Google+ Followers

Vidéos explicatives par François de Siebenthal sur youtube, dailymotion ou https://vimeo.com/136794

Loading...

Google+ Badge

jeudi 4 février 2010

Clearstream, page 77 et ss.

http://pavie.ch/file/clearstream-jugement.pdf


http://union-ch.com/file/clearstream-jugement.pdf


Page n 77


Jean-Louis SZUBA, directeur de la sécurité de l'information
d'EADS France, était également entendu. Il précisait qu'il avait eu des contacts avec Philippe LAFLANDRE et qu'à partir du mois de janvier 2005, il avait manifesté son étonnement de voir confier des responsabilités à Imad LAHOUDqu'il décrivait comme un hacker "incontrôlable et immature au regard des enjeux" (D4471/5).

Entendu à son tour le 14 octobre 2005, Philippe LAFLANDRE expliquait avoir eu un premier entretien avec Imad LAHOUD enjanvier précédent au cours duquel celui-ci lui avait fait part de ses inquiétudes parrapport à son avenir chez EADS. Il ajoutait que, sur l'affaire du corbeau, ImadLAHOUD lui avait très rapidement confié, de façon spontanée, "ne pas avoir deresponsabilité car, à la demande de M. GERGORIN, il n'avait que chercher unlisting en utilisant ses compétences de hacker sur Internet et a remis le listing à

M. GERGORIN" (D476/2). Lors de leur rencontre du 23 mars 2005, PhilippeLAFLANDRE n'avait pu que conseiller de dire la vérité sur cette affaire à ImadLAHOUD qui lui faisait de nouveau part de ses craintes quant à son avenirprofessionnel. Philippe DELMAS avait d'ailleurs demandé à PhilippeLAFLANDRE de le rassurer. Il contestait avoir exercé la moindre pression surImad LAHOUD. Il niait également avoir parlé à Imad LAHOUD du GénéralRONDOT dont il avait découvert le nom par la presse.
b) La lettre adressée par Denis ROBERT à Imad LAHOUD le 16 janvier 2006

Par lettre du 23 janvier 2006, le conseil d'Imad LAHOUDavait informé le magistrat instructeur de la réception par son client d'un courrierde la part de Denis ROBERT, auquel était joint un exemplaire de l'ouvrageintitulé "La domination du monde" du même auteur (D519), ce qui provoquaitl'audition en qualité de témoin de Denis ROBERT par les juges d'instruction le15 mars 2006 (D585), ce dernier ayant déjà été entendu le 21 octobre 2005 par lesenquêteurs dans le cadre de la commission rogatoire.

Denis ROBERT précisait les circonstances dans lesquelles ilavait fait la connaissance d'Imad LAHOUD en février ou mars 2003, à la sortie
de prison de ce dernier. Imad LAHOUD prétendait connaître parfaitement lesystème de clearing, en tant qu'ancien broker et lui offrait son aide dans ses
recherches sur CLEARSTREAM et à l'occasion de ses procès en diffamation.

A cette occasion, Denis ROBERT affirmait qu'il avait étéamené à remettre à Imad LAHOUD, en présence de Pascal LORENT, à Metz, un
CD-rom et d'autres documents internes CLEARSTREAM, ainsi que desphotocopies de microfiches.

Par la suite, devant lui, Imad LAHOUD avait toujours nié êtrel'auteur des listings CLEARSTREAM, évoquant de façon persistante l'hypothèsed'un hackeur. Il indiquait qu'Imad LAHOUD, responsable sécurité informatiquechez EADS, se situait sous l'autorité de Jean-Louis GERGORIN et se montrait
fuyant dès que le sujet de ses relations avec ce dernier était abordé.

Entre septembre et décembre 2003, Imad LAHOUD lui avaitdit travailler pour la DGSE, et plus particulièrement pour Alain JUILLET et le

o

Page n 78


Jugement n•
1

Général RONDOT, revendiquant alors les éminents services rendus en matière delutte contre le terrorisme notamment contre la mouvance AL QAIDA.

En septembre-novembre 2004, Imad LAHOUD s'était ditmenacé, mais protégé par le Général RONDOT qui, par ailleurs, lui avait intimél'ordre de cesser toute relation avec le journaliste.

Denis ROBERT expliquait enfin que le courrier du 16 janvierétait destiné, à la faveur du départ à la retraite du Général RONDOT repris dansla presse, à renouer avec Imad LAHOUD et l'inciter à lui faire des révélations ausujet de l'affaire du corbeau que lui-même envisageait d'utiliser ensuite dans lecadre d'une fiction.

Denis ROBERT indiquait que son ordinateur avait fait l'objetd'une attaque informatique en juin 2005 et soupçonnait Imad LAHOUD d'enavoir été l'auteur.

2- les investigations auprès du Général Philippe RONDOT

a) la découverte des documents, supports de la dénonciation

Compte tenu de cette mise en lumière du rôle du GénéralRONDOT, il était procédé par les deux juges d'instruction à de multiplestransports et perquisitions au cours des mois de mars et avril 2006, et notammentaux domiciles du Général RONDOT, à Meudon (92), le 24 mars, et à Fléty (58),
le 27 mars (D603 et 607).

Au cours de la perquisition effectuée à Meudon, les magistratsinstructeurs découvraient :

- de nombreuses notes manuscrites, dites "verbatim" dans
lesquelles celui-ci retranscrivait le contenu de ses échanges et réunions avecdifférents interlocuteurs (notamment Philippe MARLAND, Michèle ALLIOTMARIE,
Jean-Louis GERGORIN, Dominique de VILLEPIN, Imad LAHOUD etdes fonctionnaires en poste à la DGSE) accompagné de ses observations etcommentaires (scellés RONDOT MEUDON et RONDOT CHANAUX). Il
s'agissait de pages de format A 4, toutes numérotées, sur lesquelles était collée
la reproduction en format réduit de pages extraites de son journal de marchequotidien qui reprenait quotidiennement, heure par heure, les réunions ou faitsqu'il avait vécus et qu'il voulait garder en mémoire. La réalité de ces réunions etentretiens téléphoniques était corroborée par les mentions figurant dans lesagendas de l'intéressé. Selon leur auteur, tous ces verbatim avaient été établis "en
temps légèrement décalé sur [ son] journal de marche, c'est-à-dire dans lesheures qui suivent l'événement" qu'ils relatent (D266617 et D2666/8) (D2714/11).
- diverses notes personnelles référencées "DEF/CROS" àdestination de Philippe MARLAND et de Michèle ALLIOT-MARIE, relatives àses investigations dans l'affaire CLEARSTREAM (désignée sous le nom de code
o

Page n 79


"REFLUX") et au traitement des informations fournies par Imad LAHOUD autitre de la lutte anti-terroriste ("opération MADHI").

- quatre notes internes, notes d'étapes, intitulées "opérationREFLUX" retrouvées à l'occasion des opérations d'expertise de la carte mémoiredu disque dur de son ordinateur de marque HP type "iPaq" (D2698).
Parmi les très nombreux documents ainsi appréhendésfiguraient des documents relatifs à la chambre de compensation CLEARSTREAMremis au Général RONDOT ainsi qu'en attestaient ses notes de ce dernier et cecià compter du 1er octobre 2003 (scellé Rondot Meudon 6 : note sur la chronologiede l'affaire CLEARSTREAM comportant la mention: "01.10.03 JLG m'informe"
-D2566/2).

L'une de ces notes, sur laquelle le Général RONDOT avait
inscrit la mention "Remise par JLG le 23.11.03" comportait un texte similaire àcelui parvenu à la connaissance du magistrat Renaud VAN RUYMBEKE en mai
2004 (D859/30).

Ce document était ainsi rédigé :

"En 1989 WANG CHUAN POO découvre les bienfaits de la chambre de
compensation Cedel,
Il y ouvre, en tant que bénéficiaire ultime, deux comptes non publiés(2) le
12/07/1989."


Il s'agissait des comptes :

- C0043 de type "Reserved Mailbox Account",
- C0044 de type "Dual" ayant correspondant bancaire laBank of Overseas Chinese à Taïwan (ce compte n° 32-704623 à la même banqueavait été clôturé le 13 octobre 1993).
"Après 1989, WANG CHUAN POO ouvre une série de comptes "dual" chezCedel avec des correspondants bancaires dans des paradis fiscaux et financiers(5). En 1991, WANG CHUAN POO développe des liens avec des narco-traficantsen Colombie comme le démontre ses liens financiers avec le milieu par le biais ducompte "dual" n° 82313 ayant pour banque correspondante Citibank (Cititrust)
à Bogota en Colombie.

En 1992, Alain GOMEZ est initié à ce système financier parWang Chuan Poo. Il s'agit pour Alain GOMEZ d'un excellent moyen de blanchirses rétro-commissions. Le 14/10/1992, Wang Chuan Poo ouvre pour AlainGOMEZ un compte "dual" n°83656 chez Cedel (...) A son ouverture, ce compteétait crédité par le compte C0043 d'un montant de 1.000.000 $US. Jusqu'en 1994crédits parWang Chuan Poo d'environ 125 000 000 USD.

En 1994, Alain GOMEZ ouvre une série de comptes chezCedel. Il en garde une partie pour son usage personnel et dans le cadre d'unegrande cooptation à la fois mafieuse et affairiste, attribue plusieurs d'entre euxà des parrains du milieu (voir tableau 1).Les comptes de ces personnes sontsystématiquement crédités par les comptes d'Alain GOMEZ ou, à la demande dece dernier, par les comptes de son proche, Pierre MARTINEZ. On remarqueraque la Banque Julius Baer apparaît au coeur du dispositif. Les crédits sur les

Jugement n•
1

o

Page n 80


Jugement n•
1

comptes d'Alain GOMEZ sont d'origines diverses à la fois en provenance descomptes de Wang Chuan Poo et de différentes sociétés offshore très
vraisemblablement utilisées comme coquilles dans le cadre d'opérations de rétro-
commissions."

Il ressortait du tableau n°1, à titre des "beneficial owner", les
noms suivants auxquels était affecté un compte numéroté CLEARSTREAM :

- Pierre MARTINEZ,
- Karel SCHMITT,
- Arkadi GAYDAMAK
- Pierre FALCONE
- EURO RSCG
- Alain de WULF
- Georges KIEJMAN
- Jean-Charles MARCHIANI
- Nadhmi AUCHI
- Marc RICH
- Alain MADELIN
"En 1996, Alain GOMEZ opère une deuxième grande cooptation en initiantplusieurs oligarques aux bienfaits des comptes dans des chambres decompensations (voir tableau 2). Clairement, il s'agit d'une initiation de ces
jeunes hommes d'affaires. Ils n'apparaissaient pas avant cette date dans ce
système financier. Les oligarques ouvriront à leurs tours des comptes de ce typepour la gestion de leurs affaires en russie. En échange de cette initiation, lesoligarques agiront plus tard comme banquiers et financiers permanents d'AlainGOMEZ et de ses troupes".

On dénombrait trois personnes dans le tableau n°2 :

- Roman ABRAMOVITCH,
- Mikhaïl KHODORKOVSKI,
- Oleg DERIPASKA.
"En 1999, Alain GOMEZ opère une troisième cooptation qui se traduit parl'arrivée d'un cadre dirigeant d'AIRBUS. Il s'agit de Philippe DELMAS.
Plusieurs autres personnages apparaissent dans ce qui semble ressembler à unegrande entreprise de corruption à dérive maffieuse (voir tableau 3).
Philippe DELMAS prend une importance particulière dans ce dispositif dans lamesure où tout versement venant d'Alain GOMEZ ou des oligarques au bénéficedes lieutenants initiés en 1999 passe quasi systématiquement par ses comptes àlui".

Apparaissaient dans ce tableau n°3 les noms suivants :

- Philippe DELMAS,
- Edin CAYBAN CAYKARA,
- Serge de KLEBNIKOFF,
- Fabien BOSSART,
- Petar MAJOUKOW.
"En 2000, Philippe DELMAS coopte à son tour plusieurs personnes travaillantpour le compte de la nation. Il s'agit essentiellement de hauts fonctionnaires del'administration Française dont une partie jouera un rôle crucial dans la tentative

o

Page n 81


Jugement n•
1

de déstabilisation du chef de l'Etat Jacques CHIRAC (voir tableau 4 et 4bis)".

Apparaissaient dans le tableau n°4 les noms suivants :

- Bernard SQUARCINI,
- Gilbert FLAM,
- Jean-Jacques MARTINI,
- Alain CHOUET,
- Edouard ULMO,
-PRETORY SA,
- Jean-Pierre JOULIN.
tandis que le tableau 4bis regroupait un certain nombre de transactions.
"Par la suite, Philippe DELMAS coopte plusieurs personnes de divers horizonstrès divers dans l'administration, l'industrie et la presse. Il rémunère certainesd'entre elles de manière périodique ou par des primes dans le cadre d'opérationssur commandes (voir tableau 5 et 5bis)".

Apparaissaient dans ce tableau n°5 les personnes suivantes :

- Philippe DELMAS,
- Dov YOFFE,
- le fonds CARLYLE,
- Gérald de ROQUEMAUREL,
- Alain LEMARCHAND,
- Jean-Pierre JOULIN,
- AlimjanTOCHTAKHOUNOV,
- Dominique BAUDIS,
- Laurence DORS,
- Oan OHAD,
- Irène STOLLER,
- Jean-François DUBOS,
- Alexandre JEVAKOFF,
- Thierry DANA,
- Edwy PLENEL,
- Dominique AMBIEL,
- Bernard MAINFROY,
- Jean VEIL.
tandis que le tableau 5bis regroupait un certain nombre de transactions.
"Si la masse financière injectée dans le circuit par les oligarques s'élève à 3Milliards d'euros, on estime à 4 Milliards d'Euros le montant hors oligarquesinjectée dans ce circuit. C'est le fruit de rétro-commissions sur l'attribution demarché dans l'industrie de l'armement et le Narco-Trafic.
Alain GOMEZ reçoit le 9 octobre 2003 sur son compte 83656 un virement de

1.200 Millions de USD de Mikhaïl KHODORKOVSKI (compte numéro :84601).
Alain GOMEZ transfert 225.000.000 Euros au compte 03778 de PhilippeDELMAS. Par le biais du compte 73067, ces 225 Millions sont nantis au profitd'un compte maison chez Julius Baer qui souscrit au nom de la banque dans lefond offshore "Highfields Capital Limited" qui s'est manifesté depuis deux ans parune montée régulière dans le capital de Lagardère dont il était le plus grosactionnaire avec 7% du capital au 30-8-2003."
Etaient joints à cette note, outre les 7 tableaux déjà cités,

o

Page n 82


L 5 annexes ayant trait :
- à l'activité de CLEARSTREAM, chambre de compensation, au regard de ses
statuts,
- aux comptes "RMBA",
- aux comptes "dual",
- aux paradis fiscaux;
L un document manuscrit intitulé "ANNUAIRE CATEGORIEL" (D859/31 etscellé RONDOT MEUDON 7),
L un document intitulé "SYNTHESE (OUTRE LES DEUX FONDATEURS)",
(D859/33
scellé RONDOT MEUDON 7),
L deux pages de listings identifiant une centaine de comptes ouverts chezCLEARSTREAM.
b) la révélation du contexte de cette dénonciation

Il était ensuite procédé à l'audition du Général PhilippeRONDOT en qualité de témoin le 28 mars 2006, celui-ci expliquant avoir reçu cesdocuments des mains de Jean-Louis GERGORIN au cours des mois d'octobre et
novembre 2003.

Il ressortait de cette audition les éléments suivants :

•sur ses relations avec Jean-Louis GERGORIN et Imad LAHOUD :
- il entretenait depuis les années 70-80 des relations avec Jean-
Louis GERGORIN au Centre d'Etudes de Politique Etrangère où il avait étéappelé comme consultant par celui-ci, dirigeant le Centre d'Analyse et dePrévision du ministère des Affaires Etrangères, sur les problèmes avec le mondearabe et musulman ainsi que les organisations radicales palestiniennes ;
- il avait fait la connaissance d'Imad LAHOUD parl'intermédiaire de Jean-Louis GERGORIN à l'époque où lui-même occupait lesfonctions de CROS auprès du Ministre de la Défense en novembre 2002 et aveclequel il avait intensifié ses relations depuis janvier 2003 ;
- à ses yeux Imad LAHOUD pouvait présenter un intérêt dansla lutte anti-terroriste et semblait avoir des connaissances sur les financements des
mouvements radicaux parmi lesquels ceux d'Oussama Ben Laden ;
- l'ayant mis en relation avec la DGSE qui l'avait "traité"
pendant 6 mois, il demeurait toutefois informé des résultats de ses opérations parle biais d'Alain JUILLET devenu depuis Haut responsable au Secrétariat Généralde la Défense Nationale (SGDN) ;
- à l'issue, il avait continué à utiliser les compétences d'ImadLAHOUD et sa connaissance du réseau BEN LADEN, en lui confiant des
recherches sur les financements des réseaux de criminels de guerre en Bosnie enseptembre octobre 2003, alors qu'Imad LAHOUD poursuivait ses activités deconsultant d'EADS.
Jugement n•
1

o

Page n 83


Jugement n•
1

• sur la dénonciation:
Le Général RONDOT exposait qu'au début novembre 2003,
une rumeur circulait au sujet d'une liste de personnalités et de fonctionnaires ayantbénéficié de rétro-commissions dans l'affaire des Frégates. Au cours d'uneconversation dans son bureau au ministère de la Défense, le sujet était évoqué parJean-Louis GERGORIN qui lui confirmait cette rumeur et lui remettait un listinginformatisé comportant des numéros de comptes, des noms de titulaires, lamention d'entrée et de sortie de fonds et de mouvements. Ce listing faisait 2 ou3 pages (D610-4).

Ayant eu ce document en mains, il avait pu constater qu'yfiguraient une centaine de noms parmi lesquels des hommes politiques(Dominique STRAUSS-KAHN, Laurent FABIUS, Alain MADELIN), des hautsfonctionnaires (le Général HEINRICH, Jean-Jacques MARTINI, BernardSQUARCINI, Gilbert FLAM, Alain CHOUET, Serge de KLEBNIKOFF), desindustriels (Alain GOMEZ, Philippe DELMAS et Pierre MARTINEZ, Jean-PierreJOULIN) et des personnalités diverses ( Alizée JACOTET et Laetitia CASTA).

Il avait également constaté qu'étaient mentionnés des nomsde personnes russes, suisses, italiennes, ou des noms de sociétés étrangères.

Si le nom de CLEARSTREAM n'apparaissait pas sur ledocument, Jean-Louis GERGORIN lui avait alors précisé qu'il s'agissait decomptes ouverts chez CLEARSTREAM aux noms d'Alain GOMEZ, ancienprésident de THOMSON et, principalement, de Philippe DELMAS, n°2
d'AIRBUS.

Le listing contenait une liste de mouvements financiers venantcréditer ou débiter ces comptes pour ensuite en créditer divers autres ouverts dansdifférentes banques françaises, suisses ou italiennes.

Il avait rendu compte à Philippe MARLAND de la teneur deces informations livrées par Jean-Louis GERGORIN et des documents que celui-
ci lui avait remis. Le Général RONDOT avait obtenu l'autorisation d'en vérifier
l'exactitude en ce qui concernait le personnel de défense et Jean-Jacques
MARTINI.

Par ailleurs, Imad LAHOUD lui avait fourni dans son bureau
les listes de transactions sur lesquelles apparaissaient les noms de Gilbert FLAMet Jean-Jacques MARTINI.

Imad LAHOUD et Jean-Louis GERGORIN avaient poursuivile processus d'information mais le principal informateur était LAHOUD(D2666/10). Il semblait très informé de "l'affaire japonaise", connaissantl'implication de Gilbert FLAM et Alain CHOUET. Quant à Jean-Louis
GERGORIN, il en avait eu connaissance par Jean-Louis COUSSSERAN (anciendirecteur de la DGSE).

Selon le Général RONDOT, Jean-Louis GERGORIN
paraissait persuadé de l'authenticité des informations remises par sa source ImadLAHOUD qui les avait obtenues par pénétration du système informatique de

o

Page n 84


CLEARSTREAM. Il avait pris conscience que cela devenait important quand ilavait été convoqué par Dominique de VILLEPIN, le 4 ou 5 janvier suivant.

C - L'analyse des données fondant les dénonciations

1-Les constatations d'Yves BAGUET

Agissant sur commission rogatoire, les enquêteurs de la DNIFprocédaient le 29 mai 2006 à l'audition d'Yves BAGUET, Managing DirectorInformatique de la société CLEARSTREAM à Luxembourg (D938).

Lui étaient présentés :

-le listing placé sous la cote D119 (dénonciation du 3 mai 2004),
-le listing placé sous la cote D123 (dénonciation du 14 juin 2004),
- un fichier informatique intitulé "DS_PROD_ACCOUNT" , supportant ladernière date de modification du 27 juillet 2004 sous les versions "access" et"excel"(scellé n°1 du PV du 26 août 2004),
- un fichier informatique contenu dans un répertoire"envoi simple" créé le 15septembre 2004 intitulé "extrait-03778", extrait-90762", avec une dernière
modification le 30 septembre 2004 (scellé unique du PV du 5 octobre 2004).
Il ressortait de cette audition que, selon le témoin, les listings,
supports des dénonciations incriminées, étaient issus des données
CLEARSTREAM mais avaient été altérés ou modifiés.

A cette occasion, diverses incohérences étaient relevées :

- les identifiants des sociétés clientes ou de contreparties ou de comptes internescommençaient par un "9" pour la société Euroclear, par un "E" pour la sociétéIbeclear, le dépositaire central espagnol, le "7" et le "5" pouvant être des clientsCLEARSTREAM.
- le compte C0043 était un compte client participant du dépositaire italien et nond'un client de CLEARSTREAM /RMBA ;
- le compte 82313 était attribué à Cititrust Bogota Colombia sans aucune référenceà Alain GOMEZ ;
- le compte 83656 ouvert en 1999 n'avait pas davantage de lien avec cette
personne.
Il était en outre précisé que la "code-list" (comprenant la listedes banques dépositaires, des clients, des participants en Euroclear, les clients dudépositaire central allemand, et les codes de contreparties domestiques, soit lesparticipants auprès de tous les dépositaires centraux de tous les pays avec lesquelsCLEARSTREAM avait un compte correspondant) était envoyée aux clients deCLEARSTREAM, puis était consultable par eux sur le site et cela jusqu'enjanvier 2005, quand un code d'accès fut institué.

Sur le 2ème listing (du 14 juin), Monsieur BAGUET relevait
que :

- pour le compte N0055, dont le statut "n" signifiait qu'iln'était pas publié alors que par sa nature de contrepartie domestique hollandaiseil devait être publié et avoir le statut "y";
Jugement n•
1

o

Page n 85


Jugement n•
1

- pour les comptes 03638, 03637 et 03639, figurant en page13 du listing, les comptes commençant par "0" correspondaient à une techniquede contrôle interne (technique de l'"Umbrella crédit") mise en place en août 2003et demeurée confidentielle ; l'utilisation de ce "0" étant incompatible avec lamention d'un nom de personne en regard de l'intitulé du compte ;
- les comptes C0723 et C0724 correspondaient à descontreparties du dépositaire central italien alors qu'ils étaient situés en Turquie ;
- la clôture de tous les comptes à une même date (le 12 mai2004) apparaissait très improbable ;
- un compte (D123/20) était référencé sur quatre caractères(3881) au lieu de cinq.
2 - la communication au procureur de la République et l'enquêtepréliminaire qui a suivie

Le 13 juillet 2004, Renaud VAN RUYMBEKE communiquait auProcureur de la République les premiers éléments parvenus en sa possessionsusceptibles d'être inclus dans les dénonciations anonymes :

- le premier courrier du 3 mai 2004,
- le second courrier anonyme arrivé le 14 juin 2004 avec une liste de comptesCLEARSTREAM, et diverses auditions et transports.
Le procureur de la République adressait le même jour aux autoritésluxembourgeoises une demande d'entraide judiciaire afin de vérifier la crédibilitéet l'authenticité des données communiquées par le magistrat instructeur, dans lapartie échappant à la saisine de ce dernier :

- faits de 1994 et au-delà dénoncés dans le premier écrit,
- un deuxième envoi reçu par le juge d'instruction le 9 juin 2004 sous laforme d'un CD-Rom qui lui avait été adressé sous la forme anonyme depuis Lyon,
- un troisième envoi anonyme reçu le 14 juin 2004 composé d'une lettresignée "DT" et d'une liste exhaustive de 895 comptes prétendument clôturés à lasuite des premières investigations lancées par le magistrat instructeur.
Cette demande était complétée les 12 août, 28 septembre et 4 novembresuivants Il était alors mentionné la réception par le juge d'instruction, le 20 août2004, d'un nouvel envoi anonyme sous la forme d'un CD-Rom.

Les autorités luxembourgeoises portaient ainsi à la connaissance duprocureur de la République de Paris les éléments suivants :

L les comptes 03637 (Jean-Pierre CHEVENEMENT), 03639 (Philippe DOURY),
37034 (Gérald de ROQUEMAUREL),37035 (Alain LEMARCHAND), 37067(Jean Pierre JOULIN) et 37070 (Mme HOMA K ZAND), de même que laréférence 9DTVE (attribuée à Gilbert FLAM) n'avaient pas existé chezCLEARSTREAM au cours des 10 dernières années.
L le format du document du 20 août correspondait au format d'informationsstockées dans le système DATASERVER de CLEARSTREAM BANKING, dontl'accès était restreint à un nombre limité d'employés, mais laissait apparaîtreplusieurs modifications externes :
• les intitulés (zone "ACCT_NM") avaient été modifiés pour 5 comptes ;
o

Page n 86


• la colonne intitulée "ACCT_STATUS_ FLG" indiquait pour certainscomptes une lettre "N" ou "E" alors que les seuls paramètres possibles étaient leschiffres "0" et "1" ;
• les dates de création (zone "CREATION_ DT") étaient antérieures au 31octobre 1994 ce qui ne correspondaient pas aux dates figurant dans les donnéesinformatiques de la banque ;
• les dates des dernières mises à jour (zone "LST_UPDATE") de plusieurscomptes étaient postérieures pour plusieurs d'entre elles à la date de clôture (zone"END_DATE").
Il était également confirmé que les comptes CLEARSTREAM nepouvaient être ouverts au nom d'une personne physique mais uniquement au nomd'un client de la chambre de compensation ne pouvant être qu'une banque ouorganisme financier.

De plus, il était indiqué que la pratique des "Reserved Mail Box Account"
correspondait à des comptes normaux répondant à des besoins précis de clientsbelges et n'avait aucun rapport avec les "holdmail Account".

Le procureur de la République décidait de classer sans suite la diteprocédure le 29 août 2005 au motif de "l'absence d'infraction".

Les pièces d'exécution étaient versées au présent dossier d'information le18 mai 2006.

L'ensemble des éléments précités provoquait l'extension, par réquisitoiresupplétif du 31 mai 2006, de la saisine des magistrats instructeurs aux faits de fauxet usage de faux (D933).

3 - les investigations réalisées par le juge d'instruction dans le cadrede l'information des Frégates de Taïwan

Alors que les éléments rassemblés jusque- là dans le dossier des Frégatesde Taïwan conduisaient à penser que CLEARSTREAM pouvait héberger descomptes dans l'intérêt du dénommé WANG et était susceptible d'être utiliséepour le blanchiment d'opérations illicites, Renaud VAN RUYMBEKE avait lui-
même fait procéder à diverses vérifications auprès de la chambre de compensationluxembourgeoise ainsi que des banques étrangères en Suisse, en Italie, à Chypre,
en Colombie et en France, notamment auprès de BNP PARIBAS, afin de vérifierl'exactitude des données reçues en ce qu'elles étaient en rapport avec l'objet deson information.

a) auprès des autorités luxembourgeoises chez CLEARSTREAM

Dès le 3 mai 2004, le juge Renaud VAN RUYMBEKE délivrait auxautorités luxembourgeoises une première commission rogatoire internationale auxfins de rechercher et d'identifier les comptes dont les dénommés Chuan Pu

Jugement n•
1

o

Page n 87


Jugement n•
1

Andrew WANG et ses "proches", ainsi que Alain GOMEZ, Pierre MARTINEZet Philippe DELMAS, avaient été les ayants droit économiques, les titulaires oumandataires de comptes auprès de CLEARSTREAM et qui auraient étédestinataires des commissions versées par Thomson ayant le cas échéant transité
par ces comptes :

- comptes C0043, C0044 et 82313 attribués à Chuan Poo WANG,
- comptes 83656 et 73067 attribués à Alain GOMEZ,
- compte 03778 attribué à Philippe DELMAS (compte correspondant chezJULIUS BAER à Genève prétendument lié à un compte Highfields Capital
Limited).
Le même jour, un courrier complémentaire élargissait les investigations àcertains comptes nommément cités :

- compte E3521, 73067 au nom de Pierre MARTINEZ,
- comptes 87032 , C2059, 9DTVU, 9DTVE et C2071 au nom d'Alain GOMEZ.
Le 7 mai 2004 (D2845), il ressortait des perquisitions et auditionsdiligentées au Luxembourg, dont le résultat n'était communiqué aux jugesd'instruction saisis de la présente procédure, sur demande de leur part, qu'enfévrier 2006 (D527), les éléments suivants :

• sur la définition du clearing-settlement :
Il ressortait de ces éléments d'information que CLEARSTREAMBANKING cumulait les fonctions de dépositaire central et d'organisme declearing. L'interconnexion informatique de ces deux types d'organismesconstituait un système de règlement-livraison (clearing-settlement). Ce systèmeprocédait au dénouement des transactions boursières suite aux instructions de sesparticipants (banques, courtiers).

Ainsi, comme dépositaire central, elle conservait des valeurs mobilièrespour le compte de ses clients et exécutait les livraisons sur instruction de cesderniers ou bien d'organismes de compensation (par exemple "MONTE TITOLI"
en Italie). Comme organisme de clearing, elle rapprochait les instructions d'achatet de vente des intermédiaires financiers pour déterminer valeur par valeur lessoldes nets des titres et espèces, procédant ainsi à la compensation desmouvements sur lesdites valeurs.

Il était indiqué que la société CLEARSTREAM BANKING ne faisait pasde transfert de fonds (cash) entre personnes physiques.

En ce qui concerne les personnes morales, CLEARSTREAM BANKINGn'effectuait pas en général de transfert de fonds entre ces personnes morales sanscontreparties sous forme de titres.

Il était noté que CLEARSTREAM n'était pas en possession des documentstraditionnels identifiant le bénéficiaire économique mais détenait les procurationsaccordées uniquement à des personnes morales.

• sur les publications de CLEARSTREAM :
CLEARSTREAM publiait régulièrement une sorte d'annuaire (directory)
reprenant l'ensemble des comptes de ses clients et des contreparties dans lesystème de compensation (comptes publiés). Cet annuaire permettait aux banquesdu monde entier de savoir si une banque correspondante détenait un compteauprès de CLEARSTREAM.

o

Page n 88


Jugement n•
1

Une banque pouvait avoir plusieurs comptes ouverts auprès deCLEARSTREAM et dont certains pouvaient être des comptes non publiés. Ainsi
une banque pouvait-elle détenir un compte publié par lequel passait l'ensembledes transactions avec les contreparties qui utilisaient ce compte, mais égalementdes comptes non publiés correspondant par exemple aux différents fondsd'investissement qu'elle gérait ou encore aux différentes agences faisant partie deson réseau.

Il s'en déduisait qu'un compte non-publié n'était pas synonyme de compteocculte.

Les comptes faisant le lien entre CLEARSTREAM et EUROCLEAR, les"bridge-account", ne pouvaient pas être mouvementés mais permettaient à chaquepartie de faire le lien avec les clients respectifs de sa contrepartie (d'où la nécessitéde disposer de deux comptes "bridge" par opération).

L'organisme de contrepartie au système de compensation de
CLEARSTREAM faisait écran devant sa propre clientèle qui est cependant lebénéficiaire économique ultime d'une transaction sur titre.

En résumé, au terme des investigations luxembourgeoises,
CLEARSTREAM pouvait être perçue comme mettant à disposition de cesparticipants un contenant, sans être en mesure d'exercer un contrôle du contenu.

• sur les modalités d'enregistrement des données chez CLEARSTREAM :
Les numéros de comptes CLEARSTREAM BANKING étaient composésde cinq caractères (chiffres ou lettres), les comptes débutant par 1,2,3,5,7 ou 8étaient des comptes de clients de la société enregistrant les mouvements des titresou avoirs.

Les comptes débutant par une lettre étaient des comptes de contrepartiesdomestiques c'est-à-dire provenant de maison de compensation telles queEURONEXT (France), NECIGEF(Pays-Bas) et MONTE TITOLI (Italie); cesdonnées sont uniquement enregistrées dans la "database" pour information mais
ne constituaient pas des comptes valides de clearing et settlement.

Les comptes débutant par "0" contenaient des informations relatives à deslignes de crédit et ne constituent pas des comptes valides.

• sur la réalité des comptes visés :
Les autorités luxembourgeoises apportaient les réponses suivantes sur laréalité des comptes visés :

- le compte C0043 ressortait comme le compte d'un opérateur domestiqueitalien(lettre C) probablement fermé le 18 février 1993. Ce compte de contrepartieavait été ouvert sous l'intitulé "ADORNO GIOVANNI-STOCKBROKER-
Milan" ;
- le compte C0044 ressortait comme le compte d'un opérateur domestique italien(lettre C), clôturé à une date inconnue (probablement le 6 avril 1993) sousl'intitulé "SOFIR'S-Commissionaria di Borsa -Milan", un nouveau compte ayantété créé sous ce numéro le 9 septembre 2003 sous l'intitulé "BNP PARIBASARBITRAGE" et clôturé le 29 janvier 2004 ;
- le compte C2059, compte d'opérateur domestique italien fermé en 1997 dontl'intitulé était apparemment "Ag.Cambio Pucccini Fabrizio", avait dû être effacéavant 1994 ;
- le compte C 2071 initialement ouvert sous l'intitulé "Ag.Cambio ColombaNicola" n'avait pas existé au cours des dix dernières années ;
o

Page n 89


- le compte 82313 ouvert le 1er décembre 1997 au nom de "CITITRUST
COLOMBIA SA à BOGOTA" paraissait toujours actif ;
- le compte 83656 (non publié, rattaché au précédent) était ouvert depuis le 14octobre 1999 au nom de "CITITRUST SA- HUGO CARCERES GOMEZ" et
clôturé le 17 mai 2001 ;
- le compte 87032 (non publié, rattaché au 82313) ouvert au nom de CITITRUSTSA CARLOS EDUARDO GOMEZ avait été clôturé à une date inconnue et
n'avait pas enregistré de transactions supérieures à 15.000 $US;
- le compte E3521, compte opérateur domestique espagnol IBERCLEAR (ouvertle 18 juillet 1989 sous le n° EB040 puis changé en E3521 en 1994 et clôturé le 25mai 1995), réouvert depuis 2003 au nom de BBVA Banca Bilbao ViscayaArgentaria, apparaissait dans le système CLEARSTREAM sous l'intitulé
"MARTINEZ GIL Y ASSOCIA AVB SA" ;
- le compte 73067 ouvert le 8 août 1992 au nom de la société Banque JULIUSBAER-PLEDGE AC était clôturé le 14 décembre 1995; il s'agissait d'un comptenon publié du compte principal 11622 ;
- le compte 03778 attribué à Philippe DELMAS dès la première lettre anonyme,
était détenu par la société bancaire JULIUS BAER PL AC 73067, relié à un sous-
compte non publié 73067 attribué au même titulaire ; le compte 03778 était encoreouvert tandis que le compte 73067 était clôturé depuis le 14 décembre 1995 ;
- les comptes 9 DTVE et 9 DTVU n'avaient pas existé pendant les 10 dernièresannées, les voyelles étant proscrites depuis 1997 ; il s'agissait d'un compte decontrepartie EUROCLEAR (bridge account); ce compte était attribué à GilbertFLAM dans le CD-ROM du 20 août ;
- le compte C2059 avait dû être effacé dès avant 1994. Il existait un doute sur
l'exactitude de l'information provenant de MONTE TITOLI relatant que cecompte aurait été clôturé en 1997.
b) les investigations réalisées auprès des clients de CLEARSTREAM

En France, le juge d'instruction procédait à l'audition des responsables deBNP PARIBAS sur l'existence des comptes 80501, 81460, 89463, 89471, 89472,89473, 80455, 81535 et 81781 dont l'existence n'était pas confirmée, précisant
que BNP PARIBAS SECURITIES disposait de 44 comptes chez
CLEARSTREAM mais qu'aucun de ceux qui étaient cités n'en faisait partie.

 Le 4 mai 2004, une commission rogatoire internationale avait par ailleursété adressée aux autorités suisses afin d'identifier les comptes auprès de la banqueJULIUS BAER et de la Banque Cantonale Vaudoise à Lausanne, correspondantesde CLEARSTREAM.

Les réponses obtenues des autorités luxembourgeoises permettaient depoursuivre par ailleurs les investigations auprès des banques clientes deCLEARSTREAM et des chambres de compensation domestiques.

C'est ainsi qu'un complément de mission était adressé aux autoritéssuisses le 12 août 2004 en vue d'identifier les comptes suivants enregistrés le 31octobre 1994 chez CLEARSTREAM :

- 03637 attribué à Jean-Pierre CHEVENNEMENT,
- 03638 attribué à Bernard DELAFAYE,
- 00639 attribué à Philippe DOURY,
Jugement n•
1

o

Page n 90


Jugement n•
1

ainsi que, plus généralement, tous comptes ouverts à la Banque CantonaleVaudoise à Lausanne.

Une commission rogatoire internationale était établie à destination de laColombie (en date du 26 juin 2004, exécutée le 14 octobre 2005) afin d'identifierles comptes dont Chuan Pu Andrew WANG et ses proches auraient été lesbénéficiaires économiques auprès de la Citibank (en particulier le compte 82313au nom de "Cititrust"), ainsi que les comptes dont Alain GOMEZ aurait été lebénéficiaire économique :

- le compte n° 83656 (au nom de "Cititrust -Hugo Caceres Gomez"),
- le compte n° 87032 (au nom de "Cititrust-Carlos Eduardo Gomez"),
ces comptes figurant parmi ceux qui selon le second courrier anonyme auraient étéclôturés le 12 mai 2004 (D1046).
Il en résultait que le nommé Hugo CACERES GOMEZ disposait decomptes à la Citibank de Bogota et avait des liens avec la société fiduciaire de laCitibank dénommée "Cititrust".

La perquisition effectuée dans cet établissement permettait d'y découvrirle compte 82313. Les sous-comptes 83656 (ouvert le 14.11.89 et fermé le17.05.01) et 87032 (ouvert le 19.01.00 et fermé le 17.05.01) avaient pour titulairesrespectifs Hugo Enrique GOMEZ CACERES et Carlos Eduardo GOMEZVARGAS, tous deux étant identifiés et l'un d'eux étant commerçant. L'un et
l'autre déclaraient avoir tout ignorer de l'existence de CLEARSTREAM enouvrant le compte 82313 et des sous-comptes à leurs noms, n'avoir souscrit aucuncontrat avec Cititrust et ne pas connaître les dénommés WANG et GOMEZ.

Un accord global avait réellement existé entre Citibank de Colombia etCititrust Colombia. Le 14 avril 1997 des liens avaient bien été établis avec
CEDEL Bank par l'ouverture d'un compte 82313.

Une autre commission rogatoire était adressée aux autorités italiennes (en
date du 13 août 2004, exécutée le 28 septembre 2004) destinée à vérifier auprèsde la Banca Intesa et de MONTE TITOLI l'existence et la correspondance descomptes C0043, C0044, C2059 (intitulé "Ag.Cambio Puccini Fabrizio") et C2071(intitulé "Ag. Cambio Colomba Nicola"), ainsi que les comptes ouverts à la BancoPopulare di Sondrio, et correspondant à des comptes n°16438, 16439 ouverts chezCLEARSTREAM et attribués respectivement à Paul de NAGY (R6439) etStéphane BOCSA (R6440), et d'en vérifier les intitulés tels qu'ils ressortaient desrenseignements fournis par CLEARSTREAM Banking (D 1045).

Cette commission rogatoire internationale n'était retournée au magistratmandant qu'en octobre 2005.

Il en ressortait que selon la Banca Populare di Sondrio les comptes 16439,
R6439 et R6440 ne se rapportaient pas à cet établissement. Seul le compte 16438en relevait.

MONTE TITOLI indiquait qu'elle ne disposait pas de trace des comptesC0043,C0044,C2059 et C2071. Cet établissement identifiait Adorno GIOVANNI,
SOFIR'S commissionaria di Borsa et Nicola COLOMBA comme étant des agentsde change.

Une commission rogatoire internationale était adressée aux autoritésjudiciaires de Chypre le 26 juin 2004 afin de procéder aux vérifications relativesaux comptes n° 83025 et 32516 ouverts au nom de la Russian Com Bank àLimassol mais dont le véritable titulaire aurait été Dominique STRAUSS-KAHNselon la correspondance du 14 juin. Ces comptes ressortaient inconnus dans cet

o

Page n 91


Jugement n•
1

établissement.

Le 13 août 2004, le magistrat instructeur complétait sa demande d'entraideadressée au autorités luxembourgeoises en étendant les recherches au compteréférencé chez CLEARSTREAM sous le n° 80807 ouvert le 19 décembre 1994
par la Citibank de Luxembourg chez CLEARSTREAM et qui aurait été utilisé parAlain MADELIN, ministre des Entreprises du 30 mars 1993 au 11 mai 1995. Lemagistrat instructeur s'intéressait au lien pouvant existé entre ce compte etl'avenant du contrat des frégates, signé le 4 juin 1993, ayant généré uncomplément de prix de plus de 1 milliard de francs, et une majoration descommissions versées (D2918).

Une extension visait, aux termes de la commission rogatoire internationaledu 26 août 2004 adressée aux mêmes autorités, les comptes dont CITITRUST SA(de la Citibank de Bogota) avait disposé chez CLEARSTREAM depuis 1991,
notamment :

- un compte n°82313 ouvert antérieurement au 1er décembre 1997,
- un compte n°83656 ouvert le 14 octobre 1992,
et la recherche des opérations ayant pu affecter particulièrement les comptes :
- n°87032(CITITRUST SA - Carlos Eduardo Gomez) ,
- n°87127 (CITITRUST SA- Eduardio Gomez Orduz).
Une dernière demande à destination du Luxembourg, aux termes d'unecommission rogatoire internationale du 30 août 2004, tendait à vérifier la réalitédu compte ouvert chez CLEARSTREAM sous le n°73071 qui aurait fonctionnépour le compte d'Alain de WULF (D2920).

Au terme de son instruction, Renaud VAN RUYMBEKE rendait une
ordonnance de non lieu en date du 1er octobre 2008, décision devenue définitive.

4 - les investigations réalisées dans le cadre de la présente information

a) les déclarations faites par Florian BOURGES

Les juges d'instruction apprenaient le 7 juin 2006, à l'occasion del'audition de Florian BOURGES, qui s'était manifesté spontanément auprèsd'eux, que celui-ci avait participé courant juillet à septembre 2001, alors qu'il étaitélève de l'EDHEC, stagiaire au sein du cabinet d'avocats BARBIER FRINAULT& ASSOCIES, membre du réseau ARTHUR ANDERSEN en soutien du cabinet
ARTHUR ANDERSEN Luxembourg, à une mission d'audit de la chambre decompensation CLEARSTREAM. Il avait, à l'issue de cette mission, conservé pardevers lui les documents de travail et les données qu'il avait eu en sa possession
pour ce travail, dont celles qu'il avait extraites des bases de données
CLEARSTREAM.

• sur la provenance des données :
Pour les besoins de sa mission, il avait eu accès à deux bases internes :

- une base clients dénommée "DS_PROD-ACCOUNT" qui regroupait tous lesclients et tous les comptes disponibles au sein de CLEARSTREAM,
- une autre base qui regroupait toutes les transactions réalisées.
o

Page n 92


Florian BOURGES indiquait qu'il avait fourni ces données sous forme deCD-ROM dans un premier temps à Denis ROBERT courant 2002, puis à ImadLAHOUD en septembre 2003.

Pour attester de ses dires, il remettait aux enquêteurs le CD-ROM surlequel figuraient selon lui :

- l'ensemble des données clients CLEARSTREAM extraites le 3
septembre 2001 et regroupées sous un même fichier "Db3.zip", remises à DenisROBERT puis à Imad LAHOUD ;
-plusieurs milliers de transactions regroupées dans un fichier
"Clearstream.zip. parmi lesquels Imad LAHOUD avait copié lors de leur dernièrerencontre celles qui l'intéressaient.
Il précisait que la mission d'audit de CLEARSTREAM (CS) avait
mobilisé une trentaine de collaborateurs des bureaux de Paris, New-York,
Londres, Francfort, Luxembourg et Bruxelles. Le bureau parisien avait été plusparticulièrement chargé de l'audit du système informatique auquel il avait eu accèspendant les trois mois qu'avait duré la mission. Son travail avait consisté àrécupérer des informations à la demande de ses collègues, notamment destransactions, concernant des comptes au sein de CLEARSTREAM, de fouillerlibrement dans le système informatique et de relever toutes les incohérences ouanomalies, ce qui donnait lieu à l'établissement de "mémos" adressés à sessupérieurs.

Il était allé chercher ces informations sur une base de données dénommée
DATA SERVER, qui elle-même était une extraction du système au sein duquelétaient enregistrées les opérations de compensation. Cette base de 200 Go de
données incluait en fait plusieurs milliers de bases au sein desquelles étaientsélectionnées celles relatives aux opérations de l'année 2001, mais pouvantremonter jusqu'en 1998 ou 1999.

Il avait conservé des mémos, des copies de l'ensemble de son travail, dedocuments qu'ARTHUR ANDERSEN Luxembourg ne lui avait jamais réclamés,
ce cabinet ayant disparu après l'affaire ENRON).

• sur les transmissions des données à Denis ROBERT et Imad LAHOUD :
A l'occasion de leurs échanges de mails, Florian BOURGES avait transmiscourant 2002 à Denis ROBERT la base clients de CLEARSTREAM extraite le
3 septembre 2001 et qui comportait 33.430 comptes clients, sous format Excel.

Pendant l'été 2003, Denis ROBERT comparaissait devant le tribunalcorrectionnel de Paris pour diffamation à la requête de la société
CLEARSTREAM. Denis ROBERT lui annonçait que quelqu'un voulait lerencontrer, il s'agissait d'un certain "Imad", ancien trader licencié d'une banqueanglaise, qui pensait qu'en utilisant les fichiers CLEARSTREAM, il pourrait nuireà la réputation de son ancien employeur. Il avait ensuite rencontré Imad LAHOUDà deux reprises.

Ils se rencontraient au Bistrot d'Edouard à Courbevoie, la première fois finaoût-début septembre 2003. Imad LAHOUD l'avait interrogé sur
CLEARSTREAM, notamment sur le fonctionnement des bases de données. Imad
LAHOUD lui était vite apparu incompétent en informatique (alors qu'il était décrit

Jugement n•
1

o

Page n 93


Jugement n•
1

par Denis ROBERT comme un "pro", capable de pirater CLEARSTREAM), ImadLAHOUD avait alors changé de discours en révélant qu'il travaillait pour laDGSE pour une mission de lutte anti-terroriste liée à AL QAIDA et pensaitpouvoir utiliser CLEARSTREAM pour repérer des flux de transactions liés à cesréseaux terroristes.

Le discours d'Imad LAHOUD lui avait paru crédible. Celui-ci avait exhibéune carte de visite avec le logo "République Française" et l'adresse du 16, rueSaint Dominique. Il lui avait demandé de ne pas révéler à Denis ROBERT sonactivité auprès de la DGSE.

C'était en septembre 2003, qu'avait eu lieu au même endroit la remise desfichiers, par transfert sur une clé USB biométrique, à la demande d'ImadLAHOUD.

Les données copiées provenaient des fichiers clients, des fichierstransactions ainsi que des mémos. Imad LAHOUD lui avait proposé uneindemnisation sous la forme d'une aide pouvant émaner de l'unité d'EADS dirigéepar son frère Marwan LAHOUD.

Imad LAHOUD était apparu très intéressé par les comptes non enregistrésfigurant dans les fichiers transactions ("UNK_ACCOUNT" appelés "comptesfantômes" par Denis ROBERT ) et non pas dans les fichiers clients.

• sur la révélation de la falsification des données :
Florian BOURGES ajoutait qu'en juin 2004, il avait été sollicité par DenisROBERT afin d'aider le juge VAN RUYMBEKE dans l'analyse des donnéescontenues dans les documents.

Il avait pu constater que les fichiers de transaction présentaient les mêmescaractéristiques que les documents qu'il avait établis lors de sa mission d'auditnotamment l'existence des 4 colonnes ajoutées aux données CLEARSTREAM,
caractéristique des techniques qu'il employait chez ARTHUR ANDERSEN :
"BID" (prix demandé), "OFFER" (prix proposé), "SPREAD" (écart entre lesdeux), "OVER/UNDER" (prix de la transaction par rapport au cours de bourse).

Il avait également relevé que les documents avaient été créés par "NEO",
alors qu'il savait qu'Imad LAHOUD, seule personne à laquelle il avait remis desfichiers de transaction, communiquait par mails sous le pseudonyme "MATRIXNEO".

De plus, il indiquait qu'au cours de l'été 2005, Denis ROBERT lui avaitenvoyé plusieurs fichiers que lui avait transmis Imad LAHOUD :

-"EXPLICATIONS.doc" (copier-coller d'un guide d'utilisation des messagesSWIFT de CLEARSTREAM en une ou deux pages pris depuis son ordinateur parImad LAHOUD),
- "NOTE WSP.doc" (document sur le fonctionnement de CLEARSTREAM),
- "NOTE DDV.doc" (fonctionnement de CLEARSTREAM qui comprenait untexte et des annexes, tableaux représentant des transactions qui ne venaient pas deson ordinateur).
Il avait découvert les noms "Imad", "GERGORIN" et "EADS
Headquarters" soit en tant que créateurs des fichiers soit comme ayant effectué

o

Page n 94


leur dernier enregistrement. Ainsi la note "DDV.doc" avait-elle été créée le 4janvier 2004 avec pour dernier enregistrement "GERGORIN".

Sur présentation du listing contenu dans l'envoi du 20 août 2004, FlorianBOURGES reconnaissait la copie du fichier client figurant dans la base dedonnées DATASERVER de CLEARSTREAM.

Il remettait aux enquêteurs l'ensemble de ses données qui incluaient cellesqu'il avait transmises à Imad LAHOUD et à Denis ROBERT.

Denis ROBERT devait confirmer avoir personnellement obtenu desdonnées CLEARSTREAM de la part de Florian BOURGES fin 2001. Il était àcette occasion procédé à la saisie des données informatiques ainsi conservées parDenis ROBERT dont celui-ci indiquait qu'elles avaient été par la suite transmisesà Imad LAHOUD sous forme de CD-ROM en février 2003.

Imad LAHOUD précisait qu'il avait remis ce CD-ROM à son officiertraitant de la DGSE (Antoine). En revanche, il contestait avoir récupéré auprès deFlorian BOURGES d'autres fichiers.

b) les investigations complémentaires réalisées au Luxembourg auprès deCLEARSTREAM

Une commission rogatoire internationale était délivrée aux autoritésluxembourgeoises le 5 mars 2007.

Le directeur général de CLEARSTREAM BANKING, Godefroid
LAMBORAY, notait que la plupart des éléments de la structure des fichiers detransactions (contenus dans le CD-ROM parvenu à Renaud VAN RUYMBEKEle 5 octobre 2004) provenaient d'une extraction de trois tables du DATAWAREHOUSE de CLEARSTREAM, notamment les tables "ACCOUNT",
"SECURITY" et "INSD_RTSMF", à l'exception des colonnes "BID", "OFFER
, "SPREAD" et "OVER/UNDER".

Il était en outre mis en évidence :

- que 9 des 24 comptes cités dans la lettre anonyme du 3 mai 2004 n'existaient pasdans la base DATA WAREHOUSE ;
- que le compte 84601 (attribué à Mikhaïl KHODORKOVSKI) n'avait jamaisexisté ;
- que le compte 87032 attribué à Alain GOMEZ n'avait connu aucun mouvementpour la période du 1er au 31 octobre 2003 ;
- que 36 numéros de comptes avaient été ajoutés dans la base de données "DSPRODUCTION ACCT.mdb" contenue dans l'envoi reçu le 20 août 2004 parRenaud VAN RUYMBEKE par rapport à la base DATA-WAREHOUSE ;
- que dans ce même document 30 libellés de comptes existant dans la baseWAREHOUSE avaient été modifiés ;
- que de multiples erreurs entachaient les fichiers de transactions contenus dansl'envoi du 4 octobre 2004 (dates d'exécution, montants, donneurs d'ordre), aucunede ces transactions ne correspondant à celles qui avaient été enregistrées dans labase DATA WAREHOUSE ;
Jugement n•
1

o

Page n 95


- que sur les 165 numéros de comptes figurant dans les documents remis augénéral RONDOT, seuls 111 numéros de comptes étaient retrouvés dans la baseDATA WAREHOUSE de CLEARSTREAM et sur ces 111 numéros, seuls 41
présentaient un numéro de compte et un libellé identique à l'enregistrement dansla base DATA WAREHOUSE ;
- qu'aucune des personnes dénoncées n'était retrouvée dans ces comptesauthentiques ;
- que le compte 80082 à la Banca Populare di Bergamo au nom de "BPB HOR",
susceptible de correspondre à Brice HORTEFEUX, n'existait tout simplement paschez CLEARSTREAM ;
- que le compte 73701 attribué à Alain de WULF notamment dans l'annuaire des895 comptes clôturés le 12 mai 2004, n'avait existé dans les livres de
CLEARSTREAM qu'à compter du 4 avril 2005 et à un nom différent.
c) l'analyse des supports informatiques

Il s'agissait de comparaison des données figurant sur les supports
informatiques ayant servi aux dénonciations ( CD-ROM des 20 août 2004 - 4ème
envoi- et 4 octobre 2004 - 5ème envoi) avec celles retrouvées sur les CD-ROMfournis par Florian BOURGES ("données BOURGES").

-en ce qui concerne la base de donnée "Db3.zip":
Il ressortait de l'étude réalisée les éléments suivants :

• le nom, la structure et l'architecture de la base de donnée Db3 étaient
identiques à la table de la base de données du CD-ROM reçu par le juged'instruction Renaud VAN RUYMBEKE le 20 août 2004 ;
• la table Db3 contenait 33.340 enregistrements, alors que la table du CDROM
reçu par le juge d'instruction Renaud VAN RUYMBEKE le 20 août 2004en contenait 33.382 ;
• la différence de 42 enregistrements supplémentaires s'expliquait par :
± la présence de 36 enregistrements correspondant à desnouveaux noms créés dans la base d'août 2004,
± la présence de 30 enregistrements correspondant à des nouveauxnoms créés à partir de numéros de comptes existants dans la base Db3 mais avecde nouveaux libellés dans la base d'août 2004 parmi lesquels ont été identifiés 8enregistrements en doubles,
± la présence de 81 enregistrements vides dans la base d'août 2004tandis que sont absents de cette même base 83 enregistrements qui existent dansles données BOURGES ;
• les 36 enregistrements créés dans la base d'août 2004 avaient dans lechamp "ACCT STATUS FLAG" non pas un "1" ou un "0", mais un "E" ou un"N";
- en ce qui concerne les fichiers de transactions :
Il était relevé des indices permettant d'en retracer la provenance :

On retrouvait dans les fichiers "excel" contenus dans l'envoi du 5 octobre
2004 :

± une dénomination "T_TRANSACTION" qui apparaissait dansles onglets des fichiers "excel" remis par BOURGES ,
Jugement n•
1

o

Page n 96


Jugement n•
1

± quatre colonnes créées et nommées par Florian BOURGES"BID", "OFFER", "SPREAD" et "OVER UNDER" (cote D972/9).
Cependant, si 300 fichiers "excel" ressemblaient aux fichiers transactionsde l'envoi du 5 octobre 2004, les données fournies par Florian BOURGES (issuesde "CLEARSTREAM.zip") n'étaient que partiellement identiques aux donnéesressortant sur l'envoi du 4 octobre quant à la datation. Dans les donnéesBOURGES, les transactions étaient antérieures à septembre 2001 tandis que, dansles données du 5 octobre 2004, les transactions s'échelonnent entre 2002 et 2004.

- Sur les libellés des comptes et des transactions :
Il était enfin constaté qu'aucun des noms ajoutés dans les 4ème et 5ème
envois anonymes (août et octobre 2004) ne se retrouvait dans les donnéesBOURGES.

Les 9 fichiers "excel" du 5ème envoi concernaient des transactions
financières et chaque fichier était lié à un unique numéro de compte, soit 9numéros de comptes (appelés "comptes origine") au total dépourvus de libellés.

Les "comptes destinataires" étaient en réalité les "contrepartistes" destransactions, ils comportaient tous un numéro et un nom de titulaire de compte.

Il était relevé à leur sujet :

± que le libellé de onze numéros de comptes destinataires contenusdans la base BOURGES avait été modifié dans le 5ème envoi,
± une quinzaine de comptes destinataires avaient été entièrementcréés (tant le numéro que le libellé) dans le 5ème envoi (dont quatre ne figuraient
pas dans le 4ème envoi),
± les noms de PLENEL, de LASTEYRIE du SAILLANT,
FRANQUET, SIMPSON et WILSON ne figuraient pas dans le 4ème envoi (août
2004),
± quatre numéros de comptes destinataires dépourvus de libellésdans les fichiers transactions du 5ème envoi n'existaient pas dans les données
BOURGES.
Il subsistait une douzaine d'incohérences entre les données contenues dans

ème ème

les 4 et 5 envois ce qui démontrait qu'il s'agissait d'un travail peu rigoureux,
voire approximatif. Ainsi, un même numéro de compte rajouté renvoyait àplusieurs libellés distincts (ex: C0826 attribué tout à la fois à Jean-Claude deLASTEYRIE du SAILLANT, Serge de KLEBNIKOFF, Dominique SIMPSON).

d) la comparaison des "données BOURGES" avec les envoisparvenus au magistrat instructeur et le contenu de la clef USB de Jean-LouisGERGORIN

Le 14 juin 2006, Jean-Louis GERGORIN remettait aux juges d'instructionune clef USB contenant selon lui :

- les transactions remises par la source courant janvier et février 2004 etse limitant aux comptes suivis par l'enquête du général RONDOT,
- 8.000 transactions réalisées en mars et début avril 2004,
- le "super-annuaire" de 33.000 comptes obtenu en avril 2004,
ainsi qu'une extraction- papier d'une note sur le système CLEARSTREAM et unenote sur la possibilité d'avoir de comptes individuels et de gérer ceux-ci sanspasser par la banque officiellement titulaire (D1090).
L'analyse faite par l'OCLCTIC des données informatiques contenues dansla clef USB de Jean-Louis GERGORIN confirmait leur parenté avec les "données

o

Page n 97


Jugement n•
1

BOURGES" d'une part et les données contenues dans les envois parvenus à

ème ème

Renaud VAN RUYMBEKE les 20 août (4 envoi) et 4 octobre 2004 (5 envoi)
d'autre part.

Cette clef comportait 3 fichiers de type access : "original avril 2004.mdb",
"recent.mdb" et "transactions janvier février 2004.mdb".

-la base "original avril 2004.mdb"
Son titre est "DS PRODUCTION ACCOUNT". Elle est composée de deux
tables "copy of DS_PROD_ACCOUNT" et "DS_PROD ACCOUNT" identiquesquant à leur contenu.

La base "Original avril 2004.mdb" et le CD-ROM du 20 août
apparaissaient rigoureusement identiques quant à leur contenu (à l'exception ducompte 88288), les deux bases présentant des similitudes quant à leurs propriétés("Albert" et "CIA").

Il était par ailleurs relevé une identité de structure entre, d'une part, cesdeux bases et, d'autre part, la base contenue dans les données BOURGES mais desdifférences dans leurs contenus. Ainsi, sur les 33.381 enregistrements, 81apparaissaient vides, comme dans le 4ème envoi, avec un horodatage identique.

On pouvait dénombrer :

• 30 numéros de comptes présents dans les données BOURGES mais dontle libellé avait été modifié et 36 enregistrements dans clé USB qui ne figuraientpas dans les données BOURGES ;
• ces 66 enregistrements ajoutés aux données BOURGES, figuraientégalement sur le 4ème envoi ;
• 8 doublons.
-la base "RECENT.MDB"
La structure de cette base était identique à celle retrouvée dans les donnéesBOURGES, avec les 4 colonnes supplémentaires. Elle contenait 8.236
enregistrements relatifs à 95 numéros de "comptes origine" différents et 269numéros de "comptes destinataires".


comparaison avec les données BOURGES et le CD-ROM du 20
août 2004 :
-9 numéros de comptes sont communs avec les données BOURGES et
le 4ème envoi, mais les libellés sont modifiés ;
- 10 enregistrements différents existent dans RECENT mais ne se
retrouvent pas dans les données BOURGES.

comparaison avec le CD-ROM du 4 octobre 2004 :
- 4 enregistrements étaient identiques aux deux bases sur les 9 "comptesorigines" figurant dans l'envoi du 4 octobre (sans libellés associé),
- 41 "comptes destinataires" étaient identiques à ceux figurant dans ce CDROM.
- la base "Transactions janvier-février 2004 :
La structure de cette base est identique à la base RECENT. Les 4 colonnessupplémentaires s'y retrouvaient. Elle comprenait 360 enregistrements relatifs à8 "comptes origines" et 45 "comptes destinataires".


comparaison avec le CD-ROM du 20 août 2004 :
-sur 16 numéros destinataires communs, 14 libellés étaient différents,
o

Page n 98


Jugement n•
1

-15 numéros et libellés de comptes se retrouvaient dans les deux bases,

-3 numéros de comptes communs aux deux bases avaient un libellépartiellement modifié;


comparaison avec le CD-ROM du 4 octobre 2004 :
- 29 enregistrements avec numéros identiques mais libellés modifiés;
- 26 enregistrements ont des numéros de comptes et des libellés identiques.
D - La mise en évidence d'une chaîne de transmission des données originelles

L'ensemble des données qui viennent d'être rappelées permettait
d'envisager l'existence d'une chaîne de transmission des données
CLEARSTREAM avec leurs supports depuis Florian BOURGES jusqu'auxdestinataires ultimes en passant par Imad LAHOUD et Jean-Louis GERGORIN.

Le 13 septembre 2006, était jointe l'information ouverte séparément contreX des chefs de dénonciation calomnieuse, faux et usage de faux, vol et recel devol, à la suite de la plainte avec constitution de partie civile de la sociétéCLEARSTREAM BANKING , société de droit luxembourgeois, déposée le 28avril 2006 (D1312).

Aux termes de cette plainte, il était reproché à Florian BOURGES d'avoirdétourné les documents qu'il avait utilisés pendant la mission d'audit et quiavaient été extraits des bases de données internes de CLEARSTREAM, alors qu'ilétait tenu par l'obligation de confidentialité incluse dans la lettre de missionengageant ARTHUR ANDERSEN Luxembourg.

Le 26 octobre 2006 était jointe l'information ouverte contre X à la suite dudépôt de plainte et constitution de partie civile de la société BARBIERFRINAULT et ASSOCIES auprès du doyen des juges d'instruction du chef d'abusde confiance le 28 juin 2006 (D1553).

Florian BOURGES était mis en examen du chef de vol commis au
préjudice de la société BARBIER FRINAULT & ASSOCIES et d'abus deconfiance au préjudice des sociétés CLEARSTREAM BANKING et
CLEARSTREAM INTERNATIONAL.

Il est par ailleurs reproché à Denis ROBERT d'avoir accepté et conservédes documents de travail dont il n'ignorait pas qu'ils provenaient de l'achèvementpar Florian BOURGES de sa mission d'audit et dans ces conditions commis ledélit de recel de vol et d'abus de confiance.

Ces mêmes faits de recel sont reprochés à Jean-Louis GERGORIN, ImadLAHOUD ainsi que Dominique de VILLEPIN.

***

Les magistrats procédaient également à divers transports et perquisitionscourant mars et avril 2006 :

- le 23 mars 2006, dans les locaux EADS à Suresnes, et plusparticulièrement dans le bureau occupé par Imad LAHOUD où il était notammentsaisi 16 documents provenant d'un sous-répertoire RONDOT issu du disque dur
o

Page n 99


Jugement n•
1

"D" de l'ordinateur Helwett Packard (scellé EADS SURESNES 9) et les disquesdurs "C" et "D" équipant les ordinateurs utilisés par Imad LAHOUD (scellés 10à 13) ;

- le 30 mars 2006 dans les locaux de la DGSE (D617) où ont été saisisdans des boîtes d'archives remises aux magistrats instructeurs dans lesquelles setrouvaient 6 CD-ROM, sur deux d'entre eux figurait la mention confidentieldéfense (placés sous scellé fermé DGSE1, les quatre autres étant placés sous scelléDGSE 2), et sur la jaquette de l'un de ces quatre CD était collé un post-itmentionnant "les tableaux les + complets sont : •Bombe => liste oct 2001
•Totalité comptes av 2000 idem CORBEAU" (scellé DGSE 3) ; le même jour, uneperquisition était pratiquée dans les locaux du SGDN (D621) ;
- le 3 avril 2006, dans les locaux EADS sis Boulevard de Montmorency,
et plus particulièrement les bureaux de Noël FORGEARD et de Jean-LouisGERGORIN et de leurs secrétariats respectifs (D631) ;
- le 4 avril 2006, au domicile de Jean-Louis GERGORIN (D633) où il étaitnotamment saisi un document de 2 feuillets intitulé "Karel SCHMIDT" (scelléGERGORIN 1) ainsi qu'un ensemble de documents concernant Imad LAHOUD,
son frère Marwan, son épouse Anne Gabriel HEILBRONNER, et Pierre GeorgesSAVA (scellé GERGORIN 5) ;
- le 5 avril 2006, dans les locaux d'AIRBUS SAS à Toulouse (D637), oùil était découvert dans le coffre-fort équipant le bureau de Marc DEPARIS,
responsable de la sécurité des sites et personnes sous la responsabilité de MonsieurLAFLANDRE, quatre fiches cartonnées à en-tête de Marc de PARIS portant desmentions manuscrites (scellé AIRBUS SAS 14) ;
- le 13 avril 2006, au Ministère de la Défense (D647) où seront trouvéesdans le bureau de la ministre une note intitulée "Dossier CLEARSTREAM" et une
note intitulée "Note sur l'organisation d'une communication économique" datée
du 21 septembre 2004 (scellé MD1), dans l'armoire forte située dans le bureau dePhilippe MARLAND une note à l'attention du directeur de cabinet civil etmilitaire en date du 29 mars 2004 et ayant pour objet "opération MADHI" (7)
incident survenu le 25 mars 2004"(scellé MD5) ;
- le 19 avril 2006, au Service Historique de la Défense (SHD) au Fort deVincennes (D662), où il était saisi les boites d'archives contenant les notes CROS2002 à 2005 (scelléSHD2 à 5) ;
- le12 mai 2006, au domicile d'Imad LAHOUD (D740).
Parmi les multiples auditions réalisées par les magistrats instructeurs,
Michèle ALLIOT-MARIE, ministre de la Défense, était entendue le 10 novembre
2006 (D1671). Elle était réentendue le 21 décembre 2007 (D3395).

Son directeur de cabinet civil et militaire, Philippe MARLAND, étaitentendu le 23 mai 2006 (D859).

Le Général RONDOT était par la suite entendu en qualité de témoin assistéà 6 reprises entre le 22 mai et le 9 novembre 2007. Il était également confrontéà Philippe MARLAND le 16 novembre (D3265), à Imad LAHOUD le 5 décembre(D3314), à Jean-Louis GERGORIN et Dominique de VILLEPIN le 11 décembre( D3325) puis à Dominique de VILLEPIN le 12 décembre (D3332).

Le 21 décembre 2006, il était procédé à l'audition de Dominique deVILLEPIN en qualité de témoin. C'est le 5 juillet 2007 que son domicile était

o

Page n 100


perquisitionné (D2723) ainsi que, le lendemain, le bureau qu'il occupait au Centrede conférences internationales sis rue Lapérouse.

***

Il convient à ce stade de l'exposé de rappeler qu'aux termes de
l'ordonnance de renvoi les faits sont poursuivis sous les qualifications de vol etd'abus de confiance à l'endroit de Florian BOURGES, de recel de vol et de recel
d'abus de confiance et à l'égard de Denis ROBERT, de dénonciation calomnieuse,
de faux et usage de faux, de recel de vol et de recel d'abus de confiance àl'encontre de Jean-Louis GERGORIN et d'Imad LAHOUD et enfin sous la
qualification de complicité de dénonciation calomnieuse, de complicité d'usagede faux, de recel de vol et de recel d'abus de confiance à l'endroit de Dominiquede VILLEPIN.

Lors une première communication pour règlement, le parquet avait requisdes juges d'instruction la poursuite de leurs investigations, selon réquisitoiresupplétif du 3 juin 2008, notamment aux fins de réentendre Dominique deVILLEPIN sur les informations dont il aurait pu disposer sur le passé judiciaired'Imad LAHOUD et sa personnalité, soit de la part du service des RenseignementsGénéraux soit par le biais de connaissances professionnelles ou privées, et sur les
démarches qu'il avait entreprises, notamment auprès de Jean-Louis GERGORIN,
à la suite de la connaissance même tardive qu'il avait pu avoir du caractèremensonger des informations transmises à l'autorité judiciaire.

Dans son réquisitoire définitif du 6 octobre 2008, le Procureur de laRépublique avait finalement requis :

-le non-lieu au bénéfice de Dominique de VILLEPIN sur les qualifications decomplicité d'usage de faux, de recel d'abus de confiance,
- la requalification des faits reprochés à Florian BOURGES sous la qualificationde vol au préjudice de la société BFA en abus de confiance,
- la requalification des faits reprochés Imad LAHOUD et Jean-Louis GERGORINsous la qualification de recel d'abus de confiance et de vol en recels d'abus desconfiance ;
- la requalification des faits reprochés à Imad LAHOUD, s'agissant des documentsremis et envoyés au général RONDOT et à Renaud VAN RUYMBEKE sous laqualification de dénonciation calomnieuse, en complicité de ce délit par aide ouassistance,
- la requalification des faits reprochés à Jean-Louis GERGORIN sous la
qualification de faux en complicité de faux.
Il était proposé de retenir à l'endroit de Dominique de VILLEPIN une
qualification de complicité de dénonciation calomnieuse pour s'être abstenu, alorsqu'il connaissait, au moins depuis le mois de juillet 2004, le caractère mensongerdes pièces transmises à l'autorité judiciaire et alors qu'il avait les moyens de faire
cesser l'infraction, de toute action de nature à empêcher la poursuite des
infractions.

II - Le processus de dénonciation selon les divers protagonistes

Jugement n•
1

o

Page n 101


Jugement n•
1

Au cours de l'instruction, les déclarations des autorités destinataires des
dénonciations et des mis en examen ont été recueillies. Elles ont permis d'une partde préciser le mode opératoire adopté pour chacune des dénonciations, d'autre partde connaître le positionnement de chacun dans ce processus.

A- Le processus de dénonciation selon les autorités destinataires

1 - Les suites données à la dénonciation selon le Général RONDOT : de
l'Opération "MADHI" à l'Opération "REFLUX"

Il résultait des explications fournies par le Général RONDOT, étayées parses verbatim, que l'opération "REFLUX", telle que l'avait lui-même baptisée legénéral, avait débuté en octobre 2003 avec les premières révélations de Jean-LouisGERGORIN sur le réseau de corruption internationale dans lequel apparaissaientdes personnalités politiques et économiques et mis à jour par Imad LAHOUD, ceque ce dernier devait contester.

Jusque-là, Imad LAHOUD intervenait au service du CROS dans le cadrede ce que celui-ci avait nommé l'opération "MADHI" dont l'objectif étaitd'obtenir les éléments permettant de localiser et mettre hors d'état de nuire lamouvance AL QAIDA. A ce titre il fournissait des renseignements. Ce statut de
"source" lui était alors reconnu par le ministère de la Défense.

Le 5 novembre 2003, Jean-Louis GERGORIN avait remis au généralRONDOT un listing de deux pages comportant la mention de comptes sur lesquelsapparaissaient les noms de DELMAS, GOMEZ, WANG , MARTINEZ, FLAM,
MARTINI, CHEVENEMENT et STRAUSS KHAN, document appelé
"annuaire" par Jean-Louis GERGORIN qui indiquait au Général que ces
informations provenaient d'une pénétration du système informatique deCLEARSTREAM réalisée par Imad LAHOUD (D610/9).

Ayant rendu compte de ces premiers éléments à la mi-novembre audirecteur de cabinet du Ministre de la défense, Philippe MARLAND, le GénéralRONDOT se voyait confier la mission de vérifier la vraisemblance des
accusations concernant uniquement les personnels du ministère de la défense.
Etaient alors cités les noms de Gilbert FLAM, du Général HEINRICH, de Sergede KLEBNIKOFF, d'Alain CHOUET, de Jean-Jacques MARTINI, de BernardSQUARCINI et d'Alexandre JEVAKHOFF.

Le 23 novembre 2003, le général recevait de Jean-Louis GERGORIN lanote de synthèse sur le fonctionnement de CLEARSTREAM avec des tableaux surlesquels apparaissaient notamment les noms de Gilbert FLAM et d'Alain
CHOUET, tous deux anciens membres de la DGSE et susceptibles d'êtreconcernés par "l'affaire japonaise", des annexes et des notes manuscrites rédigéespar Jean-Louis GERGORIN lui-même, explicitant l'organisation de ce systèmede corruption et le rôle de chacun des participants était défini par catégorie.

Sur cette base, le Général RONDOT poursuivait ses investigations pendantla fin de l'année 2003, conformément à la mission confiée par le ministre de laDéfense.

Le 9 janvier 2004, il participait dans le bureau de Dominique de

o

Page n 102


Jugement n•
1

VILLEPIN au ministère des Affaires Etrangères en compagnie de Jean-LouisGERGORIN, à une réunion que ce dernier avait provoquée sans l'en avoirpréalablement informé, ayant pris l'initiative d'aviser Dominique de VILLEPINlors d'une courte entrevue dans son bureau au quai d'Orsay le 1er janvier 2004.

Cette réunion du 9 janvier s'était tenue à l'insu de Philippe MARLAND,
du ministre de la Défense, Michèle ALLIOT MARIE, et du directeur de cabinet
du ministre des Affaires Etrangères, Pierre VIMONT.

Le Général RONDOT affirmait avoir appris au cours de cette réunion queDominique de VILLEPIN aurait préalablement informé le Président de la
République et que ce dernier aurait chargé son ministre de lui donner pourinstruction de procéder à des vérifications discrètes afin de s'assurer de la véracitédes informations figurant dans les listings CLEARSTREAM concernant lespersonnalités qui y étaient mentionnées.

Il affirmait également, reprenant en cela les termes de son verbatim relatifà cette réunion du 9 janvier, qu'avait été évoquée au cours de cette réunionl'existence de "comptes couplés" aux noms "de NAGY" et "BOCSA" et qu'unrapprochement avait été fait avec la personne de Nicolas SARKOZY.

Selon le Général RONDOT, Dominique de VILLEPIN avait fait état desinstructions du Président de la République demandant de mettre les moyens de laDGSE à sa disposition dans le cadre de ses investigations sur les listingsCLEARSTREAM,. ce que Dominique de VILLEPIN contestait.

Le Général RONDOT, ayant eu par la suite connaissance de la viveréaction de la ministre de la Défense qui n'avait pas admis qu'il ait pu recevoirune telle mission sans en avoir été elle-même tenue préalablement informée, avaitdonc décidé de poursuivre ses investigations dans la ligne fixée par son ministrede tutelle.

En mars 2004, Imad LAHOUD était interpellé dans une procéduredistincte et placé en garde à vue. Le Général RONDOT en était avisé parl'enquêteur auprès duquel Imad LAHOUD avait fait état d'un document écrit dela main de Jean-Louis GERGORIN selon lequel celui-ci se disait investi d'unemission dans le cadre de la lutte anti-terroriste au profit du général et qu'on devaitlaisser Imad LAHOUD travailler sur ce sujet dans les locaux d'EADS. Cedocument indiquait précisément les coordonnées du général RONDOT, à appeleren cas de difficulté. Mécontent de découvrir que ce genre de document, l'exposantvis-à-vis des tiers, pouvait être en circulation, le Général RONDOT avait
immédiatement téléphoné à Jean-Louis GERGORIN pour lui en faire le reproche.
Selon le général, dans les minutes qui suivaient Dominique de VILLEPIN l'avait
appelé et lui avait demandé de faire libérer Imad LAHOUD.

Le 13 avril, Philippe MARLAND ordonnait au Général RONDOT destopper son enquête si rien ne tenait, d'en prévenir Dominique de VILLEPIN et
d'établir une note d'étape pour informer la ministre.

Le 14 avril au matin, une réunion de "mise au point" se tenait dans lebureau du général entre celui-ci, Jean-Louis GERGORIN et Imad LAHOUD aucours de laquelle il était fait état de ses instructions de cesser ses vérifications si

o

Page n 103


Jugement n•
1

aucun élément nouveau ne venait corroborer les premières révélations.

Ce même jour, dans l'après-midi, Jean-Louis GERGORIN rencontraitMaître Thibault de MONTBRIAL et lui demandait de contacter le juge RenaudVAN RUYMBEKE. En fin d'après-midi, Place Beauvau, Dominique deVILLEPIN remettait les insignes d'officier de l'Ordre National du Mérite à Jean-
Louis GERGORIN. Au cours d'un aparté, celui-ci tentait de s'entretenir du dossierdes listings avec Dominique de VILLEPIN qui l'avait renvoyé immédiatementvers le Général RONDOT.

Lors de sa première audition en mars 2006, le Général RONDOT indiquaitqu'il avait fait part de ses doutes à Dominique de VILLEPIN à son retour de
mission courant avril 2004 (D610/10), ce que Dominique de VILLEPIN contestait.
Dans ses auditions ultérieures, le Général RONDOT est revenu sur cette
déclaration (D3325/25).

A la mi-mai 2004, le Général RONDOT obtenait par l'intermédiaire dePhilippe MARLAND, auquel il avait transmis sa note du 21 avril 2004 faisant lepoint de ses investigations (D701/12 à14), un entretien avec la ministre de la
Défense à laquelle il indiquait qu'il n'y avait aucun élément probant pouvantaccréditer la mise en cause des personnels de la défense.

Ses investigations devaient néanmoins se poursuivre jusqu'en juillet 2004,
tandis qu'il demandait à Jean-Louis GERGORIN d'affiner ses recherches.

En juin 2004, le Général RONDOT rencontrait successivement Jean-
Jacques MARTINI et Serge de KLEBNIKOFF. Vers la mi-juillet, il se rendait àBerne pour procéder à des vérifications sur les comptes de SQUARCINI,
MARCHIANI et SCHMITT, à l'issue desquelles les services suisses devaientréfuter l'existence des comptes liés à l'affaire CLEARSTREAM.

Le 19 juillet 2004, le général rendait compte à Dominique de VILLEPIN.

Le 2 septembre 2004, il avait un nouvel entretien avec Dominique de
VILLEPIN qui confiait : "il ya quelque chose car tout ce beau monde s'agite et
s'inquiète".

Il avait un dernier entretien sur cette affaire avec Dominique de VILLEPINen octobre 2004, alors que le dernier envoi au juge VAN RUYMBEKE avait déjàeu lieu.

2 -Le processus mis en oeuvre auprès du juge VAN RUYMBEKE

a) les déclarations de Renaud VAN RUYMBEKE

Ce n'est que le 1er mai 2006, lors d'une entrevue fortuite dans le bureaude l'un des magistrats instructeurs (D719), que Renaud VAN RUYMBEKE s'était
ouvert des circonstances de la dénonciation. Il était entendu officiellement par les

o

Page n 104


deux juges d'instruction le 10 mai suivant, jour de la parution dans les colonnesdu "Canard enchaîné" d'un article reprenant les déclarations de Maître deMONTBRIAL révélant son rôle d'intermédiaire et l'identité du corbeau en la
personne de Jean-Louis GERGORIN, et une courte interview de Renaud VANRUYMBEKE confirmant les propos de l'avocat et concluant : " Je comprends àquel point j'ai été instrumentalisé. Fort heureusement, j'ai déjoué le piège quim'était tendu" (D721/2).

Devant les magistrats, il exposait alors les circonstances dans lesquelleslui étaient parvenus les 4 documents précités. Il déclarait que, courant avril 2004,
Maître de MONTBRIAL avocat du barreau de Paris avec lequel il était en relationnotamment dans le cadre de l'affaire des Frégates de Taïwan lui avait fait partqu'un très haut responsable d'une société d'armement, se disant menacé de mortet prochain sur la liste des "morts des frégates", avait des révélations urgentes àlui faire dans cette affaire sous le sceau de l'anonymat.

A l'occasion de ses rencontres, son interlocuteur, qui s'était clairementidentifié comme étant Jean-Louis GERGORIN, avait manifesté un état d'anxiété
et de fébrilité, paraissant terrorisé et craignant pour sa vie, et lui avait fait part desa conviction relative à l'assassinat de Jean-Luc LAGARDERE par des mafieux
russes.

L'homme lui avait indiqué que la direction de son groupe préférait ne pasfaire de vagues en déposant plainte, ajoutant que les oligarques russesenvisageaient de prendre très prochainement le contrôle du groupe LAGARDEREgrâce à l'appui d'un de ses dirigeants, Philippe DELMAS, et d'Alain GOMEZ.
Jean-Louis GERGORIN lui avait dit détenir des informations sur les comptesoccultes de Monsieur WANG et sur les bénéficiaires d'importantes rétro-
commissions et cela grâce à un informaticien, Imad LAHOUD, qui disposait descomptes CLEARSTREAM. Jean-Louis GERGORIN lui avait montré des listingsmais sans jamais les lui remettre. Il avait cité les noms de WANG, GOMEZ,
MARTINEZ, DELMAS, KHODORKOVSKI, SQUARCINI, MARTINI,
STRAUSS-KAHN, CHEVENEMENT et MADELIN.

Le 3 mai 2004, l'avocat Thibault de MONTBRIAL lui avait remis en
mains propres la première lettre. Cette lettre reprenait plusieurs des thèmes queJean-Louis GERGORIN avait abordés au cours de leurs entretiens :

- les comptes "RMBA",
- les comptes jumeaux CLEARSTREAM,
- le système de blanchiment,
- l'ouverture par WANG en 1989 des comptes C0043 et C0044,
- l'ouverture en 1991 par WANG d'un trust Citibank-Cititrust à Bogota,
- l'ouverture en 1992 d'un compte 83656 par le même WANG pour le compted'Alain GOMEZ,
- le compte73067 à la Banque Julius Baer attribué à Pierre MARTINEZ,
- la mention des oligarques russes,
- le compte 03778 jumelé à la Julius Baer de Genève pour le compte de PhilippeDELMAS.
Le 14 juin, par la Poste, il avait reçu un listing sur lequel apparaissaitnotamment les noms des membres du groupe EADS, des membres des servicessecrets et d'hommes politiques. C'est en étudiant ce listing qu'il avait vuapparaître les noms de "BOCSA" et "de NAGY" et avait appris par les enquêteurs

Jugement n•
1

o

Page n 105


que ces noms correspondaient à l'identité de Nicolas SARKOZY et à celle de sonpère. Ces noms apparaissaient pour la première fois.

Selon Renaud VAN RUYMBEKE, le mode de transmission des envois
anonymes avait été convenu entre l'avocat et son client.

b) Les déclarations de Thibault de MONTBRIAL

Les éléments apportés par Renaud VAN RUYMBEKE étaient confirméspar l'avocat, Maître de MONTBRIAL, qui, dans sa déposition du 16 mai 2006,
apportait quelques précisions au déroulement des faits.

Il expliquait que, le 7 avril 2004, Jean-Louis GERGORIN avait priscontact avec lui en vue d'une consultation sur une question relative au risque deprise de contrôle dans une société commerciale par des porteurs quiinterviendraient au nom de tiers mal intentionnés dans le but de la déstabiliser.
Cette question s'inscrivait dans un cadre plus large de lutte contre des pratiquesmafieuses se déroulant dans le monde de l'industrie de l'armement. Une deuxième
rencontre était intervenue très vite après, avant-même la finalisation de cetteconsultation, le 14 avril 2004. C'est à cette occasion que Jean-Louis GERGORIN,
sur un ton solennel, lui avait demandé d'aller voir Renaud VAN RUYMBEKE
afin de lui dire qu'il souhaitait lui faire part d'un certain nombre d'élémentsrelatifs aux rétro-commissions dans l'affaire des frégates de Taïwan, présentantsa démarche comme ultra-confidentielle, sa vie étant menacée. Il s'agissait depermettre au juge d'établir des liens financiers entre M. WANG et un certainnombre d'industriels français. L'avocat s'était rendu au cabinet du juged'instruction le 15 avril. Le magistrat proposait alors de recevoir son interlocuteurau palais de justice, ce qui était refusé, ou bien dans une brasserie, ce qui étaitexclu. Jean-Louis GERGORIN avait finalement opté pour que les rendez-vous setiennent au domicile de l'avocat.

C'est dans ces circonstances que, selon le témoin, s'était tenu le 1er rendez-
vous qui s'est déroulé entre 3 heures et 7 heures du matin. Il s'agissait d'uneséance de présentation par Jean-Louis GERGORIN de ce qu'il en était et desraisons pour lesquelles il détenait des informations au sujet de l'affaire desfrégates. Il avait montré quelques documents, des feuilles de papier sur lesquellesapparaissaient des mouvements de fonds sur des comptes. Les noms cités étaientceux de Messieurs WANG, GOMEZ, MARTINEZ et d'un ressortissant russe. Un
deuxième rendez-vous avait eu lieu cette fois-ci un matin, à partir de 7h30. Jean-
Louis GERGORIN avait à cette occasion sorti des papiers sur lesquels étaientportés des noms et des numéros de comptes. Il les avait montrés à Renaud VANRUYMBEKE qui les avait pris en mains. Une longue discussion avait suivi entreles deux hommes. A ce stade, Renaud VAN RUYMBEKE n'avait pas insisté
pour connaître la source de ses renseignements.

 Maître de MONTBRIAL ajoutait : "M. GERGORIN lui a indiqué qu'ilavait une source dont, pour notre sécurité à tous les deux, Renaud VANRUYMBEKE et moi-même, ainsi que celle de la source, il ne souhaitait pasdonner le nom. M. GERGORIN nous a dit que cette source avait pénétré lessystèmes de transactions bancaires et notamment il me semble que c'était lapremière fois que le nom de CLEARSTREAM était prononcé". Jean-Louis

Jugement n•
1

o

Page n 106


GERGORIN avait toutefois indiqué au magistrat qu'il était en mesure, parl'intermédiaire de sa source, de "pénétrer en temps réel ou quasi réel dans lessystèmes de transactions bancaires évoqués, dont celui de CLEARSTREAM".

Le troisième rendez-vous s'était tenu 24 ou 48 heures après, en tout cas le29 avril 2004, au cabinet de l'avocat, à partir de minuit, et devait durer moinsd'une heure. Renaud VAN RUYMBEKE avait dit à Jean-Louis GERGORIN qu'ilétait intéressé de faire rentrer ces éléments en procédure afin de les faire vérifierofficiellement et insisté pour que Jean-Louis GERGORIN soit entendu commetémoin, le cas échéant sous le régime du témoin anonyme. Celui-ci avaitcatégoriquement refusé. A la question du magistrat "Comment on fait ?", Jean-
Louis GERGORIN avait répondu, après un silence : "Ca va, j'ai compris" et
Renaud VAN RUYMBEKE était parti. Il n'avait pas été convenu que la
transmission se ferait par voie anonyme.

Le témoin indiquait que Jean-Louis GERGORIN avait cependant indiquéqu'il avait des raisons de penser que, par la suite, il pourrait prouver que deshommes politiques étaient impliqués dans les rétro-commissions. Le lundi suivant,
soit le 3 mai, au matin, Jean-Louis GERGORIN était venu au cabinet de l'avocat
à l'improviste et lui avait remis une enveloppe fermée pour la passer à leur "ami".
Maître de MONTBRIAL admettait, sans s'en souvenir, avoir remis la lettre à
Renaud VAN RUYMBEKE sans en avoir lu préalablement le contenu.

Quelques semaines plus tard, Jean-Louis GERGORIN lui avait indiquéavoir avancé dans ses recherches et disposer d'autres éléments à transmettre à leur"ami". Aussi, dans le courant du mois de juin, lui avait-il remis, à son cabinet,
successivement, une lettre et deux CD-ROM. Il avait envoyé ces pièces par voiepostale au juge d'instruction entre le 3 mai et le début du mois de juillet 2004. Lemagistrat n'avait pas reçu l'un des CD-ROM, alors qu'il en avait reçu un de façonanonyme, pensant que Jean-Louis GERGORIN en avait été à l'origine.

Maître de MONTBRIAL reconnaissait son écriture sur l'enveloppecontenant le CD-ROM reçu au cabinet de Renaud VAN RUYMBEKE le 14 juin2004. Il n'en avait cependant pas vu le contenu. Jean-Louis GERGORIN lui avaitdit qu'il contenait des transactions de compte à compte devant permettre aumagistrat d'y retrouver des rétro-commissions. Il ajoutait que Jean-Louis
GERGORIN était revenu le voir, très enthousiaste, en lui disant que ça bougeait,
que la première lettre avait eu pour effet de "les affoler", de "les amener à
clôturer des comptes" le même jour du début mai, que c'était "pire que ce qu'il
pensait", qu'étaient mis en cause des mafieux, des industriels et aussi des hommespolitiques et des gens des services.

3 - l'apparition en cours d'information des compléments d'archives duGénéral RONDOT

Ces informations étaient confirmées le 17 mai 2006 sur le site
"nouvelobs.com" qui publiait diverses notes qui n'avaient pas été découvertes enperquisition chez Philippe RONDOT concernant la période du 27 mai et 29 juin2004 (D911). Ces documents comportaient, outre la confirmation des contactsentre Jean-Louis GERGORIN et le juge Renaud VAN RUYMBEKE, la mentionque la ministre de la Défense en avait été informée dès le 11 mai 2004.

Jugement n•
1

o

Page n 107


Jugement n•
1

Ces notes étaient authentifiées par une expertise en écritures et le GénéralRONDOT confirmait en être l'auteur.

Le 16 mai 2006, le site internet "France Info" publiait la copie d'un extrait
d'une note interne datée du 17 mars 2004 "Opération REFLUX" mentionnant "
l'apparition de quelques homme politiques de gauche et, plus récemment, dedroite, dont -en ce qui concerne celle-ci-certains qui tiennent en ce moment "lavedette" et, de ce fait, pourraient susciter l'intérêt de la magistrature suprême"
datée du 17 mars 2004 (D892/2). Cette note se retrouvera, effacée, en intégralitédans la mémoire de la carte de l'Ipaq du Général RONDOT.

Le 5 juin 2007, à la suite de l'expertise de l'ordinateur Ipaq du généralRONDOT, l'analyse de la carte mémoire de l'ordinateur (scellé Rondot Meudon4), ayant permis l'analyse du contenu des fichiers "REFLUX.psw" et "REFLUX2.psw", l'assistant spécialisé, M. PIOT, adressait aux juges d'instruction une notefaisant ressortir les divers documents contenus (D2701) parmi lesquels :

- une note interne "ops Reflux (source Madhi)" du 23.11.03,
- une lettre adressée à DDV le 12 janvier 2004,
- un courrier destiné à M. SAVA du 29 mars 2004,
- une note au directeur de cabinet du ministre (au sujet d'un incident du 25 mars2004),
-4 notes intitulées "ops Reflux" (1) à (4) des 2 février, 17 mars, 26 mai, et 30 juin2004,
- 2 notes au ministre de la défense sous le même numéro 487 et portant la date du19 octobre 2004,
- ainsi qu'une chronologie des événements à compter du 9 novembre 2004.
Selon le Général RONDOT, celui-ci avait détruit les "Notes Reflux" le 19
juillet 2004, après avoir obtenu l'accord de Dominique de VILLEPIN.

B -Les explications fournies par Jean-Louis GERGORIN

Le 19 mai 2006, soit un mois et demi après la seconde perquisitioneffectuée à son domicile et au siège d'EADS, le journal "Libération" publiait uneinterview de Jean-Louis GERGORIN dans laquelle celui-ci, qui jusque-là avaittoujours affirmé et proclamé notamment dans la presse, qu'il était étranger à cettedénonciation, faisait volte-face en reconnaissant publiquement son implicationdans les dénonciations parvenues au juge Renaud VAN RUYMBEKE ainsi qu'auGénéral RONDOT (D934). Ces éléments nouveaux étaient confirmés devant lesenquêteurs puis les juges d'instruction, sans que Jean-Louis GERGORIN aillejusqu'à révéler le nom de sa source. Il fournissait des éléments qu'il estimait utilesà l'enquête sous forme de clefs USB qui seront soumises à expertise commel'ensemble des autres éléments appréhendés au cours de l'enquête.

C'est sur la base des éléments nouveaux recueillis(conclusions desexpertises à partir des données Bourges et les éléments apparus dans le scelléRONDOT MEUDON 4) jusqu'alors portés à la connaissance des jugesd'instruction que Jean-Louis GERGORIN était de nouveau interrogé le 8 juillet2007 et complétait sa version des faits d'une part en identifiant sa source commeétant Imad LAHOUD (D2447) et d'autre part en impliquant davantage Dominique

o

Page n 108


de VILLEPIN dans le processus de la dénonciation auprès de Renaud VANRUYMBEKE (D2732).

1- des aveux initiaux de Jean-Louis GERGORIN en garde à vue jusqu'àl'identification de sa source

a) les auditions en garde à vue

Les 30 et 31 mai 2006, il était procédé, sous le régime de la garde à vue,
à une nouvelle audition de Jean-Louis GERGORIN (D943 à 957), au cours delaquelle il reconnaissait avoir été à l'origine de la remise des documents au jugeVAN RUYMBEKE par l'intermédiaire de l'avocat Maître de MONTBRIAL. Ilreconnaissait également avoir remis au Général RONDOT la note du 23 novembre2003 et avoir lui-même rédigé les documents manuscrits qui y étaient joints.

Jean-Louis GERGORIN indiquait que, dès la fin de l'année 2002, il avaitappris, d'une source qu'il ne souhaitait pas nommer, qu'un certain Karel
SCHMITT avait organisé différentes missions de surveillance des groupesLAGARDERE et EADS (D 944). Il ajoutait que le décès de Jean-LucLAGARDERE, survenu en mars 2003, l'avait beaucoup choqué et qu'il étaitarrivé à la conclusion que l'on pouvait légitimement se poser des questions sur lescauses de ce décès, en raison de l'extrême rareté de la maladie du défunt et eu
égard aux techniques parfois employées par les militaires russes dans certainesopérations. Fin avril, il avait interrogé toutes sortes de sources pouvant analyserles mouvements des titres LAGARDERE dans les mois qui avaient précédél'hospitalisation de Jean-Luc LAGARDERE. A partir de fin mai ou début juin2003, des informations d'abord parcellaires puis de plus en plus précises, maisorales, lui étaient parvenues sur des transactions financières dans le systèmeCLEARSTREAM. Cette autre source, dont il taisait également le nom, lui avaitalors indiqué qu'elle avait pu pénétrer informatiquement CLEARSTREAM. Enjuin et juillet 2003, il avait été fortement impressionné par la présence dans lesschémas manuscrits de flux financiers que la source lui avait montré, de KarelSCHMITT et Petar MANDJOUKOV et d'un certain Edin CAYBAN, ainsi que,
dès ce moment-là, de Philippe DELMAS. Dans les flux financiers identifiésfiguraient aussi Alain GOMEZ et Gafur RAKHIMOV. La source était parvenueà identifier les comptes 83656 CITITRUST BOGOTA avec comme ayant droitéconomique Alain GOMEZ, et 03778 JULIUS BAER avec comme ayant droitéconomique Philippe DELMAS. Il avait alors demandé les flux financiersaffectant les comptes SCHMITT, RAKHIMOV, MANDJOUKOVet CAYBAN.

Ainsi, jusqu'en août 2003, avait-il reçu des données brutes. La source étaitrevenue avec des informations de la Banque JULIUS BAER de Genève et deCLEARSTREAM. Les éléments recueillis alors ne lui étaient pas apparussuffisamment probants pour être communiqués à Jean-Pierre JOULIN ni àquiconque au sein du groupe LAGARDERE.

Jean-Louis GERGORIN expliquait qu'il n'avait décidé de contacter leGénéral RONDOT qu'à la suite d'une longue phase d'évaluation personnelle dela fiabilité de ces informations. Il avait néanmoins pris la précaution de rédiger dèsla fin juillet un document destiné, en cas de disparition physique, à être transmis

Jugement n•
1

o

Page n 109


au juge Renaud VAN RUYMBEKE pour lui présenter les informations, documentqu'il disait avoir détruit quand il avait choisi d'informer le CROS (D944/4).

A la mi-septembre, la source lui avait montré un tableau "excel" detransactions en cash de plus en plus dense et complexe, ainsi que des "target"
consistant en des tableaux représentant l'ensemble des mouvements. Dès octobre,
la source lui avait présenté ce qu'elle appelait un "annuaire" mis au point avec unlogiciel de recherche permettant d'identifier dans la mémoire de
CLEARSTREAM qui couvrait au moins 10 ans de transactions, l'ensemble descomptes qui avaient eu un lien financier avec les "comptes source"de WANGCHUAN POO, Alain GOMEZ et Philippe DELMAS.

Il avait alors estimé que le tableau était suffisamment cohérent pour êtrepris au sérieux mais nécessitait une vérification par une autorité disposant desmoyens d'investigation technique importants Il avait alors pensé à la DGSE. Iln'avait cependant rien communiqué à la Justice car les informations étaient à sesyeux trop légères et avaient une provenance illégale concernant les fichiersCLEARSTREAM.

Jean-Louis GERGORIN déclarait avoir remis au Général RONDOT, le 5
novembre 2003, l'annuaire et des spécimens de "targets" (scellé RONDOTMEUDON
7 cotes 17,18 et 19). Il ne s'agissait-là que de l'annuaire. Les
commentaires explicatifs inclus émanaient de la source et de lui-même. Il
reconnaissait, sous scellé RONDOT-MEUDON 7, cotes 18 et 19, des tableaux
réalisés à la demande du Général s'agissant d'une sorte de biographie sommairedes personnes citées dans l'annuaire. Il se souvenait avoir rédigé ce documentdans un bureau du ministère de la Défense. Il identifiait sous le même scellé un
extrait de la liste de 895 comptes CLEARSTREAM qui selon la source avaient étéfermés le 12 mai 2004. Il contestait cependant l'avoir personnellement transmisau Général RONDOT (D 946).

Sur la réunion du 9 janvier 2004 évoquée par le général dans sa premièredéposition, Jean-Louis GERGORIN expliquait qu'elle faisait suite à une

er

rencontre impromptue du 1 janvier avec Dominique de VILLEPIN au ministèredes Affaires Etrangères au cours de laquelle il n'avait pas pu s'empêcherd'évoquer cette affaire. Il admettait avoir indiqué dès cet instant à soninterlocuteur que sa source était parvenue à pénétrer le système CLEARSTREAM.
Il n'avait eu aucun contact avec Philippe RONDOT préalable à cette rencontre.
Dominique de VILLEPIN s'était montré intéressé par l'aspect international deblanchiment ainsi mis à jour et lui avait indiqué qu'il en parlerait au général, cequi avait entraîné leur convocation quelques jours après. Il s'était rendu à cetteconvocation en possession de "l'annuaire" et des "targets". Il précisait que sapréoccupation était alors d'obtenir la mobilisation des moyens de la DGSE.

Il déclarait ne pas se souvenir d'une déclaration liminaire de Dominiquede VILLEPIN, ni que l'on ait parlé au cours de cette réunion de Jacques CHIRAC,
alors Président de la République . Lui-même avait pris la parole pour exposer defaçon synthétique les données dont il disposait.

Il expliquait que dans les flux analysés avec le Général RONDOT figuraitun transfert d'un milliard de dollars depuis un compte CLEARSTREAM émanantd'un compte CITITRUST, avec comme ayant droit économique Mikhaïl

Jugement n•
1

o

Page n 110


Jugement n•
1

KHODORKOVSKI, vers un autre compte CITITRUST - Alain GOMEZ, transfertsurvenu une dizaine de jours après l'arrestation d'oligarques par la police russe.
Quant à Jean-Pierre JOULIN, il était apparu également avec deux comptesdifférents. Il avait lui-même fait une vérification sur les déplacements del'intéressé au Luxembourg à partir des bornes de téléphonie qui s'était révéléepositive. Les noms de "BOCSA" et "de NAGY" n'avaient pas été abordés, nil'existence de comptes couplés. Quant à MM PASQUA, MARCHIANI etSTRAUSS KAHN, ils figuraient bien dans la liste. Il confirmait que le nom deJean-Jacques MARTINI avait été évoqué (D950). La société CARLYLE, situéeà Vanuatu, avait été présentée comme une filiale off-shore du fonds
d'investissement américain CARLYLE.

Il précisait qu'à la fin de cette réunion, il avait eu un aparté avec PhilippeRONDOT au sujet d'Imad LAHOUD qui accomplissait pour lui des

Aucun commentaire:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

Rechercher dans ce blog

Chargement...

Translate

Politesse et étiquette

Les commentaires si possible signés, concis ou non, courtois et pertinents, même très critiques sont appréciés. Toute discussion peut être source de progrès. Les autres, surtout les vulgaires, pourraient être supprimés .

(c) Date de l'article, sinon 2000 Famille de Siebenthal, Lausanne, Suisse. 021 616 88 88

Sites que vous devriez visiter, merci

Saint Jean-Paul II a comparé le rapport sexuel entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html


http://michaeljournal.org

http://ferraye.blogspot.com/

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia
Image des rings burgondes

Les combats intérieurs.

Les combats intérieurs.
Signification des armoiries:chapelle de Gstaad, St Niklaus. Mettons le dragon qui est en chacun de nous sous 7 verrous. Meaning of the coat of arms: Chapel of Gstaad, St Niklaus. Let the dragon that is in each of us within 7 locks. http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/misericordes-suisses.html

Un pour tous, tous pour un.

Un pour tous, tous pour un.
Le dragon de nos armoiries qui crache le feu sur le casque. http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/misericordes-suisses.html

Les valeurs suisses

Les valeurs suisses
Un pour tous, tous pour un.

Archives du blog

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées.

Ainsi on triomphe :

de l’orgueil par l’humilité,

de l’avarice par la libéralité,

de la luxure par la chasteté,

de la colère par la patience,

de la gourmandise par l’abstinence,

de l’envie par l’amour fraternel,

de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu.

Un combat à la fois, un par jour est plus efficace.

Sagesse de la première Alliance...Isaïe 11.1-3

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.


ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat :

1 le don de Sagesse ;

2 d’Intelligence ;

3 de Conseil ;

4 de Force ;

5 de Science ;

6 de Piété ;

7 de Crainte de Dieu.

A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ?

Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL.

Qu’est-ce que la Sagesse ?

La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien.

Qu’est-ce que l’Intelligence ?

L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit.

Qu’est-ce que le Conseil ?

Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain.

Qu’est-ce que la Force ?

La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis.

Qu’est-ce que la Science ?

La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu.

Qu’est-ce que la Piété ?

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ?

La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.


Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)


Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont en nous et qui nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire mieux agir en faveur du bien commun.

« Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)


Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

http://www.lumenc.org/maladies.php

Les conseils du pape François pour se confesser

© POOL-OR/CPP/CIRIC

© POOL-OR/CPP/CIRIC

Dans un petit livret intitulé « Prends soin de ton cœur », offert par le pape François aux pèlerins de la place Saint Pierre après l'Angelus du 22 février, se trouvent différents textes à méditer pendant le carême et un examen de conscience pour se préparer à la confession.

  • Une distribution un peu particulière a eu lieu il y a quelques jours place Saint-Pierre, à Rome. Des bénévoles, parmi lesquels de nombreux sans-abri venus en pèlerinage, ont distribué à la foule réunie pour entendre l'Angelus un petit carnet offert par le pape pour le premier dimanche du carême.
  • Notre cœur doit se convertir au Seigneur, a insisté François lors de l'Angélus. C’est pourquoi, en ce premier dimanche, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la place, un petit livret de poche intitulé "Prends soin de ton cœur". »

Celui-ci rassemble quelques enseignements de Jésus et les contenus essentiels de la foi, comme les sept sacrements, les dons de l'Esprit Saint, les dix commandements, les vertus, les œuvres de miséricorde, etc. On y trouve aussi un examen de conscience dont le pape avait souligné l'importance lors de sa messe quotidienne à la chapelle de la maison Sainte-Marthe le 11 octobre 2014. « Avoir un cœur recueilli, un cœur dans lequel nous savons ce qui se passe et ici et là, nous pouvons exercer une pratique ancienne mais efficace de l’Église : l’examen de conscience. Qui d’entre nous, le soir, avant de finir sa journée, reste tout seul ou toute seule et se pose la question : qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui dans mon cœur ? Qu’est-il arrivé ? Quelles émotions ont traversé mon cœur ? Si nous ne faisons pas cela, nous ne réussissons pas ni à bien veiller ni à bien protéger notre cœur »

I. Petits rappels sur le sacrement de Confession (ou de Pénitence ou de Réconciliation)

Un vrai chrétien a le souci constant de conserver son âme en état de grâce aux yeux de Dieu. Il sait, en effet, d’une part, que nul ne connaît ni le jour ni l’heure de sa mort et que, d’autre part, l’âme, pour être admise au bonheur parfait et éternel du Ciel, doit être entiè­rement purifiée du péché. C’est pourquoi il reçoit volontiers le sacrement de la Réconciliation.

Par ce sacrement, on obtient la rémission de tous les péchés person­nels (quelle qu’en soit la gravité) commis après le baptême. Ce pouvoir qu’avait le Christ, il l’a transmis à ses Apôtres quand, leur apparaissant après sa Résurrection, il leur a dit : Recevez le Saint-Esprit : les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez ; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez (Jean, XX, 23). Ce pouvoir passa des Apôtres à leurs successeurs.


Tout chrétien doit recevoir ce sacrement au moins une fois chaque année. Il comporte :

L’examen des fautes commises.
Le regret de les avoir commises (Contrition).
La résolution sincère de les éviter à l’avenir.
L’accusation des péchés, au moins graves, à un prêtre approuvé, tenant la place de Dieu.
L’absolution donnée par le prêtre au nom de Jésus-Christ.
L’accomplissement de la pénitence qu’il a imposée (Satisfaction).


Le sacrement de pénitence produit notre propre mort au péché et notre résurrection à la vie en Dieu. Il prolonge ainsi notre baptême et nous prépare à l’eucharistie. Il doit laisser dans nos âmes une immense joie, car c’est un sacrement de vie.


II. Quelques conseils pour bien réaliser son examen de conscience

Par une courte prière, demander à Dieu et à Notre-Dame la grâce de bien connaître les péchés dont on est coupable.

S’examiner sur les Commandements de Dieu et de l’Église ; les péchés capitaux ; les devoirs de son état.

Pour aider le plus d’âmes possible, dont les besoins sont très divers, l’examen proposé ci-après est plutôt détaillé. Mais il est rappelé qu’en confession seule l’accusation des péchés mortels est obligatoire. Un péché est mortel quand, sachant pleinement que la matière en était grave, on l’a néanmoins commis avec un entier consentement. C’est alors une rupture d’amour avec Dieu. Et comme l’âme cesse ainsi d’être unie à Dieu - de qui elle tenait sa vie -, elle meurt surna­turellement : le péché a été "mortel" pour elle.

L’examen terminé, demander instamment à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’une vraie contrition des péchés com­mis et la ferme résolution de les éviter à l’avenir, conditions indispen­sables pour obtenir le pardon de ses péchés.

Pour exciter en soi le regret de ses fautes, réfléchir durant quelques instants :

au redoutable châtiment du purgatoire ou de l’enfer que l’on a mérité ;
aux souffrances et à la mort que Jésus-Christ endura pour l’expiation de nos péchés ;
à la bonté d’un Dieu d’amour et de miséricorde, offensé par le péché qui a produit une rupture profonde, surtout s’il a été mortel.

Puis, réciter lentement l’acte de contrition.

III. Quelques conseils pour recevoir le sacrement lui-même

Avant de rentrer au confessionnal, ou immédiatement en entrant, suivant la coutume, réciter le « Je confesse à Dieu… » LeConfiteor nous remet devant cette réalité du péché et nous fait accomplir le mouvement de « conver­sion » nécessaire, vers Dieu et vers les autres :

Parce que nous nous sommes opposés à l’Amour tout-puissant, en cherchant à réaliser notre bonheur contre Lui ou sans Lui, nous disons : « Je confesse à Dieu tout-puissant » ;

Parce que nous avons porté atteinte à l’œuvre de l’Incarnation et de la Rédemption, en nous séparant de tous ceux qui ont coopéré à cette œuvre, notamment de la Mère du Christ, nous disons : « Je confesse … à la Bienheureuse Marie toujours Vierge » ;

Parce que nous nous sommes opposés à l’œuvre de lutte et de fidélité des anges, l’attente des martyrs, des prophètes de l’Ancien Testament, morts pour que le Règne du Messie se réalise, à l’œuvre des apôtres et des saints qui ont travaillé pour le Christ, nous disons : « Je confesse… à saint Michel (vainqueur du démon), à saint Jean Baptiste (dernier des pro­phètes), aux apôtres (représentés par saint Pierre et saint Paul), et à tous les saints » ;

Enfin, parce que notre péché s’est opposé à toute l’Église et nous sépare des autres membres du Corps Mystique que le prêtre représente, en même temps qu’il tient la place de Jésus Christ, nous disons : « Je confesse… à vous, mon Père… ».


Avant de commencer l’énumération des péchés, préciser : le temps écoulé depuis la dernière confession ; un oubli ou une dissimulation de péché grave dans celle-ci ; une ou plusieurs mauvaises communions (en état de péché grave) ; une omission de la pénitence donnée (volontaire ou non).


Accuser sincèrement tous les péchés mortels que l’on a commis, avec leur nombre et les circonstances qui les ont modifiés (aggravés, allégés), comme par exemple, les péchés commis avec d’autres personnes qu’on a ainsi scandalisées, ou qu’on a entraîné au péché.

L’accusation des péchés véniels n’est pas indispensable car on peut en obtenir le pardon par d’autres moyens que la confession, par exemple la prière, l’aumône, la pénitence… Pourtant, cette accusation est fort conseillée car, par le sacrement de la Confession, on obtient des grâces spéciales pour éviter ces péchés véniels à l’avenir.

Dans le cadre de confessions régulières, on peut dire où l’on en est par rapport à son défaut dominant, ou par rapport à ses résolutions.

Si l’on est troublé ou que l’on a peur, ou tout simplement si on hésite, on peut demander au prêtre de nous interroger, ou de nous renseigner sur la gravité d’un péché.

Terminer par : « Je m’accuse de tous ces péchés, de tous ceux que j’aurais pu avoir oublié et de tous ceux de ma vie passée ; j’en demande très humblement pardon à Dieu, et à vous mon Père, pénitence et absolution si vous m’en jugez digne ».


Ecouter avec attention le mot d'exhortation du prêtre. Avant l'absolution, bien regretter ses péchés, et réciter à cet effet l'acte de contrition : « Mon Dieu, j'ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Vous déplaît. Je prends la ferme résolution avec le secours de Votre sainte grâce de ne plus Vous offenser et de faire pénitence. »


Après la confession, accomplir la pénitence imposée par le confesseur au plus tôt, afin de ne pas l’oublier ; remercier Dieu du pardon obtenu ; renouveler sa résolution d’éviter tout péché à l’avenir, surtout le péché grave.


Examen de conscience détaillé

Avant de commencer cet examen, adresser à Dieu cette prière :

Mon Dieu, je vous supplie, par l’intercession de la Vierge Marie, de m’accorder la grâce de bien connaître tous les péchés dont je suis coupable. Faites qu’ensuite je m’en accuse avec un sincère regret de les avoir commis et une ferme volonté de les éviter à l’avenir et qu’ainsi j’en obtienne le pardon de votre miséricorde infinie. Ainsi soit-il.


Examen sur les commandements de Dieu

1er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et l’aimeras plus que tout… »

Omission de la prière (en particulier le matin et le soir), de la fré­quentation des sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie… Communions ou confessions sacrilèges… Manque de respect des sacrements… Manque au jeûne avant la communion (une heure au moins)… Violation du secret de confession… Doutes volontaires contre la foi… Mise en péril de la foi par la lecture de journaux impies, par des fréquentations dangereuses… Respect humain… Manque de confiance en Dieu ou confiance présomptueuse en ses propres forces… Indifférence à l’égard de Dieu… Manque de soumission à la volonté de Dieu… Pratiques superstitieuses, spiritisme… Critiques de la religion… Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique… Négligence dans sa formation chrétienne…


2ème Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect… »

Emploi inutile du nom de Dieu… Blasphèmes, imprécations, jurons… Serments faux ou inutiles… Irrespect à l’égard des personnes et des choses consacrées à Dieu… Souhaits néfastes à l’égard de soi-même ou d’autrui… Non-accomplissement des vœux émis…


3ème Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur… »

Omission volontaire ou sans motif de l’assistance à la Messe domini­cale ou des fêtes d’obligation… Retard volontaire ou dissipation durant ces Messes… Travail fait ou ordonné sans nécessité ou permission… Recherches de distractions contraires à la sanctification du dimanche…


4ème Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère… »

Manque d’amour, d’affection, de respect, d’obéissance, d’assistance à l’égard des parents durant leur vie et de prière à leur intention après leur mort… Peine causée… Souhaits de mal… Disputes d’intérêt en famille… Manque de déférence et de soumission à l’égard des supérieurs…

Pour les parents à l’égard de leurs enfants : négligence dans leur édu­cation chrétienne ou leur pratique religieuse, mauvais exemples donnés, manque de surveillance, de soins, de disponibilité, de conseils ou de corrections nécessaire… Dureté, injustice, sévérité excessive…


5ème Commandement : « Tu ne tueras point… »

Meurtre, tentative de suicide, euthanasie… Avortements, stérilisations… Souhait de mort ou de malheur à l’égard d’autrui… Vengeance, coups, blessures, torts causés à la santé, drogues, alcool, mutilations… Insultes, injures, mépris, faux rapports, haine, violences, refus de pardonner, vengeances… Indifférence à la peine d’autrui… Scan­dales par mauvais exemples, par conseils ou approbation silen­cieuse…


6ème et 9ème Commandements : « Tu ne feras pas d’impureté… » et « Tu n’auras pas de désir impur volontaire… »

Pensées ou désirs impurs provoqués en soi ou chez les autres… Conversations, chansons, lectures, spectacles immoraux (TV, Internet…) Flirts… Familiarités coupables… Danses lascives… Touchers indécents… Actions contraires à la chasteté, seul ou avec d’autres : masturbation, relations charnelles en dehors du mariage, homosexualité… Tenues ou attitudes provocantes…

Pour les fiancés : Légèretés, tendresses excessivement sensuelles… Relations prématrimoniales… Cohabitation…

Pour les époux : Atteintes coupables à la fécondité du mariage, contraception permanente ou temporaire… Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse… Adultère (pensées, désirs, actions)… Liaisons… Divorce… Remariage civil… Refus injuste du droit du conjoint…


7ème et 10ème Commandements : « Tu ne voleras pas… » et « Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui… »

Vol (quoi ? combien ? circonstances ?), recel, objets trouvés ou empruntés et non rendus… Dommages injustes causés au prochain dans ses biens… Fraudes, manœuvres déloyales dans le travail, les affaires, le commerce, les contrats… Pots-de-vin… Coopération à des injustices… Recel d’objets volés… Négligence dans le paiement des dettes… Salaires insuffisants… Exploitation des faibles… Dommages aux biens collectifs… Désirs de vol ou d’injustices… Non-réparation de dommages causés… Non-restitution… Gaspillage… Travail bâclé…


8ème Commandement : « Tu ne mentiras pas… »

Mensonges avec ou sans préjudice pour autrui… Médisances ou calom­nies, faites ou approuvées… Faux témoignages en justice… Accusations injustes… Jugements téméraires… Rapports injustes nuisibles… Violation du secret, confié ou professionnel, des correspondances… Dissimulation, hypocrisie… Tricheries… Promesses non tenues… Refus de rectifier la vérité…


Examen sur les commandements de l’Église

Tu sanctifieras les fêtes d’obligation (Noël, Ascension, Assomption, Toussaint).

Tu assisteras à la messe les dimanches et fêtes d’obligation.

Tu te confesseras au moins une fois l’an.

Tu communieras chaque année au Temps pascal.

Tu jeûneras les jours fixés par l’Église (Mercredi des Cendres et Vendredi Saint).

Tu ne mangeras pas de viande les jours fixés par l’Église (c’est-à-dire, les jours de jeûne et les vendredis de Carême). Pour les autres vendredis de l’année, cette abstinence peut être remplacée par une autre forme de pénitence (qu’il faut alors accomplir sous peine de péché).


Examen sur les péchés capitaux

ORGUEIL : Amour-propre désordonné… Complaisance en soi-même… Egoïsme… Ambition démesurée… Vanité mondaine… Présomption… Attitudes hautaines, susceptibilité…

AVARICE : Vices contraires aux 7ème et 10ème commandements. Refus de partager, d’aider ceux qui sont dans le besoin (aumône) …

LUXURE : Vices contraires aux 6ème et 9ème commandements.

ENVIE : Jalousie du bonheur, des biens, des succès des autres ; joie de leurs malheurs, de leurs misères, de leurs revers…

GOURMANDISE : Excès dans le manger, le boire… Ivrognerie… Sensualité… Ivresse des stupéfiants…

COLÈRE : Manque de maîtrise de soi, emportements, rancunes, res­sentiment, murmures, bouderie, brusquerie, grossièreté, cruauté…

PARESSE : Dans le lever, le travail, les prières… Oisiveté… Fuite systématique des efforts…


Examen sur les devoirs d’état

N.B. L’examen suivant est très détaillé, et reprend en partie ce qui a déjà été vu auparavant.


Alors qu’il est très important, c’est un domaine qu’on oublie souvent dans l’examen de la conscience. Selon son état de vie et ses responsabilités :


1. Devoirs personnels de chrétiens :

Quelle importance ai-je attaché à ma vie chrétienne, au milieu de toutes mes occupations ? A-t-elle la première place ? Y a-t-il dans ma vie une cohérence entre ma foi et mes œuvres ?

Est-ce que je crois à la présence et à l’action du Seigneur dans le monde et dans ma vie de chaque jour ? Ai-je cherché à mieux connaître sa pensée et sa volonté en face des événements, en face des autres, et de mes problèmes personnels ? Suis-je fidèle à la vocation que Dieu m’a envoyée ?

Ai-je cherché à grandir dans la foi, à approfondir ma connaissance du Sei­gneur par la lecture de l’Évangile et du Catéchisme, ou par tout autre moyen mis à ma disposition : retraites, cours, prédications… ?

Ai-je eu peur de témoigner de ma foi par lâcheté, respect humain ? N’ai-je pas cédé aux doutes, à l’inquiétude, à l’angoisse, au désespoir ?

Ai-je compté sur le Seigneur dans les difficultés et dans les tentations ?

Est-ce que je vis dans l’attente de la vie éternelle ?

Ai-je prié ? Régulièrement ? Avec mon cœur ? Avec toute ma vie ?

Ai-je pris part à la Sainte Messe quand l’Église me le demande ? Y ai-je participé de mon mieux ?

Ai-je vécu le dimanche comme un jour de prière et de joie ? N’ai-je pas accom­pli des travaux qui ne sont pas conformes à cet esprit ?

Ai-je fait quelque chose pour aider la mission d’évangélisation de l’Église ? Pour ramener mes connaissances à la vraie foi ?

N’ai-je pas refusé par souci de ma tranquillité ou par égoïsme de m’engager dans un mouvement d’Église ?

Ai-je collaboré loyalement avec les prêtres de l’Église ? Les ai-je aidé autant que je pouvais ?


2. Devoirs envers le prochain :

Est-ce que j’aime le prochain d’un amour vrai et efficace ?

La misère, les souffrances des autres sont-elles pour moi une préoccupation ? Ai-je fait mon possible pour les sou­lager ?

Ai-je cherché à comprendre les autres ? Ai-je cherché à les aider en mettant à leur disposition mon amitié, mon temps, mes biens ?

N’ai-je jamais blessé les autres par mes paroles, mes gestes ?

Ai-je risqué de porter atteinte à la vie des autres ou à la mienne, par des im­prudences dans le travail, le sport ou sur la route ?

En quoi ai-je pu trahir l’amour des autres : indifférence, oubli des autres, mise à l’écart de certains, mauvais caractère, volonté d’avoir raison à tout prix, jalousie, envie, désir de vengeance, mépris, jugement téméraire, haine, rail­lerie, médisance, calomnie, secrets ré­vélés, achats ou ventes à des prix injustes, dettes impayées, choses non rendues, gaspillage ou détérioration des biens collectifs, mauvais exemple, scan­dale d’autant plus grand qu’il vient d’un témoin du Christ, refus de pardonner.


3. Devoirs familiaux :

Enfants :

Ai-je vraiment aimé mes parents, en évitant d’augmenter leurs difficultés, en leur apportant mon concours, en leur manifestant mon affection ?

Ai-je respecté mes parents ? En leur parlant avec déférence, en ne les jugeant pas sans les comprendre ?

Ai-je respecté l’autorité de mes parents en écoutant leurs conseils, leurs ordres et en les exécutant de mon mieux ?

N’ai-je pas gêné l’atmosphère familiale par de la mauvaise humeur, de la bouderie, de la révolte ?

Est-ce que j’aide de mon mieux mes parents âgés quand ils sont dans la gêne, ou malades ou isolés ?

Est-ce que je cherche à bien m’entendre avec tous les membres de ma famille ?


Personnes mariées :

Suis-je fidèle à l’amour promis le jour du mariage ? Ai-je cherché à développer cet amour, à me donner sans réserve et à me sacrifier ?

Ai-je souci des désirs, des goûts, des difficultés de mon époux ou de mon épouse ?

N’ai-je pas négligé mon foyer ? Ai-je le souci de penser à deux les pro­blèmes de ma famille ?

N’ai-je pas gâché notre amour en ne maîtrisant pas suffisamment les défauts de mon caractère ?

N’ai-je pas recherché les joies du mariage par simple égoïsme ?

La communion des cœurs et des esprits l’emporte-t-elle et anime-t-elle celle des corps ?

N’ai-je pas par égoïsme refusé d’avoir des enfants ? Ai-je dans ce but utilisé des moyens défendus ?

Est-ce que j’apporte toute l’attention voulue à l’éducation de mes enfants ?

Est-ce que je cherche à les connaître, à les comprendre, à découvrir leurs goûts, leur vocation, à suivre leur évolution quand ils grandissent ?

Ai-je pensé à leur donner le moyen d’exercer leur liberté quand ils grandissent ?

Mon attitude envers eux ne manque-t-elle pas de fermeté ou au contraire d’affection et de confiance ?

Est-ce que je leur donne le bon exemple ?

Ai-je cherché à les éduquer religieusement ? Leur ai-je donné le sens de la prière ?

Ai-je cherché à garder au foyer le sens du jour du Seigneur ? Ai-je aidé mes enfants à préparer leur messe ?

Ai-je considéré comme un honneur et un devoir de donner à Dieu des prêtres, des religieuses ?

Notre foyer est-il accueillant pour les autres ?


4. Devoirs professionnels :

Enfants :

Ai-je manqué l’école par ma faute ?

Ai-je mal étudié mes leçons, mal fait mes devoirs ?

Ai-je triché en classe (copié, soufflé) ?


Adultes :

Ai-je négligé mon travail ?

Ai-je conscience des responsabilités qu’engage ma situation, mon rôle ?

Quelle est mon attitude à l’égard de ceux qui me dirigent ? N’ai-je pas cherché, par méchanceté ou jalousie, à miner leur autorité ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux qui travaillent avec moi ? N’ai-je pas tendance à me décharger sur les autres de ma tâche ? Est-ce que je sais les aider, les soutenir, entretenir avec eux des relations de bonne camaraderie ?

Ai-je pris ma place dans les organisa­tions professionnelles ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux que je commande ou que j’emploie ? Est-ce que je les rétribue conformément à la justice ? Les ai-je traité humainement, en res­pectant leur dignité d’hommes ? Ne leur ai-je pas confié des tâches au-dessus de leurs forces ? Leur ai-je accordé le repos auquel ils ont droit et dont ils ont besoin ?


5. Devoirs civiques :

Ai-je rempli mes devoirs de chrétien dans la société ?

Ai-je cherché à m’informer le mieux possible pour comprendre les pro­blèmes sociaux et économiques ? A découvrir les solutions justes et efficaces ?

Ai-je le souci de tenir ma place dans la vie de la cité ou de la nation pour lui donner une meilleure orienta­tion ? Ai-je su accepter les charges mu­nicipales ou autres en les envisageant comme un service ?

Ai-je choisi mes représentants en fonc­tion de leur aptitude à promouvoir le bien commun et la loi divine plutôt qu’en fonction de leur aptitude à défendre mes intérêts ?

Ai-je fait mon possible pour faire changer les lois injustes (Avortements, divorce, euthanasie, pacs, etc.) ?

Examen de conscience pour Adultes

________________________________

Je crois en un Sauveur aimant qui pardonne mes péchés et qui me donne la grâce de devenir un Saint. Par le ministère de ses Prêtres, Jésus–Christ accomplit l’un et l’autre dans le Sacrement de Pénitence.

"Comme le Père M’a envoyé, Moi aussi Je vous envoie … Recevez le Saint Esprit. Les péchés seront pardonnés à qui vous les pardonnerez ils seront retenus à qui vous les retiendrez." (Jean XX : 21-23)

"Vos péchés seraient-ils rouges comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige." (Isaie I : 18)

"Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs." ( Matt. IX : 13)

"Les hommes ont reçu de Dieu un pouvoir accordé ni aux Anges,ni aux Archanges. Jamais il n’a dit aux Esprits Célestes « Tout ce que vous lierez et délierez sur la terre sera lié et délié dans le ciel ». Les Princes de ce monde peuvent seulement lier et délier le corps. Le pouvoir du prêtre va plus loin, il atteint l’âme et elle est exorcisée non seulement par le baptême, mais encore plus par le pardon des péchés. Ne rougissons donc pas de confesser nos fautes. Celui qui rougit de découvrir ses péchés à un homme et qui ne se confesse pas, sera couvert de honte au Jour du Jugement en présence de tout l’univers," (St Jean Chrysostome, Traité sur les prêtres, Livre 3)

Prière avant la confession: O Seigneur, accordez-moi la lumière pour que je me voie comme Vous me voyez, et le grâce de regretter vraiment et effectivement mes péchés. O Marie, aidez-moi à faire une bonne confession.

Comment se confesser: D’abord, examinez bien votre conscience, puis dites au prêtre le genre précis de péchés que vous avez commis et dans la mesure du possible, combien de fois vous les avez commis depuis votre dernière bonne confession. Il n’est obligatoire de confesser que les péchés mortels puisqu’on peut obtenir le pardon des péchés véniels par les sacrifices et les actes de charité. Si vous n’avez pas la certitude qu’un péché soit mortel ou véniel, mentionnez votre doute au confesseur. Souvenez-vous aussi que la confession de péchés véniels aide à éviter le péché et à progresser vers le Ciel.

Conditions nécessaires pour qu’un péché soit mortel:

Matière grave
Pleine connaissance
Entier consentement de la volonté.

Considérations préliminaires:

Ai-je parfois omis de confesser un péché grave dans le passé ; ou ai-je volontairement déguisé ou caché un tel péché ?
Nota bene : Cacher des péchés rend invalide la confession .
La confession est secrète, c’est à dire que c’est une faute mortelle pour le prêtre de révéler à qui que ce soit l’objet d’une confession.
Ai-je été coupable d’irrévérence envers ce sacrement en omettant d’examiner ma conscience avec soin?
Ai-je négligé de faire la pénitence donnée par le prêtre?
Ai-je des habitudes de péchés graves à confesser d’abord (par exemple: impureté, ivrognerie, etc.)

Premier Commandement:

Je suis le Seigneur Ton Dieu. Tu n’auras pas des dieux étrangers devant Moi. (y compris les péchés contre la Foi, l’Espérance et la Charité)

L'amour de l'argent est la racine de tous les maux, c'est une idolâtrie...

Ai-je négligé de connaître ma foi selon l’enseignement du catéchisme, par exemple le Symbole des Apôtres, les Dix Commandements, les Sept Sacrements, le Notre Père, etc.?
Ai-je volontairement mis en doute ou renié l’un des enseignements de l’Eglise?
Ai-je pris part à quelque culte non- catholique?
Suis-je membre de quelque organisation religieuse non-catholique, société secrète ou groupe anti-catholique?
Ai-je, en toute connaissance, lu quelque littérature hérétique, blasphématoire ou anti catholique?
Ai-je pratiqué des superstitions (telles que les horoscopes, prédiction d’avenir, spiritisme, etc.)
Ai-je omis des obligations ou pratiques religieuses pour des motifs de respect humain?
Me suis-je recommandé chaque jour à Dieu?
Ai-je été fidèle à mes prières quotidiennes?
Ai-je fait mauvais usage des Sacrements? Les ai-je reçus sans respect (par exemple la Communion dans la main) ou de manière invalide?
Me suis-je moqué de Dieu, de Notre-Dame, des Saints, de l’Eglise, des Sacrements ou d’autres sujets sacrés?
Ai-je été coupable de grande irrévérence dans l’Eglise (par exemple: conversation, comportement ou vêtement)?
Ai-je été indifférent vis-à-vis de ma foi catholique – en croyant qu’on peut se sauver dans n’importe quelle religion, que toutes les religions se valent?
Ai-je présumé de la miséricorde de Dieu en toute circonstance?
Ai-je désespéré de la miséricorde de Dieu?
Ai-je trahi Dieu?
Ai-je donné trop d’importance à quelque créature, activité, objet ou opinion?

Deuxième Commandement:

Tu ne prendras pas en vain le Nom du Seigneur Ton Dieu.

Ai-je blasphémé le Nom de Dieu à tort, inconsidérément ou en matière légère et triviale?
Ai-je murmuré ou gémi contre Dieu (blasphème)?
Ai-je prononcé des malédictions contre moi-même ou les autres, ou toute créature?
Me suis-je emporté contre les autres jusqu’à provoquer des jurons ou des blasphèmes contre Dieu?
Ai-je manqué à un vœu fait à Dieu?

Troisième Commandement:

Souvenez –vous de sanctifier le Sabbat.

Ai-je manqué la Messe le dimanche ou une fête d’obligation?
Ai-je été en retard à la Messe ou l’ai-je écourtée par ma faute?
Ai-je fait manquer la Messe à d’autres ou leur ai-je fait écourter la Messe?
Ai-je été volontairement distrait pendant la Messe ?
Ai-je fait ou commander un travail servile non nécessaire le dimanche ou les jours de fête d’obligation?
Ai-je acheté ou vendu sans nécessité ce jour là?

Quatrième Commandement:

Honore ton père et ta mère.

Ai-je désobéi ou manqué de respect envers mes parents ou ai-je négligé ou refusé de les aider dans leurs besoins ?
Ai-je manqué de respect pour des personnes chargées de me commander?
Ai-je calomnié ou insulté des prêtres ou d’autres personnes consacrées à Dieu?
Ai-je manqué de respect vis à vis des personnes âgées?
Ai-je maltraité mon conjoint ou mes enfants?
Ai-je désobéi ou manqué de respect à mon mari?
En ce qui concerne mes enfants:

Ai-je négligé leurs besoins matériels?
Me suis-je soucié de les faire baptiser de bonne heure?1
Ai-je pris soin de leur éducation religieuse personnelle?
Leur ai-je permis de négliger leurs devoirs religieux?
Leur ai-je permis le flirt ou des fréquentations régulières sans perspective du mariage dans un proche avenir?
Ai-je veillé à leurs compagnies?
Ai-je omis de les discipliner quand c’était nécessaire?
Leur ai-je donné un mauvais exemple?
Les ai-je scandalisés par des disputes avec mon conjoint en présence de mes enfants? En jurant ou blasphémant en leur présence?
Ai-je gardé la modestie à la maison?
Leur ai-je permis de porter des vêtements immodestes (mini jupes, pantalons serrés, robes ou pulls trop ajustés, corsages transparents, shorts courts, tenues de bain provocantes, etc.)? 2
Leur ai-je refusé la liberté de se marier ou de suivre une vocation religieuse?

________________________________

1 Les nouveaux nés devraient être baptisés dès que possible. Sauf prescription diocésaines particulières, il semble généralement admis qu’un nouveau-né devrait être baptisé dans l’intervalle de une semaine ou dix jours environ après sa naissance. Beaucoup de catholiques repoussent le baptême à une quinzaine ou un peu plus. L’idée d’administrer le baptême dans les trois jours après la naissance est considérée comme trop stricte. Saint Alphonse, suivant l’opinion commune, pensait qu’un délai non motivé au-delà de dix ou onze jours serait un péché grave. Par rapport à la coutume moderne, connue et non corrigée par les Ordinaires locaux, un délai non motivé au delà d’un mois serait un péché grave. S’il n’y a pas de danger probable pour l’enfant, les parents ne peuvent être convaincus de péché grave en différant le baptême un peu au-delà de trois semaines au plus, mais l’usage de faire baptiser un nouveau-né dans l’intervalle d’environ une semaine ou dix jours après la naissance est fort recommandable et en vérité, une date plus précoce peut être recommandée à juste titre. — H. Davis S.J., Moral and Pastoral Theology, Vol. III, Pg.65, Sheed and Ward, New York, 1935

2 Demander le feuillet LF05 Règles Mariales pour la Modestie dans le vêtement.

Cinquième Commandement:

Tu ne tueras pas.

Ai-je provoqué, désiré ou hâté la mort ou la blessure physique de quelqu’un?
Ai-je entretenu de la haine contre quelqu’un?
Ai-je opprimé quelqu’un?
Ai-je désiré la vengeance?
Ai-je été cause d’inimitié entre d’autres personnes?
Ai-je querellé ou combattu quelqu’un?
Ai-je souhaité du mal à quelqu’un?
Ai-je eu l’intention ou tenté de blesser ou de maltraiter d’autres personnes?
Y a-t-il quelqu’un avec qui je refuse de parler ou contre qui je garde rancune?
Ai-je pris plaisir aux malheurs de quelqu’un?
Ai-je été jaloux ou envieux?
Ai-je pratiqué ou essayé de pratiquer un avortement ou conseillé à quelqu’un de le faire
Ai-je, d’une manière ou d’une autre, mutilé mon corps sans nécessité?
Ai-je eu des pensées de suicide ou des tentatives?
Me suis-je enivré ? Ai-je pris des drogues interdites?
Ai-je trop mangé ou est-ce que je néglige de me nourrir convenablement? (c’est à dire avec des aliments sains)
Ai-je manqué à la correction fraternelle?
Ai-je nuit à l’âme de quelqu’un, surtout aux enfants en scandalisant par le mauvais exemple?
Ai-je nuit à moi-même en exposant mon âme aux tentations volontairement et sans nécessité. (par exemple: mauvaises émissions, mauvaises chansons, plages, etc.)?

Sixième et Neuvième Commandement:

Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne désireras pas la femme de ton prochain.

Ai-je refusé à mon conjoint, à ma conjointe, les droits du mariage?
Ai-je pratiqué le contrôle des naissances (pilules, appareils, retrait)?
Ai-je abusé des droits du mariage de quelque autre manière?
Ai-je commis l’adultère ou la fornication ( pratiques sexuelles prémaritales)?
Ai-je commis un péché contre nature dans le domaine de la pureté (homosexualité ou lesbianisme en pensée, en parole ou en action )?
Ai-je touché ou embrassé quelqu’un de manière impure?
Me suis-je engagé dans des baisers prolongés et passionnés en dehors du mariage ?
Me suis-je engagé dans des affections désordonnées?
Ai-je pratiqué l’impureté solitairement ( masturbation )?
Ai-je entretenu des pensées impures et m’y suis-je complu?
Me suis-je laissé aller à des désirs sensuels pour quelqu’un ou ai-je volontairement désiré voir ou faire quelque chose d’impur?
Me suis-je laissé aller volontairement à quelque plaisir sexuel complet ou incomplet en dehors du mariage?
Ai-je été occasion de péché pour d’autres en portant des vêtements immodestes, trop serrés ou provocants de toute autre manière?
Ai-je agi pour provoquer ou occasionner chez les autres des pensées ou des désirs impurs délibérément ou par légèreté?
Ai-je fait des lectures indécentes ou regardé de mauvais film?
Ai-je regardé des films et des émissions érotiques ou la pornographie par internet ou permis à des enfants de le faire?
Ai-je prononcé des paroles ou raconté des histoires indécentes?
Ai-je écouté volontairement de telles histoires?
Me suis-je vanté de mes péchés ou complu dans les péchés du passé?
Me suis-je trouvé en compagnie impudique?
Ai-je consenti à des regards impudiques?
Ai-je négligé de contrôler mon imagination?
Ai-je prié tout de suite pour bannir de si mauvaises pensées et tentations?
Ai-je évité la paresse, la gourmandise, l’oisiveté et les occasions d’impureté?
Ai-je pris part à des danses immodestes et à des spectacles indécents?
Suis-je resté sans nécessité seul en compagnie de quelqu’un du sexe opposé en dehors du mariage?

Nota bene: Ne pas craindre de dire au prêtre tout péché d’impureté que vous avez pu commettre. Ne pas cacher ou essayer de déguiser de tels péchés. Le prêtre est là pour vous aider et vous pardonner. Rien de ce que vous dites ne le choquera, donc ne craignez pas, quelque puisse être votre honte.

Septième et Dixième Commandement:

Tu ne voleras pas. Tu ne convoitera pas les biens du prochains.

Ai-je volé quelque chose? Quoi ou combien?
Ai-je endommagé le bien des autres?
Ai-je par négligence abîmé le bien des autres?
Ai-je été négligent dans la gestion de l’argent et des biens d’autrui?
Ai-je triché ou fraudé?
Ai-je participé excessivement à des jeux d’argent?
Ai-je refusé ou négligé de payer mes dettes?
Ai-je acquis un bien notoirement volé?
Ai-je omis de rendre des objets prêtés?
Ai-je trompé mon employeur sur ma journée de travail?
Ai-je triché sur les salaires de mes employés?
Ai-je refusé ou négligé d’aider quelqu’un en urgente nécessité?
Ai-je omis de restituer en cas de vol, de tricherie ou de fraude?
Ai-je envié à un autre ce qu’il avait?
Ai-je été jaloux du bien d’autrui?
Ai-je été avare?
Ai-je été cupide et avare, accordant trop d’importance aux biens matériels et au confort? Mon cœur est-il porté vers les possessions terrestres ou les vrais trésors du Ciel ?

Huitième Commandement:

Tu ne porteras pas de faux témoignage envers ton prochain.

Ai-je menti à propos de quelqu’un?
Mes mensonges ont-ils causé un tort matériel ou spirituel?
Ai-je porté des jugements téméraires (c’est à dire cru fermement, sans preuve évidente à la culpabilité de quelqu’un dans un crime ou une faute morale?
Ai-je nui à la bonne réputation de quelqu’un en révélant des fautes vraies mais cachées (délation )?
Ai-je révélé les péchés d’autrui?
Ai-je été coupable de cafardage (c’est à dire d’avoir rapporté quelque chose de défavorable dit par quelqu’un à propos d’un autre de manière à créer l’inimitié entre eux)?
Ai-je encouragé ou prêté l’oreille à la diffusion du scandale concernant mon prochain?
Ai-je prêté de faux serments ou signé de faux documents?
Suis-je critique, négatif ou peu charitable dans ma conversation?
Ai-je flatté les autres?

Les Sept Péchés Capitaux et les Vertus opposées.

Orgueil..............................................Humilité
Avarice............................................Libéralité
Luxure.............................................Chasteté
Colère...............................................Douceur
Gourmandise....................................Tempérance
Jalousie...........................................Amour fraternel
Paresse............................................Effort

Cinq effets de l’Orgueil

La vaine gloiren a. Vantardise b. Dissimulation/Duplicité
Ambition
Mépris des autres
Colère / Vengeance / Ressentiment
Entêtement / Obstination

Neuf manières d’être instrument de péché pour d’autres.

A. Ai-je sciemment été cause de péché ?
B. Ai-je coopéré au péché des autres ?

Le conseil
Le commandement
Le consentement
La provocation
La louange ou la flatterie
La dissimulation
La participation
Le silence
La défense du mal accompli.

Les Quatre Péchés qui crient vengeance au Ciel.

Le meurtre volontaire
La Sodomie ou le Lesbianisme
L’oppression des pauvres
La fraude sur le juste salaire du travailleur.

Les Six Commandements de l’Eglise.

Ai-je entendu la Messe le dimanche et les fêtes d’obligation?
Ai-je pratiqué le jeûne et l’abstinence les jours désignés et ai-je observé le jeûne eucharistique?
Me suis-je confessé au moins une fois l’an?
Ai-je reçu la Sainte Eucharistie au temps de Pâques?
Ai-je contribué au soutien de l’Eglise dans la mesure où je le dois?
Ai-je observé les lois de l’Eglise concernant le mariage (c’est à dire le mariage sans présence d’un prêtre ou mariage avec un parent ou non-catholique)?

Les Cinq Blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie.

Ai-je blasphémé contre l’Immaculée Conception?
Ai-je blasphémé contre la Virginité Perpétuelle de Marie?
Ai-je blasphémé contre la Divine Maternité de Notre Dame ? Ai-je manqué à reconnaître Notre Dame comme Mère de tous les hommes?
Ai-je cherché officiellement à semer dans les cœurs des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine de ce Cœur Immaculé?
L’ai-je outragée directement dans Ses Saintes Images?

Finalement:

Ai-je reçu la Sainte Communion en état de péché mortel? (Sacrilège)

Examen des péchés véniels d’après St Antoine-Marie Claret.

L’âme devrait éviter tous les péchés véniels, spécialement ceux qui ouvrent la voie du péché mortel. Ce n’est pas assez , mon âme, de prendre la ferme résolution de souffrir la mort plutôt que de commettre un péché mortel. Il est nécessaire de former une résolution semblable par rapport au péché véniel. Celui qui ne trouve pas en lui-même cette volonté ne peut trouver la sécurité. Rien ne peut nous donner une certaine sécurité du salut éternel comme une vigilance incessante pour éviter même le moindre péché véniel et un sérieux remarquable en tous points touchant toutes les pratiques de la vie spirituelle - sérieux dans la prière et les rapports avec Dieu, sérieux dans la mortification et le renoncement, sérieux dans l’humilité et l’acceptation du mépris, sérieux dans l’obéissance et le renoncement à sa volonté propre, sérieux dans l’amour de Dieu et du prochain . Celui qui veut atteindre ce sérieux et le garder, doit nécessairement prendre la résolution d’éviter toujours spécialement les péchés véniels

suivants:

Le péché d’admettre en son cœur tout soupçon non fondé, tout jugement injuste contre le prochain.
Le péché d’entrer en conversation sur les défauts d’autrui et de manquer à la charité de toute autre manière même légèrement.
Le péché d’omettre, par paresse, nos pratiques spirituelles ou de les accomplir avec négligence volontaire.
Le péché d’avoir une affection désordonnée pour quelqu’un.
Le péché d’avoir une vaine estime de soi-même ou une vaine satisfaction dans ce qui nous concerne
Le péché de recevoir le Saint Sacrement de manière insouciante, avec des distractions et autres irrévérences et sans préparation sérieuse.
Impatiences, ressentiment, tout manquement à accepter des déceptions comme venant de la Main de Dieu ; car cela met obstacle à la voie des décrets et dispositions de la Divine Providence par rapport à nous-mêmes.
Le péché de se donner occasion de ternir même de loin l’éclat immaculé de la sainte pureté.
La faute de cacher volontairement à ceux qui devraient les connaître, les mauvaises inclinations, les faiblesses et les mortifications, en cherchant à poursuivre la route de la vertu, non sous la direction de l’obéissance, mais en se laissant guider par ses propres caprices.

Nota bene: Ceci s’entend de circonstances où nous pourrions avoir une direction qui mérite d’être recherchée, mais nous préférons suivre nos faibles lumières personnelles).

Prière pour une bonne confession

O mon Dieu, par mes péchés détestables, j’ai crucifié de nouveau Votre Divin Fils et L’ai tourné en dérision. A cause de cela, j’ai mérité Votre Colère et me suis rendu digne des feux de l’Enfer. Combien aussi j’ai été ingrat envers Vous, mon Père Céleste, qui m’avez tiré du néant, m’avez racheté par le Précieux Sang de Votre Fils et m’avez sanctifié par Vos Saints Sacrements et le Saint Esprit. Mais dans Votre Miséricorde, vous m’avez réservé cette confession. Recevez –moi de nouveau comme Votre fils prodigue et accordez-moi de bien me confesser pour que je puisse recommencer à Vous aimer de tout mon cœur et de toute mon âme et par conséquent garder vos commandements et souffrir patiemment toute expiation temporelle qui reste à accomplir. J’espère obtenir de Votre bonté et puissance, la vie éternelle au Paradis. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen.

Note Finale

N’oubliez pas de confesser vos péchés avec regret surnaturel en même temps que ferme résolution de ne plus retomber dans le péché et d’éviter les occasions prochaines de péché. Demandez à votre Confesseur de vous aider en toute difficulté qui entraverait une bonne confession. Accomplissez promptement votre pénitence.

Acte de Contrition

O mon Dieu, je regrette du fond du cœur de vous avoir offensé. Et je déteste tous mes péchés, parce que je redoute la perte du Ciel et les peines de l’Enfer, mais surtout parce que mes péchés Vous offensent, mon Dieu, qui êtes toute bonté et qui méritez tout mon amour. Je prends la ferme résolution, avec le secours de Votre Grâce, de confesser mes péchés, de faire pénitence et d’amender ma vie. Amen.


EXAMEN DE CONSCIENCE POUR ADULTES

Résumé: Il faut rechercher au moins tous les péchés mortels dont on se souvient et qui n’ont pas encore été confessés dans une bonne confession et à un prêtre ayant les pouvoirs pour absoudre. Un péché est mortel s’il y a : gravité de matière, pleine connaissance et plein consentement. Indiquer, dans la mesure du possible, leur espèce et leur nombre (même pour les désirs). Pour cela on demande à Dieu la grâce de bien connaître ses fautes et on s’examine sur les Dix Commandements et les préceptes de l’Église, sur les péchés capitaux et les devoirs de notre état. Il faudra penser à accuser également les péchés qui ont pu être commis par omission. N.B.: La confession est sacrilège lorsqu’on a volontairement caché des fautes mortelles. COMMANDEMENTS DE DIEU l er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. » Dieu est-il au centre de ma vie ? Est-il bien pour moi un Père à l’amour duquel je réponds par un amour total et une généreuse obéissance ? Jésus est-il vraiment mon Maître et mon modèle, celui dont je vis par la foi et les sacrements ? Manquements par omission ou négligence dans les prières (matin, soir, dans les tentations) et la réception des sacrements. Tiédeur. Respect humain pour manifester sa foi. Parole ou acte contre la religion. Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique. Superstitions, spiritisme. Avoir tenté Dieu. Péchés contre la foi : refus d’adhérer à une ou plusieurs vérités révélées. Doutes volontaires. Négligeance dans sa sa propre formation religieuse. Lectures, émissions et spectacles portant atteinte à la foi ou à la morale. Péchés contre l’espérance : manque de confiance en la bonté et la providence de Dieu. Découragement, désespoir. Compter sur ses seules forces. Prétexter de la bonté de Dieu pour pécher. Ne pas désirer le ciel. Péchés contre la charité : indifférence par rapport à Dieu ; absence de prière et de pratique religieuse. Sacrilèges en profanant les choses saintes, en particulier confessions (incomplètes volontairement) et communions sacrilèges (reçues en état de péché mortel). Envers le prochain : refus de voir Dieu dans nos frères; haines, mépris, moqueries ; refus d’assister son prohain dans les graves nécessités. 2e Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect. » Transgresser les serments et vœux faits en son nom. Associer son nom à des serments faux ou inutiles. Blasphémer son nom, celui de la Vierge ou des saints. Prononcer des imprécations contre soi ou contre autrui. 3e Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur. » Avoir manqué à la sainte Messe par sa faute, y être arrivé en retard. Avoir fait ou fait faire “des travaux et des occupations qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au jour du Seigneur, ou la détente convenable de l’esprit et du corps” (can.1247). Avoir été à des amusements ou réunions dangereuses pour la foi ou les mœurs. 4e Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère. » Enfants de tous âges : Manque d’amour, de respect, d’obéissance (dans les limites de leur autorité), de reconnaissance et d’assistance (matérielle, spirituelle) aux parents. Parents : ne pas témoigner de l’affection à tous ses enfants ; ne pas leur donner l’exemple d’une vie vertueuse et chrétienne. Envers ceux encore sous leur dépendance : Association Notre Dame de Chrétienté manquements dans leur formation humaine et chrétienne (instruction religieuse, choix de l’école); et dans ses devoirs de surveillance, de conseil et de corrections nécessaires. Tous : disputes d’intérêt en famille. Manquements dans l’accomplissement du travail dans le respect dû à l’autorité (dans le métier, la vie collective) ou dans les responsabilités des dirigeants (conditions de travail honnêtes, juste salaire, respect vis-à-vis des employés). Insoumission aux lois civiles justes (impôts, service militaire, devoir civique). 5e Commandement : « Tu ne tueras point. » Meurtre, tentative de suicide, imprudence exposant à tuer ou blesser son prochain (sport à risque, transgression grave et volontaire du code de la route, conduite en état d’ivresse). Colères, disputes, vengeances, refus de pardon, rancunes, envie, jalousie, drogue. Excès dans les boissons, gourmandise. Attitude insultante et scandaleuse. Participation (par action ou par omission), à la stérilisation, à l’avortement, à l’euthanasie, au suicide. Incitation à la violence, à la lutte des classes. Haine raciale ou ethnique. 6e et 9e Commandements : « Tu ne commettras pas d’impureté. Tu n’auras pas le désir impur volontaire. » Pensées, désirs et actes commis seul ou avec d’autres contre la pureté. Conversations et chansons déshonnêtes. Lectures, spectacles (TV, films,...), fréquentation de lieux exposant à l’impureté. Responsabilité dans le péché d’autrui (danse, mode et attitude provocantes). Personnes mariées : Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse. Moyens contraceptifs, ponctuels ou permanents. Refus des droits du conjoint. Adultère (pensées, désirs, actions). Infidélité affective. Liaison extra-matrimoniale. Divorce. “Remariage”. Fiancés : Manifestations de tendresse excessivement sensuelles. Relations pré matrimoniales. Cohabitation. 7e et 10e Commandements : « Tu ne voleras pas. Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. » Participation direct ou indirect à des vols, fraudes, injustices. Dettes impayées. Non restitution. Recel d’objets volés. Tort causé dans les ventes, contrats, transactions. Tricheries. Fraudes. Pots de vin. Non-respect des lois sociales justes sur le travail, les assurances... Travail bâclé ; perte de temps. Dépenses excessives, par luxe, vanité, etc. Gaspillage. 8e Commandement : « Tu ne mentiras point. » Mensonges. Faux témoignage. Accusations injustes. Jugements téméraires. Calomnies (personnes ou institutions). Secrets violés. Médisances, ragots. Refus de réparer ou de rectifier COMMANDEMENTS DE L’ÉGLISE 1. Tu sanctifieras les dimanches et fêtes d’obligation (en France : Noël, Pâques, Ascension, La Pentecôte, Assomption, Toussaint) : par l’assistance à la messe et l’abstention d’activités contraires à la sanctification du jour du Seigneur (voir 3e commandement de Dieu). 2. Tu te confesseras au moins une fois l’an. 3. Tu communieras chaque année au Temps pascal (de Pâques à la Pentecôte). 4. Tu jeûneras ou feras abstinence les jours fixés. Jeûne et abstinence: Mercredi des Cendres et Vendredi Saint ; abstinence : tous les vendredis de l’année (les vendredis autres que ceux du Carême, on peut remplacer l’abstinence par une autre pénitence). 5. Tu contribueras selon tes moyens aux dépenses de l’Eglise. Association Notre Dame de Chrétienté DEVOIRS D’ÉTAT 1. Devoirs de chrétien : effort pour tendre à la perfection de la charité ; témoignage de cohérence entre la foi et les œuvres ; fidélité à la vocation reçue de Dieu ; dimension apostolique de sa vie ; approfondissement de sa foi ; aide à l’Eglise ; respect et obéissance à la hiérarchie dans ce qui dépend de son autorité. 2. Devoirs dans la famille : fidélité et don de soi dans le mariage ; générosité dans la procréation et l’éducation des enfants ; amour et entraide ; affection et assistance aux ascendants. 3. Devoirs dans la profession application au travail ; sens de la justice dans les rapports professionnels, dans les contrats. 4. Devoirs dans la cité : participation à la vie de la cité, devoir électoral ; respect des lois justes ; effort pour faire changer les lois injustes (avortement, ...) ; solidarité avec les plus démunis. MAÎTRISE DE SON TEMPÉRAMENT Il faut soumettre à la raison et à la loi de Dieu les passions déréglées par le péché originel et nos propres péchés. On distingue sept tendances qui nous inclinent au mal : - l’orgueil : amour désordonné de soi-même qui engendre l’ambition, la présomption, la vaine gloire, les attitudes hautaines, les vanités mondaines. - l’avarice : attachement désordonné aux richesses qui engendre l’injustice, l’endurcissement du cœur, le défaut de générosité pour faire l’aumône, l’aveuglement de l’esprit. - la luxure : vice contraire, voir 6e et 9e commandements. - L’envie : nous attriste à la vue des qualités ou des succès d’autrui ; engendre la calomnie, la jalousie, les discordes, les actions portant tort à autrui. - la gourmandise : excès dans le manger et le boire (alcoolisme) qui met en danger notre santé et nous fait perdre la possession de nous-mêmes. - la colère : fait perdre le contrôle de soi-même et porte aux injures, querelles, coups... - la paresse : incline à fuir l’effort dans le travail, l’accomplissement des devoirs. Association Notre Dame de Chrétienté

Mit freundlichen Grüssen

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely
Saludos cordiales
בברכה, בכבוד רב
С уважение
ขอแสดงความนับถือ
你的真诚的
المخلص

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement ! Comme à Chypre et en Grèce... Arnaque de la création monétaire du néant, ex nihilo... Grâce à monnaie-pleine, on peut rédiger ensemble un projet de loi d'application ou un contre-projet et reprendre ainsi toutes les meilleures solutions, BNS, RBI, monnaie, crédits, etc...

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Thème pour l'année 2016: Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Invitations 2017
In English
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/free-invitations-every-year.html

en français:
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/invitations-gratuites-chaque-annee.html

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement !

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Thème pour l'année 2016: Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Articles les plus consultés