Google+ Followers

Vidéos explicatives par François de Siebenthal sur youtube, dailymotion ou https://vimeo.com/136794

Loading...

Google+ Badge

vendredi 23 décembre 2016

Federal Council adopts monetary policy report



Federal Council adopts monetary policy report



Our solutions below:

Bern, 21.12.2016 - During its meeting on 21 December 2016, the Federal Council approved a report on monetary policy, thereby responding to various postulates referred by Parliament after the discontinuation of the exchange rate floor for the euro. The report concluded that the Swiss National Bank has appropriate governance and can perform its mandate effectively with the existing legal framework.
Many parliamentary procedural requests on monetary policy in general and on the Swiss National Bank (SNB) in particular were submitted following the discontinuation of the exchange rate floor for the euro on 15 January 2015: the Bischof 15.3091 and 15.4053 postulates on negative interest rates and SNB governance, the Rechsteiner 15.3367 postulate on the role of the Swiss franc and the Cramer 15.3208 postulate on the strong franc and shopping tourism.
The Federal Council has drawn up a report on these topics. It shows that the SNB's monetary policy concept has proved its worth also in difficult situations such as in the wake of the global financial crisis from 2007 to 2009. The National Bank has all the instruments necessary to perform its mandate, i.e. to ensure price stability while paying due attention to the development of the economy. Furthermore, it can influence the value of the franc if it considers this to be necessary. Particular attention was paid to the issue of SNB governance. The Federal Council considers the SNB's existing legal basis to be appropriate and sees no need to change it.
Interest rates are currently very low worldwide. This low interest rate environment is highly challenging for pension funds and banks, irrespective of the SNB's negative interest rates, which it introduced to reduce the appeal of investments in Swiss francs. They are effective only if all financial market players are affected by them. Any exceptions would create a precedent which would diminish the effectiveness of monetary policy.

Address for enquiries
Philipp Rohr, Communications Officer, Federal Finance Administration FFA
Tel. +41 58 465 16 06, philipp.rohr@efv.admin.ch

Publisher

François de Siebenthal: Swiss solutions asap, vix...God is simple and ...

desiebenthal.blogspot.com/2009/01/stop-or-set-aside-by-eric-v-encina.html

3 janv. 2009 - new Local Social Credit Banks, is to conduct continuing member education. This is especially important for attracting and recruiting new ...

François de Siebenthal: Why a swiss national bank ?

desiebenthal.blogspot.com/2016/09/why-swiss-national-bank.html

3 sept. 2016 - Centralized control of a limited quantity of money is NOT the answer, and there is NOT ... François de SiebenthalSwiss national bank + 30 %.

An interview with a former Swiss banker - michaeljournal.org

www.michaeljournal.org/swissbanker.htm

Traduire cette page
He recently spoke to Francois de Siebenthal, who is a former banker from Switzerland, on the crisis in the financial world today and what solutions he would ...

François de Siebenthal: Science-fiction & solutions

desiebenthal.blogspot.ch/2016/07/science-fictiion-solutions.html?...

Traduire cette page
6 juil. 2016 - Science-fiction & solutions. For us the living, by Robert Heinlein. Science-fiction can .... François de Siebenthal: Confessions of a swiss banker,.


Helicopter money







Two weeks ago, the ECB decided to extend QE for another 9 months. This means more work to be done to convince policymakers that QE is not the right response to the Eurozone crisis. Look what we achieved in 2016!

1. We organised a conference at the European Parliament

In February we hosted a very successful and well-attended conference at the European Parliament thanks to key supporting MEPs Molly Scott-Cato, Fabio de Masi and Paul Tang. The conference was an important step to establish the campaign’s credibility within the EU. » Check out the highlights from the event

2. The European Parliament published a report on helicopter money

In April, the European Parliament’s research service dedicated a special policy briefing report on the concept of ‘helicopter money’. The report mentions our work and is broadly positive. » Check it out

3. A great event in Paris

We also started to build a national coalition in France, and raised our profile by organising a public conference on May 31st in Paris. Key supporters of the campaign presented different proposals for QE for People. The conference was well covered in the French media. » Read our report

4. 18 MEPs signed an open letter to the ECB

In June, we convinced 18 MEPs to sign a joint letter to Mario Draghi, asking the ECB to “dedicate significant expertise and resources to studying the viability and implementation of innovative policies”. The letter was covered by the Financial Times. » Read the letter

5. We demonstrated the feasibility of QE for People

In September we intensified our lobbying activities in Brussels. In order to convince more MEPs about the need for QE for People, we produced a policy briefing which summarizes how and why the ECB could distribute money directly to citizens. The report is one of the few papers which clearly shows why (and how) the measure would be legal. » Read the paper

6. The vast majority of the population would support QE for People

In October, a European wide survey evaluated whether people would support the ECB for distributing money directly to individuals. The results showed that 54% would be in favour, with only 14% against. The survey also evaluates how people would spend the money.

» Check out the survey results

7. The European Parliament criticized QE for the first time

In November, the European Parliament adopted its annual resolution on the ECB. After some significant work from us engaging with MEPsIn contrast to previous years, for the first time the parliament expressed important concerns on quantitative easing, especially on its lack of effectiveness and its undesired side-effects. » Share on social media

8. The ECB itself admitted QE for People would be legal

In December, the ECB itself came out with a public letter which broadly supports our view. The ECB said ‘helicopter money’ is legal, if it is designed within the monetary policy framework. This is probably the most insightful statement the ECB has ever made on this topic, which shows they are actually thinking about it! » Check our report

9. We exposed the ECB’s support for climate change industry

We partnered with Corporate Europe Observatory to scrutinize the ECB’s corporate bonds purchases and found out that the ECB is indeed fueling polluting industries that are far away from the EU’s anti-climate change commitments. The report was mentioned in the Guardian and lots of other national media. Following up on this, Green MEPs decided to write a letter to the ECB. » Share to expose

10. We established a public-interest voice on monetary policy

More than 10,000 people are supporting the campaign and we are doing our best to make your voice heard in a debate that is mostly dominated by the financial sector. We are the only European voice representing civil society in monetary policy issues.

» Together we can make a difference. Can you spread the word and invite your contacts to join the campaign?

We wish you a very merry Christmas! See you in 2017!
The Wanderer, January 8, 2008

Should "Social Credit" Be Taken Seriously?

By PAUL LIKOUDIS

In his new book, *In Defense of Human Dignity: Essays on the Just Third Way: A Natural Law Perspective* (reviewed three weeks ago in From the Mail), Michael D. Greaney devotes a chapter to "A Critique of Social Credit," arguing that the economic theory or "system" developed by English Major C. H. Douglas in the 1920s is not compatible with Catholic social doctrine.

And yet, the Douglas' "scheme," especially as further developed by the great French Canadian Catholic lay activist Louis Even and a host of his disciples, including a former mayor of Montreal, is an idea that is growing in popularity around the world, has been adopted by such countries as the Philippines and Madagascar, and was enthusiastically endorsed and recommended as a viable solution to the economic chaos engulfing much of the world now by His Eminence Bernard Cardinal Agre, Archbishop Emeritus of the Archdiocese of Abidan, Ivory Coast at a social action conference in Quebec this past summer.

"Social Credit" has also been the subject of favorable articles published recently in the British journal New Science, as well as by the University of Ottawa based Centre for Research on Globalization.

In an address this past June to the members of the lay action movement founded by Even, the Pilgrims of St. Michael in Rougemont, Quebec, titled "The Social Credit Lessons Are Based on the Social Doctrine of the Church," Cardinal Agre, who serves on the Pontifical Council for Justice and Peace, explained how the doctrines of Social Credit are in complete accordance with the teachings of the Compendium of the Social Doctrine of the Church, and said he would like to see the Pilgrims of St. Michael have a permanent residence in Rome.

Cardinal Agre was one of four cardinals entrusted by Pope John Paul II to write the Compendium of the Social Doctrine of the Church.

"When you take the ten lessons on Social Credit," the cardinal said," they directly originate from the thought that was condensed in the Compendium of the Social Doctrine of the Church; you can fully sense the content of the Social Doctrine and the application of the Gospel in these ten lessons. I believe that we must pay much attention to this.

"You have a goldmine in the Compendium that assembles all what the great Popes spoke and said about society, starting with those who spoke most: Pius XI, Pius XII, John XXIII, Paul VI who also wrote a lot, and John Paul II. It is all of this together that makes the Social Doctrine of the Church. We must remember this.

"Money is not to be rejected, but earned honestly, and one must be careful. I leave you with this phrase: 'We must dishonor money earned through evil.' This means that today all the banks create money, but there is clean money and dirty money. Dirty money creates nothing, dirty money of prostitution, of all kinds of evils that we cannot name. It exists, the banks create money. All money that the banks receive is money that is clean and earned, but the money that banks create out of nothing is dirty money...

"Dishonor money that is ill­gained and ill-employed as well, because money that is ill-employed becomes noxious. That is what you read in the Ten Lessons on Social Credit and other teachings.

"Like everyone else, I came looking for hope. My hope is that no matter what, by dint of talking, educating, creating study circles, we will finally manage to break this law of iron and fire of money, of an international financial house that controls all of us; we will succeed, it is certain..."

To further show his support for the Social Credit movement promoted by the Pilgrims of St. Michael, Cardinal Agre agreed to write the forward for a new edition of the Polish language edition of Louis Even's book on Social Credit.

In fact, the Social Credit ideas of Douglas and Even almost became law in the United States in 1932, through legislation known as "the Goldsborough Bill," after Maryland Rep. T. Allan Goldsborough, passed by the House of Representatives, but it was defeated in the Senate after stiff opposition by President Roosevelt and the directors of the Federal Reserve.

As W. E. Turner wrote in Stable Money: A Conservative Answer to Business Cycles ( 1966): "An overwhelming majority of the U. S. Congress (289 to 60) favored it as early as 1932, and in one form or another it has persisted since. Only the futile hope that a confident new President (Roosevelt) could restore prosperity without abandoning the credit money system America had inherited kept Social Credit from becoming the law of the land. By 1936, when the New Deal (Roosevelt's solution) had proved incapable of dealing effectively with the Depression, the proponents of Social Credit were back again in strength. The last significant effort to gain its adoption came in 1938..."

One supporter in the Senate was Robert L. Owen, Oklahoma from 1907 to 1925 (a national bank director for 46 years), who testified in the House on April 28, 1936: "...the bill which he (Goldsborough) then presented, with the approval of the Committee on Banking and Currency of the House — and I believe it was practically a unanimous report. It was debated for two days in the House, a very simple bill, declaring it to be the policy of the United States to restore and maintain the value of money, and directing the Secretary of the Treasury, the officers of the Federal Reserve Board, and the Reserve banks to make effective that policy. That was all, but enough, and it passed, not by a partisan vote. There were 117 Republicans who voted for that bill (which was presented by a Democrat) and it passed by 289 to 60, and of the 60 who voted against it, only 12, by the will of the people, remain in the Congress.

"It was defeated by the Senate, because it was not really under­stood. There had not been sufficient discussion of it in public. There was not an organized public opinion in support of it."

No More Debt

The fundamental doctrine of Social Credit is that money is supposed to be servant, not a master, and it is the responsibility of governments to ensure there is sufficient and stable money in circulation. As Louis Even wrote in his masterpiece, In This Age of Plenty:

"Social Credit tears away the veil which has kept money some­thing almost sacred and untouchable. It makes money a simple ser­vant, and not a master — a god who dictates, permits, or forbids.

"Social Credit maintains that: All that is physically possible and legitimately requested must, by this very fact, be made financial­ly possible.

"If it is possible to build houses, roads, and construct sewage systems, it must be financially possible to pay for the necessary work and materials to build these things. If this is not possible, then one must admit that it is the monetary system that masters man, and not man who masters his monetary system. And since money consists of nothing more than engraved or printed figures, or else handwritten figures in a bank ledger, it is more than stupid and absurd, it is criminal to let families go homeless, towns without public utilities, simply because of a lack of figures..."

In the Introduction to *The Social Credit Proposals Explained in Ten Lessons And Viewed in the Light of the Social Doctrine of the Church,* available on line, Alain Pilote wrote: "Social Credit would neither create the goods nor the needs, but it would eliminate any artificial obstacle between the two of them, between production and consumption, between the wheat in elevators and the bread on the table. The obstacle today — at least in the developed countries — is purely of financial order, a money obstacle. Now, the financial system neither proceeds from God nor nature. Established by men, it can be adjusted to serve men and no more to cause them problems.

"To this end, Social Credit presents concrete propositions. Though very simple, these propositions nevertheless imply a real revolution. Social Credit brings the vision of a new civilization, if by civilization one can mean man's relationship with his fellow men and the con­ditions of life making easier for each one the blossoming of his personality.

"Under a Social Credit system, we would no longer be struggling with problems that are strictly financial, which constantly plague public administrations, institutions, families, and which poison relationships between individuals. Finance would be nothing but an accounting system, expressing in figures the relative values of goods and services, making easier the mobilization and coordination of the energies required for the different levels of production towards the finished good, and distributing to ALL consumers the means to choose freely and individually what is suit­able to them among the goods offered or immediately realizable...

"Each citizen would be presented with this economic security as a birthright, as a member of the community, enjoying throughout one's life an immense community capital, that has become a dominant factor of modern production. This capital is made up of, among other things, the natural resources, which are a collective good; life in society, with the increment that ensues from it; the sum of the discoveries, inventions, technological progress, which are an ever increasing heritage from generations..."

The Appendix of Louis Even's In *This Age of Plenty: A New Conception of Economics": Social Credit, contains the full report of a committee of nine theologians who were asked to judge whether any of its elements were tinged with socialism or communism. After considerable deliberation, the nine theologians found that Social Credit was not tainted with Socialism nor Communism, and was worthy of close attention.

In the introduction to the 1996 Polish edition of Even's work, Bishop Zigniew Jozef Kraszewski, wrote: "What Catholics learned in the social doctrine of the Church is the way between socialism and capitalism. For many years, this doctrine has been diffused in Canada, and known as the Social Credit theory. Louis Even's book, In *This Age of Plenty", that I introduce to the Polish readers, is an exposition of the Catholic social doctrine that is good not only for the Canadians; this book contains a lot of instructive topics for any person who reads it and who is open to social problems. This book has not been written only for great theoreticians and scholars, but for everybody. That is why this book is precious to the Poles, especially at the time of the second miracle of the Vistula River that we are presently experiencing. (The miracle of the downfall of Communism.)" Poland miraculously succeeded in gaining its freedom and sovereignty. After the
 devastation of Communism that had been keeping us captive for so many years, we have the duty to choose the right path of social justice, based on Catholic doctrine. I think this book will largely help in achieving that. I entrust all the readers to the protection of Our Lady Victorious, who reigns in the cocathedral of Kamionku, in Warsaw."

To learn more about Louis Even and Social Credit, see "The Michael Journal" at: http://michaeljournal.org, which is available in French, English, German, Polish, Spanish, Italian, and Portuguese.


Comments from Joe Thomson

This is the article from Paul Likoudis in the Wanderer that Greaney objected to.

"Its only aim is to remove from these banks the privilege of controlling
credit and money in order to confer that privilege to the State; this is the
only nationalization required."

Bill, that sentence  above was taken from the piece "Social Credit and
Catholicism"  that was forwarded in your previous post....

From the way some of the Pilgrims' literature I've seen is written, for
instance, it could easily be taken that "Social Credit" wants to centralize
ALL credit issue into the hands of Government.   The quote above could be
interpreted that way, too.  This could certainly lead, as it has already
often lead other authors trying to understand Social Credit and explain it
in print, to believe that it is contradictory in its desire to empower the
'individual', since a "State" (government) in complete control over all
'credit' issue seems inherently 'socialistic'.

When I read that passage quoted  in the Levesque essay, and other material
expressed in a similar way in that essay;  and similarly in other sources as
varied as Tutte's book,  Alf Hooke's "30+5",  and Vic Bridger's latest "Good
Sense Journal" (pages 11-12, as it could be taken, and has, by John Rawson,
for one), it strikes me that we have got to have some finality over what
such passages really mean.

Either the "State", as in "Government", DOES HAVE complete control over ALL
credit issue, i.e. the power to create credit has been completely removed
from the private Banks and vested in some centralised agency, such as a
Reserve Bank, and the private banks are only to be "on-lenders".

Or, we view the "State", as I think Douglas intended it to be viewed, as the
"community" of individuals.   Where credit-issue remained with the private
banks as now, under public oversight and regulation as with any other
monopoly, of course,  but where,  within the overall banking system,  there
existed an agency to ascertain the necessary ongoing macro-economic
accounting corrections, and a means of distribution of the appropriate
credits to Consumers.

And that this, of itself, would be sufficient to restore the financial
system to proper functionality, with increasing benefits to all.

Until this is settled, I think we're going to continue to have people like
Greaney, even more 'honest' ones than him,  trying to reconcile what seems
like a serious contradiction. Or using it against us.

And invariably, as I've seen written elsewhere by authors who have no reason
to be prejudiced against it, their view of Social Credit will be that it is
a form of  impossible contradictory crankism.





--
Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2


THE COALITION




Гражданска организация за директна демокрация, базов доход и енергийна икономика на българите, които никога не са били ангажирани във властта.


The WFC brings the interests of future generations to the centre of policy making by providing decision-makers with effective policy solutions.
Italy
Demostene vuole dare alle persone la possibilità di superare i propri limiti, sviluppare i loro talenti, in tre parole Promuovere lo sviluppo umano.


Asociación para la reforma del sistema de creación y distribución del dinero.


Transnational citizens movement | Democracy, Equality & Culture beyond nation state | Migration | MediaFreedom | Commons | LGBT | HumanRights | Precarity&Labour
Belgium
NGO FairFin promotes an environmentally and socially responsible approach to money and banking.
France
Our mission is to accelerate changes in individual and collective behaviors towards a sustainable world.
Netherlands
Maak een eind aan de crisis, ontneem banken het privilege geld te maken, met Full-reserve banking
Italy
http://t.co/BnA8luE9A8 - news & informazione. Capire per agire
United Kingdom
A movement to democratise money and banking so that it works FOR society and not against it.
France
We advocate and promote basic income in France and Europe.
France
Le Mouvement Sol est un chemin et un laboratoire d'appropriation citoyenne de la monnaie pour le "buen vivir"
United Kingdom
The New Economics Foundation is an independent think tank that specialises in innovative economic thinking.
Denmark
Et initiativ for demokratisering og omstilling af pengesystemet så det fungerer for samfundet som helhed. Søsterorganisation til @PositiveMoneyUK
Portugal
Informar e promover a discussão sobre o Rendimento Básico Incondicional em Portugal e na UE
Paris, IDF, France
15 solutions pour sortir de la crise et changer de modèle : plus de 110 000 citoyen-ne-s engagé-e-s !
Sensible Money Ireland


Finland
Suomen Talousdemokratia ry - Ekonomisk Demokrati i Finland - Economic Democracy Finland #rahareformi #QE4people (member of @MoneyReform_Int) #rahareformilaki


Non-profit alliance working for the introduction of an Unconditional Basic Income everywhere in Europe.

What is Quantitative Easing?

Quick and easy:
Video: The Economist explains: Quantitative easing. The Economist, 2015. (2min 31sec).
Video: Quantitative Easing explained - in 70 seconds. The BBC, 2015. (1min 11 sec).
Asset Purchase Programmes (Quantitative Easing)(2016). By the European Central Bank.
An ECB QE explainer (2015). By Karl Whelan.
What is Quantitative Easing? (2015). By the BBC.
The ECB’s Quantitative Easing Programme (2015). By James Meadway.

Advanced and comprehensive:
European Central Bank Quantitative Easing: The Detailed Manual (2015). By Gregory Claeys, Alvaro Leandro, and Allison Mandra.

Why QE does not work

Quick and easy:
Video: How to Waste £375 Billion? Positive Money, 2014. (6min 15sec).
The Case Against Eurozone QE (2014). By Frances Coppola.
Why QE in the Eurozone Is a Mistake (2015). By Richard Wood and Biaggio Bossone.

Advanced:
Video: Why Quantitative Easing has Failed the Eurozone. Frank van Lerven at European Parliament, 2016. (10min 35sec)
QE in the Eurozone: One year Assessment (2016), Frank van Lerven.

Alternative to QE Proposals

Quick and easy:
How to jumpstart the Eurozone economy (2014). By Francesco Giavazzi, Guido Tabellini.
Better ways to Boost Eurozone Economy and Employment (2015). Letter from 19 Economists.
Quantitative Easing for the People (2015). By Thomas Fazi.
The Case for Helicopter Money (2014). By Martin Wolf.

Advanced
Video: The Case for Monetary Finance. Adair Turner at IMF Conference, 2015 (21mn)
Helicopter money: The best policy to address high public debt and deflation(2014). By Thomas Fazi, Richard Wood, and Biagio Bossone.
Financing the Green Climate Fund (2015). By Matthias Kroll.
Strategic Quantitative Easing(2013). By Josh Ryan-Collins, Tony Greenham, Giovanni Bernardo, and Richard Werner.

Video: "People's QE" - Can it work? Steve Keen on the Keiser Report, 2015. (25min 45sec)

QE for People




The following message was sent today to Australian Senator Matt Canavan in response to his newsletter endorsing an aggressive job-creation plan for Queensland by expansion of the the coal industry in that region.




"Dear Senator Matt Canavan,


"Thank you for your latest Bulletin and update on the coal industry, etc. in Queensland.


"I note that your report contains repeated references and allusions to the creation of new jobs (i.e.,”work") for the citizens of your region. One wonders from whence originates the ideological or philosophical motivation for this apparently aggressive policy of providing “jobs” to keep the population at toil. It has the characteristic of a socialist (Keynesian), communist or national socialist policy, full-employment being the central objective of all of these totalitarian forms of government. It is certainly the underlying assumption of virtually all university courses on economics which are essentially in accord with the wealth and power-centralizing Fabian Socialist financial debt advocacy advanced by the late British Fabian Socialist economist, John Maynard Keynes, and is diametrically opposed not only to rational economics but also to Christian philosophy, being rather an intensive expression and application of Puritanism (i.e., Pharisaism) or the false Doctrine of Salvation through Works, as opposed to the Christian Doctrine of Salvation through Unearned Grace. The underlying assumption of this “works” policy is that humanity is faced with eternal scarcity and that toil is regarded as necessary to the purification of the human soul which is assumed to be otherwise irredeemably evil (especially if it is someone else’s soul). It is a denial of the Promise that there is more to Life than Bread alone.


"Economics is simply the application of energy to the conversion of materials to produce items which are useful to or desired by human beings. The only legitimate and rational purpose of economics Is to deliver goods and services as, when and where required or desired–as efficiently as possible with an absolute minimum of inconvenience to all concerned. It has nothing whatsoever to do with providing work, as such. Such a conception Is related to the degrading belief that idle hands inevitably find evil actions to commit. This necessarily involves the economics of waste and sabotage. This contention and its resulting policy has served the purposes of tyrants from time immemorial.


"The modern economic problem arises from the fact that increasing capitalization of industry by plant and technology results in an increasing disparity between consumer incomes and final consumer prices, the latter rapidly outpacing the former. The consuming public is incapable of buying the current product of industry and is forced to produce additional goods in order to earn income available to purchase goods produced not currently but in the past. Increasingly consumers and governments are forced to contract larger and larger amounts of financial debt in order to “bridge" this growing deficiency of consumer buying power. Nations are increasingly engaged in intensifying competition to export more than they import in International trade, which phenomenon is the primary cause of war. The end result of all of this is growing waste, want and International conflict.


"The locus of the problem besetting the modern economy is not to be found in production but rather in consumption. Because of growing financial charges relating to the costs of real capital and goods brought in from a previous costing cycle, industry distributes increasingly insufficient incomes in the form of wages, salaries and dividends to liquidate the final and total costs of goods the prices of which must include not only labour but all factors of production. Producing more cost-creating goods or mortgaging the future through increasing financial debt is no solution to the expanding problem of consumer income deficiency and merely transfers it as an inflationary charge on the future. The problem is that the existing financial price-system is not self-liquidating, that is, it cannot liquidate in the same costing cycle the financial costs and prices which it generates within the same cycle. This irrefutable fact invalidates Say’s Law. As the economy modernizes and non-labor factors of production increase relative to labor this financial defect is magnified while at the same time we are physically capable of producing a growing abundance of actual goods, causing thereby an increasing profusion of economic and social problems because of a growing failure or “bottleneck” in distribution.


"Continuing expansion of consumer income is absolutely essential if the costs of industry are to be met by consumer purchases. This expanded income must be met without increasing costs and prices and must be issued to consumers without being accounted as financial debt or the necessity of engaging in additional cost-creating projects. It must be issued directly to consumers, without being accounted as debt, as National (Consumer) Dividends to all citizens and to all retailers at point-of-sale enabling them to reduce their prices, that is to charge compensated prices, declining as the national consumption to production ratio decreases consequent to technological efficiency. This new purchasing power is now being issued by the banks by expansion of credit as loans all the time, but fraudulently because of their false claim to ownership of this credit by which they monetize but do not produce the community's wealth. Attempting to compensate this inherent defect in the price system by increasing debt and further expansion of production or exports is a fools errand and can only lead to economic and social disaster.


"Ideally, all production in a fully efficient economy should be full automated, eliminating thereby all concerns for the engagement of humans in production. We are rapidly moving toward this goal and predictions are that within the next twenty or so years in the United States approximately fifty per cent. of all “jobs” across the board will be eliminated by automation and artificial intelligence. This is a marvellous prospect if humans can only muster the basic intelligence to provide a financial mechanism whereby the product can be distributed to the consumers for whom it is intended.


"I might add that increased prices for commodities is not a rational or desirable goal. Maximum efficiency and resultant abundance should, and would, ideally reduce prices to zero. When one walks in the meadows or the woods one is supplied with an absolute adequacy of fresh air which is of absolute “value” and importance to human life but has no financial value whatsoever. According to our distorted sense of value this essential, abundant and priceless air should be regarded as valueless and should be avoided as useless and of no consequence whatsoever. We must break the rigid historical Puritanical link between human labour and the right to consumption, which ignores the fact that production is today increasingly accomplished less by the application of human energy, and is inspired by a false moralism that is increasingly a violation of natural law in an age of abundance, where securing of markets and not of production capacity, is the major challenge to industry.


"I recommend the following recently posted YouTube video and provide further relevant links. https://www.youtube.com/watch?v=NdcVuf8ajxc


"Sincerely
Wallace Klinck"







https://www.youtube.com/watch?v=ivfdcpB_fmg


www.socred.org


www.social-credit.blogspot.ca


www.socialcredit.com.au






https://www.youtube.com/watch?v=aUN_1mhXNLo






https://www.amazon.com/Social-Credit-Philosophy-Oliver-Heydorn/dp/1530390923?ie=UTF8&*Version*=1&*entries*=0


https://www.amazon.com/Social-Credit-Economics-Oliver-Heydorn/dp/1493529765


https://www.amazon.com/Economics-Social-Credit-Catholic-Teaching/dp/1494946262/ref=pd_bxgy_14_img_2?ie=UTF8&refRID=N82A1EGWQ489F2A16J03






https://en.wikipedia.org/wiki/Social_credit


Major C.H. Douglas on "Causes of War" - part 1 - YouTube


Major C.H. Douglas on 'The Causes of War' - part 2 - YouTube


http://social-credit.com/index.html










http://www.thetruthhound.com

CAMPAIGN FOR MONETARY REFORM – 


NEWS FROM SWITZERLAND



THE SWISS REFERENDUM ON SOVEREIGN MONEY

In this episode we talk with Emma Dawnay who represents the Swiss Vollgeld initiative. Just like Positive Money in the UK and Ons Geld in The Netherlands, the Swiss organisation wants to give the exclusive right to print money to the Swiss State. For this purpose over 100,000 signatories have been collected so it will now be put to a referendum.
Meeting at the Dolder Grand, Zürich, October 3rd 2016
from Martin Wolf, Financial Times
from Sam Gerrans (Russia Today)
from Vollgeld-Initiative
Switzerland is politically unique in this regard as the Swiss Constitution provides a political instrument known as the Volksinitiative (Peoples’ Initiative) which enables Swiss citizens to launch an initiative aimed at changing specific provisions within the Swiss Constitution. To do so requires first of all the collection within an 18 month period of 100’000 valid signatures in support of the initiative. Should this hurdle be surmounted, the initiative would then be put to a national vote.
In a nut shell, the proposal extends the Swiss Federation’s existing exclusive right to create coins and notes, to also include deposits. With the full power of new money creation exclusively in the hands of the Swiss National Bank, the commercial banks would no longer have the power to create money through lending. The Swiss National Bank’s primary role becomes the management of the money supply relative to the productive economy, while the decision concerning how new money is introduced debt free into the economy would reside with the government. As is evident from the foregoing, the MoMo monetary reform initiative is essentially based on the monetary reform advocated by PositiveMoney.
For those interested in following the developments of the campaign, or who would like to understand the detailed provisions, including those relating to the transition period,  please refer to the campaign website. The website is in German, French, and Italian, so language might present a limitation for many of you. Nevertheless, we do encourage you to visit the website and if you have specific questions, to leave a message in English. Someone from the team who speaks English will get back to you. The biggest challenge for the team at this stage of the campaign is to find the needed help and financing for signature collection. The minimum amount of funding required for a successful campaign is estimated to be 400’000 CHF or just over 270’000 GBP. Although, this is a non-UK initaitive, should the MoMo team succeed in putting such a fundamental reform proposal to a national vote, this would be a momentous achievement for the monetary reform movement in Europe and across the globe.  All eyes would be fixed on Switzerland, because success for this small but significant player in the financial arena would inevitably have a ripple effect in other countries.

Union de Fribourg réactualisée


LE PROJET DE PLATEFORME DIGNITÉ & DÉVELOPPEMENT EST LANCÉ

Union de Fribourg réactualisée


Samedi 5 septembre à l’Université Miséricorde de Fribourg, quelque huitante personnes ont assisté au lancement de la plateforme Dignité & Développement, voulue par Mgr Charles Morerod afin de mettre en commun les acteurs chrétiens qui participent à la réflexion sur les actuels enjeux sociétaux. Diverses thématiques ont été présentées autour desquelles des groupes de réflexion se réuniront pendant trois ans.

Une dizaine de sujets, récoltés en amont auprès d’institutions et de privés, ont été présentés samedi après-midi devant l’auditoire de l’Université de Fribourg, lors d’une conférence interdisciplinaire sur le bien commun. Certains participants s’inscrivent dans la mouvance de la dernière encyclique du Pape (Laudato Si’) et souhaitent aborder l’écologie, y compris dans son lien avec les inégalités sociales. D’autres veulent questionner le droit international : le bien commun en est-il encore le noyau ? et quel est le rôle des religions dans la refondation du droit international relatif à l’être humain ? Ont été aussi proposées des réflexions sur la formation, la responsabilité des acteurs économiques ou encore les enjeux liés au monde du travail : quelle place accorde-t-on, par exemple, aux employés qui aujourd’hui ont été remplacés par des outils informatiques ?

Toute personne intéressée à participer à l’un des groupes de travail ou à proposer d’autres sujets de réflexion peut encore s’annoncer à chancellerie(at)diocese-lgf.ch

Les sujets soulèvent déjà les passions....



Pour nous suivre en direct. et en différé sur les archives. La Web TV de la BNS. Dès 10 heures ce vendredi 29 avril 2016.

http://www.snb.ch/fr/ifor/media/webtv/id/webtv_live

Dans l'histoire des peuples, la Suisse aura le dernier mot » 
selon Victor Hugo...
« ... encore faut-il qu'elle le dise »...

selon Denis de Rougemont dans son livre La Suisse ou l'Histoire d'un Peuple heureux.

Nous le disons :-) ... ci-dessous...

Projet de loi d'application de monnaie-pleine

— LA BATAILLE FINALE DE LA CHRÉTIENTÉ SE FERA AUTOUR DU
PROBLÈME DE L'ARGENT, ET TANT QUE CE PROBLÈME NE SERA PAS RÉSOLU,
IL NE POURRA Y AVOIR L'APPLICATION UNIVERSELLE DU CHRISTIANISME —


                                                    (Honoré de Balzac)


                                USURE de L'USURE


Le conseiller national Geri Müller avait déjà posé 4 de nos questions au Conseil fédéral en 2012 ! Et que ces questions avaient été classées sans suite... Merci Gérard Foucher 😘

Face à la crise de l'euro et de la dette, je prie le Conseil fédéral de prendre position sur la question de la création de monnaie en Suisse. Selon la théorie économique qui prévaut, la plus grande part de la masse monétaire M1 est créée par l'accroissement de la somme des bilans des banques commerciales et non par la Banque nationale suisse (BNS), ce que confirme d'ailleurs le lexique de cette dernière: "Les banques créent de la monnaie en accordant des crédits; cf. lexique de la BNS".

Partant de ce constat, je prie le Conseil fédéral de répondre aux questions suivantes:

1. Aux termes de l'article 2 de la loi fédérale sur l'unité monétaire et les moyens de paiement (LUMMP), seuls sont considérés comme moyens de paiement, les espèces métalliques, les billets de banque et les avoirs à vue auprès de la BNS. Sur quelle base légale se fonde la pratique générale (suivie également par les autorités) de considérer les avoirs à vue auprès des banques comme des moyens de paiement légaux, alors qu'ils ne constituent qu'une créance sur ceux-ci, qui sera honorée ou non par les banques selon leur solvabilité?

2. La création de monnaie scripturale des banques commerciales est-elle conforme au droit régalien de la Confédération, selon l'article 99 de la Constitution, qui dispose que "la monnaie relève de la compétence de la Confédération"?

3. Comme le Conseil fédéral l'a relevé dans son message du 26 mai 1999 concernant la LUMMP, "Les avoirs à vue auprès d'une grande banque, d'une banque cantonale ou régionale, ou encore d'une organisation de cartes de crédit, ne sont effectivement pas la même chose que ceux déposés à la BNS, qui est le seul établissement du pays ... à pouvoir créer de l'argent à son gré". L'Etat ne peut donc déclarer la monnaie scripturale des banques comme moyen de paiement légal (99.051). Or vu qu'elle est considérée dans les faits comme telle, le Conseil fédéral ne pense-t-il pas qu'il serait nécessaire de préciser cette distinction dans la loi parce que la majorité de la population continue de penser que la mise en circulation de moyens de paiement libellés en francs est exclusivement du ressort de la BNS et par conséquent garantie?

4. Comment le Conseil fédéral légitime-t-il ce droit des banques commerciales de créer de la monnaie, sans qu'elle soit entièrement garantie par un capital, en accordant des crédits, qui augmentent la somme de leur bilan, alors que les particuliers ne peuvent consentir des prêts que s'ils disposent de l'argent?

15.06.2012
CONSEIL NATIONAL
La discussion est reportée.
BULLETIN OFFICIEL
21.03.2014
En suspens depuis plus de deux ans; classement.
https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20123305













The financial enigma resolved — A debt-money system


français
español italiano português Deutsch po polsku


by Louis Even


“The Money Myth Exploded” was one of the first articles of Louis Even, and remains one of the most popular to explain how money is created as a debt by private banks. It is available in the form of an 8-page leaflet (tabloid format) that you can order from the “Michael” office, in several languages: English, French, Spanish, Italian, German, Polish, Portuguese.


1. Shipwreck survivors


An explosion had blown their ship apart. Each one grasped the first bit of wreckage that came to hand. And when it was over, there were five left, five huddled on a raft which the waves carried along at their will. As for the other victims of the disaster, there was no sign of them.


Hour after long hour their eyes searched the horizon. Would some passing ship sight them? Would their make-shift raft finds its way to some friendly shore?


Suddenly a cry rang out: “Land! Look! Over there, in the direction the waves are carrying us!”


And as the vague silhouette proved itself to be, in fact, the outline of a shore, the figures on the raft danced with joy.


They were five. There was Frank, the carpenter, big and energetic. It was he who had first cried, “Land!”.


Then Paul, a farmer. You can see him, front and left in the picture, on his knees, one hand against the floor, the other gripping the mast of the raft.


Next is Jim, an animal breeder; he's the one in the striped pants, kneeling and gazing in the direction of land.


Then there is Harry, an agriculturist, a little on the stout side, seated on a trunk salvaged from the wreck.


And finally Tom, a prospector and a mineralogist; he is the merry fellow standing in the rear of the picture with his hand on the carpenter's shoulder.


2. A providential island


To our five men, setting foot on land was like returning to life from the grave.


When they had dried and warmed themselves their first impulse was to explore this little island on to which they had been cast, far from civilization.


A quick survey was sufficient to raise their spirit. The island was not a barren rock. True enough, they were the only men on it at the moment. But judging from the herds of semi-domesticated animals they encountered, there must have been men here at some time before them. Jim, the animal breeder, was sure he could completely domesticate them and put them to good service.


Paul found the island's soil, for the most part, to be quite suitable for cultivation.


Harry discovered some fruit trees which, if properly tended, would give good harvests.


Most important were the large stands of timber embracing many types of wood. Frank, without too much difficulty, would be able to build houses for the little community.


As for Tom, the prospector, well, the rock formations of the island showed signs of rich mineral deposits. Lacking the tools, Tom still felt his ingenuity and initiative could produce metals from the ores.


So each could serve the common good with his special talent. All agreed to call the place Salvation Island. All gave thanks to Providence for the reasonably happy ending to what could have been stark tragedy.


3. True wealth


Here are the men at work.


The carpenter builds houses and makes furniture. At first they find their food where they can. But soon the fields are tilled and seeded, and the farmer has his crops.


As season followed season this island, this heritage of the five men, Salvation Island, became richer and richer.


Its wealth was not that of gold or of paper bank notes, but one of true value; a wealth of food and clothing and shelter, of all the things to meet human needs.


Each man worked at his own trade. Whatever surpluses he might have of his own produce, he exchanged for the surplus products of the others.


Life wasn't always as smooth and complete as they could have wished it to be. They lacked many of the things to which they had been accustomed in civilization. But their lot could have been a great deal worse.


Besides, all had experienced the depression in Canada. They still remembered the empty bellies side by side with stores crammed with food.


At least, on Salvation Island, they weren't forced to see the things they needed rot before their eyes. Taxes were unknown here. Nor did they go in constant fear of seizure by the bailiff. They worked hard but at least they could enjoy the fruits of their toil.


So they developed the island, thanking God and hoping for the day of reunion with their families, still in possession of life and health, those two greatest of blessings.


4. A serious inconvenience


Our men often got together to talk over their affairs.


Under the simple economic system which had developed, one thing was beginning to bother then more and more; they had no form of money. Barter, the direct exchange of goods for goods, had its drawbacks. The products to be exchanged were not always at hand when a trade was discussed. For example, wood delivered to the farmer in winter could not be paid for in potatoes until six months later.


Sometimes one man might have an article of considerable size which he wished to exchange for a number of smaller articles produced by different men at different times.


All this complicated business and laid a heavy burden on the memory. With a monetary system, however, each one could sell his products to the others for money. With this money he could buy from the others the things he wanted, when he wished and when they were available.


It was agreed that a system of money would indeed be very convenient. But none of them knew how to set up such a system. They knew how to produce true wealth - goods. But how to produce money, the symbol of this wealth, was something quite beyond them. They were ignorant of the origin of money, and needing it they didn't know how to produce it. Certainly, many men of education would have been in the same boat; all our governments were in that predicament during the ten years prior to the war. The only thing the country lacked at that time was money, and the governments apparently didn't know what to do to get it.


5. Arrival of a refugee


One evening, when our boys were sitting on the beach going over their problem for the hundredth time, they suddenly saw approaching a small boat with a solitary man at the oars.


They learned that he was the only survivor of a wreck. His name: Oliver.


Delighted to have a new companion, they provided him with the best that they had, and they took him on an inspection tour of the colony.


“Even though we're lost and cut off from the rest of the world,” they told him, “we haven't too much to complain about. The earth and the forest are good to us. We lack only one thing — money. That would make it easier for us to exchange our products.”


“Well, you can thank Providence,” replied Oliver, “because I am a banker, and in no time at all, I'll set up a system of money guaranteed to satisfy you. Then you'll have everything that people in civilization have.”


A banker!... A BANKER!... An angel coming down out of the clouds couldn't have inspired more reverence and respect in our men. For, after all, are we not accustomed, we people in civilization, to genuflect before bankers, those men who control the lifeblood of finance?


6. Civilization's god


“Mr. Oliver, as our banker, your only occupation on this island will be to look after our money; no manual labour.”


“I shall, like every other banker, carry out to complete satisfaction my task of forging the community's prosperity.”


“Mr. Oliver, we're going to build you a house that will be in keeping with your dignity as a banker. But in the meantime, do you mind if we lodge you in the building that we use for our get-togethers?”


“That will suit me, my friends. But first of all, unload the boat. There's paper and a printing press, complete with ink and type, and there's a little barrel which I exhort you to treat with the greatest care.”


They unloaded everything. The small barrel aroused intense curiosity in our good fellows.


“This barrel,” Oliver announced, “contains a treasure beyond dreams. It is full of... gold!”


Full of gold! The five all but swooned. The god of civilization here on Salvation Island! The yellow god, always hidden, yet terrible in its power, whose presence or absence or slightest caprice could decide the very fate of all the civilized nations!


“Gold! Mr. Oliver, you are indeed a great banker!”


“Oh august majesty! Oh honorable Oliver! Great high priest of the god, gold! Accept our humble homage, and receive our oaths of fidelity!”


“Yes, my friends, gold enough for a continent. But gold is not for circulation. Gold must be hidden. Gold is the soul of healthy money, and the soul is always invisible. But I'll explain all that when you receive your first supply of money.”


7. The secret burial


Before they went their separate ways for the night, Oliver asked them one last question.


“How much money will you need to begin with in order to facilitate trading?”


They looked at one another, then deferentially towards the banker. After a bit of calculation, and with the advice of the kindly financier, they decided that $200 each would do.


The men parted, exchanging enthusiastic comments. And in spite of the late hour, they spent most of the night lying awake, their imaginations excited by the picture of gold. It was morning before they slept.


As for Oliver, he wasted not a moment. Fatigue was forgotten in the interests of his future as a banker. By dawn's first light, he dug a pit into which he rolled the barrel. He then filled it in, transplanting a small shrub to the spot about which he carefully arranged sod. It was well hidden.


Then he went to work with his little press to turn out a thousand $1 bills. Watching the clean new banknotes come from his press, the refugee turned banker thought to himself:


“My! How simple it is to make money. All its value comes from the products it will buy. Without produce, these bills are worthless. My five naive customers don't realize that. They actually think that this new money derives its value from gold! Their very ignorance makes me their master.”


And as evening drew on, the five came to Oliver — on the run.


8. Who owns the new money?


Five bundles of new banknotes were sitting on the table.


“Before distributing the money,” said the banker, “I would like your attention.


“Now, the basis of all money is gold. And the gold stored away in the vault of my bank is my gold. Consequently, the money is my money. Oh! Don't look so discouraged. I'm going to lend you this money, and you're going to use it as you see fit. However, you'll have to pay interest. Considering that money is scarce here, I don't think 8% is unreasonable.”


“Oh, that's quite reasonable, Mr. Oliver.”


“One last point, my friends. Business is business, even between pals. Before you get the money, each of you is going to sign a paper. By it you will bind yourselves to pay both interest and capital under penalty of confiscation of property by me. Oh! This is a mere formality. Your property is of no interest to me. I'm satisfied with money. And I feel sure that I'll get my money, and that you'll keep your property.”


“That makes sense, Mr. Oliver. We're going to work harder than ever in order to pay you back.”


“That's the spirit. And any time you have a problem, you come and see me. Your banker is your best friend. Now here's two hundred dollars for each one of you.”


And our five brave fellows went away, their hands full of dollar bills, their heads swimming with the ecstasy of having money.


9. A problem in arithmetic


And so Oliver's money went into circulation on the island. Trade, simplified by money, doubled. Everybody was happy.


And the banker was always greeted with unfailing respect and gratitude.


But now, let's see... Why does Tom, the prospector, look so grave as he sits busily figuring with a pencil and paper? It is because Tom, like the others, has signed an agreement to repay Oliver, in one year's time, the $200 plus $16 interest. But Tom has only a few dollars in his pocket, and the date of payment is near.


For a long time he had wrestled with this problem from his own personal point of view, without success. Finally, he looked at it from the angle of the little community as a whole.


“Taking into consideration everyone on the island as a whole,” he mused, “are we capable of meeting our obligations? Oliver turned out a total of $1000. He's asking in return $1080. But even if we bring him every dollar bill on the island, we'll still be $80 short. Nobody made the extra $80. We turn out produce, not dollar bills. So Oliver can take over the entire island, since all the inhabitants together can't pay him back the total amount of the capital and the interest.


“Even if a few, without any thought for the others, were able to do so, those others would fall. And the turn of the first spared would come eventually. The banker will have everything. We'd better hold a meeting right away and decide what to do about it.”


Tom, with his figures in his hand, had no difficulty in proving the situation. All agreed that they had been duped by the kindly banker. They decided upon a meeting at Oliver's.


(continued on page 2)



Documents

https://drive.google.com/file/d/0B-p0lmjLtiXzdTVfTzVsa2w5LXM/view?usp=sharing

https://drive.google.com/file/d/0B-p0lmjLtiXzMFkxR2pnQlluZHM/view?usp=sharing


Bericht (PDF, 1 MB)

Aucun commentaire:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

Politesse et étiquette

Les commentaires si possible signés, concis ou non, courtois et pertinents, même très critiques sont appréciés. Toute discussion peut être source de progrès. Les autres, surtout les vulgaires, pourraient être supprimés .

(c) Date de l'article, sinon 2000 Famille de Siebenthal, Lausanne, Suisse. 021 616 88 88

Sites que vous devriez visiter, merci

Saint Jean-Paul II a comparé le rapport sexuel entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html


http://michaeljournal.org

http://ferraye.blogspot.com/

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia
Image des rings burgondes. Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Les combats intérieurs.

Les combats intérieurs.
Signification des armoiries:chapelle de Gstaad, St Niklaus. Mettons le dragon qui est en chacun de nous sous 7 verrous. Meaning of the coat of arms: Chapel of Gstaad, St Niklaus. Let the dragon that is in each of us within 7 locks. http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/misericordes-suisses.html

Un pour tous, tous pour un.

Un pour tous, tous pour un.
Le dragon de nos armoiries qui crache le feu sur le casque.

Les valeurs suisses

Les valeurs suisses
Un pour tous, tous pour un.

Archives du blog

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées.

Ainsi on triomphe :

de l’orgueil par l’humilité,

de l’avarice par la libéralité,

de la luxure par la chasteté,

de la colère par la patience,

de la gourmandise par l’abstinence,

de l’envie par l’amour fraternel,

de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu.

Un combat à la fois, un par jour est plus efficace.

Sagesse de la première Alliance...Isaïe 11.1-3

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.


ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat :

1 le don de Sagesse ;

2 d’Intelligence ;

3 de Conseil ;

4 de Force ;

5 de Science ;

6 de Piété ;

7 de Crainte de Dieu.

A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ?

Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL.

Qu’est-ce que la Sagesse ?

La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien.

Qu’est-ce que l’Intelligence ?

L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit.

Qu’est-ce que le Conseil ?

Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain.

Qu’est-ce que la Force ?

La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis.

Qu’est-ce que la Science ?

La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu.

Qu’est-ce que la Piété ?

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ?

La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.


Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)


Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont en nous et qui nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire mieux agir en faveur du bien commun.

« Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)


Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

http://www.lumenc.org/maladies.php

Les conseils du pape François pour se confesser

© POOL-OR/CPP/CIRIC

© POOL-OR/CPP/CIRIC

Dans un petit livret intitulé « Prends soin de ton cœur », offert par le pape François aux pèlerins de la place Saint Pierre après l'Angelus du 22 février, se trouvent différents textes à méditer pendant le carême et un examen de conscience pour se préparer à la confession.

  • Une distribution un peu particulière a eu lieu il y a quelques jours place Saint-Pierre, à Rome. Des bénévoles, parmi lesquels de nombreux sans-abri venus en pèlerinage, ont distribué à la foule réunie pour entendre l'Angelus un petit carnet offert par le pape pour le premier dimanche du carême.
  • Notre cœur doit se convertir au Seigneur, a insisté François lors de l'Angélus. C’est pourquoi, en ce premier dimanche, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la place, un petit livret de poche intitulé "Prends soin de ton cœur". »

Celui-ci rassemble quelques enseignements de Jésus et les contenus essentiels de la foi, comme les sept sacrements, les dons de l'Esprit Saint, les dix commandements, les vertus, les œuvres de miséricorde, etc. On y trouve aussi un examen de conscience dont le pape avait souligné l'importance lors de sa messe quotidienne à la chapelle de la maison Sainte-Marthe le 11 octobre 2014. « Avoir un cœur recueilli, un cœur dans lequel nous savons ce qui se passe et ici et là, nous pouvons exercer une pratique ancienne mais efficace de l’Église : l’examen de conscience. Qui d’entre nous, le soir, avant de finir sa journée, reste tout seul ou toute seule et se pose la question : qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui dans mon cœur ? Qu’est-il arrivé ? Quelles émotions ont traversé mon cœur ? Si nous ne faisons pas cela, nous ne réussissons pas ni à bien veiller ni à bien protéger notre cœur »

I. Petits rappels sur le sacrement de Confession (ou de Pénitence ou de Réconciliation)

Un vrai chrétien a le souci constant de conserver son âme en état de grâce aux yeux de Dieu. Il sait, en effet, d’une part, que nul ne connaît ni le jour ni l’heure de sa mort et que, d’autre part, l’âme, pour être admise au bonheur parfait et éternel du Ciel, doit être entiè­rement purifiée du péché. C’est pourquoi il reçoit volontiers le sacrement de la Réconciliation.

Par ce sacrement, on obtient la rémission de tous les péchés person­nels (quelle qu’en soit la gravité) commis après le baptême. Ce pouvoir qu’avait le Christ, il l’a transmis à ses Apôtres quand, leur apparaissant après sa Résurrection, il leur a dit : Recevez le Saint-Esprit : les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez ; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez (Jean, XX, 23). Ce pouvoir passa des Apôtres à leurs successeurs.


Tout chrétien doit recevoir ce sacrement au moins une fois chaque année. Il comporte :

L’examen des fautes commises.
Le regret de les avoir commises (Contrition).
La résolution sincère de les éviter à l’avenir.
L’accusation des péchés, au moins graves, à un prêtre approuvé, tenant la place de Dieu.
L’absolution donnée par le prêtre au nom de Jésus-Christ.
L’accomplissement de la pénitence qu’il a imposée (Satisfaction).


Le sacrement de pénitence produit notre propre mort au péché et notre résurrection à la vie en Dieu. Il prolonge ainsi notre baptême et nous prépare à l’eucharistie. Il doit laisser dans nos âmes une immense joie, car c’est un sacrement de vie.


II. Quelques conseils pour bien réaliser son examen de conscience

Par une courte prière, demander à Dieu et à Notre-Dame la grâce de bien connaître les péchés dont on est coupable.

S’examiner sur les Commandements de Dieu et de l’Église ; les péchés capitaux ; les devoirs de son état.

Pour aider le plus d’âmes possible, dont les besoins sont très divers, l’examen proposé ci-après est plutôt détaillé. Mais il est rappelé qu’en confession seule l’accusation des péchés mortels est obligatoire. Un péché est mortel quand, sachant pleinement que la matière en était grave, on l’a néanmoins commis avec un entier consentement. C’est alors une rupture d’amour avec Dieu. Et comme l’âme cesse ainsi d’être unie à Dieu - de qui elle tenait sa vie -, elle meurt surna­turellement : le péché a été "mortel" pour elle.

L’examen terminé, demander instamment à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’une vraie contrition des péchés com­mis et la ferme résolution de les éviter à l’avenir, conditions indispen­sables pour obtenir le pardon de ses péchés.

Pour exciter en soi le regret de ses fautes, réfléchir durant quelques instants :

au redoutable châtiment du purgatoire ou de l’enfer que l’on a mérité ;
aux souffrances et à la mort que Jésus-Christ endura pour l’expiation de nos péchés ;
à la bonté d’un Dieu d’amour et de miséricorde, offensé par le péché qui a produit une rupture profonde, surtout s’il a été mortel.

Puis, réciter lentement l’acte de contrition.

III. Quelques conseils pour recevoir le sacrement lui-même

Avant de rentrer au confessionnal, ou immédiatement en entrant, suivant la coutume, réciter le « Je confesse à Dieu… » LeConfiteor nous remet devant cette réalité du péché et nous fait accomplir le mouvement de « conver­sion » nécessaire, vers Dieu et vers les autres :

Parce que nous nous sommes opposés à l’Amour tout-puissant, en cherchant à réaliser notre bonheur contre Lui ou sans Lui, nous disons : « Je confesse à Dieu tout-puissant » ;

Parce que nous avons porté atteinte à l’œuvre de l’Incarnation et de la Rédemption, en nous séparant de tous ceux qui ont coopéré à cette œuvre, notamment de la Mère du Christ, nous disons : « Je confesse … à la Bienheureuse Marie toujours Vierge » ;

Parce que nous nous sommes opposés à l’œuvre de lutte et de fidélité des anges, l’attente des martyrs, des prophètes de l’Ancien Testament, morts pour que le Règne du Messie se réalise, à l’œuvre des apôtres et des saints qui ont travaillé pour le Christ, nous disons : « Je confesse… à saint Michel (vainqueur du démon), à saint Jean Baptiste (dernier des pro­phètes), aux apôtres (représentés par saint Pierre et saint Paul), et à tous les saints » ;

Enfin, parce que notre péché s’est opposé à toute l’Église et nous sépare des autres membres du Corps Mystique que le prêtre représente, en même temps qu’il tient la place de Jésus Christ, nous disons : « Je confesse… à vous, mon Père… ».


Avant de commencer l’énumération des péchés, préciser : le temps écoulé depuis la dernière confession ; un oubli ou une dissimulation de péché grave dans celle-ci ; une ou plusieurs mauvaises communions (en état de péché grave) ; une omission de la pénitence donnée (volontaire ou non).


Accuser sincèrement tous les péchés mortels que l’on a commis, avec leur nombre et les circonstances qui les ont modifiés (aggravés, allégés), comme par exemple, les péchés commis avec d’autres personnes qu’on a ainsi scandalisées, ou qu’on a entraîné au péché.

L’accusation des péchés véniels n’est pas indispensable car on peut en obtenir le pardon par d’autres moyens que la confession, par exemple la prière, l’aumône, la pénitence… Pourtant, cette accusation est fort conseillée car, par le sacrement de la Confession, on obtient des grâces spéciales pour éviter ces péchés véniels à l’avenir.

Dans le cadre de confessions régulières, on peut dire où l’on en est par rapport à son défaut dominant, ou par rapport à ses résolutions.

Si l’on est troublé ou que l’on a peur, ou tout simplement si on hésite, on peut demander au prêtre de nous interroger, ou de nous renseigner sur la gravité d’un péché.

Terminer par : « Je m’accuse de tous ces péchés, de tous ceux que j’aurais pu avoir oublié et de tous ceux de ma vie passée ; j’en demande très humblement pardon à Dieu, et à vous mon Père, pénitence et absolution si vous m’en jugez digne ».


Ecouter avec attention le mot d'exhortation du prêtre. Avant l'absolution, bien regretter ses péchés, et réciter à cet effet l'acte de contrition : « Mon Dieu, j'ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Vous déplaît. Je prends la ferme résolution avec le secours de Votre sainte grâce de ne plus Vous offenser et de faire pénitence. »


Après la confession, accomplir la pénitence imposée par le confesseur au plus tôt, afin de ne pas l’oublier ; remercier Dieu du pardon obtenu ; renouveler sa résolution d’éviter tout péché à l’avenir, surtout le péché grave.


Examen de conscience détaillé

Avant de commencer cet examen, adresser à Dieu cette prière :

Mon Dieu, je vous supplie, par l’intercession de la Vierge Marie, de m’accorder la grâce de bien connaître tous les péchés dont je suis coupable. Faites qu’ensuite je m’en accuse avec un sincère regret de les avoir commis et une ferme volonté de les éviter à l’avenir et qu’ainsi j’en obtienne le pardon de votre miséricorde infinie. Ainsi soit-il.


Examen sur les commandements de Dieu

1er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et l’aimeras plus que tout… »

Omission de la prière (en particulier le matin et le soir), de la fré­quentation des sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie… Communions ou confessions sacrilèges… Manque de respect des sacrements… Manque au jeûne avant la communion (une heure au moins)… Violation du secret de confession… Doutes volontaires contre la foi… Mise en péril de la foi par la lecture de journaux impies, par des fréquentations dangereuses… Respect humain… Manque de confiance en Dieu ou confiance présomptueuse en ses propres forces… Indifférence à l’égard de Dieu… Manque de soumission à la volonté de Dieu… Pratiques superstitieuses, spiritisme… Critiques de la religion… Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique… Négligence dans sa formation chrétienne…


2ème Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect… »

Emploi inutile du nom de Dieu… Blasphèmes, imprécations, jurons… Serments faux ou inutiles… Irrespect à l’égard des personnes et des choses consacrées à Dieu… Souhaits néfastes à l’égard de soi-même ou d’autrui… Non-accomplissement des vœux émis…


3ème Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur… »

Omission volontaire ou sans motif de l’assistance à la Messe domini­cale ou des fêtes d’obligation… Retard volontaire ou dissipation durant ces Messes… Travail fait ou ordonné sans nécessité ou permission… Recherches de distractions contraires à la sanctification du dimanche…


4ème Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère… »

Manque d’amour, d’affection, de respect, d’obéissance, d’assistance à l’égard des parents durant leur vie et de prière à leur intention après leur mort… Peine causée… Souhaits de mal… Disputes d’intérêt en famille… Manque de déférence et de soumission à l’égard des supérieurs…

Pour les parents à l’égard de leurs enfants : négligence dans leur édu­cation chrétienne ou leur pratique religieuse, mauvais exemples donnés, manque de surveillance, de soins, de disponibilité, de conseils ou de corrections nécessaire… Dureté, injustice, sévérité excessive…


5ème Commandement : « Tu ne tueras point… »

Meurtre, tentative de suicide, euthanasie… Avortements, stérilisations… Souhait de mort ou de malheur à l’égard d’autrui… Vengeance, coups, blessures, torts causés à la santé, drogues, alcool, mutilations… Insultes, injures, mépris, faux rapports, haine, violences, refus de pardonner, vengeances… Indifférence à la peine d’autrui… Scan­dales par mauvais exemples, par conseils ou approbation silen­cieuse…


6ème et 9ème Commandements : « Tu ne feras pas d’impureté… » et « Tu n’auras pas de désir impur volontaire… »

Pensées ou désirs impurs provoqués en soi ou chez les autres… Conversations, chansons, lectures, spectacles immoraux (TV, Internet…) Flirts… Familiarités coupables… Danses lascives… Touchers indécents… Actions contraires à la chasteté, seul ou avec d’autres : masturbation, relations charnelles en dehors du mariage, homosexualité… Tenues ou attitudes provocantes…

Pour les fiancés : Légèretés, tendresses excessivement sensuelles… Relations prématrimoniales… Cohabitation…

Pour les époux : Atteintes coupables à la fécondité du mariage, contraception permanente ou temporaire… Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse… Adultère (pensées, désirs, actions)… Liaisons… Divorce… Remariage civil… Refus injuste du droit du conjoint…


7ème et 10ème Commandements : « Tu ne voleras pas… » et « Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui… »

Vol (quoi ? combien ? circonstances ?), recel, objets trouvés ou empruntés et non rendus… Dommages injustes causés au prochain dans ses biens… Fraudes, manœuvres déloyales dans le travail, les affaires, le commerce, les contrats… Pots-de-vin… Coopération à des injustices… Recel d’objets volés… Négligence dans le paiement des dettes… Salaires insuffisants… Exploitation des faibles… Dommages aux biens collectifs… Désirs de vol ou d’injustices… Non-réparation de dommages causés… Non-restitution… Gaspillage… Travail bâclé…


8ème Commandement : « Tu ne mentiras pas… »

Mensonges avec ou sans préjudice pour autrui… Médisances ou calom­nies, faites ou approuvées… Faux témoignages en justice… Accusations injustes… Jugements téméraires… Rapports injustes nuisibles… Violation du secret, confié ou professionnel, des correspondances… Dissimulation, hypocrisie… Tricheries… Promesses non tenues… Refus de rectifier la vérité…


Examen sur les commandements de l’Église

Tu sanctifieras les fêtes d’obligation (Noël, Ascension, Assomption, Toussaint).

Tu assisteras à la messe les dimanches et fêtes d’obligation.

Tu te confesseras au moins une fois l’an.

Tu communieras chaque année au Temps pascal.

Tu jeûneras les jours fixés par l’Église (Mercredi des Cendres et Vendredi Saint).

Tu ne mangeras pas de viande les jours fixés par l’Église (c’est-à-dire, les jours de jeûne et les vendredis de Carême). Pour les autres vendredis de l’année, cette abstinence peut être remplacée par une autre forme de pénitence (qu’il faut alors accomplir sous peine de péché).


Examen sur les péchés capitaux

ORGUEIL : Amour-propre désordonné… Complaisance en soi-même… Egoïsme… Ambition démesurée… Vanité mondaine… Présomption… Attitudes hautaines, susceptibilité…

AVARICE : Vices contraires aux 7ème et 10ème commandements. Refus de partager, d’aider ceux qui sont dans le besoin (aumône) …

LUXURE : Vices contraires aux 6ème et 9ème commandements.

ENVIE : Jalousie du bonheur, des biens, des succès des autres ; joie de leurs malheurs, de leurs misères, de leurs revers…

GOURMANDISE : Excès dans le manger, le boire… Ivrognerie… Sensualité… Ivresse des stupéfiants…

COLÈRE : Manque de maîtrise de soi, emportements, rancunes, res­sentiment, murmures, bouderie, brusquerie, grossièreté, cruauté…

PARESSE : Dans le lever, le travail, les prières… Oisiveté… Fuite systématique des efforts…


Examen sur les devoirs d’état

N.B. L’examen suivant est très détaillé, et reprend en partie ce qui a déjà été vu auparavant.


Alors qu’il est très important, c’est un domaine qu’on oublie souvent dans l’examen de la conscience. Selon son état de vie et ses responsabilités :


1. Devoirs personnels de chrétiens :

Quelle importance ai-je attaché à ma vie chrétienne, au milieu de toutes mes occupations ? A-t-elle la première place ? Y a-t-il dans ma vie une cohérence entre ma foi et mes œuvres ?

Est-ce que je crois à la présence et à l’action du Seigneur dans le monde et dans ma vie de chaque jour ? Ai-je cherché à mieux connaître sa pensée et sa volonté en face des événements, en face des autres, et de mes problèmes personnels ? Suis-je fidèle à la vocation que Dieu m’a envoyée ?

Ai-je cherché à grandir dans la foi, à approfondir ma connaissance du Sei­gneur par la lecture de l’Évangile et du Catéchisme, ou par tout autre moyen mis à ma disposition : retraites, cours, prédications… ?

Ai-je eu peur de témoigner de ma foi par lâcheté, respect humain ? N’ai-je pas cédé aux doutes, à l’inquiétude, à l’angoisse, au désespoir ?

Ai-je compté sur le Seigneur dans les difficultés et dans les tentations ?

Est-ce que je vis dans l’attente de la vie éternelle ?

Ai-je prié ? Régulièrement ? Avec mon cœur ? Avec toute ma vie ?

Ai-je pris part à la Sainte Messe quand l’Église me le demande ? Y ai-je participé de mon mieux ?

Ai-je vécu le dimanche comme un jour de prière et de joie ? N’ai-je pas accom­pli des travaux qui ne sont pas conformes à cet esprit ?

Ai-je fait quelque chose pour aider la mission d’évangélisation de l’Église ? Pour ramener mes connaissances à la vraie foi ?

N’ai-je pas refusé par souci de ma tranquillité ou par égoïsme de m’engager dans un mouvement d’Église ?

Ai-je collaboré loyalement avec les prêtres de l’Église ? Les ai-je aidé autant que je pouvais ?


2. Devoirs envers le prochain :

Est-ce que j’aime le prochain d’un amour vrai et efficace ?

La misère, les souffrances des autres sont-elles pour moi une préoccupation ? Ai-je fait mon possible pour les sou­lager ?

Ai-je cherché à comprendre les autres ? Ai-je cherché à les aider en mettant à leur disposition mon amitié, mon temps, mes biens ?

N’ai-je jamais blessé les autres par mes paroles, mes gestes ?

Ai-je risqué de porter atteinte à la vie des autres ou à la mienne, par des im­prudences dans le travail, le sport ou sur la route ?

En quoi ai-je pu trahir l’amour des autres : indifférence, oubli des autres, mise à l’écart de certains, mauvais caractère, volonté d’avoir raison à tout prix, jalousie, envie, désir de vengeance, mépris, jugement téméraire, haine, rail­lerie, médisance, calomnie, secrets ré­vélés, achats ou ventes à des prix injustes, dettes impayées, choses non rendues, gaspillage ou détérioration des biens collectifs, mauvais exemple, scan­dale d’autant plus grand qu’il vient d’un témoin du Christ, refus de pardonner.


3. Devoirs familiaux :

Enfants :

Ai-je vraiment aimé mes parents, en évitant d’augmenter leurs difficultés, en leur apportant mon concours, en leur manifestant mon affection ?

Ai-je respecté mes parents ? En leur parlant avec déférence, en ne les jugeant pas sans les comprendre ?

Ai-je respecté l’autorité de mes parents en écoutant leurs conseils, leurs ordres et en les exécutant de mon mieux ?

N’ai-je pas gêné l’atmosphère familiale par de la mauvaise humeur, de la bouderie, de la révolte ?

Est-ce que j’aide de mon mieux mes parents âgés quand ils sont dans la gêne, ou malades ou isolés ?

Est-ce que je cherche à bien m’entendre avec tous les membres de ma famille ?


Personnes mariées :

Suis-je fidèle à l’amour promis le jour du mariage ? Ai-je cherché à développer cet amour, à me donner sans réserve et à me sacrifier ?

Ai-je souci des désirs, des goûts, des difficultés de mon époux ou de mon épouse ?

N’ai-je pas négligé mon foyer ? Ai-je le souci de penser à deux les pro­blèmes de ma famille ?

N’ai-je pas gâché notre amour en ne maîtrisant pas suffisamment les défauts de mon caractère ?

N’ai-je pas recherché les joies du mariage par simple égoïsme ?

La communion des cœurs et des esprits l’emporte-t-elle et anime-t-elle celle des corps ?

N’ai-je pas par égoïsme refusé d’avoir des enfants ? Ai-je dans ce but utilisé des moyens défendus ?

Est-ce que j’apporte toute l’attention voulue à l’éducation de mes enfants ?

Est-ce que je cherche à les connaître, à les comprendre, à découvrir leurs goûts, leur vocation, à suivre leur évolution quand ils grandissent ?

Ai-je pensé à leur donner le moyen d’exercer leur liberté quand ils grandissent ?

Mon attitude envers eux ne manque-t-elle pas de fermeté ou au contraire d’affection et de confiance ?

Est-ce que je leur donne le bon exemple ?

Ai-je cherché à les éduquer religieusement ? Leur ai-je donné le sens de la prière ?

Ai-je cherché à garder au foyer le sens du jour du Seigneur ? Ai-je aidé mes enfants à préparer leur messe ?

Ai-je considéré comme un honneur et un devoir de donner à Dieu des prêtres, des religieuses ?

Notre foyer est-il accueillant pour les autres ?


4. Devoirs professionnels :

Enfants :

Ai-je manqué l’école par ma faute ?

Ai-je mal étudié mes leçons, mal fait mes devoirs ?

Ai-je triché en classe (copié, soufflé) ?


Adultes :

Ai-je négligé mon travail ?

Ai-je conscience des responsabilités qu’engage ma situation, mon rôle ?

Quelle est mon attitude à l’égard de ceux qui me dirigent ? N’ai-je pas cherché, par méchanceté ou jalousie, à miner leur autorité ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux qui travaillent avec moi ? N’ai-je pas tendance à me décharger sur les autres de ma tâche ? Est-ce que je sais les aider, les soutenir, entretenir avec eux des relations de bonne camaraderie ?

Ai-je pris ma place dans les organisa­tions professionnelles ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux que je commande ou que j’emploie ? Est-ce que je les rétribue conformément à la justice ? Les ai-je traité humainement, en res­pectant leur dignité d’hommes ? Ne leur ai-je pas confié des tâches au-dessus de leurs forces ? Leur ai-je accordé le repos auquel ils ont droit et dont ils ont besoin ?


5. Devoirs civiques :

Ai-je rempli mes devoirs de chrétien dans la société ?

Ai-je cherché à m’informer le mieux possible pour comprendre les pro­blèmes sociaux et économiques ? A découvrir les solutions justes et efficaces ?

Ai-je le souci de tenir ma place dans la vie de la cité ou de la nation pour lui donner une meilleure orienta­tion ? Ai-je su accepter les charges mu­nicipales ou autres en les envisageant comme un service ?

Ai-je choisi mes représentants en fonc­tion de leur aptitude à promouvoir le bien commun et la loi divine plutôt qu’en fonction de leur aptitude à défendre mes intérêts ?

Ai-je fait mon possible pour faire changer les lois injustes (Avortements, divorce, euthanasie, pacs, etc.) ?

Examen de conscience pour Adultes

________________________________

Je crois en un Sauveur aimant qui pardonne mes péchés et qui me donne la grâce de devenir un Saint. Par le ministère de ses Prêtres, Jésus–Christ accomplit l’un et l’autre dans le Sacrement de Pénitence.

"Comme le Père M’a envoyé, Moi aussi Je vous envoie … Recevez le Saint Esprit. Les péchés seront pardonnés à qui vous les pardonnerez ils seront retenus à qui vous les retiendrez." (Jean XX : 21-23)

"Vos péchés seraient-ils rouges comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige." (Isaie I : 18)

"Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs." ( Matt. IX : 13)

"Les hommes ont reçu de Dieu un pouvoir accordé ni aux Anges,ni aux Archanges. Jamais il n’a dit aux Esprits Célestes « Tout ce que vous lierez et délierez sur la terre sera lié et délié dans le ciel ». Les Princes de ce monde peuvent seulement lier et délier le corps. Le pouvoir du prêtre va plus loin, il atteint l’âme et elle est exorcisée non seulement par le baptême, mais encore plus par le pardon des péchés. Ne rougissons donc pas de confesser nos fautes. Celui qui rougit de découvrir ses péchés à un homme et qui ne se confesse pas, sera couvert de honte au Jour du Jugement en présence de tout l’univers," (St Jean Chrysostome, Traité sur les prêtres, Livre 3)

Prière avant la confession: O Seigneur, accordez-moi la lumière pour que je me voie comme Vous me voyez, et le grâce de regretter vraiment et effectivement mes péchés. O Marie, aidez-moi à faire une bonne confession.

Comment se confesser: D’abord, examinez bien votre conscience, puis dites au prêtre le genre précis de péchés que vous avez commis et dans la mesure du possible, combien de fois vous les avez commis depuis votre dernière bonne confession. Il n’est obligatoire de confesser que les péchés mortels puisqu’on peut obtenir le pardon des péchés véniels par les sacrifices et les actes de charité. Si vous n’avez pas la certitude qu’un péché soit mortel ou véniel, mentionnez votre doute au confesseur. Souvenez-vous aussi que la confession de péchés véniels aide à éviter le péché et à progresser vers le Ciel.

Conditions nécessaires pour qu’un péché soit mortel:

Matière grave
Pleine connaissance
Entier consentement de la volonté.

Considérations préliminaires:

Ai-je parfois omis de confesser un péché grave dans le passé ; ou ai-je volontairement déguisé ou caché un tel péché ?
Nota bene : Cacher des péchés rend invalide la confession .
La confession est secrète, c’est à dire que c’est une faute mortelle pour le prêtre de révéler à qui que ce soit l’objet d’une confession.
Ai-je été coupable d’irrévérence envers ce sacrement en omettant d’examiner ma conscience avec soin?
Ai-je négligé de faire la pénitence donnée par le prêtre?
Ai-je des habitudes de péchés graves à confesser d’abord (par exemple: impureté, ivrognerie, etc.)

Premier Commandement:

Je suis le Seigneur Ton Dieu. Tu n’auras pas des dieux étrangers devant Moi. (y compris les péchés contre la Foi, l’Espérance et la Charité)

L'amour de l'argent est la racine de tous les maux, c'est une idolâtrie...

Ai-je négligé de connaître ma foi selon l’enseignement du catéchisme, par exemple le Symbole des Apôtres, les Dix Commandements, les Sept Sacrements, le Notre Père, etc.?
Ai-je volontairement mis en doute ou renié l’un des enseignements de l’Eglise?
Ai-je pris part à quelque culte non- catholique?
Suis-je membre de quelque organisation religieuse non-catholique, société secrète ou groupe anti-catholique?
Ai-je, en toute connaissance, lu quelque littérature hérétique, blasphématoire ou anti catholique?
Ai-je pratiqué des superstitions (telles que les horoscopes, prédiction d’avenir, spiritisme, etc.)
Ai-je omis des obligations ou pratiques religieuses pour des motifs de respect humain?
Me suis-je recommandé chaque jour à Dieu?
Ai-je été fidèle à mes prières quotidiennes?
Ai-je fait mauvais usage des Sacrements? Les ai-je reçus sans respect (par exemple la Communion dans la main) ou de manière invalide?
Me suis-je moqué de Dieu, de Notre-Dame, des Saints, de l’Eglise, des Sacrements ou d’autres sujets sacrés?
Ai-je été coupable de grande irrévérence dans l’Eglise (par exemple: conversation, comportement ou vêtement)?
Ai-je été indifférent vis-à-vis de ma foi catholique – en croyant qu’on peut se sauver dans n’importe quelle religion, que toutes les religions se valent?
Ai-je présumé de la miséricorde de Dieu en toute circonstance?
Ai-je désespéré de la miséricorde de Dieu?
Ai-je trahi Dieu?
Ai-je donné trop d’importance à quelque créature, activité, objet ou opinion?

Deuxième Commandement:

Tu ne prendras pas en vain le Nom du Seigneur Ton Dieu.

Ai-je blasphémé le Nom de Dieu à tort, inconsidérément ou en matière légère et triviale?
Ai-je murmuré ou gémi contre Dieu (blasphème)?
Ai-je prononcé des malédictions contre moi-même ou les autres, ou toute créature?
Me suis-je emporté contre les autres jusqu’à provoquer des jurons ou des blasphèmes contre Dieu?
Ai-je manqué à un vœu fait à Dieu?

Troisième Commandement:

Souvenez –vous de sanctifier le Sabbat.

Ai-je manqué la Messe le dimanche ou une fête d’obligation?
Ai-je été en retard à la Messe ou l’ai-je écourtée par ma faute?
Ai-je fait manquer la Messe à d’autres ou leur ai-je fait écourter la Messe?
Ai-je été volontairement distrait pendant la Messe ?
Ai-je fait ou commander un travail servile non nécessaire le dimanche ou les jours de fête d’obligation?
Ai-je acheté ou vendu sans nécessité ce jour là?

Quatrième Commandement:

Honore ton père et ta mère.

Ai-je désobéi ou manqué de respect envers mes parents ou ai-je négligé ou refusé de les aider dans leurs besoins ?
Ai-je manqué de respect pour des personnes chargées de me commander?
Ai-je calomnié ou insulté des prêtres ou d’autres personnes consacrées à Dieu?
Ai-je manqué de respect vis à vis des personnes âgées?
Ai-je maltraité mon conjoint ou mes enfants?
Ai-je désobéi ou manqué de respect à mon mari?
En ce qui concerne mes enfants:

Ai-je négligé leurs besoins matériels?
Me suis-je soucié de les faire baptiser de bonne heure?1
Ai-je pris soin de leur éducation religieuse personnelle?
Leur ai-je permis de négliger leurs devoirs religieux?
Leur ai-je permis le flirt ou des fréquentations régulières sans perspective du mariage dans un proche avenir?
Ai-je veillé à leurs compagnies?
Ai-je omis de les discipliner quand c’était nécessaire?
Leur ai-je donné un mauvais exemple?
Les ai-je scandalisés par des disputes avec mon conjoint en présence de mes enfants? En jurant ou blasphémant en leur présence?
Ai-je gardé la modestie à la maison?
Leur ai-je permis de porter des vêtements immodestes (mini jupes, pantalons serrés, robes ou pulls trop ajustés, corsages transparents, shorts courts, tenues de bain provocantes, etc.)? 2
Leur ai-je refusé la liberté de se marier ou de suivre une vocation religieuse?

________________________________

1 Les nouveaux nés devraient être baptisés dès que possible. Sauf prescription diocésaines particulières, il semble généralement admis qu’un nouveau-né devrait être baptisé dans l’intervalle de une semaine ou dix jours environ après sa naissance. Beaucoup de catholiques repoussent le baptême à une quinzaine ou un peu plus. L’idée d’administrer le baptême dans les trois jours après la naissance est considérée comme trop stricte. Saint Alphonse, suivant l’opinion commune, pensait qu’un délai non motivé au-delà de dix ou onze jours serait un péché grave. Par rapport à la coutume moderne, connue et non corrigée par les Ordinaires locaux, un délai non motivé au delà d’un mois serait un péché grave. S’il n’y a pas de danger probable pour l’enfant, les parents ne peuvent être convaincus de péché grave en différant le baptême un peu au-delà de trois semaines au plus, mais l’usage de faire baptiser un nouveau-né dans l’intervalle d’environ une semaine ou dix jours après la naissance est fort recommandable et en vérité, une date plus précoce peut être recommandée à juste titre. — H. Davis S.J., Moral and Pastoral Theology, Vol. III, Pg.65, Sheed and Ward, New York, 1935

2 Demander le feuillet LF05 Règles Mariales pour la Modestie dans le vêtement.

Cinquième Commandement:

Tu ne tueras pas.

Ai-je provoqué, désiré ou hâté la mort ou la blessure physique de quelqu’un?
Ai-je entretenu de la haine contre quelqu’un?
Ai-je opprimé quelqu’un?
Ai-je désiré la vengeance?
Ai-je été cause d’inimitié entre d’autres personnes?
Ai-je querellé ou combattu quelqu’un?
Ai-je souhaité du mal à quelqu’un?
Ai-je eu l’intention ou tenté de blesser ou de maltraiter d’autres personnes?
Y a-t-il quelqu’un avec qui je refuse de parler ou contre qui je garde rancune?
Ai-je pris plaisir aux malheurs de quelqu’un?
Ai-je été jaloux ou envieux?
Ai-je pratiqué ou essayé de pratiquer un avortement ou conseillé à quelqu’un de le faire
Ai-je, d’une manière ou d’une autre, mutilé mon corps sans nécessité?
Ai-je eu des pensées de suicide ou des tentatives?
Me suis-je enivré ? Ai-je pris des drogues interdites?
Ai-je trop mangé ou est-ce que je néglige de me nourrir convenablement? (c’est à dire avec des aliments sains)
Ai-je manqué à la correction fraternelle?
Ai-je nuit à l’âme de quelqu’un, surtout aux enfants en scandalisant par le mauvais exemple?
Ai-je nuit à moi-même en exposant mon âme aux tentations volontairement et sans nécessité. (par exemple: mauvaises émissions, mauvaises chansons, plages, etc.)?

Sixième et Neuvième Commandement:

Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne désireras pas la femme de ton prochain.

Ai-je refusé à mon conjoint, à ma conjointe, les droits du mariage?
Ai-je pratiqué le contrôle des naissances (pilules, appareils, retrait)?
Ai-je abusé des droits du mariage de quelque autre manière?
Ai-je commis l’adultère ou la fornication ( pratiques sexuelles prémaritales)?
Ai-je commis un péché contre nature dans le domaine de la pureté (homosexualité ou lesbianisme en pensée, en parole ou en action )?
Ai-je touché ou embrassé quelqu’un de manière impure?
Me suis-je engagé dans des baisers prolongés et passionnés en dehors du mariage ?
Me suis-je engagé dans des affections désordonnées?
Ai-je pratiqué l’impureté solitairement ( masturbation )?
Ai-je entretenu des pensées impures et m’y suis-je complu?
Me suis-je laissé aller à des désirs sensuels pour quelqu’un ou ai-je volontairement désiré voir ou faire quelque chose d’impur?
Me suis-je laissé aller volontairement à quelque plaisir sexuel complet ou incomplet en dehors du mariage?
Ai-je été occasion de péché pour d’autres en portant des vêtements immodestes, trop serrés ou provocants de toute autre manière?
Ai-je agi pour provoquer ou occasionner chez les autres des pensées ou des désirs impurs délibérément ou par légèreté?
Ai-je fait des lectures indécentes ou regardé de mauvais film?
Ai-je regardé des films et des émissions érotiques ou la pornographie par internet ou permis à des enfants de le faire?
Ai-je prononcé des paroles ou raconté des histoires indécentes?
Ai-je écouté volontairement de telles histoires?
Me suis-je vanté de mes péchés ou complu dans les péchés du passé?
Me suis-je trouvé en compagnie impudique?
Ai-je consenti à des regards impudiques?
Ai-je négligé de contrôler mon imagination?
Ai-je prié tout de suite pour bannir de si mauvaises pensées et tentations?
Ai-je évité la paresse, la gourmandise, l’oisiveté et les occasions d’impureté?
Ai-je pris part à des danses immodestes et à des spectacles indécents?
Suis-je resté sans nécessité seul en compagnie de quelqu’un du sexe opposé en dehors du mariage?

Nota bene: Ne pas craindre de dire au prêtre tout péché d’impureté que vous avez pu commettre. Ne pas cacher ou essayer de déguiser de tels péchés. Le prêtre est là pour vous aider et vous pardonner. Rien de ce que vous dites ne le choquera, donc ne craignez pas, quelque puisse être votre honte.

Septième et Dixième Commandement:

Tu ne voleras pas. Tu ne convoitera pas les biens du prochains.

Ai-je volé quelque chose? Quoi ou combien?
Ai-je endommagé le bien des autres?
Ai-je par négligence abîmé le bien des autres?
Ai-je été négligent dans la gestion de l’argent et des biens d’autrui?
Ai-je triché ou fraudé?
Ai-je participé excessivement à des jeux d’argent?
Ai-je refusé ou négligé de payer mes dettes?
Ai-je acquis un bien notoirement volé?
Ai-je omis de rendre des objets prêtés?
Ai-je trompé mon employeur sur ma journée de travail?
Ai-je triché sur les salaires de mes employés?
Ai-je refusé ou négligé d’aider quelqu’un en urgente nécessité?
Ai-je omis de restituer en cas de vol, de tricherie ou de fraude?
Ai-je envié à un autre ce qu’il avait?
Ai-je été jaloux du bien d’autrui?
Ai-je été avare?
Ai-je été cupide et avare, accordant trop d’importance aux biens matériels et au confort? Mon cœur est-il porté vers les possessions terrestres ou les vrais trésors du Ciel ?

Huitième Commandement:

Tu ne porteras pas de faux témoignage envers ton prochain.

Ai-je menti à propos de quelqu’un?
Mes mensonges ont-ils causé un tort matériel ou spirituel?
Ai-je porté des jugements téméraires (c’est à dire cru fermement, sans preuve évidente à la culpabilité de quelqu’un dans un crime ou une faute morale?
Ai-je nui à la bonne réputation de quelqu’un en révélant des fautes vraies mais cachées (délation )?
Ai-je révélé les péchés d’autrui?
Ai-je été coupable de cafardage (c’est à dire d’avoir rapporté quelque chose de défavorable dit par quelqu’un à propos d’un autre de manière à créer l’inimitié entre eux)?
Ai-je encouragé ou prêté l’oreille à la diffusion du scandale concernant mon prochain?
Ai-je prêté de faux serments ou signé de faux documents?
Suis-je critique, négatif ou peu charitable dans ma conversation?
Ai-je flatté les autres?

Les Sept Péchés Capitaux et les Vertus opposées.

Orgueil..............................................Humilité
Avarice............................................Libéralité
Luxure.............................................Chasteté
Colère...............................................Douceur
Gourmandise....................................Tempérance
Jalousie...........................................Amour fraternel
Paresse............................................Effort

Cinq effets de l’Orgueil

La vaine gloiren a. Vantardise b. Dissimulation/Duplicité
Ambition
Mépris des autres
Colère / Vengeance / Ressentiment
Entêtement / Obstination

Neuf manières d’être instrument de péché pour d’autres.

A. Ai-je sciemment été cause de péché ?
B. Ai-je coopéré au péché des autres ?

Le conseil
Le commandement
Le consentement
La provocation
La louange ou la flatterie
La dissimulation
La participation
Le silence
La défense du mal accompli.

Les Quatre Péchés qui crient vengeance au Ciel.

Le meurtre volontaire
La Sodomie ou le Lesbianisme
L’oppression des pauvres
La fraude sur le juste salaire du travailleur.

Les Six Commandements de l’Eglise.

Ai-je entendu la Messe le dimanche et les fêtes d’obligation?
Ai-je pratiqué le jeûne et l’abstinence les jours désignés et ai-je observé le jeûne eucharistique?
Me suis-je confessé au moins une fois l’an?
Ai-je reçu la Sainte Eucharistie au temps de Pâques?
Ai-je contribué au soutien de l’Eglise dans la mesure où je le dois?
Ai-je observé les lois de l’Eglise concernant le mariage (c’est à dire le mariage sans présence d’un prêtre ou mariage avec un parent ou non-catholique)?

Les Cinq Blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie.

Ai-je blasphémé contre l’Immaculée Conception?
Ai-je blasphémé contre la Virginité Perpétuelle de Marie?
Ai-je blasphémé contre la Divine Maternité de Notre Dame ? Ai-je manqué à reconnaître Notre Dame comme Mère de tous les hommes?
Ai-je cherché officiellement à semer dans les cœurs des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine de ce Cœur Immaculé?
L’ai-je outragée directement dans Ses Saintes Images?

Finalement:

Ai-je reçu la Sainte Communion en état de péché mortel? (Sacrilège)

Examen des péchés véniels d’après St Antoine-Marie Claret.

L’âme devrait éviter tous les péchés véniels, spécialement ceux qui ouvrent la voie du péché mortel. Ce n’est pas assez , mon âme, de prendre la ferme résolution de souffrir la mort plutôt que de commettre un péché mortel. Il est nécessaire de former une résolution semblable par rapport au péché véniel. Celui qui ne trouve pas en lui-même cette volonté ne peut trouver la sécurité. Rien ne peut nous donner une certaine sécurité du salut éternel comme une vigilance incessante pour éviter même le moindre péché véniel et un sérieux remarquable en tous points touchant toutes les pratiques de la vie spirituelle - sérieux dans la prière et les rapports avec Dieu, sérieux dans la mortification et le renoncement, sérieux dans l’humilité et l’acceptation du mépris, sérieux dans l’obéissance et le renoncement à sa volonté propre, sérieux dans l’amour de Dieu et du prochain . Celui qui veut atteindre ce sérieux et le garder, doit nécessairement prendre la résolution d’éviter toujours spécialement les péchés véniels

suivants:

Le péché d’admettre en son cœur tout soupçon non fondé, tout jugement injuste contre le prochain.
Le péché d’entrer en conversation sur les défauts d’autrui et de manquer à la charité de toute autre manière même légèrement.
Le péché d’omettre, par paresse, nos pratiques spirituelles ou de les accomplir avec négligence volontaire.
Le péché d’avoir une affection désordonnée pour quelqu’un.
Le péché d’avoir une vaine estime de soi-même ou une vaine satisfaction dans ce qui nous concerne
Le péché de recevoir le Saint Sacrement de manière insouciante, avec des distractions et autres irrévérences et sans préparation sérieuse.
Impatiences, ressentiment, tout manquement à accepter des déceptions comme venant de la Main de Dieu ; car cela met obstacle à la voie des décrets et dispositions de la Divine Providence par rapport à nous-mêmes.
Le péché de se donner occasion de ternir même de loin l’éclat immaculé de la sainte pureté.
La faute de cacher volontairement à ceux qui devraient les connaître, les mauvaises inclinations, les faiblesses et les mortifications, en cherchant à poursuivre la route de la vertu, non sous la direction de l’obéissance, mais en se laissant guider par ses propres caprices.

Nota bene: Ceci s’entend de circonstances où nous pourrions avoir une direction qui mérite d’être recherchée, mais nous préférons suivre nos faibles lumières personnelles).

Prière pour une bonne confession

O mon Dieu, par mes péchés détestables, j’ai crucifié de nouveau Votre Divin Fils et L’ai tourné en dérision. A cause de cela, j’ai mérité Votre Colère et me suis rendu digne des feux de l’Enfer. Combien aussi j’ai été ingrat envers Vous, mon Père Céleste, qui m’avez tiré du néant, m’avez racheté par le Précieux Sang de Votre Fils et m’avez sanctifié par Vos Saints Sacrements et le Saint Esprit. Mais dans Votre Miséricorde, vous m’avez réservé cette confession. Recevez –moi de nouveau comme Votre fils prodigue et accordez-moi de bien me confesser pour que je puisse recommencer à Vous aimer de tout mon cœur et de toute mon âme et par conséquent garder vos commandements et souffrir patiemment toute expiation temporelle qui reste à accomplir. J’espère obtenir de Votre bonté et puissance, la vie éternelle au Paradis. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen.

Note Finale

N’oubliez pas de confesser vos péchés avec regret surnaturel en même temps que ferme résolution de ne plus retomber dans le péché et d’éviter les occasions prochaines de péché. Demandez à votre Confesseur de vous aider en toute difficulté qui entraverait une bonne confession. Accomplissez promptement votre pénitence.

Acte de Contrition

O mon Dieu, je regrette du fond du cœur de vous avoir offensé. Et je déteste tous mes péchés, parce que je redoute la perte du Ciel et les peines de l’Enfer, mais surtout parce que mes péchés Vous offensent, mon Dieu, qui êtes toute bonté et qui méritez tout mon amour. Je prends la ferme résolution, avec le secours de Votre Grâce, de confesser mes péchés, de faire pénitence et d’amender ma vie. Amen.


EXAMEN DE CONSCIENCE POUR ADULTES

Résumé: Il faut rechercher au moins tous les péchés mortels dont on se souvient et qui n’ont pas encore été confessés dans une bonne confession et à un prêtre ayant les pouvoirs pour absoudre. Un péché est mortel s’il y a : gravité de matière, pleine connaissance et plein consentement. Indiquer, dans la mesure du possible, leur espèce et leur nombre (même pour les désirs). Pour cela on demande à Dieu la grâce de bien connaître ses fautes et on s’examine sur les Dix Commandements et les préceptes de l’Église, sur les péchés capitaux et les devoirs de notre état. Il faudra penser à accuser également les péchés qui ont pu être commis par omission. N.B.: La confession est sacrilège lorsqu’on a volontairement caché des fautes mortelles. COMMANDEMENTS DE DIEU l er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. » Dieu est-il au centre de ma vie ? Est-il bien pour moi un Père à l’amour duquel je réponds par un amour total et une généreuse obéissance ? Jésus est-il vraiment mon Maître et mon modèle, celui dont je vis par la foi et les sacrements ? Manquements par omission ou négligence dans les prières (matin, soir, dans les tentations) et la réception des sacrements. Tiédeur. Respect humain pour manifester sa foi. Parole ou acte contre la religion. Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique. Superstitions, spiritisme. Avoir tenté Dieu. Péchés contre la foi : refus d’adhérer à une ou plusieurs vérités révélées. Doutes volontaires. Négligeance dans sa sa propre formation religieuse. Lectures, émissions et spectacles portant atteinte à la foi ou à la morale. Péchés contre l’espérance : manque de confiance en la bonté et la providence de Dieu. Découragement, désespoir. Compter sur ses seules forces. Prétexter de la bonté de Dieu pour pécher. Ne pas désirer le ciel. Péchés contre la charité : indifférence par rapport à Dieu ; absence de prière et de pratique religieuse. Sacrilèges en profanant les choses saintes, en particulier confessions (incomplètes volontairement) et communions sacrilèges (reçues en état de péché mortel). Envers le prochain : refus de voir Dieu dans nos frères; haines, mépris, moqueries ; refus d’assister son prohain dans les graves nécessités. 2e Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect. » Transgresser les serments et vœux faits en son nom. Associer son nom à des serments faux ou inutiles. Blasphémer son nom, celui de la Vierge ou des saints. Prononcer des imprécations contre soi ou contre autrui. 3e Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur. » Avoir manqué à la sainte Messe par sa faute, y être arrivé en retard. Avoir fait ou fait faire “des travaux et des occupations qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au jour du Seigneur, ou la détente convenable de l’esprit et du corps” (can.1247). Avoir été à des amusements ou réunions dangereuses pour la foi ou les mœurs. 4e Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère. » Enfants de tous âges : Manque d’amour, de respect, d’obéissance (dans les limites de leur autorité), de reconnaissance et d’assistance (matérielle, spirituelle) aux parents. Parents : ne pas témoigner de l’affection à tous ses enfants ; ne pas leur donner l’exemple d’une vie vertueuse et chrétienne. Envers ceux encore sous leur dépendance : Association Notre Dame de Chrétienté manquements dans leur formation humaine et chrétienne (instruction religieuse, choix de l’école); et dans ses devoirs de surveillance, de conseil et de corrections nécessaires. Tous : disputes d’intérêt en famille. Manquements dans l’accomplissement du travail dans le respect dû à l’autorité (dans le métier, la vie collective) ou dans les responsabilités des dirigeants (conditions de travail honnêtes, juste salaire, respect vis-à-vis des employés). Insoumission aux lois civiles justes (impôts, service militaire, devoir civique). 5e Commandement : « Tu ne tueras point. » Meurtre, tentative de suicide, imprudence exposant à tuer ou blesser son prochain (sport à risque, transgression grave et volontaire du code de la route, conduite en état d’ivresse). Colères, disputes, vengeances, refus de pardon, rancunes, envie, jalousie, drogue. Excès dans les boissons, gourmandise. Attitude insultante et scandaleuse. Participation (par action ou par omission), à la stérilisation, à l’avortement, à l’euthanasie, au suicide. Incitation à la violence, à la lutte des classes. Haine raciale ou ethnique. 6e et 9e Commandements : « Tu ne commettras pas d’impureté. Tu n’auras pas le désir impur volontaire. » Pensées, désirs et actes commis seul ou avec d’autres contre la pureté. Conversations et chansons déshonnêtes. Lectures, spectacles (TV, films,...), fréquentation de lieux exposant à l’impureté. Responsabilité dans le péché d’autrui (danse, mode et attitude provocantes). Personnes mariées : Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse. Moyens contraceptifs, ponctuels ou permanents. Refus des droits du conjoint. Adultère (pensées, désirs, actions). Infidélité affective. Liaison extra-matrimoniale. Divorce. “Remariage”. Fiancés : Manifestations de tendresse excessivement sensuelles. Relations pré matrimoniales. Cohabitation. 7e et 10e Commandements : « Tu ne voleras pas. Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. » Participation direct ou indirect à des vols, fraudes, injustices. Dettes impayées. Non restitution. Recel d’objets volés. Tort causé dans les ventes, contrats, transactions. Tricheries. Fraudes. Pots de vin. Non-respect des lois sociales justes sur le travail, les assurances... Travail bâclé ; perte de temps. Dépenses excessives, par luxe, vanité, etc. Gaspillage. 8e Commandement : « Tu ne mentiras point. » Mensonges. Faux témoignage. Accusations injustes. Jugements téméraires. Calomnies (personnes ou institutions). Secrets violés. Médisances, ragots. Refus de réparer ou de rectifier COMMANDEMENTS DE L’ÉGLISE 1. Tu sanctifieras les dimanches et fêtes d’obligation (en France : Noël, Pâques, Ascension, La Pentecôte, Assomption, Toussaint) : par l’assistance à la messe et l’abstention d’activités contraires à la sanctification du jour du Seigneur (voir 3e commandement de Dieu). 2. Tu te confesseras au moins une fois l’an. 3. Tu communieras chaque année au Temps pascal (de Pâques à la Pentecôte). 4. Tu jeûneras ou feras abstinence les jours fixés. Jeûne et abstinence: Mercredi des Cendres et Vendredi Saint ; abstinence : tous les vendredis de l’année (les vendredis autres que ceux du Carême, on peut remplacer l’abstinence par une autre pénitence). 5. Tu contribueras selon tes moyens aux dépenses de l’Eglise. Association Notre Dame de Chrétienté DEVOIRS D’ÉTAT 1. Devoirs de chrétien : effort pour tendre à la perfection de la charité ; témoignage de cohérence entre la foi et les œuvres ; fidélité à la vocation reçue de Dieu ; dimension apostolique de sa vie ; approfondissement de sa foi ; aide à l’Eglise ; respect et obéissance à la hiérarchie dans ce qui dépend de son autorité. 2. Devoirs dans la famille : fidélité et don de soi dans le mariage ; générosité dans la procréation et l’éducation des enfants ; amour et entraide ; affection et assistance aux ascendants. 3. Devoirs dans la profession application au travail ; sens de la justice dans les rapports professionnels, dans les contrats. 4. Devoirs dans la cité : participation à la vie de la cité, devoir électoral ; respect des lois justes ; effort pour faire changer les lois injustes (avortement, ...) ; solidarité avec les plus démunis. MAÎTRISE DE SON TEMPÉRAMENT Il faut soumettre à la raison et à la loi de Dieu les passions déréglées par le péché originel et nos propres péchés. On distingue sept tendances qui nous inclinent au mal : - l’orgueil : amour désordonné de soi-même qui engendre l’ambition, la présomption, la vaine gloire, les attitudes hautaines, les vanités mondaines. - l’avarice : attachement désordonné aux richesses qui engendre l’injustice, l’endurcissement du cœur, le défaut de générosité pour faire l’aumône, l’aveuglement de l’esprit. - la luxure : vice contraire, voir 6e et 9e commandements. - L’envie : nous attriste à la vue des qualités ou des succès d’autrui ; engendre la calomnie, la jalousie, les discordes, les actions portant tort à autrui. - la gourmandise : excès dans le manger et le boire (alcoolisme) qui met en danger notre santé et nous fait perdre la possession de nous-mêmes. - la colère : fait perdre le contrôle de soi-même et porte aux injures, querelles, coups... - la paresse : incline à fuir l’effort dans le travail, l’accomplissement des devoirs. Association Notre Dame de Chrétienté

Mit freundlichen Grüssen

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely
Saludos cordiales
בברכה, בכבוד רב
С уважение
ขอแสดงความนับถือ
你的真诚的
المخلص

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement ! Comme à Chypre et en Grèce... Arnaque de la création monétaire du néant, ex nihilo... Grâce à monnaie-pleine, on peut rédiger ensemble un projet de loi d'application ou un contre-projet et reprendre ainsi toutes les meilleures solutions, BNS, RBI, monnaie, crédits, etc...

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Thème pour l'année 2016: Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Invitations 2017
In English
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/free-invitations-every-year.html

en français:
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/invitations-gratuites-chaque-annee.html

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement !

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Articles les plus consultés