Translate

Partagez

"D'abord ils nous ignorent, ensuite ils se moquent de nous, puis ils nous combattent, et enfin nous gagnons! "(Mahatma Gandhi 1869-1948)

mercredi 29 juillet 2009

Money an addictive drug ?

Summary:
We make the intriguing suggestion that, instead of setting huge bailouts, we should set goals for urgent real projects, and should release money to the real needs of the poorer, with a money creation without any interest, for the common good.

http://www.michaeljournal.org/images/017--Compound-Interest.gif

IMF, World Bank and most banks are an addictive drug for the world's economy. With each new injection, the Governments see financial crisis apparently averted, and abandons any attempt at serious reform. 

The money issued by the Government would be no more inflationary than the money created by the banks: it would be the same figures, based on the same production of each country. The only difference is that the Government would not have to get into debt, or to pay interest, in order to obtain these investments.
If every Government issued its own money for the needs of society, it would be automatically able to pay for all that can be produced in the country, and would no longer be obliged to borrow from foreign or domestic financial institutions. The only taxes people would pay would be for the services they consume. One would no longer have to pay three or four times the actual price of public developments because of the interest charges. ( ten times on 50 years with a ten percent interest )

So, when the Government would discuss a new project, it would not ask: "Do we have the money?", but: "Do we have the materials and the workers to realize it?". If it is so, new money would be automatically issued to finance this new production. Then the people could really live in accordance with their real means, the physical means, the possibilities of production. In other words, all that is physically possible would be made financially possible. There would be no more financial problems. The only limit would be that of the producing capacity of the nation. The Government would be able to finance all the developments and social programs demanded by the population that are physically feasible.
Under the present debt-money system, if the debt were to be paid off to the bankers, there would be no money left in circulation, creating a depression infinitely worse than any of the past. Let us quote again the exchange between Messrs. Patman and Eccles before the House Banking and Currency Committee, on September 30, 1941:
Mr. Patman: "You have made the statement that people should get out of debt instead of spending their money. You recall the statement, I presume?"
Mr. Eccles: "That was in connection with installment credit."
Mr. Patman: "Do you believe that people should pay their debts generally when they can?"
Mr. Eccles: "I think it depends a good deal upon the individual; but of course, if there were no debt in our money system..."
Mr. Patman: "That is the point I wanted to ask you about."
Mr. Eccles: "There wouldn't be any money."
Mr. Patman: "Suppose everybody paid their debts, would we have any money to do business on?"
Mr. Eccles: "That is correct."
Mr. Patman: "In other words, our system is based entirely on debt."
How can we ever hope to get out of debt when all the money to pay off the debt is created by creating a debt? Balancing the budget is an absurd straight jacket. What must be balanced is the capacity to pay, in accordance with the capacity to produce, and not in accordance with the capacity to tax. Since it is the capacity to produce that is the reality, it is the capacity to pay that must be modeled on the capacity to produce, to make financially possible what is physically feasible.

Repayment of the debt

Paying off one's debt is simple justice if this debt is just. But if it is not the case, paying this debt would be an act of weakness. As regards the public debt, justice is making no debts at all, while developing the country. First, let us stop building new debts. For the existing debt, the only bonds to be acknowledged would be those of the savers; they who do not have the power to create money. The debt would thus be reduced year after year, as bonds come to maturity.
The Government would honour in full only the debts which, at their origins, represented a real expense on the part of the creditor: the bonds purchased by individuals, and not the bonds purchased with the money created by the banker, which are fictitious debts, created by the stroke of a pen. As regards Third-World countries' debts, they are essentially owed to banks, which created all the money loaned to these countries. These same countries would therefore have no interest charges to pay back, and their debts would be, virtually, written off. Banks would lose nothing, since it is they that had created this money, which did not exist before.

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/03/north-dakotas-banking-system-role-model.html

Aucun commentaire:

Rechercher dans ce blog

Chargement...

Politesse et étiquette

Les commentaires si possible signés, concis ou non, courtois et pertinents, même très critiques sont appréciés. Toute discussion peut être source de progrès. Les autres, surtout les vulgaires, pourraient être supprimés .

Sites que vous devriez visiter, merci

Jean-Paul II a comparé le rapport sexuel entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique.
Admiration.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
Krach ? Solutions...
Local Exchange Systems in 6 languages
www.easyswap.org

http://michaeljournal.org

http://ferraye.blogspot.com/

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia
Image des rings burgondes

Armoiries de la famille

Armoiries de la famille
Met le dragon qui est en toi sous 7 verrous

Les valeurs suisses

Les valeurs suisses
Un pour tous, tous pour un.

Archives du blog

Qui suis-je ?

Ma photo

François de Siebenthal, Lausanne, Pays de Vaud, Switzerland. A. Consul général honoraire ém. de la République des Philippines, nommé par Mme Aquino. Secrétaire général du Corps consulaire. A. Président de l'association vaudoise de soutien au peuple afghan. Président de la SSB romande Consultant international en développement local. (Philippines, Madagascar, Congo, Togo, Benin, Mexique, Pologne, etc...) Nationalité suisse, Walser. Marié, de Siebenthal & Cie (dès novembre 1991) 3 C (dès février 1988) Conseils aux entreprises dans les domaines financiers, juridiques, d'ouverture de marché et d'organisation, en Suisse, à l'étranger, CEE, Afrique, Amériques et dans la région du Pacifique, ASEAN. - Décorations pour actes de bravoure. Médailles de sauveteur de la Fondation Carnegie sous les auspices du Conseil fédéral et de la Société Suisse de Sauvetage. 00 41 21 616 88 88 ou 079 261 41 54
Auteur de notamment:
http://desiebenthal.blogspot.com/2011/01/le-bilderberg-suisse-vevey-synthese.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/05/la-crise-va-saggraver.html

http://openlibrary.org/books/OL2093524M/L%27_embryon_un_homme

http://www.lulu.com/spotlight/edsa

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées.

Ainsi on triomphe :

de l’orgueil par l’humilité,

de l’avarice par la libéralité,

de la luxure par la chasteté,

de la colère par la patience,

de la gourmandise par l’abstinence,

de l’envie par l’amour fraternel,

de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu.

Un combat à la fois, un par jour est plus efficace.

Sagesse de la première Alliance...Isaïe 11.1-3

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.


ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat :

1 le don de Sagesse ;

2 d’Intelligence ;

3 de Conseil ;

4 de Force ;

5 de Science ;

6 de Piété ;

7 de Crainte de Dieu.

A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ?

Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL.

Qu’est-ce que la Sagesse ?

La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien.

Qu’est-ce que l’Intelligence ?

L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit.

Qu’est-ce que le Conseil ?

Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain.

Qu’est-ce que la Force ?

La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis.

Qu’est-ce que la Science ?

La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu.

Qu’est-ce que la Piété ?

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ?

La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.


Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)


Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire agir.

« Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)


Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

http://www.lumenc.org/maladies.php