1205
 
(4) "Bulletin", February 1989 & November 1991 issues, P.O. Box 986, Ft. Collins, CO 80522 (Newsletter; $3 each)
 
(5) "The Most Secret Science", Betsy Ross Press, P.O. Box 986, Ft. Collins, CO 80522 (Book) States attempt to abolish the FED. $12.00
 
(6) "Insider Report", P.O. Box 84903, Phoenix, AZ 85071
 
(7) "Phoenix Journal Express", P.O. Box 986, Tehachap, CA 93581
 
(8) $16 trillion in government and private debt, much of which the FED printed and collected interest on (Reference 3)
 
(9) Northpoint Tactical Team, P.O. Box 129, Topton, NC 28781
 
(10) Christian Defense League, Box 449, Arabi, LA 70023
 
(11) "Bulletin", June 1992 issue, P.O. Box 986, Ft. Collins, CO 80522 (Newsletter; $3 each)
 
(12) "Savings and Loan Unethical Bailout" by Rev. Casimir F. Gierut
 
(13) "Dark Secrets of the New Age" by Texe Marrs
 
(14) "En Route to Global Occupation" by Gary H. Kah
 
(15) "One World" by John Amkerberg & John Weldon
 
(16) "The Spotlight", Liberty Lobby, 300 Independence Ave. S.E., Washington, D.C. 20003 (Newspaper)
 
(17) "Repeal the Federal Reserve Banks" by Rev. Casimir Frank Gierut
 
(18) The Constitution of the United States
 
(19) "Walls in Our Minds" by M.J. Red Beckman, Common Sense Press, P.O. Box 1544, Billings, MT 59103. A must read book - $2.50
 
(20) "The Law That Never Was" Volume I, Bill Benson & M.J. Red Beckman, P.O. Box 1544, Billings, MT 59103 or write to Bill Benson, P.O. Box 550, South Holland, IL 60473. Proof that the 16th Amendment (income tax) was never properly ratified.
 
(21) "New World Order: The Ancient Plan of Secret Societies" by William T. Still
 
(22) "The Secrets of the Federal Reserve" by Mullins
 
(23) "The Social Security & Pension Conspiracy" by Metz
 
(24) "The History of the Federal Reserve. How to Replace It or How to Reform It" by Metz - for references 23 & 24 write to Howard Metz, P.O. Box 341, Malverne, LI 11565
 
(25) "The New World Order" by Pat Robertson. On page 131 he states that we must abolish the FED.
 
(26) "Operation Vampire Killer 2000", highly recommended book. $6.00 ($8.00 for 2) from ACLA, P.O. Box 8712, Phoenix, AZ 85066 This is a must read book with quotes from well known people. This book proves conspiracy. Your local police needs to read this book so they will protect you - not become United Nations Agents against you. This book will stop the New World Order plan to take over the U.S.A.
 
"America Betrayed", Center For Action, 652 N. Glenview, Nesa, AZ 85213
 
For references 1, 12, and 17, contact The National Committee to Repeal the Federal Reserve Act (Reference 2)
 
MEDIA BLACKS OUT THE FACTS
 
Here's one terrific example. John Swinton, the former Chief of Staff for the New York Times, was one of New York's best loved newspapermen. Called by his peers "The Dean of his Profession", John was asked in 1953 to give a toast before the New York Press Club, and in so doing, made a monumentally important and revealing statement. He is quoted as follows:
 
"There is no such thing, at this date of the world's history, in America, as an independent press. You know it and I know it. There is not one of you who dares to write your honest opinions, and if you did, you know beforehand that it would never appear in print. I am paid weekly for keeping my honest opinion out of the paper I am connected with. Others of you are paid similar weekly salaries for similar things, and any of you who would be so foolish as to write honest opinions would be out on the streets looking for another job. If I allowed my honest opinions to appear in one issue of my paper, before twenty-four hours my occupation would be gone. The business of the journalists is to destroy the truth; to lie outright; to pervert; to vilify; to fawn at the feet of mammon, and to sell his country and his race for his daily bread. You know it and I know it, and what folly is this toasting an independent press? We are the tools and vassals of rich men behind the scenes. We are the jumping jacks, they pull the strings and we dance. Our talents, our possibilities, and our lives are all the property of other men. We are intellectual prostitutes."
 
RICHARD M. COHAN, Senior Producer of CBS political news said: "We are going to impose OUR AGENDA on the coverage by dealing with issues and subjects that WE choose to deal with."
 
RICHARD SALANT, former President of CBS News stated: "Our job is to give people not what they want, but what WE decide they ought to have."
 
And what is "their" agenda? What do they believe we, the American people, - THE COMMON HERD, "...ought to have?" Here is the answer:
 
NORMAN THOMAS - For many years the U.S. Socialist Presidential candidate proclaimed: "The American people will never knowingly adopt Socialism. But under the name of "liberalism" they will adopt every fragment of the socialist program, until one day America will be a Socialist nation, without knowing what happened."
 
HERMAN DISMORE, foreign editor of the New York Times from 1950 to 1960: "The New York Times is deliberately pitched to the liberal (socialist) point of view."
 
WALTER CRONKITE: "News reporters are certainly liberal (socialists) and left of center."
 
BARBARA WALTERS: "The news media in general are liberals (socialists)."
 
Reference for everything above - Operation Vampire Killer, P.O. Box 8712, Phoenix, AZ 85066
 
The world, finally including even the balky American public, is "being rapidly educated into overcoming limited patriotism" and accepting "United Nations solutions to common global problems," said Henry Kissinger.
 
Bilderberg participants expressed satisfaction with progress toward world government on two fronts:
 
* Establishing a UN tax to not only finance new global programs, but to condition "citizens of the world" to paying tribute.
 
* Conditioning the public -- again, especially "those stubborn Americans" -- to accept the idea of a UN army that could, by force, impose its will on the internal affairs of any nation.
 
"Today, Americans would be outraged if UN forces entered Los Angeles to restore order; tomorrow, they will be grateful," Kissinger said (of the 1992 Los Angeles riot).
 
Kissinger reported on a shocking speech made by UN Secretary General Butrous Ghali to the American Association of Newspaper Publishers at UN headquarters in New York in early May. The publishers' newspapers covered up the story.
 
The UN Security Council must have a permanent force that can be deployed anywhere in the world, instantly, to "protect the peace" and "ensure human rights" the secretary-general told the newspaper publishers.
 
UN TO INVADE U.S.
 
This force must be allowed to intervene "at the local and community levels," the UN leader told the American publishers.
 
What is "especially gratifying," Kissinger said, "is that the publishers showed no reservations about the prospects of UN forces landing in the United States and imposing the UN's will."
 
Reference - The Spotlight, June 8, 1992, page 10. Liberty Lobby, 300 Independence Ave. S.E., Washington, D.C. 20003 (Newspaper)
 
SUMMARY OF QUICK FACTS
 
* Various dates and proofs that the Bankers created panic to push Congress to pass laws favoring bankers... Reference 22
 
* President Wilson received $85,000 bribe from bankers... Reference 22, pages 25-26
 
* How England, through the Bankers, controls our Congress... Reference 22, pages 47-48
 
* Rockefeller is connected to President Carter... Reference 22, page 171; Reference 25, page 103
 
* How George Bush is directly connected to the FED bank... Reference 22, page 49
 
* President Hoover and President Roosevelt were international Bankers... Reference 22, pages 69-71 and pages 157-159
 
* President Nixon was hired by Rockefeller's law firm to become President... Reference 25, pages 100-101
 
* FED owner's manual to destroy and control U.S. citizens... Reference 22, pages 55-56
 
* Proof Bankers claim they control the government... Reference 22, page 59
 
* Proof the FED knowingly created the Great Depression for their gain... Reference 22, pages 137-170
 
* FED bankers are directly linked to the New World Order and the United Nations. New World Order was discussed by George Bush, Rockefeller, Adolph Hitler, and Jimmy Carter... Reference 25, pages 5-7
 
* The Great Seal on back of the FED $1 bill, below pyramid, the NOVUS ORDO SECLORUM means "New World of the Ages" or --- New World Order... Reference 25, page 35
 
* How the Banker's tax-exempt organizations fund activities to destroy America's freedom by attacking our Constitution and way of life... Reference 25, pages 138-159; Reference 14 (throughout whole book)
 
* Senator Barry Goldwater warned of economic powers capable of bypassing or controlling the political powers. Bank induced depression is possible in the future to force political change... Reference 25, 131
 
* Rockefeller's money was used to seize control of America's teaching and training of students by rewriting history and textbooks. Rockefeller has also funded the National Education Association (NEA)... Reference 14, page 61
 
* Gary Kah, high-ranking government liaison having first-hand knowledge of the New World Order exposes the truth. Read his book and En Route To Global Occupation... Reference 14
 
QUICK FACTS FROM TOM SCHAUF
 
First, we must uphold the Constitution. Please call the Hotline (217-854-7504) weekly for new information. When a state considers a Constitutional Convention, concerned Americans call the Hotline and it gives us the names and telephone numbers of the legislators involved. It tells us exactly what to say, and to whom. The Hotline helps us to fight and win!
 
Secondly, we must change the opinions of the masses with information. The brochure has been a big help, and once 10% of the population agrees to abolish the FED, the rest will follow.
 
It is obvious the media (radio and newspapers) have lied about the FED and the efforts of FED-UP(tm) to educate people with the truth. This will not stop us - we will persist! Decide for yourself if you want to win America back. If 10,000 patriotic Americans each distribute 1,000 brochures, 10 million Americans will become informed. It would be almost impossible to stop people from talking about abolishing the FED if that many Americans were informed. Another way you can participate is to put a bumper sticker on your car. Over 1,000 people every month will see that bumper sticker about abolishing the FED.
 
If you think our goal is impossible, remember this; only 3% of Americans supported the Revolutionary War, and we won that war. We can win this war too, but only with your help.
 
IN CLOSING
 
For the secret owners of the FED to control the volume of money and become our absolute masters, they had to get the Gold away from our grandparents. This was accomplished in 1933 with the threats of fines and imprisonments by their President Franklin D. Roosevelt with aide Harry Hopkins, who said... "Elect, elect, elect, tax, tax, tax, spend, spend, spend, for the people are too damned stupid to understand". By the way, Roosevelt was an international Banker. See Fool's Gold is Green by Winston Smith.
 
THE FED IS SLOWLY DESTROYING AMERICA
 
Our government never had a chance...with political corruption ravaging its Constitution. The *real facts* don't lie...and neither do government documents...Congressional Record, Congressman Wright Patman, A Primer On Money prepared by the Sub-committee on Domestic Finance, House of Representatives, Committee on Banking and Currency - 88th Congress, 2nd session, August 4th, 1964 and December 23, 1913, page 1464 & 1478.
 
Congressional Record, Congressman Louis McFadden, June 10, 1932, House of Representatives, pages 12604-12605
 
Congressional Record, 98th Congress, 1st session, February 3, 1983, Congressman Ron Paul
 
Congressional Record, Committee on Banking and Currency, House of Representatives, 77th Congress, 1st session, Tuesday, September 30, 1941, pages 1342-1345
 
THERE ARE MANY MORE CONGRESSIONAL TESTIMONIALS
 
IS THERE BIAS IN THE MEDIA REGARDING THE FED?
 
DURING THE TV PRESIDENTIAL DEBATES, CLINTON WAS ASKED SHOULD THERE BE RESTRICTIONS ON THE FED? THE NEXT DAY, MAJOR NEWSPAPERS SAID THEY COVERED THE WHOLE PRESIDENTIAL DEBATE TEXT, BUT MANY NEWSPAPERS ELIMINATED THIS ONE QUESTION. CHECK YOUR LIBRARY!
 
The Revolutionary War was fought and the Constitution was written to prevent other nations and private banks from issuing (printing) money and controlling our currency.
 
In 1913, members of Congress committed treason and violated their oath of office to defend the Constitution against all enemies foreign and domestic by voting in the Federal Reserve Bank.
 
For the New World Order to create a one world government, they must control a central bank, eliminate the Constitution, end Christian values, disarm America, and control the media. The Council on Foreign Relations has openly said they will take us over in favor of a one world government. The American people must be warned or we may lose our freedom forever. If we do not demand our rights and uphold the Constitution, the CFR and bankers will continue their march toward socialism. If we allow them to continue, they will abolish our rights and put an end to our present government. I urge all Americans to distribute the "main" FED-UP brochure ("saving $6000 in taxes per year, per person & balancing the budget) and collect signatures on the petition (see order form in the main brochure). Then all informed Americans can take action and hold their politicians accountable. The bankers control the media, but can not stop patriotic Americans from using copy machines to distribute information and inform America. Once informed, people will demand an explanation why Congress allowed this fraud as the media appeared to be independent and investigative, but remained silent on this important issue.
 
The ones who scream the loudest to keep the Federal Reserve Bank probably profit the most.
 
About the Author
 
Thomas D. Schauf, CPA, is a national speaker to Certified Public Accountants and business leaders. Mr. Schauf's expertise includes banking, the economy, business appraisals, mergers, and acquisitions.
 
We are looking for leaders in all states to help us abolish the FED. Please write and let us know you're willing to help. The future of America depends on you.
 
CONTRIBUTIONS TO CONTINUE THE CAUSE ARE APPRECIATED
 
PLEASE HELP DISTRIBUTE INFORMATION AND COLLECT SIGNATURES ON PETITIONS
 
Mr. Schauf and other speakers are available to speak at seminars, group meetings, on radio, and on television. FED-UP(tm) * P.O. Box 834 * Streamwood, IL 60103-0834
 
(C) 1992 Thomas D. Schauf
 
PLEASE COPY AND DISTRIBUTE WIDELY WITH NO CHANGES

SIGHTINGS HOMEPAGE
"Nous avons institutionnalisé la fraude, la fraude dont on ne parle pas... l'abus de la création de monnaie par le système bancaire est au coeur du problème... Tant que nous n'aurons pas traité cette fraude au coeur de notre système, rien d'autre ne sera juste."

Aucun commentaire:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

Rechercher dans ce blog

Translate

Politesse et étiquette

Les commentaires si possible signés, concis ou non, courtois et pertinents, même très critiques sont appréciés. Toute discussion peut être source de progrès. Les autres, surtout les vulgaires, pourraient être supprimés .

(c) Date de l'article, sinon 2000 Famille de Siebenthal, Lausanne, Suisse. 021 616 88 88

Sites que vous devriez visiter, merci

Saint Jean-Paul II a comparé le rapport sexuel entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html


http://michaeljournal.org

http://ferraye.blogspot.com/

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia
Image des rings burgondes. Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Les combats intérieurs.

Les combats intérieurs.
Signification des armoiries:chapelle de Gstaad, St Niklaus. Mettons le dragon qui est en chacun de nous sous 7 verrous. Meaning of the coat of arms: Chapel of Gstaad, St Niklaus. Let the dragon that is in each of us within 7 locks. http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/misericordes-suisses.html

Un pour tous, tous pour un.

Un pour tous, tous pour un.
Le dragon de nos armoiries qui crache le feu sur le casque.

Les valeurs suisses

Les valeurs suisses
Un pour tous, tous pour un.

Archives du blog

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées.

Ainsi on triomphe :

de l’orgueil par l’humilité,

de l’avarice par la libéralité,

de la luxure par la chasteté,

de la colère par la patience,

de la gourmandise par l’abstinence,

de l’envie par l’amour fraternel,

de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu.

Un combat à la fois, un par jour est plus efficace.

Sagesse de la première Alliance...Isaïe 11.1-3

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.


ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat :

1 le don de Sagesse ;

2 d’Intelligence ;

3 de Conseil ;

4 de Force ;

5 de Science ;

6 de Piété ;

7 de Crainte de Dieu.

A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ?

Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL.

Qu’est-ce que la Sagesse ?

La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien.

Qu’est-ce que l’Intelligence ?

L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit.

Qu’est-ce que le Conseil ?

Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain.

Qu’est-ce que la Force ?

La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis.

Qu’est-ce que la Science ?

La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu.

Qu’est-ce que la Piété ?

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ?

La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.


Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)


Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont en nous et qui nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire mieux agir en faveur du bien commun.

« Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)


Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

http://www.lumenc.org/maladies.php

Les conseils du pape François pour se confesser

Dans un petit livret intitulé « Prends soin de ton cœur », offert par le pape François aux pèlerins de la place Saint Pierre après l'Angelus du 22 février, se trouvent différents textes à méditer pendant le carême et un examen de conscience pour se préparer à la confession.

  • Une distribution un peu particulière a eu lieu il y a quelques jours place Saint-Pierre, à Rome. Des bénévoles, parmi lesquels de nombreux sans-abri venus en pèlerinage, ont distribué à la foule réunie pour entendre l'Angelus un petit carnet offert par le pape pour le premier dimanche du carême.
  • Notre cœur doit se convertir au Seigneur, a insisté François lors de l'Angélus. C’est pourquoi, en ce premier dimanche, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la place, un petit livret de poche intitulé "Prends soin de ton cœur". »

Celui-ci rassemble quelques enseignements de Jésus et les contenus essentiels de la foi, comme les sept sacrements, les dons de l'Esprit Saint, les dix commandements, les vertus, les œuvres de miséricorde, etc. On y trouve aussi un examen de conscience dont le pape avait souligné l'importance lors de sa messe quotidienne à la chapelle de la maison Sainte-Marthe le 11 octobre 2014. « Avoir un cœur recueilli, un cœur dans lequel nous savons ce qui se passe et ici et là, nous pouvons exercer une pratique ancienne mais efficace de l’Église : l’examen de conscience. Qui d’entre nous, le soir, avant de finir sa journée, reste tout seul ou toute seule et se pose la question : qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui dans mon cœur ? Qu’est-il arrivé ? Quelles émotions ont traversé mon cœur ? Si nous ne faisons pas cela, nous ne réussissons pas ni à bien veiller ni à bien protéger notre cœur »

I. Petits rappels sur le sacrement de Confession (ou de Pénitence ou de Réconciliation)

Un vrai chrétien a le souci constant de conserver son âme en état de grâce aux yeux de Dieu. Il sait, en effet, d’une part, que nul ne connaît ni le jour ni l’heure de sa mort et que, d’autre part, l’âme, pour être admise au bonheur parfait et éternel du Ciel, doit être entiè­rement purifiée du péché. C’est pourquoi il reçoit volontiers le sacrement de la Réconciliation.

Par ce sacrement, on obtient la rémission de tous les péchés person­nels (quelle qu’en soit la gravité) commis après le baptême. Ce pouvoir qu’avait le Christ, il l’a transmis à ses Apôtres quand, leur apparaissant après sa Résurrection, il leur a dit : Recevez le Saint-Esprit : les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez ; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez (Jean, XX, 23). Ce pouvoir passa des Apôtres à leurs successeurs.


Tout chrétien doit recevoir ce sacrement au moins une fois chaque année. Il comporte :

L’examen des fautes commises.
Le regret de les avoir commises (Contrition).
La résolution sincère de les éviter à l’avenir.
L’accusation des péchés, au moins graves, à un prêtre approuvé, tenant la place de Dieu.
L’absolution donnée par le prêtre au nom de Jésus-Christ.
L’accomplissement de la pénitence qu’il a imposée (Satisfaction).


Le sacrement de pénitence produit notre propre mort au péché et notre résurrection à la vie en Dieu. Il prolonge ainsi notre baptême et nous prépare à l’eucharistie. Il doit laisser dans nos âmes une immense joie, car c’est un sacrement de vie.


II. Quelques conseils pour bien réaliser son examen de conscience

Par une courte prière, demander à Dieu et à Notre-Dame la grâce de bien connaître les péchés dont on est coupable.

S’examiner sur les Commandements de Dieu et de l’Église ; les péchés capitaux ; les devoirs de son état.

Pour aider le plus d’âmes possible, dont les besoins sont très divers, l’examen proposé ci-après est plutôt détaillé. Mais il est rappelé qu’en confession seule l’accusation des péchés mortels est obligatoire. Un péché est mortel quand, sachant pleinement que la matière en était grave, on l’a néanmoins commis avec un entier consentement. C’est alors une rupture d’amour avec Dieu. Et comme l’âme cesse ainsi d’être unie à Dieu - de qui elle tenait sa vie -, elle meurt surna­turellement : le péché a été "mortel" pour elle.

L’examen terminé, demander instamment à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’une vraie contrition des péchés com­mis et la ferme résolution de les éviter à l’avenir, conditions indispen­sables pour obtenir le pardon de ses péchés.

Pour exciter en soi le regret de ses fautes, réfléchir durant quelques instants :

au redoutable châtiment du purgatoire ou de l’enfer que l’on a mérité ;
aux souffrances et à la mort que Jésus-Christ endura pour l’expiation de nos péchés ;
à la bonté d’un Dieu d’amour et de miséricorde, offensé par le péché qui a produit une rupture profonde, surtout s’il a été mortel.

Puis, réciter lentement l’acte de contrition.

III. Quelques conseils pour recevoir le sacrement lui-même

Avant de rentrer au confessionnal, ou immédiatement en entrant, suivant la coutume, réciter le « Je confesse à Dieu… » LeConfiteor nous remet devant cette réalité du péché et nous fait accomplir le mouvement de « conver­sion » nécessaire, vers Dieu et vers les autres :

Parce que nous nous sommes opposés à l’Amour tout-puissant, en cherchant à réaliser notre bonheur contre Lui ou sans Lui, nous disons : « Je confesse à Dieu tout-puissant » ;

Parce que nous avons porté atteinte à l’œuvre de l’Incarnation et de la Rédemption, en nous séparant de tous ceux qui ont coopéré à cette œuvre, notamment de la Mère du Christ, nous disons : « Je confesse … à la Bienheureuse Marie toujours Vierge » ;

Parce que nous nous sommes opposés à l’œuvre de lutte et de fidélité des anges, l’attente des martyrs, des prophètes de l’Ancien Testament, morts pour que le Règne du Messie se réalise, à l’œuvre des apôtres et des saints qui ont travaillé pour le Christ, nous disons : « Je confesse… à saint Michel (vainqueur du démon), à saint Jean Baptiste (dernier des pro­phètes), aux apôtres (représentés par saint Pierre et saint Paul), et à tous les saints » ;

Enfin, parce que notre péché s’est opposé à toute l’Église et nous sépare des autres membres du Corps Mystique que le prêtre représente, en même temps qu’il tient la place de Jésus Christ, nous disons : « Je confesse… à vous, mon Père… ».


Avant de commencer l’énumération des péchés, préciser : le temps écoulé depuis la dernière confession ; un oubli ou une dissimulation de péché grave dans celle-ci ; une ou plusieurs mauvaises communions (en état de péché grave) ; une omission de la pénitence donnée (volontaire ou non).


Accuser sincèrement tous les péchés mortels que l’on a commis, avec leur nombre et les circonstances qui les ont modifiés (aggravés, allégés), comme par exemple, les péchés commis avec d’autres personnes qu’on a ainsi scandalisées, ou qu’on a entraîné au péché.

L’accusation des péchés véniels n’est pas indispensable car on peut en obtenir le pardon par d’autres moyens que la confession, par exemple la prière, l’aumône, la pénitence… Pourtant, cette accusation est fort conseillée car, par le sacrement de la Confession, on obtient des grâces spéciales pour éviter ces péchés véniels à l’avenir.

Dans le cadre de confessions régulières, on peut dire où l’on en est par rapport à son défaut dominant, ou par rapport à ses résolutions.

Si l’on est troublé ou que l’on a peur, ou tout simplement si on hésite, on peut demander au prêtre de nous interroger, ou de nous renseigner sur la gravité d’un péché.

Terminer par : « Je m’accuse de tous ces péchés, de tous ceux que j’aurais pu avoir oublié et de tous ceux de ma vie passée ; j’en demande très humblement pardon à Dieu, et à vous mon Père, pénitence et absolution si vous m’en jugez digne ».


Ecouter avec attention le mot d'exhortation du prêtre. Avant l'absolution, bien regretter ses péchés, et réciter à cet effet l'acte de contrition : « Mon Dieu, j'ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Vous déplaît. Je prends la ferme résolution avec le secours de Votre sainte grâce de ne plus Vous offenser et de faire pénitence. »


Après la confession, accomplir la pénitence imposée par le confesseur au plus tôt, afin de ne pas l’oublier ; remercier Dieu du pardon obtenu ; renouveler sa résolution d’éviter tout péché à l’avenir, surtout le péché grave.


Examen de conscience détaillé

Avant de commencer cet examen, adresser à Dieu cette prière :

Mon Dieu, je vous supplie, par l’intercession de la Vierge Marie, de m’accorder la grâce de bien connaître tous les péchés dont je suis coupable. Faites qu’ensuite je m’en accuse avec un sincère regret de les avoir commis et une ferme volonté de les éviter à l’avenir et qu’ainsi j’en obtienne le pardon de votre miséricorde infinie. Ainsi soit-il.


Examen sur les commandements de Dieu

1er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et l’aimeras plus que tout… »

Omission de la prière (en particulier le matin et le soir), de la fré­quentation des sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie… Communions ou confessions sacrilèges… Manque de respect des sacrements… Manque au jeûne avant la communion (une heure au moins)… Violation du secret de confession… Doutes volontaires contre la foi… Mise en péril de la foi par la lecture de journaux impies, par des fréquentations dangereuses… Respect humain… Manque de confiance en Dieu ou confiance présomptueuse en ses propres forces… Indifférence à l’égard de Dieu… Manque de soumission à la volonté de Dieu… Pratiques superstitieuses, spiritisme… Critiques de la religion… Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique… Négligence dans sa formation chrétienne…


2ème Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect… »

Emploi inutile du nom de Dieu… Blasphèmes, imprécations, jurons… Serments faux ou inutiles… Irrespect à l’égard des personnes et des choses consacrées à Dieu… Souhaits néfastes à l’égard de soi-même ou d’autrui… Non-accomplissement des vœux émis…


3ème Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur… »

Omission volontaire ou sans motif de l’assistance à la Messe domini­cale ou des fêtes d’obligation… Retard volontaire ou dissipation durant ces Messes… Travail fait ou ordonné sans nécessité ou permission… Recherches de distractions contraires à la sanctification du dimanche…


4ème Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère… »

Manque d’amour, d’affection, de respect, d’obéissance, d’assistance à l’égard des parents durant leur vie et de prière à leur intention après leur mort… Peine causée… Souhaits de mal… Disputes d’intérêt en famille… Manque de déférence et de soumission à l’égard des supérieurs…

Pour les parents à l’égard de leurs enfants : négligence dans leur édu­cation chrétienne ou leur pratique religieuse, mauvais exemples donnés, manque de surveillance, de soins, de disponibilité, de conseils ou de corrections nécessaire… Dureté, injustice, sévérité excessive…


5ème Commandement : « Tu ne tueras point… »

Meurtre, tentative de suicide, euthanasie… Avortements, stérilisations… Souhait de mort ou de malheur à l’égard d’autrui… Vengeance, coups, blessures, torts causés à la santé, drogues, alcool, mutilations… Insultes, injures, mépris, faux rapports, haine, violences, refus de pardonner, vengeances… Indifférence à la peine d’autrui… Scan­dales par mauvais exemples, par conseils ou approbation silen­cieuse…


6ème et 9ème Commandements : « Tu ne feras pas d’impureté… » et « Tu n’auras pas de désir impur volontaire… »

Pensées ou désirs impurs provoqués en soi ou chez les autres… Conversations, chansons, lectures, spectacles immoraux (TV, Internet…) Flirts… Familiarités coupables… Danses lascives… Touchers indécents… Actions contraires à la chasteté, seul ou avec d’autres : masturbation, relations charnelles en dehors du mariage, homosexualité… Tenues ou attitudes provocantes…

Pour les fiancés : Légèretés, tendresses excessivement sensuelles… Relations prématrimoniales… Cohabitation…

Pour les époux : Atteintes coupables à la fécondité du mariage, contraception permanente ou temporaire… Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse… Adultère (pensées, désirs, actions)… Liaisons… Divorce… Remariage civil… Refus injuste du droit du conjoint…


7ème et 10ème Commandements : « Tu ne voleras pas… » et « Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui… »

Vol (quoi ? combien ? circonstances ?), recel, objets trouvés ou empruntés et non rendus… Dommages injustes causés au prochain dans ses biens… Fraudes, manœuvres déloyales dans le travail, les affaires, le commerce, les contrats… Pots-de-vin… Coopération à des injustices… Recel d’objets volés… Négligence dans le paiement des dettes… Salaires insuffisants… Exploitation des faibles… Dommages aux biens collectifs… Désirs de vol ou d’injustices… Non-réparation de dommages causés… Non-restitution… Gaspillage… Travail bâclé…


8ème Commandement : « Tu ne mentiras pas… »

Mensonges avec ou sans préjudice pour autrui… Médisances ou calom­nies, faites ou approuvées… Faux témoignages en justice… Accusations injustes… Jugements téméraires… Rapports injustes nuisibles… Violation du secret, confié ou professionnel, des correspondances… Dissimulation, hypocrisie… Tricheries… Promesses non tenues… Refus de rectifier la vérité…


Examen sur les commandements de l’Église

Tu sanctifieras les fêtes d’obligation (Noël, Ascension, Assomption, Toussaint).

Tu assisteras à la messe les dimanches et fêtes d’obligation.

Tu te confesseras au moins une fois l’an.

Tu communieras chaque année au Temps pascal.

Tu jeûneras les jours fixés par l’Église (Mercredi des Cendres et Vendredi Saint).

Tu ne mangeras pas de viande les jours fixés par l’Église (c’est-à-dire, les jours de jeûne et les vendredis de Carême). Pour les autres vendredis de l’année, cette abstinence peut être remplacée par une autre forme de pénitence (qu’il faut alors accomplir sous peine de péché).


Examen sur les péchés capitaux

ORGUEIL : Amour-propre désordonné… Complaisance en soi-même… Egoïsme… Ambition démesurée… Vanité mondaine… Présomption… Attitudes hautaines, susceptibilité…

AVARICE : Vices contraires aux 7ème et 10ème commandements. Refus de partager, d’aider ceux qui sont dans le besoin (aumône) …

LUXURE : Vices contraires aux 6ème et 9ème commandements.

ENVIE : Jalousie du bonheur, des biens, des succès des autres ; joie de leurs malheurs, de leurs misères, de leurs revers…

GOURMANDISE : Excès dans le manger, le boire… Ivrognerie… Sensualité… Ivresse des stupéfiants…

COLÈRE : Manque de maîtrise de soi, emportements, rancunes, res­sentiment, murmures, bouderie, brusquerie, grossièreté, cruauté…

PARESSE : Dans le lever, le travail, les prières… Oisiveté… Fuite systématique des efforts…


Examen sur les devoirs d’état

N.B. L’examen suivant est très détaillé, et reprend en partie ce qui a déjà été vu auparavant.


Alors qu’il est très important, c’est un domaine qu’on oublie souvent dans l’examen de la conscience. Selon son état de vie et ses responsabilités :


1. Devoirs personnels de chrétiens :

Quelle importance ai-je attaché à ma vie chrétienne, au milieu de toutes mes occupations ? A-t-elle la première place ? Y a-t-il dans ma vie une cohérence entre ma foi et mes œuvres ?

Est-ce que je crois à la présence et à l’action du Seigneur dans le monde et dans ma vie de chaque jour ? Ai-je cherché à mieux connaître sa pensée et sa volonté en face des événements, en face des autres, et de mes problèmes personnels ? Suis-je fidèle à la vocation que Dieu m’a envoyée ?

Ai-je cherché à grandir dans la foi, à approfondir ma connaissance du Sei­gneur par la lecture de l’Évangile et du Catéchisme, ou par tout autre moyen mis à ma disposition : retraites, cours, prédications… ?

Ai-je eu peur de témoigner de ma foi par lâcheté, respect humain ? N’ai-je pas cédé aux doutes, à l’inquiétude, à l’angoisse, au désespoir ?

Ai-je compté sur le Seigneur dans les difficultés et dans les tentations ?

Est-ce que je vis dans l’attente de la vie éternelle ?

Ai-je prié ? Régulièrement ? Avec mon cœur ? Avec toute ma vie ?

Ai-je pris part à la Sainte Messe quand l’Église me le demande ? Y ai-je participé de mon mieux ?

Ai-je vécu le dimanche comme un jour de prière et de joie ? N’ai-je pas accom­pli des travaux qui ne sont pas conformes à cet esprit ?

Ai-je fait quelque chose pour aider la mission d’évangélisation de l’Église ? Pour ramener mes connaissances à la vraie foi ?

N’ai-je pas refusé par souci de ma tranquillité ou par égoïsme de m’engager dans un mouvement d’Église ?

Ai-je collaboré loyalement avec les prêtres de l’Église ? Les ai-je aidé autant que je pouvais ?


2. Devoirs envers le prochain :

Est-ce que j’aime le prochain d’un amour vrai et efficace ?

La misère, les souffrances des autres sont-elles pour moi une préoccupation ? Ai-je fait mon possible pour les sou­lager ?

Ai-je cherché à comprendre les autres ? Ai-je cherché à les aider en mettant à leur disposition mon amitié, mon temps, mes biens ?

N’ai-je jamais blessé les autres par mes paroles, mes gestes ?

Ai-je risqué de porter atteinte à la vie des autres ou à la mienne, par des im­prudences dans le travail, le sport ou sur la route ?

En quoi ai-je pu trahir l’amour des autres : indifférence, oubli des autres, mise à l’écart de certains, mauvais caractère, volonté d’avoir raison à tout prix, jalousie, envie, désir de vengeance, mépris, jugement téméraire, haine, rail­lerie, médisance, calomnie, secrets ré­vélés, achats ou ventes à des prix injustes, dettes impayées, choses non rendues, gaspillage ou détérioration des biens collectifs, mauvais exemple, scan­dale d’autant plus grand qu’il vient d’un témoin du Christ, refus de pardonner.


3. Devoirs familiaux :

Enfants :

Ai-je vraiment aimé mes parents, en évitant d’augmenter leurs difficultés, en leur apportant mon concours, en leur manifestant mon affection ?

Ai-je respecté mes parents ? En leur parlant avec déférence, en ne les jugeant pas sans les comprendre ?

Ai-je respecté l’autorité de mes parents en écoutant leurs conseils, leurs ordres et en les exécutant de mon mieux ?

N’ai-je pas gêné l’atmosphère familiale par de la mauvaise humeur, de la bouderie, de la révolte ?

Est-ce que j’aide de mon mieux mes parents âgés quand ils sont dans la gêne, ou malades ou isolés ?

Est-ce que je cherche à bien m’entendre avec tous les membres de ma famille ?


Personnes mariées :

Suis-je fidèle à l’amour promis le jour du mariage ? Ai-je cherché à développer cet amour, à me donner sans réserve et à me sacrifier ?

Ai-je souci des désirs, des goûts, des difficultés de mon époux ou de mon épouse ?

N’ai-je pas négligé mon foyer ? Ai-je le souci de penser à deux les pro­blèmes de ma famille ?

N’ai-je pas gâché notre amour en ne maîtrisant pas suffisamment les défauts de mon caractère ?

N’ai-je pas recherché les joies du mariage par simple égoïsme ?

La communion des cœurs et des esprits l’emporte-t-elle et anime-t-elle celle des corps ?

N’ai-je pas par égoïsme refusé d’avoir des enfants ? Ai-je dans ce but utilisé des moyens défendus ?

Est-ce que j’apporte toute l’attention voulue à l’éducation de mes enfants ?

Est-ce que je cherche à les connaître, à les comprendre, à découvrir leurs goûts, leur vocation, à suivre leur évolution quand ils grandissent ?

Ai-je pensé à leur donner le moyen d’exercer leur liberté quand ils grandissent ?

Mon attitude envers eux ne manque-t-elle pas de fermeté ou au contraire d’affection et de confiance ?

Est-ce que je leur donne le bon exemple ?

Ai-je cherché à les éduquer religieusement ? Leur ai-je donné le sens de la prière ?

Ai-je cherché à garder au foyer le sens du jour du Seigneur ? Ai-je aidé mes enfants à préparer leur messe ?

Ai-je considéré comme un honneur et un devoir de donner à Dieu des prêtres, des religieuses ?

Notre foyer est-il accueillant pour les autres ?


4. Devoirs professionnels :

Enfants :

Ai-je manqué l’école par ma faute ?

Ai-je mal étudié mes leçons, mal fait mes devoirs ?

Ai-je triché en classe (copié, soufflé) ?


Adultes :

Ai-je négligé mon travail ?

Ai-je conscience des responsabilités qu’engage ma situation, mon rôle ?

Quelle est mon attitude à l’égard de ceux qui me dirigent ? N’ai-je pas cherché, par méchanceté ou jalousie, à miner leur autorité ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux qui travaillent avec moi ? N’ai-je pas tendance à me décharger sur les autres de ma tâche ? Est-ce que je sais les aider, les soutenir, entretenir avec eux des relations de bonne camaraderie ?

Ai-je pris ma place dans les organisa­tions professionnelles ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux que je commande ou que j’emploie ? Est-ce que je les rétribue conformément à la justice ? Les ai-je traité humainement, en res­pectant leur dignité d’hommes ? Ne leur ai-je pas confié des tâches au-dessus de leurs forces ? Leur ai-je accordé le repos auquel ils ont droit et dont ils ont besoin ?


5. Devoirs civiques :

Ai-je rempli mes devoirs de chrétien dans la société ?

Ai-je cherché à m’informer le mieux possible pour comprendre les pro­blèmes sociaux et économiques ? A découvrir les solutions justes et efficaces ?

Ai-je le souci de tenir ma place dans la vie de la cité ou de la nation pour lui donner une meilleure orienta­tion ? Ai-je su accepter les charges mu­nicipales ou autres en les envisageant comme un service ?

Ai-je choisi mes représentants en fonc­tion de leur aptitude à promouvoir le bien commun et la loi divine plutôt qu’en fonction de leur aptitude à défendre mes intérêts ?

Ai-je fait mon possible pour faire changer les lois injustes (Avortements, divorce, euthanasie, pacs, etc.) ?

Examen de conscience pour Adultes

________________________________

Je crois en un Sauveur aimant qui pardonne mes péchés et qui me donne la grâce de devenir un Saint. Par le ministère de ses Prêtres, Jésus–Christ accomplit l’un et l’autre dans le Sacrement de Pénitence.

"Comme le Père M’a envoyé, Moi aussi Je vous envoie … Recevez le Saint Esprit. Les péchés seront pardonnés à qui vous les pardonnerez ils seront retenus à qui vous les retiendrez." (Jean XX : 21-23)

"Vos péchés seraient-ils rouges comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige." (Isaie I : 18)

"Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs." ( Matt. IX : 13)

"Les hommes ont reçu de Dieu un pouvoir accordé ni aux Anges,ni aux Archanges. Jamais il n’a dit aux Esprits Célestes « Tout ce que vous lierez et délierez sur la terre sera lié et délié dans le ciel ». Les Princes de ce monde peuvent seulement lier et délier le corps. Le pouvoir du prêtre va plus loin, il atteint l’âme et elle est exorcisée non seulement par le baptême, mais encore plus par le pardon des péchés. Ne rougissons donc pas de confesser nos fautes. Celui qui rougit de découvrir ses péchés à un homme et qui ne se confesse pas, sera couvert de honte au Jour du Jugement en présence de tout l’univers," (St Jean Chrysostome, Traité sur les prêtres, Livre 3)

Prière avant la confession: O Seigneur, accordez-moi la lumière pour que je me voie comme Vous me voyez, et le grâce de regretter vraiment et effectivement mes péchés. O Marie, aidez-moi à faire une bonne confession.

Comment se confesser: D’abord, examinez bien votre conscience, puis dites au prêtre le genre précis de péchés que vous avez commis et dans la mesure du possible, combien de fois vous les avez commis depuis votre dernière bonne confession. Il n’est obligatoire de confesser que les péchés mortels puisqu’on peut obtenir le pardon des péchés véniels par les sacrifices et les actes de charité. Si vous n’avez pas la certitude qu’un péché soit mortel ou véniel, mentionnez votre doute au confesseur. Souvenez-vous aussi que la confession de péchés véniels aide à éviter le péché et à progresser vers le Ciel.

Conditions nécessaires pour qu’un péché soit mortel:

Matière grave
Pleine connaissance
Entier consentement de la volonté.

Considérations préliminaires:

Ai-je parfois omis de confesser un péché grave dans le passé ; ou ai-je volontairement déguisé ou caché un tel péché ?
Nota bene : Cacher des péchés rend invalide la confession .
La confession est secrète, c’est à dire que c’est une faute mortelle pour le prêtre de révéler à qui que ce soit l’objet d’une confession.
Ai-je été coupable d’irrévérence envers ce sacrement en omettant d’examiner ma conscience avec soin?
Ai-je négligé de faire la pénitence donnée par le prêtre?
Ai-je des habitudes de péchés graves à confesser d’abord (par exemple: impureté, ivrognerie, etc.)

Premier Commandement:

Je suis le Seigneur Ton Dieu. Tu n’auras pas des dieux étrangers devant Moi. (y compris les péchés contre la Foi, l’Espérance et la Charité)

L'amour de l'argent est la racine de tous les maux, c'est une idolâtrie...

Ai-je négligé de connaître ma foi selon l’enseignement du catéchisme, par exemple le Symbole des Apôtres, les Dix Commandements, les Sept Sacrements, le Notre Père, etc.?
Ai-je volontairement mis en doute ou renié l’un des enseignements de l’Eglise?
Ai-je pris part à quelque culte non- catholique?
Suis-je membre de quelque organisation religieuse non-catholique, société secrète ou groupe anti-catholique?
Ai-je, en toute connaissance, lu quelque littérature hérétique, blasphématoire ou anti catholique?
Ai-je pratiqué des superstitions (telles que les horoscopes, prédiction d’avenir, spiritisme, etc.)
Ai-je omis des obligations ou pratiques religieuses pour des motifs de respect humain?
Me suis-je recommandé chaque jour à Dieu?
Ai-je été fidèle à mes prières quotidiennes?
Ai-je fait mauvais usage des Sacrements? Les ai-je reçus sans respect (par exemple la Communion dans la main) ou de manière invalide?
Me suis-je moqué de Dieu, de Notre-Dame, des Saints, de l’Eglise, des Sacrements ou d’autres sujets sacrés?
Ai-je été coupable de grande irrévérence dans l’Eglise (par exemple: conversation, comportement ou vêtement)?
Ai-je été indifférent vis-à-vis de ma foi catholique – en croyant qu’on peut se sauver dans n’importe quelle religion, que toutes les religions se valent?
Ai-je présumé de la miséricorde de Dieu en toute circonstance?
Ai-je désespéré de la miséricorde de Dieu?
Ai-je trahi Dieu?
Ai-je donné trop d’importance à quelque créature, activité, objet ou opinion?

Deuxième Commandement:

Tu ne prendras pas en vain le Nom du Seigneur Ton Dieu.

Ai-je blasphémé le Nom de Dieu à tort, inconsidérément ou en matière légère et triviale?
Ai-je murmuré ou gémi contre Dieu (blasphème)?
Ai-je prononcé des malédictions contre moi-même ou les autres, ou toute créature?
Me suis-je emporté contre les autres jusqu’à provoquer des jurons ou des blasphèmes contre Dieu?
Ai-je manqué à un vœu fait à Dieu?

Troisième Commandement:

Souvenez –vous de sanctifier le Sabbat.

Ai-je manqué la Messe le dimanche ou une fête d’obligation?
Ai-je été en retard à la Messe ou l’ai-je écourtée par ma faute?
Ai-je fait manquer la Messe à d’autres ou leur ai-je fait écourter la Messe?
Ai-je été volontairement distrait pendant la Messe ?
Ai-je fait ou commander un travail servile non nécessaire le dimanche ou les jours de fête d’obligation?
Ai-je acheté ou vendu sans nécessité ce jour là?

Quatrième Commandement:

Honore ton père et ta mère.

Ai-je désobéi ou manqué de respect envers mes parents ou ai-je négligé ou refusé de les aider dans leurs besoins ?
Ai-je manqué de respect pour des personnes chargées de me commander?
Ai-je calomnié ou insulté des prêtres ou d’autres personnes consacrées à Dieu?
Ai-je manqué de respect vis à vis des personnes âgées?
Ai-je maltraité mon conjoint ou mes enfants?
Ai-je désobéi ou manqué de respect à mon mari?
En ce qui concerne mes enfants:

Ai-je négligé leurs besoins matériels?
Me suis-je soucié de les faire baptiser de bonne heure?1
Ai-je pris soin de leur éducation religieuse personnelle?
Leur ai-je permis de négliger leurs devoirs religieux?
Leur ai-je permis le flirt ou des fréquentations régulières sans perspective du mariage dans un proche avenir?
Ai-je veillé à leurs compagnies?
Ai-je omis de les discipliner quand c’était nécessaire?
Leur ai-je donné un mauvais exemple?
Les ai-je scandalisés par des disputes avec mon conjoint en présence de mes enfants? En jurant ou blasphémant en leur présence?
Ai-je gardé la modestie à la maison?
Leur ai-je permis de porter des vêtements immodestes (mini jupes, pantalons serrés, robes ou pulls trop ajustés, corsages transparents, shorts courts, tenues de bain provocantes, etc.)? 2
Leur ai-je refusé la liberté de se marier ou de suivre une vocation religieuse?

________________________________

1 Les nouveaux nés devraient être baptisés dès que possible. Sauf prescription diocésaines particulières, il semble généralement admis qu’un nouveau-né devrait être baptisé dans l’intervalle de une semaine ou dix jours environ après sa naissance. Beaucoup de catholiques repoussent le baptême à une quinzaine ou un peu plus. L’idée d’administrer le baptême dans les trois jours après la naissance est considérée comme trop stricte. Saint Alphonse, suivant l’opinion commune, pensait qu’un délai non motivé au-delà de dix ou onze jours serait un péché grave. Par rapport à la coutume moderne, connue et non corrigée par les Ordinaires locaux, un délai non motivé au delà d’un mois serait un péché grave. S’il n’y a pas de danger probable pour l’enfant, les parents ne peuvent être convaincus de péché grave en différant le baptême un peu au-delà de trois semaines au plus, mais l’usage de faire baptiser un nouveau-né dans l’intervalle d’environ une semaine ou dix jours après la naissance est fort recommandable et en vérité, une date plus précoce peut être recommandée à juste titre. — H. Davis S.J., Moral and Pastoral Theology, Vol. III, Pg.65, Sheed and Ward, New York, 1935

2 Demander le feuillet LF05 Règles Mariales pour la Modestie dans le vêtement.

Cinquième Commandement:

Tu ne tueras pas.

Ai-je provoqué, désiré ou hâté la mort ou la blessure physique de quelqu’un?
Ai-je entretenu de la haine contre quelqu’un?
Ai-je opprimé quelqu’un?
Ai-je désiré la vengeance?
Ai-je été cause d’inimitié entre d’autres personnes?
Ai-je querellé ou combattu quelqu’un?
Ai-je souhaité du mal à quelqu’un?
Ai-je eu l’intention ou tenté de blesser ou de maltraiter d’autres personnes?
Y a-t-il quelqu’un avec qui je refuse de parler ou contre qui je garde rancune?
Ai-je pris plaisir aux malheurs de quelqu’un?
Ai-je été jaloux ou envieux?
Ai-je pratiqué ou essayé de pratiquer un avortement ou conseillé à quelqu’un de le faire
Ai-je, d’une manière ou d’une autre, mutilé mon corps sans nécessité?
Ai-je eu des pensées de suicide ou des tentatives?
Me suis-je enivré ? Ai-je pris des drogues interdites?
Ai-je trop mangé ou est-ce que je néglige de me nourrir convenablement? (c’est à dire avec des aliments sains)
Ai-je manqué à la correction fraternelle?
Ai-je nuit à l’âme de quelqu’un, surtout aux enfants en scandalisant par le mauvais exemple?
Ai-je nuit à moi-même en exposant mon âme aux tentations volontairement et sans nécessité. (par exemple: mauvaises émissions, mauvaises chansons, plages, etc.)?

Sixième et Neuvième Commandement:

Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne désireras pas la femme de ton prochain.

Ai-je refusé à mon conjoint, à ma conjointe, les droits du mariage?
Ai-je pratiqué le contrôle des naissances (pilules, appareils, retrait)?
Ai-je abusé des droits du mariage de quelque autre manière?
Ai-je commis l’adultère ou la fornication ( pratiques sexuelles prémaritales)?
Ai-je commis un péché contre nature dans le domaine de la pureté (homosexualité ou lesbianisme en pensée, en parole ou en action )?
Ai-je touché ou embrassé quelqu’un de manière impure?
Me suis-je engagé dans des baisers prolongés et passionnés en dehors du mariage ?
Me suis-je engagé dans des affections désordonnées?
Ai-je pratiqué l’impureté solitairement ( masturbation )?
Ai-je entretenu des pensées impures et m’y suis-je complu?
Me suis-je laissé aller à des désirs sensuels pour quelqu’un ou ai-je volontairement désiré voir ou faire quelque chose d’impur?
Me suis-je laissé aller volontairement à quelque plaisir sexuel complet ou incomplet en dehors du mariage?
Ai-je été occasion de péché pour d’autres en portant des vêtements immodestes, trop serrés ou provocants de toute autre manière?
Ai-je agi pour provoquer ou occasionner chez les autres des pensées ou des désirs impurs délibérément ou par légèreté?
Ai-je fait des lectures indécentes ou regardé de mauvais film?
Ai-je regardé des films et des émissions érotiques ou la pornographie par internet ou permis à des enfants de le faire?
Ai-je prononcé des paroles ou raconté des histoires indécentes?
Ai-je écouté volontairement de telles histoires?
Me suis-je vanté de mes péchés ou complu dans les péchés du passé?
Me suis-je trouvé en compagnie impudique?
Ai-je consenti à des regards impudiques?
Ai-je négligé de contrôler mon imagination?
Ai-je prié tout de suite pour bannir de si mauvaises pensées et tentations?
Ai-je évité la paresse, la gourmandise, l’oisiveté et les occasions d’impureté?
Ai-je pris part à des danses immodestes et à des spectacles indécents?
Suis-je resté sans nécessité seul en compagnie de quelqu’un du sexe opposé en dehors du mariage?

Nota bene: Ne pas craindre de dire au prêtre tout péché d’impureté que vous avez pu commettre. Ne pas cacher ou essayer de déguiser de tels péchés. Le prêtre est là pour vous aider et vous pardonner. Rien de ce que vous dites ne le choquera, donc ne craignez pas, quelque puisse être votre honte.

Septième et Dixième Commandement:

Tu ne voleras pas. Tu ne convoitera pas les biens du prochains.

Ai-je volé quelque chose? Quoi ou combien?
Ai-je endommagé le bien des autres?
Ai-je par négligence abîmé le bien des autres?
Ai-je été négligent dans la gestion de l’argent et des biens d’autrui?
Ai-je triché ou fraudé?
Ai-je participé excessivement à des jeux d’argent?
Ai-je refusé ou négligé de payer mes dettes?
Ai-je acquis un bien notoirement volé?
Ai-je omis de rendre des objets prêtés?
Ai-je trompé mon employeur sur ma journée de travail?
Ai-je triché sur les salaires de mes employés?
Ai-je refusé ou négligé d’aider quelqu’un en urgente nécessité?
Ai-je omis de restituer en cas de vol, de tricherie ou de fraude?
Ai-je envié à un autre ce qu’il avait?
Ai-je été jaloux du bien d’autrui?
Ai-je été avare?
Ai-je été cupide et avare, accordant trop d’importance aux biens matériels et au confort? Mon cœur est-il porté vers les possessions terrestres ou les vrais trésors du Ciel ?

Huitième Commandement:

Tu ne porteras pas de faux témoignage envers ton prochain.

Ai-je menti à propos de quelqu’un?
Mes mensonges ont-ils causé un tort matériel ou spirituel?
Ai-je porté des jugements téméraires (c’est à dire cru fermement, sans preuve évidente à la culpabilité de quelqu’un dans un crime ou une faute morale?
Ai-je nui à la bonne réputation de quelqu’un en révélant des fautes vraies mais cachées (délation )?
Ai-je révélé les péchés d’autrui?
Ai-je été coupable de cafardage (c’est à dire d’avoir rapporté quelque chose de défavorable dit par quelqu’un à propos d’un autre de manière à créer l’inimitié entre eux)?
Ai-je encouragé ou prêté l’oreille à la diffusion du scandale concernant mon prochain?
Ai-je prêté de faux serments ou signé de faux documents?
Suis-je critique, négatif ou peu charitable dans ma conversation?
Ai-je flatté les autres?

Les Sept Péchés Capitaux et les Vertus opposées.

Orgueil..............................................Humilité
Avarice............................................Libéralité
Luxure.............................................Chasteté
Colère...............................................Douceur
Gourmandise....................................Tempérance
Jalousie...........................................Amour fraternel
Paresse............................................Effort

Cinq effets de l’Orgueil

La vaine gloiren a. Vantardise b. Dissimulation/Duplicité
Ambition
Mépris des autres
Colère / Vengeance / Ressentiment
Entêtement / Obstination

Neuf manières d’être instrument de péché pour d’autres.

A. Ai-je sciemment été cause de péché ?
B. Ai-je coopéré au péché des autres ?

Le conseil
Le commandement
Le consentement
La provocation
La louange ou la flatterie
La dissimulation
La participation
Le silence
La défense du mal accompli.

Les Quatre Péchés qui crient vengeance au Ciel.

Le meurtre volontaire
La Sodomie ou le Lesbianisme
L’oppression des pauvres
La fraude sur le juste salaire du travailleur.

Les Six Commandements de l’Eglise.

Ai-je entendu la Messe le dimanche et les fêtes d’obligation?
Ai-je pratiqué le jeûne et l’abstinence les jours désignés et ai-je observé le jeûne eucharistique?
Me suis-je confessé au moins une fois l’an?
Ai-je reçu la Sainte Eucharistie au temps de Pâques?
Ai-je contribué au soutien de l’Eglise dans la mesure où je le dois?
Ai-je observé les lois de l’Eglise concernant le mariage (c’est à dire le mariage sans présence d’un prêtre ou mariage avec un parent ou non-catholique)?

Les Cinq Blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie.

Ai-je blasphémé contre l’Immaculée Conception?
Ai-je blasphémé contre la Virginité Perpétuelle de Marie?
Ai-je blasphémé contre la Divine Maternité de Notre Dame ? Ai-je manqué à reconnaître Notre Dame comme Mère de tous les hommes?
Ai-je cherché officiellement à semer dans les cœurs des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine de ce Cœur Immaculé?
L’ai-je outragée directement dans Ses Saintes Images?

Finalement:

Ai-je reçu la Sainte Communion en état de péché mortel? (Sacrilège)

Examen des péchés véniels d’après St Antoine-Marie Claret.

L’âme devrait éviter tous les péchés véniels, spécialement ceux qui ouvrent la voie du péché mortel. Ce n’est pas assez , mon âme, de prendre la ferme résolution de souffrir la mort plutôt que de commettre un péché mortel. Il est nécessaire de former une résolution semblable par rapport au péché véniel. Celui qui ne trouve pas en lui-même cette volonté ne peut trouver la sécurité. Rien ne peut nous donner une certaine sécurité du salut éternel comme une vigilance incessante pour éviter même le moindre péché véniel et un sérieux remarquable en tous points touchant toutes les pratiques de la vie spirituelle - sérieux dans la prière et les rapports avec Dieu, sérieux dans la mortification et le renoncement, sérieux dans l’humilité et l’acceptation du mépris, sérieux dans l’obéissance et le renoncement à sa volonté propre, sérieux dans l’amour de Dieu et du prochain . Celui qui veut atteindre ce sérieux et le garder, doit nécessairement prendre la résolution d’éviter toujours spécialement les péchés véniels

suivants:

Le péché d’admettre en son cœur tout soupçon non fondé, tout jugement injuste contre le prochain.
Le péché d’entrer en conversation sur les défauts d’autrui et de manquer à la charité de toute autre manière même légèrement.
Le péché d’omettre, par paresse, nos pratiques spirituelles ou de les accomplir avec négligence volontaire.
Le péché d’avoir une affection désordonnée pour quelqu’un.
Le péché d’avoir une vaine estime de soi-même ou une vaine satisfaction dans ce qui nous concerne
Le péché de recevoir le Saint Sacrement de manière insouciante, avec des distractions et autres irrévérences et sans préparation sérieuse.
Impatiences, ressentiment, tout manquement à accepter des déceptions comme venant de la Main de Dieu ; car cela met obstacle à la voie des décrets et dispositions de la Divine Providence par rapport à nous-mêmes.
Le péché de se donner occasion de ternir même de loin l’éclat immaculé de la sainte pureté.
La faute de cacher volontairement à ceux qui devraient les connaître, les mauvaises inclinations, les faiblesses et les mortifications, en cherchant à poursuivre la route de la vertu, non sous la direction de l’obéissance, mais en se laissant guider par ses propres caprices.

Nota bene: Ceci s’entend de circonstances où nous pourrions avoir une direction qui mérite d’être recherchée, mais nous préférons suivre nos faibles lumières personnelles).

Prière pour une bonne confession

O mon Dieu, par mes péchés détestables, j’ai crucifié de nouveau Votre Divin Fils et L’ai tourné en dérision. A cause de cela, j’ai mérité Votre Colère et me suis rendu digne des feux de l’Enfer. Combien aussi j’ai été ingrat envers Vous, mon Père Céleste, qui m’avez tiré du néant, m’avez racheté par le Précieux Sang de Votre Fils et m’avez sanctifié par Vos Saints Sacrements et le Saint Esprit. Mais dans Votre Miséricorde, vous m’avez réservé cette confession. Recevez –moi de nouveau comme Votre fils prodigue et accordez-moi de bien me confesser pour que je puisse recommencer à Vous aimer de tout mon cœur et de toute mon âme et par conséquent garder vos commandements et souffrir patiemment toute expiation temporelle qui reste à accomplir. J’espère obtenir de Votre bonté et puissance, la vie éternelle au Paradis. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen.

Note Finale

N’oubliez pas de confesser vos péchés avec regret surnaturel en même temps que ferme résolution de ne plus retomber dans le péché et d’éviter les occasions prochaines de péché. Demandez à votre Confesseur de vous aider en toute difficulté qui entraverait une bonne confession. Accomplissez promptement votre pénitence.

Acte de Contrition

O mon Dieu, je regrette du fond du cœur de vous avoir offensé. Et je déteste tous mes péchés, parce que je redoute la perte du Ciel et les peines de l’Enfer, mais surtout parce que mes péchés Vous offensent, mon Dieu, qui êtes toute bonté et qui méritez tout mon amour. Je prends la ferme résolution, avec le secours de Votre Grâce, de confesser mes péchés, de faire pénitence et d’amender ma vie. Amen.


EXAMEN DE CONSCIENCE POUR ADULTES

Résumé: Il faut rechercher au moins tous les péchés mortels dont on se souvient et qui n’ont pas encore été confessés dans une bonne confession et à un prêtre ayant les pouvoirs pour absoudre. Un péché est mortel s’il y a : gravité de matière, pleine connaissance et plein consentement. Indiquer, dans la mesure du possible, leur espèce et leur nombre (même pour les désirs). Pour cela on demande à Dieu la grâce de bien connaître ses fautes et on s’examine sur les Dix Commandements et les préceptes de l’Église, sur les péchés capitaux et les devoirs de notre état. Il faudra penser à accuser également les péchés qui ont pu être commis par omission. N.B.: La confession est sacrilège lorsqu’on a volontairement caché des fautes mortelles. COMMANDEMENTS DE DIEU l er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. » Dieu est-il au centre de ma vie ? Est-il bien pour moi un Père à l’amour duquel je réponds par un amour total et une généreuse obéissance ? Jésus est-il vraiment mon Maître et mon modèle, celui dont je vis par la foi et les sacrements ? Manquements par omission ou négligence dans les prières (matin, soir, dans les tentations) et la réception des sacrements. Tiédeur. Respect humain pour manifester sa foi. Parole ou acte contre la religion. Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique. Superstitions, spiritisme. Avoir tenté Dieu. Péchés contre la foi : refus d’adhérer à une ou plusieurs vérités révélées. Doutes volontaires. Négligeance dans sa sa propre formation religieuse. Lectures, émissions et spectacles portant atteinte à la foi ou à la morale. Péchés contre l’espérance : manque de confiance en la bonté et la providence de Dieu. Découragement, désespoir. Compter sur ses seules forces. Prétexter de la bonté de Dieu pour pécher. Ne pas désirer le ciel. Péchés contre la charité : indifférence par rapport à Dieu ; absence de prière et de pratique religieuse. Sacrilèges en profanant les choses saintes, en particulier confessions (incomplètes volontairement) et communions sacrilèges (reçues en état de péché mortel). Envers le prochain : refus de voir Dieu dans nos frères; haines, mépris, moqueries ; refus d’assister son prohain dans les graves nécessités. 2e Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect. » Transgresser les serments et vœux faits en son nom. Associer son nom à des serments faux ou inutiles. Blasphémer son nom, celui de la Vierge ou des saints. Prononcer des imprécations contre soi ou contre autrui. 3e Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur. » Avoir manqué à la sainte Messe par sa faute, y être arrivé en retard. Avoir fait ou fait faire “des travaux et des occupations qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au jour du Seigneur, ou la détente convenable de l’esprit et du corps” (can.1247). Avoir été à des amusements ou réunions dangereuses pour la foi ou les mœurs. 4e Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère. » Enfants de tous âges : Manque d’amour, de respect, d’obéissance (dans les limites de leur autorité), de reconnaissance et d’assistance (matérielle, spirituelle) aux parents. Parents : ne pas témoigner de l’affection à tous ses enfants ; ne pas leur donner l’exemple d’une vie vertueuse et chrétienne. Envers ceux encore sous leur dépendance : Association Notre Dame de Chrétienté manquements dans leur formation humaine et chrétienne (instruction religieuse, choix de l’école); et dans ses devoirs de surveillance, de conseil et de corrections nécessaires. Tous : disputes d’intérêt en famille. Manquements dans l’accomplissement du travail dans le respect dû à l’autorité (dans le métier, la vie collective) ou dans les responsabilités des dirigeants (conditions de travail honnêtes, juste salaire, respect vis-à-vis des employés). Insoumission aux lois civiles justes (impôts, service militaire, devoir civique). 5e Commandement : « Tu ne tueras point. » Meurtre, tentative de suicide, imprudence exposant à tuer ou blesser son prochain (sport à risque, transgression grave et volontaire du code de la route, conduite en état d’ivresse). Colères, disputes, vengeances, refus de pardon, rancunes, envie, jalousie, drogue. Excès dans les boissons, gourmandise. Attitude insultante et scandaleuse. Participation (par action ou par omission), à la stérilisation, à l’avortement, à l’euthanasie, au suicide. Incitation à la violence, à la lutte des classes. Haine raciale ou ethnique. 6e et 9e Commandements : « Tu ne commettras pas d’impureté. Tu n’auras pas le désir impur volontaire. » Pensées, désirs et actes commis seul ou avec d’autres contre la pureté. Conversations et chansons déshonnêtes. Lectures, spectacles (TV, films,...), fréquentation de lieux exposant à l’impureté. Responsabilité dans le péché d’autrui (danse, mode et attitude provocantes). Personnes mariées : Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse. Moyens contraceptifs, ponctuels ou permanents. Refus des droits du conjoint. Adultère (pensées, désirs, actions). Infidélité affective. Liaison extra-matrimoniale. Divorce. “Remariage”. Fiancés : Manifestations de tendresse excessivement sensuelles. Relations pré matrimoniales. Cohabitation. 7e et 10e Commandements : « Tu ne voleras pas. Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. » Participation direct ou indirect à des vols, fraudes, injustices. Dettes impayées. Non restitution. Recel d’objets volés. Tort causé dans les ventes, contrats, transactions. Tricheries. Fraudes. Pots de vin. Non-respect des lois sociales justes sur le travail, les assurances... Travail bâclé ; perte de temps. Dépenses excessives, par luxe, vanité, etc. Gaspillage. 8e Commandement : « Tu ne mentiras point. » Mensonges. Faux témoignage. Accusations injustes. Jugements téméraires. Calomnies (personnes ou institutions). Secrets violés. Médisances, ragots. Refus de réparer ou de rectifier COMMANDEMENTS DE L’ÉGLISE 1. Tu sanctifieras les dimanches et fêtes d’obligation (en France : Noël, Pâques, Ascension, La Pentecôte, Assomption, Toussaint) : par l’assistance à la messe et l’abstention d’activités contraires à la sanctification du jour du Seigneur (voir 3e commandement de Dieu). 2. Tu te confesseras au moins une fois l’an. 3. Tu communieras chaque année au Temps pascal (de Pâques à la Pentecôte). 4. Tu jeûneras ou feras abstinence les jours fixés. Jeûne et abstinence: Mercredi des Cendres et Vendredi Saint ; abstinence : tous les vendredis de l’année (les vendredis autres que ceux du Carême, on peut remplacer l’abstinence par une autre pénitence). 5. Tu contribueras selon tes moyens aux dépenses de l’Eglise. Association Notre Dame de Chrétienté DEVOIRS D’ÉTAT 1. Devoirs de chrétien : effort pour tendre à la perfection de la charité ; témoignage de cohérence entre la foi et les œuvres ; fidélité à la vocation reçue de Dieu ; dimension apostolique de sa vie ; approfondissement de sa foi ; aide à l’Eglise ; respect et obéissance à la hiérarchie dans ce qui dépend de son autorité. 2. Devoirs dans la famille : fidélité et don de soi dans le mariage ; générosité dans la procréation et l’éducation des enfants ; amour et entraide ; affection et assistance aux ascendants. 3. Devoirs dans la profession application au travail ; sens de la justice dans les rapports professionnels, dans les contrats. 4. Devoirs dans la cité : participation à la vie de la cité, devoir électoral ; respect des lois justes ; effort pour faire changer les lois injustes (avortement, ...) ; solidarité avec les plus démunis. MAÎTRISE DE SON TEMPÉRAMENT Il faut soumettre à la raison et à la loi de Dieu les passions déréglées par le péché originel et nos propres péchés. On distingue sept tendances qui nous inclinent au mal : - l’orgueil : amour désordonné de soi-même qui engendre l’ambition, la présomption, la vaine gloire, les attitudes hautaines, les vanités mondaines. - l’avarice : attachement désordonné aux richesses qui engendre l’injustice, l’endurcissement du cœur, le défaut de générosité pour faire l’aumône, l’aveuglement de l’esprit. - la luxure : vice contraire, voir 6e et 9e commandements. - L’envie : nous attriste à la vue des qualités ou des succès d’autrui ; engendre la calomnie, la jalousie, les discordes, les actions portant tort à autrui. - la gourmandise : excès dans le manger et le boire (alcoolisme) qui met en danger notre santé et nous fait perdre la possession de nous-mêmes. - la colère : fait perdre le contrôle de soi-même et porte aux injures, querelles, coups... - la paresse : incline à fuir l’effort dans le travail, l’accomplissement des devoirs. Association Notre Dame de Chrétienté

Mit freundlichen Grüssen

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely
Saludos cordiales
בברכה, בכבוד רב
С уважение
ขอแสดงความนับถือ
你的真诚的
المخلص

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement ! Comme à Chypre et en Grèce... Arnaque de la création monétaire du néant, ex nihilo... Grâce à monnaie-pleine, on peut rédiger ensemble un projet de loi d'application ou un contre-projet et reprendre ainsi toutes les meilleures solutions, BNS, RBI, monnaie, crédits, etc...

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Thème pour l'année 2016: Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Invitations 2017
In English
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/free-invitations-every-year.html

en français:
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/invitations-gratuites-chaque-annee.html

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement !

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Articles les plus consultés