Google+ Followers

Vidéos par François de Siebenthal sur youtube, dailymotion ou https://vimeo.com/136794177

Loading...

Google+ Badge

lundi 2 février 2009

Davos versus Fribourg. Our solution. Concrete figures for the USA !


From: Richard Cook

Date: 2009/2/1
Subject: RE: Concrete figures of dividends for USA ? How to compute now or soon...how much per month this year and every other year for the next years?

Please check my article originally published on Global Research entitled, "An Emergency Program of Monetary Reform for the United States," which is published in edited form in my book, "We Hold These Truths: The Hope of Monetary Reform." Also check out the article on "Bailout for the People" on my website www.richardccook.com.

My proposal for a national dividend is, for the first year, rather large; it is $1,000 per capita per month in the form of vouchers that would then capitalize a new system of national savings banks. The total would be $3.6 trillion of the GDP, about 25%. Future dividends would be calculated amounts. Part of the immediate problem is the huge amount of debt due to the need for people to borrow simply for consumption. The debt obviously needs to be paid off or forgiven, not just rolled over.

I admit there is a dearth of data on making such calculations, so what I have come up with is my best estimate. The key figure is the difference between GDP vs. national income which lies in the $3-4 trillion range per annum at present.

Richard C. Cook
Check out my new website at http://www.richardccook.com/

The Cook Plan

What I am calling the 'Cook Plan' is to pay each resident of the U.S. a dividend, by means of vouchers for the necessities of life, in the amount of $1,000 per month per capita starting immediately as our fair share of the resources of the earth and the productivity of the modern industrial economy. The money would then be deposited in a new network of community savings banks to capitalize lending for consumers, small businesses, and family farming.



An other answer.

Dear Francois ,
This reply is from the Past President of the N.Z. Social Credit Institute, and Editor of electronz@dominc.net because I am acknowledged as one of the few people with a good understanding of orthodox as well as Social Credit Philosophy and Economics. I am also a past Dominion President of the N.Z. Social Credit Party , which peaked with 20% of political party votes here, some years ago, when the Party was more of a force to be reckoned with.
As you suspected, it is impossible to compute accurately the amount of a National Dividend, or Just Price Discounts if that was the sole
target one was aiming for, because of the complexity of commercial processes. But there are pointers which can give a general idea
of the sort of beneficial results. One modern Economic Researcher , Richard C. Cook, of USA, studied the C.H. Douglas (Social Credit) Analysis System, assessed it as a valid modus operandus, and then applied it to recent U.S. Government Statistics, which he had access to, and reported his results in a research paper, duly published, and then as part of one of his books. In essence his conclusion
was this:
Official U.S. Statistics using rounded figures for the year analysed, showed the total output of all "Goods and Services" nationwide, as
Retail Values, to aggregate $13 Trillion ($13 Thousand - Billion ), and in the same year, the total amount paid out in Wages, Salaries, Bonuses and Dividends from every enterprise , nationwide, was approximately $11 Trillion, producing a gross Deficit or Shortfall between distributed Purchasing Power, and the total provision of all known Goods and Services.
Richard Cook then said that if the C.H. Douglas Analysis had validity, there would be some correlation between this Deficiency and the increase in total indebtedness in the same country over the same period, because the CHD Analysis maintained that for the Goods and Services to be Sold or Consumed, that Deficiency would have had to be filled, and the only financial way for it to be filled would be by allowing a Credit Creating Mechanism, such as the privately owned banking system, which has usurped the national role of creating credit on behalf of the community, to produce the necessary new Debt/Credit, to maintain the ongoing consumption of Goods and Services. He then noted that because of the complexity and nationwide extent and types of debt , it is only possible to establish very approximate calculations, but with that qualification about accuracy, it was obvious that there was a definite relationship between the
ongoing size of the "Deficiency" and the Annual Growth in Total Indebtedness, which supported the C.H. Douglas Analysis.
That is one theoretical answer to your question, assuming a string of assumptions, and so although not able to be claimed as factual, it does give some idea of the vast value involved. One way of illustrating the extent of this is to note that if all the benefit of Social Credit was able to be concentrated into a National Dividend, and directly credited from the Central Reserve Bank, as a Dividend to offset the Income Deficiency , into Citizen's Bank Accounts, it would theoretically give them a 15.3% Wage Increase as a National Dividend, with
no taxes or offsets.
In practical terms, one would never suggest concentrating all the benefits into cashable bonuses like this, partly because there are lots of other community problem areas which much more desperately need financial support than expanding workers incomes, but this does give an idea of the vastness of the shortfall that is converted into Bank owned Debt, by present practices. This , with its interest charges, is passed on to future generations. It is all owed to the privately owned Banking System, for debts which governments are allowing them to create out of nothing. So in addition to the massive shortfall which communities are being robbed of, many of us consider it immoral that interest on that loss, as a debt burden, should then be charged also against future generations.
An increasing number of monetary reformers, including the writer, believe that the dishonesty of the present system is so blatant that religious leaders of most if not all faiths, should come out openly and condemn it...... If and when you have other questions which you would like to discuss, including ways we could effectively co-operate, I look forward to hearing from you.
Yours in Social Credit ,
Don Bethune.
POST SCRIPT: The NZ S.C. Institute has books available free in N.Z. on request , for people interested in gaining an understanding of the theory behind Social Credit, and how it could be implemented.

PS: The 2009 new deal.

A salary directly to the parents, able to hire helpers in every house, seen as a small enterprise.

First step to give a fast idea, but much more could be produced in a short time. Much depends of the robots and computers producing goods and services.

USA
, Real gross domestic product, GDP was estimated as $ 13.8 usa trillion in 2007.

14 545 US billions in 2008 http://www.bea.gov/newsreleases/national/gdp/gdpnewsrelease.htm

If you pay the parent staying at home to take care of the children,
the future of the country and this is the best place to invest,
you can double this figure, according to studies made in Switzerland.


This is work, the most important one, and has to be rewarded
just on plain justice.

Then you send as dividends income in the country
to increase the demand and curb the crisis.

This will give a direct dividend of nearly
$ 500 per month for each persons in the USA
( 302 074 000 persons in 2007 ).


This dividend has to be created by the US government
without any debt nor interests to anybody,
just as the Abraham Lincoln's Greenbacks
or the J-F Kennedy's dollars have done
just before they were murdered...


This will create no inflation because many goods
are ready to be sold and can be produced in a short while
thanks to robotics.

For population's and pollution's problems, see my interview.


http://ferraye.blogspot.com/2009/01/socialcredit-stop-or-set-aside-by-eric.html


and

http://www.michaeljournal.org/plenty39.htm
and
http://www.michaeljournal.org/monetaryreform.asp

PS: Real gross domestic product (GDP) --
the output of goods and services produced by labor and property

located in the United States --
decreased at an annual rate of 3.8 percent
in the fourth quarter of 2008,
(that is, from the third quarter to the fourth quarter),
according to advance estimates released by the
Bureau of Economic Analysis.
In the third quarter, real GDP decreased 0.5 percent.


fds


Why US presidents are murdered ?
Will Obama follow the same fate ?

Part 1: Abraham Lincoln

...

The British have killed U.S. Presidents in the past. To aid in a competent understanding of the present threat, we offer in this series a summary of how and why they have done it. The ``British'' authors of these murders are not the English people, but the oligarchy ruling Great Britain--the ``Venetian party'' feudalist aristocrats and bankers, headed by the Royal Family, and the European princes intermarried with the British Royals.

American Presidents who have been assassinated, were advancing U.S. interests in fierce conflict with British geopolitical aims. In each case, the killing, and the accession to office of the Vice President, hindered or reversed the policy direction of the murdered President. This is true of those shot to death--Abraham Lincoln, James A. Garfield, William McKinley, and John F. Kennedy. It is also true of the two 19th-century Presidents who died abrupt and surprising deaths in office, purportedly of natural causes, William Henry Harrison and Zachary Taylor.

The interrelated Lincoln and McKinley murders, with their sharply defined strategic issues, will figure in the first two articles of this series. Then we will review, in light of those cases, the other presidential murders and suspicious deaths, the attempts against Ford and Reagan, and .... threats to President Clinton and Obama.

- The 19th-Century View -

John Wilkes Booth shot and mortally wounded President Abraham Lincoln on April 14, 1865, five days after Robert E. Lee's Confederate Army surrendered in the Civil War.

In their biography of him, Lincoln's two private secretaries, John G. Nicolay and John Hay, brought up the question of Booth, the Confederate Secret Service headquartered in British Canada, and how the murder plot was financed:

``[O]ne of the conspiracies, not seemingly more important than the many abortive ones, ripened.... A little band of malignant secessionists, consist[ed] of John Wilkes Booth, ... Lewis Powell ... a disbanded rebel soldier ... George Atzerodt, ...a spy and blockade runner of the Potomac, David E. Herold, ... Samuel Arnold and Michael O'Laughlin, Maryland secessionists and Confederate soldiers, and John H. Surratt [a Confederate spy and dispatch lander]....

``Booth ... visited Canada, consorted with the rebel emissaries there, and at last--whether or not at their instigation cannot certainly be said--conceived a scheme to capture the President.... He seemed always well supplied with money, and talked largely of his speculations in oil as a source of income; but his agent afterwards testified that he never realized a dollar from that source; that his investments, which were inconsiderable, were a total loss.''

The Confederate Secret Service was headed by the Virginia-based Confederate Secretary of State, Judah P. Benjamin, who had been born a British subject in the West Indies, and the London-based James Bulloch, uncle of the later U.S. President Teddy Roosevelt. They coordinated the supply of British rifles and British naval vessels to the Rebellion, and the transfer of gold through the then-British colony of Canada.

Some months before he shot Lincoln, Booth deposited funds in the Montreal bank used by Benjamin's operatives. John Surratt, who confessed in 1870 to plotting with Booth to abduct Lincoln, admitted to using that Montreal bank for the secret service funds. Surratt told of the days preceding the murder, and of his trip to Montreal carrying money and messages from Judah Benjamin.

At Ford's Theater, where John Wilkes Booth shot Lincoln, the U.S. National Park Service now displays a decoding sheet found by police in Booth's trunk, and a matching coding device found in Judah Benjamin's Richmond office.

Benjamin fled to England immediately following the assassination and became a wealthy Queen's Attorney. Booth was shot by pursuing U.S. troops, and four co-conspirators were hanged.

James G. Blaine, a Lincoln-allied Congressman and later U.S. Secretary of State, wrote that Judah Benjamin sought to create ``a confederacy whose ... one achievement should be the revival and extension of English commercial power on this continent.... Benjamin took quick refuge under the flag to whose allegiance he was born.... [T]he manner in which he was lauded into notoriety in London, the effort constantly made to lionize and to aggrandize him, were conspicuous demonstrations of hatred to our Government, and were significant expressions of regret that Mr. Benjamin's treason had not been successful. Those whom he served either in the Confederacy or in England in his efforts to destroy the American Union ... eulogize him according to his work.''

- Why Lincoln Was Killed -

Henry C. Carey, creator of the nationalist economic platform of Lincoln's Republican Party, wrote just before the 1860 election that the British Empire waged continual political and economic ``warfare ... for discouraging the growth of manufactures in other countries ... for compelling the people of other lands to confine themselves to agriculture ... for producing pauperism.''

During his presidency, Lincoln defied British Free Trade doctrines and revolutionized the United States economy. Lincoln's 50% tariff started the American steel industry, while his transcontinental railroads, subsidies for mining, science-educating Agriculture Department, free land for family farmers, free state colleges, and full-scale immigration policy forced the transformation of a bankrupt, cotton-exporting country into the world's greatest industrial power within 25 years.

In a brutal conflict versus the Wall Street firms representing Britain's Rothschild and Baring banks and the British Crown, Lincoln fought to reassert the national government's control over credit. He put through anti-usury and other strict federal banking laws, sold bonds directly to the people, and issued hundreds of millions of national currency. He was seeking to crack down on the Anglo-American manipulation of gold when he was killed.

- * * * -

PART 2 - William McKinley

Vice President Andrew Johnson succeeded Abraham Lincoln in 1865, and promised rewards for the arrest of the ``rebels and traitors ... harbored in Canada'' who had ``incited, concerted and procured'' Lincoln's murder.

Johnson was himself a free trader. But Lincoln's nationalist political legacy was revived by Presidents Ulysses S. Grant (1869-77) and James A. Garfield (assassinated in 1881). Despite the tightening grip of British-run banking over U.S. finances, America persisted in Lincoln's nationalist measures and became the world's economic superpower.

The ``McKinley Act'' of 1890 was the great protective tariff law of the last generation of American nationalist leaders. Its author, Ohio Congressman and former Union military officer William McKinley, said that ``the law of 1890 ... gave work and wages to all such as they had never had before. It did it by establishing great industries in this country.... It had no friends in Europe.''

McKinley was elected to the presidency in 1896 on a platform of high wages and defiance of British free trade doctrines. McKinley's first act as President was to push through a law heavily taxing British and other imports, so as ``to preserve the home market ... to our own producers; to revive and increase manufactures; to relieve and encourage agriculture ... to aid and develop mining and building; and to render to labor in every field of useful occupation the liberal wages and adequate rewards to which skill and industry are justly entitled.''

- McKinley Versus T.R. -

In the 1900 election campaign, the only serious issue was who should replace Vice President Garret Hobart, who had died in 1899. President McKinley and his leading adviser, Sen. Marcus Alonzo Hanna, bitterly opposed the nomination of Great Britain's fanatical political ally Theodore Roosevelt, or ``T.R.'' (When Roosevelt sent Nicholas Murray Butler to sound out McKinley about T.R., McKinley laughed, and Hanna cursed and banged on the table).

Teddy Roosevelt's identity had become clear to American patriots in 1883 when James D. Bulloch, Teddy's uncle, hero, and later military-history ghostwriter, published his famous anti-U.S. historical work, ``The Secret Service of the Confederate States in Europe.'' Bulloch, in permanent exile in Britain, had been one of the two coordinators of the secret service whose operatives killed Abraham Lincoln.

But, under immense pressure, the McKinley faction capitulated to the naming of T.R. as vice presidential candidate. The McKinley-Roosevelt ticket was elected. The President was shot to death by anarchist assassin Leon Czolgosz less than six months after the inauguration, and Teddy Roosevelt became President.

The attack had been fully expected. McKinley's chief of staff, Sen. Hanna, had requested in a security report the previous year ``that proper safeguards be thrown around the person of the President,'' because the government had been informed that ``anarchists or Socialists through their various organizations resolved to rid the earth of a number of its rulers [starting with] the Empress Eugenie of Austria ... the King of Italy ... [and] then the President of the United States ... and ... the first two calls ... have come to pass as predicted.''

After the election of the McKinley-Roosevelt ticket, the New York City Police Commissioner, through his detective Lt. Joseph Petrosino, had issued a warning: that the Henry Street Settlement House in New York City, then the U.S. political headquarters for anarchist leader Emma Goldman, was a center of assassination threats to the life of President McKinley.

The assassin Czolgosz told police after his capture that he was a disciple of Emma Goldman's, and had heard her lecture on the destruction of government two weeks before he killed the President. Emma Goldman, who had helped plan the murder attack against industrialist Henry Frick nine years earlier, was now arrested on suspicion of complicity in the McKinley shooting. She left police custody when charges were not pressed, and immediately launched a public sympathy campaign for the assassin.

London: `Breeding Ground for Plots

Emma Goldman and the anarchists were sponsored in high style in America and in England. New York's Henry Street Settlement House was built in 1893 by Wall Street's Jacob Schiff, in cooperation with his partner Sir Ernst Cassell, personal banker to the British Royal Family and to the Fabian Society. Emma Goldman wrote about a Russian anarchist revolutionary who came to New York and met with the Anglophile elite backing the overthrow of the U.S.-allied Russian government. ``I acted as interpreter ... at most of the private gatherings arranged for her ... among [those participating was Anson] Phelps Stokes'' of the Phelps-Dodge Corp. and the Liverpool and London and Globe Insurance Co. ``Lillian Wald [head of the Henry Street Settlement House] ... arranged receptions ... and succeeded in interesting scores of people in the Russian cause.''

In 1901, the Russian journal Svet wrote: ``Let us hope that the death of [President McKinley] will rouse those lands which ... harbor bad elements and become the breeding grounds for plots, to action against the enemies of civilization.'' ``In England,'' Belgium's King Leopold had explained years earlier, ``a sort of menagerie of [revolutionaries] is kept to let loose occasionally on the continent to render its quiet and prosperity impossible.''

Emma Goldman wrote in her autobiography about flourishing ``Anarchist activities in London.... England was the haven for refugees from all lands, who carried on their work without hindrance.'' She described her London headquarters, the home of William Michael Rosetti. There the anarchist journal Torch was published. The brother of Dante Gabriel Rosetti, William Michael had been a senior British government official and the manager of the ``Pre-Raphaelite Brotherhood,'' which openly advocated the return to the feudal Dark Ages of the 14th century. Goldman helped organize Britain's worldwide Neo-Malthusian League. Following her deportation from the U.S., neo-Malthusian leader Bertrand Russell sponsored her return to England.

- Reversing American Revolution -

Teddy Roosevelt had been the leading representative of the British Imperial-model war party, whose intrigues had dragged the reluctant President McKinley into the 1898 war against Spain in Cuba and the Philippines. But McKinley had pursued peace, reciprocity, and mutual industrial development with the nations of the Western Hemisphere.

As President, Teddy Roosevelt blatantly attacked and intimidated Latin America, blackening the name of the American republic. He broke up the U.S. alliances with Japan, and with Russia, and with Germany. He closed the American West to settlement, canceled all of Lincoln's economic development measures, and turned over national financial power to the British banking cartel of Rothschild and Morgan.


- The Case of John F. Kennedy -

Two newly discovered pieces of evidence point towards a direct role of the British Crown in the assassination of President John Fitzgerald Kennedy 31 years ago today.

The first piece of evidence, recently publicized in Executive Intelligence Review, is a membership list in the super-secret 1001 Club, listing the late Canadian-born British Special Operations Executive (SOE) official Maj. Louis Mortimer Bloomfield as a charter member of the group founded by Prince Philip, the Duke of Edinburgh. Bloomfield, this newspaper has learned, was also an early leader of the Canadian branch of Prince Philip's World Wildlife Fund (WWF), even prior to his involvement in the JFK assassination plot.

The second piece of evidence, a pair of obscure photographs from a New Orleans Parish weekly newspaper from 1963, showed David Ferrie and Clay Shaw together at a party. Ferrie and Shaw were two critical figures in the Kennedy assassination plot, according to the late New Orleans District Attorney, Jim Garrison.

Taken together, the new pieces of evidence for the first time establish an unbroken chain of proof tying the known associates of "patsy'' Lee Harvey Oswald to the highest echelons of the British Crown and its Secret Intelligence Services.

The relevance of this new discovery to the security of President William Jefferson Clinton should not be missed by anyone. High-level U.S. government sources have told New Federalist that President Clinton is considered to be the most threatened President since JFK. The same sources have also characterized Clinton as the "most anti-British President since Kennedy.''

Through agencies like the WWF and the 1001 Club, the assassination apparatus that murdered John Kennedy remains intact today. And this apparatus has already been implicated in at least one threat to the life of President Clinton, a May 11, 1994 public statement by a gun-toting ex-Arkansas state official Larry Nichols. While the U.S. Attorney's office in Washington, D.C. was announcing this past week that Francisco Martin Duran, the man who opened fire on the White House on Oct. 29, would be tried for attempted murder of the President, Larry Nichols was still walking the streets, the apparent beneficiary of protection by ``friends in high places'' who are opponents of President Clinton's decidedly anti-British policies.

- Critical Missing Evidence -

In 1967, New Orleans DA Garrison indicted Clay Shaw, the director of the New Orleans International Trade Mart, on charges that Shaw had conspired in the assassination of JFK. Shaw, a prominent New Orleans socialite, was linked by Garrison's investigators to a local secret intelligence unit housed at 544 Camp Street, in the offices of former FBI official Guy Bannister. Throughout 1963, the office had been frequented by Shaw, David Ferrie, Lee Harvey Oswald, and other figures linked to the events in Dallas on Nov. 22.

During the trial two years later, Judge Garrity ruled inadmissible Shaw's own statement to the police, in which he linked himself to Ferrie, the man who first recruited Lee Harvey Oswald to U.S. intelligence a decade before the Kennedy assassination. The trial of Shaw came down to conflicting testimony over whether or not Shaw and Ferrie knew one another.

Shaw lied on the witness stand under oath that he had never met Ferrie, a notorious homosexual and mercenary who had provably worked under FBI Division Five official Bannister in the New Orleans-based training and weapons supply operation for Cuban exiles that had also employed Oswald.

Yet photos that appeared in a local weekly gossip sheet had clearly shown Ferrie and Shaw together at a rather bizarre party. For reasons still unknown, those photographs were never presented by Garrison at the trial.

A local reporter for the gossip sheet who covered the Shaw trial, had copies of the pictures in his briefcase throughout the proceedings, but the crucial pieces of evidence never found their way into the jurors' hands.

The jury, under instruction from Judge Garrity, ruled that there was insufficient evidence to convict Shaw, solely on the basis that there was "reasonable doubt'' about the Shaw-Ferrie association. Afterwards, Garrity and the majority of jurors said they believed there was a conspiracy to kill the President. On his deathbed, Garrity told a friend that he was convinced Shaw was guilty as charged, and that he was personally shocked when the jury ruled not guilty.

- The Crown's Permindex Front -

Clay Shaw was a member of the board of Major Bloomfield's Permindex ("Permanent Industrial Expositions'') front company. Had the crucial photo evidence been presented at trial, there is little doubt that Shaw would have been found guilty, and his Permindex links would have formed the basis of a serious follow-on probe. Such a probe would have established the direct hand of the British Crown in the Kennedy murder.

Already, by 1967, Bloomfield's Permindex organization had been thrown out of Italy, France, and Switzerland, after French authorities found it had paid for assassination attempts against French President Charles de Gaulle. A New Orleans-based Permindex spin-off, the Caribbean Anti-Communist League, had funneled several hundred thousand dollars to members of the Secret Army Organization (OAS) in France to kill de Gaulle.

What's more, since World War II, SOE officer Bloomfield had served as the liaison between British Crown Intelligence and the FBI. Under agreements struck between Winston Churchill and Franklin Roosevelt, Bloomfield had served as J. Edgar Hoover's personnel adviser for the Bureau's foreign counterintelligence section, known as Division Five.

Bloomfield's early involvement in Prince Philip's WWF and 1001 Club placed the Canadian spook-attorney even more in the center of the Crown apparatus. Membership in the 1001 Club was drawn from the inner circles of the Duke of Edinburgh and his Dutch counterpart, the former Nazi intelligence operator, Prince Bernhard. A second Permindex figure, Swiss-based Israeli banker Dr. Tibor Rosenbaum, the conduit for Permindex funds into the OAS, was also a charter member of 1001.

The WWF, widely misrepresented as a group concerned with the environment and endangered species, was launched by Prince Philip and Prince Bernhard in 1961 to draw together powerful European oligarchical networks into a covert recolonization and One World government scheme. At the center of the WWF effort was the revival of radical Malthusian population reduction programs.

John F. Kennedy's policies represented the antithesis of this Malthusian revival.

- Oswald and Hoover -

The 20-year intimate collaboration between Bloomfield and Hoover sheds further light on another of the anomalies of the JFK assassination and its cover-up. Why, if Lee Harvey Oswald was the actual assassin of John Kennedy, would he have sent a personal telegram to Hoover 48 hours before the killing in Dallas, warning of a plot against the President's life? And why, if Oswald was anything other than a patsy, would Hoover have suppressed that telegram and ordered FBI offices all across the country to bury any documentation linking FBI informant Oswald to the Bureau?

Up until the moment that Oswald was gunned down by Jack Ruby inside the Dallas Police Department headquarters, (Ruby had been a Bannister informant back in Chicago prior to the Division Five agent's "retirement'' from the Bureau), he was insisting that he had been a "patsy'' and had not shot the President. A trial of Oswald would have been fatal to the Permindex assassins and their vast cover-up apparatus.

Jim Garrison's prosecution of Clay Shaw failed to produce a conviction. Shaw, Ferrie, Oswald, Bloomfield, and Garrison are all dead. Yet, the newly uncovered evidence--31 years after the fact--still provides a basis for getting at the truth, and making sure that no British Crown plot ever claims the life of an American President again.

- The Enemy Explains His Crimes -

Like Presidents Lincoln, Garfield, and McKinley, John Kennedy was killed by the British oligarchy while advancing U.S. interests in conflict with British geopolitical aims. In his foreign and domestic policies, Kennedy had astonished the world by reverting to the idealistic nationalism last seen in those earlier murdered American Presidents.

But let us allow the enemy to speak for himself on this.

The Encyclopaedia Britannica, "published with the editorial advice and consultation of ... a committee of members of the faculties of Oxford, Cambridge, and London Universities,'' found the U.S. President's murder a cause for celebration. The Introduction to the Britannica Book of the Year 1964 began:

"That 1963 would be remembered as a year of great beginnings--and of some tragic endings--could not be doubted.... The assassination of John Fitzgerald Kennedy ... was surely the most stunning of the year's events. Its suddenness and senselessness left virtually all of the civilized world in a state of shock....

"And yet even this monstrous killing somehow pointed to a kind of beginning or at the least, a renewal, of sensibility among Kennedy's countrymen and among the United States and other nations. The event certainly gave evidence that--like it or not--the world community was in fact a reality. The nations had become too tightly inter-meshed and interdependent through both military and mercantile treaties; too many of the educated people of the world crossed international frontiers too often and accommodated themselves too easily in foreign lands to have any lingering intellectual response to 19th-century nationalism, though an emotional residue persisted and was still exploited in some areas of the world.''

Kennedy's investment tax credit for industrial development; his face-down of J.P. Morgan's steel price increase; his order for the Treasury to print non-Federal Reserve U.S. currency; his Apollo Moon landing program; his commitment to overwhelming U.S. technological and military superiority, combined with cooperation with the Soviets for Third World development, not "balance of power'' wars; his decision to take retired General Douglas MacArthur's advice and get out of the Vietnam trap: all of these lit the British fuse for his murder.

- The Owners of the Circus -

District Attorney Garrison's prosecution on the Kennedy case began with his discovery that the alleged assassin, Lee Harvey Oswald, had been based in a New Orleans political operations office at 544 Camp Street. The manager of this office, Guy Bannister, was formerly chief of the FBI in Chicago.

Garrison described 544 Camp Street as a virtual "circus'': FBI agents; CIA agents; Oswald, himself a long-time FBI informant, passing out pro-Castro leaflets; flaming homosexual David Ferrie and his anti-Castro Cubans--all of these parading in and out of Bannister's office. Jack Ruby, who later shot Oswald, was also an informer and intimate of Bannister, from the Chicago FBI days.

Garrison was led to the actual proprietors of this New Orleans ``circus'' by being informed that the internationally powerful Clay Shaw had arranged for legal services for Lee Oswald; he had even personally taken Oswald to get registered to vote.

The exotic sadomasochist Clay Shaw was the director of the International Trade Mart in New Orleans. Shaw had made the Trade Mart a subsidiary of a corporation, Permindex, known to the world's police as an assassination bureau.

Bloomfield, Shaw's superior in the Permindex command structure, co-authored an assassination strategy manual, ``Crimes Against Protected Persons: Prevention and Punishment'' (Praeger, 1975, New York). Bloomfield's law firm managed the Bronfman family liquor empire, utilizing global organized-crime capabilities.

Bloomfield's Permindex directors included Clay Shaw, who had fallen in with the British as an Office of Strategic Services liaison man stationed with the office of Prime Minister Winston Churchill; various European noblemen who had been associated with the Hitler and Mussolini governments; and Jean de Menil, owner of Schlumberger Co. of Houston, which had provided weapons for the hit attempts on de Gaulle and for the Carribbean adventures of the Shaw-Ferrie-Bannister group.

Perry R. Russo, a Baton Rouge insurance agent and long-time acquaintance of David Ferrie, testified that he had sat in on a Kennedy assassination planning discussion between Clay Shaw and David Ferrie, on the need for triangulation of crossfire, and their intended alibi locations while contracted hit-men were to be killing the President.

It was to this corrupted and betrayed U.S. security apparatus, from the homosexuals Bloomfield and J. Edgar Hoover on down, that Oswald turned for help. As a Naval Intelligence agent assigned to the FBI, Oswald sent a telegram from Dallas, warning Director Hoover {personally} of a local FBI cover-up of an assassination threat {live} against the President in the Fort Worth-Dallas area.

Hoover's trashing of the warning was misprision of a felony, or treason. And with the President's murder, and the public's acquiescence in what was widely believed to be a cover-up, the nation shamefully betrayed itself.

www.michaeljournal.org/octobernovemberdecember2003.pdf -

- The Case of James Garfield -

Charles Guiteau's 1881 murder of U.S. President James A. Garfield is treated historically as a senseless act, the perpetrator a "disappointed office-seeker.''

Contrary to this "lone-assassin'' portrayal of events, we shall show here a murder motive: the Garfield administration's prosecution of a virtual war against the British Empire; and a murder machine: Britain's transatlantic financial and political apparatus, and its criminal underground inside America, which included Garfield's assassin.

James Blaine, chosen as Secretary of State by the President-elect, candidly warned Garfield of "the machine in New York'' and its allies, within their own Republican Party: "This section contains all the desperate bad men of the Party, bent on loot and booty, and ready for any Mexican invasion or Caribbean annexation, and looking to excitements and filibustering and possibly to a Spanish war as legitimate means of continuing political power for a clique. These men are ... harmless when out of power, and desperate when in possession of it'' [Blaine to Garfield, Dec. 10, 1880].

Britain's influence in America had grown ominously in 1879. British bankers, whose Wall Street agents ruled the "desperate'' New York political machine, had compelled the resumption of gold (specie) payments to foreign holders of U.S. bonds. This gave the Rothschild-Morgan syndicate a blackmail dictatorship over U.S. finances.

Secretary of State Blaine was the de facto "prime minister'' in the incoming administration. His political identity was built around his family tradition of America's resistance against British imperial power. He had lived for some years as a teenager with his close relative, Thomas Ewing, while Ewing was U.S. Treasury Secretary, lieutenant to anti-British nationalist spokesman Henry Clay, and the stepfather of William T. Sherman, the great Civil War general.

Garfield was susceptible to the hard-money dogma, but he and his old political comrade Blaine came to power with the high tariff program of Clay and Lincoln. Blaine exhorted Irish-Americans and other workingmen to defend their wages by defeating the economic policy of "Ireland's oppressors''--"British free trade.''

- The Union War Gov't Revived -

Garfield and Blaine took office in March 1881, with Abraham Lincoln's son Robert as War Secretary. In May, Blaine sent Lincoln's counterintelligence expert, retired General Stephen Hurlbut, as a special envoy to face down the British in South America.

The British-sponsored proxy Army of Chile had invaded Peru and Bolivia, grabbing control of nitrate deposits, and seeking to crush U.S.-allied nationalism in the region. Britain's diplomats demanded Peru surrender and cede its richest provinces. Peru's Army had collapsed, relying as it did for military supplies on Britain's Lima-based merchant king, the W.R. Grace company. Grace controlled virtually all shipping on South America's Pacific Coast on behalf of British banking and political power.

On May 23, 1881, Charles J. Guiteau wrote to President Garfield: ``Mr. Blaine is a wicked man, and you ought to demand his immediate resignation; otherwise you and the Republican Party will come to grief.'' Guiteau shot President Garfield on July 2, 1881, four months into his term.

As Garfield clung to life, Gen. Hurlbut arrived in Peru, clashed sharply with British diplomats, and recognized the regime of Garcia Calderon, who had been chosen by the underground Peruvian nationalist leadership. The U.S.S. Alaska landed a brother of President Calderon in Mollendo, with money and instructions for Peruvian resistance fighters. Britain's Chilean proxies arrested President Calderon and took him away to Santiago. On Nov. 29, 1881, Secretary Blaine, still in office, called for a peace conference of all republics in the Western Hemisphere, to convene in Washington one year later.

The incoming President Chester Arthur replaced Blaine two weeks later with Frederick Frelinghuysen, who canceled the proposed hemispheric peace conference, so as not to invite "European jealousy and ill will.'' Congressman Perry Belmont, law partner of Frelinghuysen's son, chaired a Congressional investigation of the supposed corruption of James Blaine and Gen. Hurlbut. Representative Belmont's father, August Belmont, the House of Rothschild's U.S. representative, wrote that "the country might have been plunged into a war with Peru if poor Garfield had not been assassinated. Blaine is about the most unscrupulous politician we ever had.''

Blaine told Congress, "The Chilian government ... pledge[d] ... to pay ... into the Bank of England for the benefit of the English bondholders who put up the job of this war on Peru. It ... was loot and booty.... The iron-clads that destroyed the Peruvian Navy were furnished by England.... It is an English war on Peru, with Chile as the instrument, and I take the responsibility of that assertion.''

- The New York Machine and the Assassin -

There was at that time a triumvirate ruling that New York "loot and booty'' machine about which Blaine had warned Garfield:

1) Banker August Belmont, Rothschild representative and longtime head of the U.S. Democratic Party;

2) Britain's W.R. Grace, the Peru-based enforcer, who had moved to the U.S. and was elected Mayor of New York City in 1880! Grace managed Wall Street's opposition to Blaine's 1884 presidential bid, and arranged the official 1890 British contract seizing Peru's land and minerals;

3) Speculator Leonard Jerome, owner of the New York Times. His daughter Jennie had married Britain's Randolph Churchill, who in 1880, with his partner Arthur Balfour, launched a new ultra-feudalist leadership group in British politics. Leonard Jerome's grandson Winston Churchill was then six years old. This Balfour circle, Disraeli's ``Venetian Party,'' had taken over managing various British Intelligence projects of the occult and the criminal underground, centered in New York State and New England.

Assassin Charles J. Guiteau dictated an autobiography to a jail officer while awaiting his execution. His story was printed in the July 2, 1882 (Washington) National Republican.

Guiteau's father, a disciple of New England cult leader John H. Noyes, took Charles as a teenager to live on the commune that Noyes had established on the Oneida Indian Reservation in upstate New York. Noyes was a Vermont "blueblood,'' son of a Congressman who had sided with the enemy during the War of 1812 between America and Britain.

- Guiteau's Story -

Guiteau said "I went [to Oneida] and got under that influence, and I was unable to get away from that influence.... A man was just as isolated from the world as if he were confined in state's prison or a lunatic asylum. I suffered greatly in mind and body and spirits during incarceration in that community.'' He said he had been "perfectly beside himself'' under Noyes's control from 1858 to 1870.

All women in the commune were common property, and all sexual acts were the subject of official community ``criticism'' sessions. John Noyes himself sexually initiated the girl children of the commune's inmates, proclaiming this to be the scientific breeding program of Britain's Sir Francis Galton. The group practiced seances, while preparing for the imminent Apocalypse and Second Coming.

Guiteau described how he had gradually left this brainwashing pit, and had come under the care and sponsorship of a new British-run international organization--the Young Men's Christian Association (YMCA)--which had spread from England to Canada and on into New York in the 1850s. Guiteau was transfixed by the Armageddon sermons of Dwight Moody and other YMCA leaders. Guiteau gave his own Armageddon lectures at YMCAs all over the country, often to tiny groups.

John H. Noyes, meanwhile, was about to be arrested for mass rape of young girls--but he fled to British Canada in June 1879. In 1880, while Noyes was sheltered by the British authorities, the Oneida commune converted itself into a joint-stock corporation, eventually achieving fame as a silverware company.

In 1880, Charles Guiteau, who had never had anything to do with politics, suddenly began hanging around the Republican National Committee's New York City headquarters. After the Garfield election victory, Guiteau began loitering in the White House and State Department lobbies in Washington, on the pretext of asking for appointment as a diplomat. He bought a pistol with money from "a gentleman,'' and shot the President after stalking him for several days.

LLR

PS:

Bankers compared to counterfeiters by Nobel Prize in economy Maurice Allais


by Jean-Pierre Richard
_______________
_______

In his November 1993 report, Canada's Auditor general calculated that of the $­­423 billion in net accumulated debt from Confederation to 1992, only $­­37 billion (8.75%) went on actual goods and services, all the rest (91%) consisted of interest charges. this should tell us how we all have become slaves.

A real solution is now having a phenomenal promotion throughout the world. The main facts on which it is based are now being supported and taught by top economists like, for example, Harold Chorney, Assoc. Professor of Political Economy at Concordia University, in Montreal, the late John Hotson, who was Professor of Economics at the University of Waterloo, and Mario Seccareccia, Assoc. Professor of Economics at the University of Ottawa, published a booklet in May of 96: "The Deficit Made Me Do It". In it they say: "When World War II ended, the national debt relative to the national income was more than twice as large as it is now. but was the country ruined? Did we have to declare national bankruptcy? Far from it! Instead, Canada's economy boomed, and the country prospered for most of the post war period.

"Why isn't the same thing happening today? Why was a much larger national debt shrugged off in 1945, while today's much smaller debt (as a percentage of GDP) is being used as an excuse to let the economy stagnate?

"The answer can be found at the Bank of Canada. During the war, and for 30 years afterward, the government could borrow what it needed at low rates of interest, because the government's own bank produced up to half of all the new money. That forced the private banks to deep their interest rates low, too.

"Since the mid-1970s, however, the Bank of Canada, with government consent, has been creating less and less of the new money, while letting the private banks create more and more. Today, "our" bank creates a mere 2% of each year's new money supply, ... (p. 4, 5).

"... The conventional wisdom, however, is that inflation is the greatest threat to the economy and must be restrained by raising interest rates. This flies in the face of the commonsense observation that rising prices (inflation) are caused by raising costs, and that interest rates are costs. So raising them will raise prices, not lower them. p. 8).

"... One of the most pervasive myths about the government deficit is that government which spend more than they receive in revenue must borrow the difference, thus increasing the debt.

"In fact, a government can choose to create the needed additional money instead of borrowing it from the banks, the public, or foreigners." (p.9).

And to those who say that there are only two ways to control the deficit: one being to raise taxes, and the other to cut government spending, they say: "But, in fact, there is a third way: reduce the interest rate. The Bank of Canada can set the rate of interest at which it lends to the chartered banks at any number it chooses, and it can peg the rate on government bonds, too. This was evident during WW II When it set the rate on Treasury Bills at as little as 0.36%, and on longer term bonds at less than 2.5%." (p. 10).

Maurice Allais, Professor of Economics at the National School of Mining Engineering in Paris, France and the 1988 Nobel Prize Winner in Economics, had this to say, in his book "Les conditions monétaires d'une économie de marché" (The Monetary Conditions of a Market Economy p. 2): "In essence, the present creation of money, out of nothing, by the banking system is, I do not hesitate to say it in order to make people clearly realize what is at stake here, similar to the creation of money by counterfeiters, so rightly condemned by law. In concrete terms, it leads to the same results."

And finally, let us quote Mackenzie King, while he was campaigning, in 1935, to become Prime Minister of Canada: "Until the control of the issue of currency and credit is restored to government and recognized as its most conspicuous and sacred responsibility, all talk of the sovereignty of Parliament and of democracy is idle and futile."

So let us work to get the government of Canada to create all new money, cash and credit , by getting our municipal and town councils and all associations to pass a resolution to this effect. And let us circulate petitions on this issue among the general public. A model resolution and petition is available from us upon request, at no cost.

Jean-Pierre Richard



Aucun commentaire:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

Rechercher dans ce blog

Translate

Politesse et étiquette

Les commentaires si possible signés, concis ou non, courtois et pertinents, même très critiques sont appréciés. Toute discussion peut être source de progrès. Les autres, surtout les vulgaires, pourraient être supprimés .

(c) Date de l'article, sinon 2000 Famille de Siebenthal, Lausanne, Suisse. 021 616 88 88

Sites que vous devriez visiter, merci

Saint Jean-Paul II a comparé le rapport sexuel entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html


http://michaeljournal.org

http://ferraye.blogspot.com/

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia
Image des rings burgondes. Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Les combats intérieurs.

Les combats intérieurs.
Signification des armoiries:chapelle de Gstaad, St Niklaus. Mettons le dragon qui est en chacun de nous sous 7 verrous. Meaning of the coat of arms: Chapel of Gstaad, St Niklaus. Let the dragon that is in each of us within 7 locks. http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/misericordes-suisses.html

Un pour tous, tous pour un.

Un pour tous, tous pour un.
Le dragon de nos armoiries qui crache le feu sur le casque.

Les valeurs suisses

Les valeurs suisses
Un pour tous, tous pour un.

Archives du blog

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées.

Ainsi on triomphe :

de l’orgueil par l’humilité,

de l’avarice par la libéralité,

de la luxure par la chasteté,

de la colère par la patience,

de la gourmandise par l’abstinence,

de l’envie par l’amour fraternel,

de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu.

Un combat à la fois, un par jour est plus efficace.

Sagesse de la première Alliance...Isaïe 11.1-3

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.


ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat :

1 le don de Sagesse ;

2 d’Intelligence ;

3 de Conseil ;

4 de Force ;

5 de Science ;

6 de Piété ;

7 de Crainte de Dieu.

A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ?

Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL.

Qu’est-ce que la Sagesse ?

La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien.

Qu’est-ce que l’Intelligence ?

L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit.

Qu’est-ce que le Conseil ?

Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain.

Qu’est-ce que la Force ?

La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis.

Qu’est-ce que la Science ?

La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu.

Qu’est-ce que la Piété ?

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ?

La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.


Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)


Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont en nous et qui nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire mieux agir en faveur du bien commun.

« Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)


Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

http://www.lumenc.org/maladies.php

Les conseils du pape François pour se confesser

Dans un petit livret intitulé « Prends soin de ton cœur », offert par le pape François aux pèlerins de la place Saint Pierre après l'Angelus du 22 février, se trouvent différents textes à méditer pendant le carême et un examen de conscience pour se préparer à la confession.

  • Une distribution un peu particulière a eu lieu il y a quelques jours place Saint-Pierre, à Rome. Des bénévoles, parmi lesquels de nombreux sans-abri venus en pèlerinage, ont distribué à la foule réunie pour entendre l'Angelus un petit carnet offert par le pape pour le premier dimanche du carême.
  • Notre cœur doit se convertir au Seigneur, a insisté François lors de l'Angélus. C’est pourquoi, en ce premier dimanche, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la place, un petit livret de poche intitulé "Prends soin de ton cœur". »

Celui-ci rassemble quelques enseignements de Jésus et les contenus essentiels de la foi, comme les sept sacrements, les dons de l'Esprit Saint, les dix commandements, les vertus, les œuvres de miséricorde, etc. On y trouve aussi un examen de conscience dont le pape avait souligné l'importance lors de sa messe quotidienne à la chapelle de la maison Sainte-Marthe le 11 octobre 2014. « Avoir un cœur recueilli, un cœur dans lequel nous savons ce qui se passe et ici et là, nous pouvons exercer une pratique ancienne mais efficace de l’Église : l’examen de conscience. Qui d’entre nous, le soir, avant de finir sa journée, reste tout seul ou toute seule et se pose la question : qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui dans mon cœur ? Qu’est-il arrivé ? Quelles émotions ont traversé mon cœur ? Si nous ne faisons pas cela, nous ne réussissons pas ni à bien veiller ni à bien protéger notre cœur »

I. Petits rappels sur le sacrement de Confession (ou de Pénitence ou de Réconciliation)

Un vrai chrétien a le souci constant de conserver son âme en état de grâce aux yeux de Dieu. Il sait, en effet, d’une part, que nul ne connaît ni le jour ni l’heure de sa mort et que, d’autre part, l’âme, pour être admise au bonheur parfait et éternel du Ciel, doit être entiè­rement purifiée du péché. C’est pourquoi il reçoit volontiers le sacrement de la Réconciliation.

Par ce sacrement, on obtient la rémission de tous les péchés person­nels (quelle qu’en soit la gravité) commis après le baptême. Ce pouvoir qu’avait le Christ, il l’a transmis à ses Apôtres quand, leur apparaissant après sa Résurrection, il leur a dit : Recevez le Saint-Esprit : les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez ; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez (Jean, XX, 23). Ce pouvoir passa des Apôtres à leurs successeurs.


Tout chrétien doit recevoir ce sacrement au moins une fois chaque année. Il comporte :

L’examen des fautes commises.
Le regret de les avoir commises (Contrition).
La résolution sincère de les éviter à l’avenir.
L’accusation des péchés, au moins graves, à un prêtre approuvé, tenant la place de Dieu.
L’absolution donnée par le prêtre au nom de Jésus-Christ.
L’accomplissement de la pénitence qu’il a imposée (Satisfaction).


Le sacrement de pénitence produit notre propre mort au péché et notre résurrection à la vie en Dieu. Il prolonge ainsi notre baptême et nous prépare à l’eucharistie. Il doit laisser dans nos âmes une immense joie, car c’est un sacrement de vie.


II. Quelques conseils pour bien réaliser son examen de conscience

Par une courte prière, demander à Dieu et à Notre-Dame la grâce de bien connaître les péchés dont on est coupable.

S’examiner sur les Commandements de Dieu et de l’Église ; les péchés capitaux ; les devoirs de son état.

Pour aider le plus d’âmes possible, dont les besoins sont très divers, l’examen proposé ci-après est plutôt détaillé. Mais il est rappelé qu’en confession seule l’accusation des péchés mortels est obligatoire. Un péché est mortel quand, sachant pleinement que la matière en était grave, on l’a néanmoins commis avec un entier consentement. C’est alors une rupture d’amour avec Dieu. Et comme l’âme cesse ainsi d’être unie à Dieu - de qui elle tenait sa vie -, elle meurt surna­turellement : le péché a été "mortel" pour elle.

L’examen terminé, demander instamment à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’une vraie contrition des péchés com­mis et la ferme résolution de les éviter à l’avenir, conditions indispen­sables pour obtenir le pardon de ses péchés.

Pour exciter en soi le regret de ses fautes, réfléchir durant quelques instants :

au redoutable châtiment du purgatoire ou de l’enfer que l’on a mérité ;
aux souffrances et à la mort que Jésus-Christ endura pour l’expiation de nos péchés ;
à la bonté d’un Dieu d’amour et de miséricorde, offensé par le péché qui a produit une rupture profonde, surtout s’il a été mortel.

Puis, réciter lentement l’acte de contrition.

III. Quelques conseils pour recevoir le sacrement lui-même

Avant de rentrer au confessionnal, ou immédiatement en entrant, suivant la coutume, réciter le « Je confesse à Dieu… » LeConfiteor nous remet devant cette réalité du péché et nous fait accomplir le mouvement de « conver­sion » nécessaire, vers Dieu et vers les autres :

Parce que nous nous sommes opposés à l’Amour tout-puissant, en cherchant à réaliser notre bonheur contre Lui ou sans Lui, nous disons : « Je confesse à Dieu tout-puissant » ;

Parce que nous avons porté atteinte à l’œuvre de l’Incarnation et de la Rédemption, en nous séparant de tous ceux qui ont coopéré à cette œuvre, notamment de la Mère du Christ, nous disons : « Je confesse … à la Bienheureuse Marie toujours Vierge » ;

Parce que nous nous sommes opposés à l’œuvre de lutte et de fidélité des anges, l’attente des martyrs, des prophètes de l’Ancien Testament, morts pour que le Règne du Messie se réalise, à l’œuvre des apôtres et des saints qui ont travaillé pour le Christ, nous disons : « Je confesse… à saint Michel (vainqueur du démon), à saint Jean Baptiste (dernier des pro­phètes), aux apôtres (représentés par saint Pierre et saint Paul), et à tous les saints » ;

Enfin, parce que notre péché s’est opposé à toute l’Église et nous sépare des autres membres du Corps Mystique que le prêtre représente, en même temps qu’il tient la place de Jésus Christ, nous disons : « Je confesse… à vous, mon Père… ».


Avant de commencer l’énumération des péchés, préciser : le temps écoulé depuis la dernière confession ; un oubli ou une dissimulation de péché grave dans celle-ci ; une ou plusieurs mauvaises communions (en état de péché grave) ; une omission de la pénitence donnée (volontaire ou non).


Accuser sincèrement tous les péchés mortels que l’on a commis, avec leur nombre et les circonstances qui les ont modifiés (aggravés, allégés), comme par exemple, les péchés commis avec d’autres personnes qu’on a ainsi scandalisées, ou qu’on a entraîné au péché.

L’accusation des péchés véniels n’est pas indispensable car on peut en obtenir le pardon par d’autres moyens que la confession, par exemple la prière, l’aumône, la pénitence… Pourtant, cette accusation est fort conseillée car, par le sacrement de la Confession, on obtient des grâces spéciales pour éviter ces péchés véniels à l’avenir.

Dans le cadre de confessions régulières, on peut dire où l’on en est par rapport à son défaut dominant, ou par rapport à ses résolutions.

Si l’on est troublé ou que l’on a peur, ou tout simplement si on hésite, on peut demander au prêtre de nous interroger, ou de nous renseigner sur la gravité d’un péché.

Terminer par : « Je m’accuse de tous ces péchés, de tous ceux que j’aurais pu avoir oublié et de tous ceux de ma vie passée ; j’en demande très humblement pardon à Dieu, et à vous mon Père, pénitence et absolution si vous m’en jugez digne ».


Ecouter avec attention le mot d'exhortation du prêtre. Avant l'absolution, bien regretter ses péchés, et réciter à cet effet l'acte de contrition : « Mon Dieu, j'ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Vous déplaît. Je prends la ferme résolution avec le secours de Votre sainte grâce de ne plus Vous offenser et de faire pénitence. »


Après la confession, accomplir la pénitence imposée par le confesseur au plus tôt, afin de ne pas l’oublier ; remercier Dieu du pardon obtenu ; renouveler sa résolution d’éviter tout péché à l’avenir, surtout le péché grave.


Examen de conscience détaillé

Avant de commencer cet examen, adresser à Dieu cette prière :

Mon Dieu, je vous supplie, par l’intercession de la Vierge Marie, de m’accorder la grâce de bien connaître tous les péchés dont je suis coupable. Faites qu’ensuite je m’en accuse avec un sincère regret de les avoir commis et une ferme volonté de les éviter à l’avenir et qu’ainsi j’en obtienne le pardon de votre miséricorde infinie. Ainsi soit-il.


Examen sur les commandements de Dieu

1er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et l’aimeras plus que tout… »

Omission de la prière (en particulier le matin et le soir), de la fré­quentation des sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie… Communions ou confessions sacrilèges… Manque de respect des sacrements… Manque au jeûne avant la communion (une heure au moins)… Violation du secret de confession… Doutes volontaires contre la foi… Mise en péril de la foi par la lecture de journaux impies, par des fréquentations dangereuses… Respect humain… Manque de confiance en Dieu ou confiance présomptueuse en ses propres forces… Indifférence à l’égard de Dieu… Manque de soumission à la volonté de Dieu… Pratiques superstitieuses, spiritisme… Critiques de la religion… Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique… Négligence dans sa formation chrétienne…


2ème Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect… »

Emploi inutile du nom de Dieu… Blasphèmes, imprécations, jurons… Serments faux ou inutiles… Irrespect à l’égard des personnes et des choses consacrées à Dieu… Souhaits néfastes à l’égard de soi-même ou d’autrui… Non-accomplissement des vœux émis…


3ème Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur… »

Omission volontaire ou sans motif de l’assistance à la Messe domini­cale ou des fêtes d’obligation… Retard volontaire ou dissipation durant ces Messes… Travail fait ou ordonné sans nécessité ou permission… Recherches de distractions contraires à la sanctification du dimanche…


4ème Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère… »

Manque d’amour, d’affection, de respect, d’obéissance, d’assistance à l’égard des parents durant leur vie et de prière à leur intention après leur mort… Peine causée… Souhaits de mal… Disputes d’intérêt en famille… Manque de déférence et de soumission à l’égard des supérieurs…

Pour les parents à l’égard de leurs enfants : négligence dans leur édu­cation chrétienne ou leur pratique religieuse, mauvais exemples donnés, manque de surveillance, de soins, de disponibilité, de conseils ou de corrections nécessaire… Dureté, injustice, sévérité excessive…


5ème Commandement : « Tu ne tueras point… »

Meurtre, tentative de suicide, euthanasie… Avortements, stérilisations… Souhait de mort ou de malheur à l’égard d’autrui… Vengeance, coups, blessures, torts causés à la santé, drogues, alcool, mutilations… Insultes, injures, mépris, faux rapports, haine, violences, refus de pardonner, vengeances… Indifférence à la peine d’autrui… Scan­dales par mauvais exemples, par conseils ou approbation silen­cieuse…


6ème et 9ème Commandements : « Tu ne feras pas d’impureté… » et « Tu n’auras pas de désir impur volontaire… »

Pensées ou désirs impurs provoqués en soi ou chez les autres… Conversations, chansons, lectures, spectacles immoraux (TV, Internet…) Flirts… Familiarités coupables… Danses lascives… Touchers indécents… Actions contraires à la chasteté, seul ou avec d’autres : masturbation, relations charnelles en dehors du mariage, homosexualité… Tenues ou attitudes provocantes…

Pour les fiancés : Légèretés, tendresses excessivement sensuelles… Relations prématrimoniales… Cohabitation…

Pour les époux : Atteintes coupables à la fécondité du mariage, contraception permanente ou temporaire… Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse… Adultère (pensées, désirs, actions)… Liaisons… Divorce… Remariage civil… Refus injuste du droit du conjoint…


7ème et 10ème Commandements : « Tu ne voleras pas… » et « Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui… »

Vol (quoi ? combien ? circonstances ?), recel, objets trouvés ou empruntés et non rendus… Dommages injustes causés au prochain dans ses biens… Fraudes, manœuvres déloyales dans le travail, les affaires, le commerce, les contrats… Pots-de-vin… Coopération à des injustices… Recel d’objets volés… Négligence dans le paiement des dettes… Salaires insuffisants… Exploitation des faibles… Dommages aux biens collectifs… Désirs de vol ou d’injustices… Non-réparation de dommages causés… Non-restitution… Gaspillage… Travail bâclé…


8ème Commandement : « Tu ne mentiras pas… »

Mensonges avec ou sans préjudice pour autrui… Médisances ou calom­nies, faites ou approuvées… Faux témoignages en justice… Accusations injustes… Jugements téméraires… Rapports injustes nuisibles… Violation du secret, confié ou professionnel, des correspondances… Dissimulation, hypocrisie… Tricheries… Promesses non tenues… Refus de rectifier la vérité…


Examen sur les commandements de l’Église

Tu sanctifieras les fêtes d’obligation (Noël, Ascension, Assomption, Toussaint).

Tu assisteras à la messe les dimanches et fêtes d’obligation.

Tu te confesseras au moins une fois l’an.

Tu communieras chaque année au Temps pascal.

Tu jeûneras les jours fixés par l’Église (Mercredi des Cendres et Vendredi Saint).

Tu ne mangeras pas de viande les jours fixés par l’Église (c’est-à-dire, les jours de jeûne et les vendredis de Carême). Pour les autres vendredis de l’année, cette abstinence peut être remplacée par une autre forme de pénitence (qu’il faut alors accomplir sous peine de péché).


Examen sur les péchés capitaux

ORGUEIL : Amour-propre désordonné… Complaisance en soi-même… Egoïsme… Ambition démesurée… Vanité mondaine… Présomption… Attitudes hautaines, susceptibilité…

AVARICE : Vices contraires aux 7ème et 10ème commandements. Refus de partager, d’aider ceux qui sont dans le besoin (aumône) …

LUXURE : Vices contraires aux 6ème et 9ème commandements.

ENVIE : Jalousie du bonheur, des biens, des succès des autres ; joie de leurs malheurs, de leurs misères, de leurs revers…

GOURMANDISE : Excès dans le manger, le boire… Ivrognerie… Sensualité… Ivresse des stupéfiants…

COLÈRE : Manque de maîtrise de soi, emportements, rancunes, res­sentiment, murmures, bouderie, brusquerie, grossièreté, cruauté…

PARESSE : Dans le lever, le travail, les prières… Oisiveté… Fuite systématique des efforts…


Examen sur les devoirs d’état

N.B. L’examen suivant est très détaillé, et reprend en partie ce qui a déjà été vu auparavant.


Alors qu’il est très important, c’est un domaine qu’on oublie souvent dans l’examen de la conscience. Selon son état de vie et ses responsabilités :


1. Devoirs personnels de chrétiens :

Quelle importance ai-je attaché à ma vie chrétienne, au milieu de toutes mes occupations ? A-t-elle la première place ? Y a-t-il dans ma vie une cohérence entre ma foi et mes œuvres ?

Est-ce que je crois à la présence et à l’action du Seigneur dans le monde et dans ma vie de chaque jour ? Ai-je cherché à mieux connaître sa pensée et sa volonté en face des événements, en face des autres, et de mes problèmes personnels ? Suis-je fidèle à la vocation que Dieu m’a envoyée ?

Ai-je cherché à grandir dans la foi, à approfondir ma connaissance du Sei­gneur par la lecture de l’Évangile et du Catéchisme, ou par tout autre moyen mis à ma disposition : retraites, cours, prédications… ?

Ai-je eu peur de témoigner de ma foi par lâcheté, respect humain ? N’ai-je pas cédé aux doutes, à l’inquiétude, à l’angoisse, au désespoir ?

Ai-je compté sur le Seigneur dans les difficultés et dans les tentations ?

Est-ce que je vis dans l’attente de la vie éternelle ?

Ai-je prié ? Régulièrement ? Avec mon cœur ? Avec toute ma vie ?

Ai-je pris part à la Sainte Messe quand l’Église me le demande ? Y ai-je participé de mon mieux ?

Ai-je vécu le dimanche comme un jour de prière et de joie ? N’ai-je pas accom­pli des travaux qui ne sont pas conformes à cet esprit ?

Ai-je fait quelque chose pour aider la mission d’évangélisation de l’Église ? Pour ramener mes connaissances à la vraie foi ?

N’ai-je pas refusé par souci de ma tranquillité ou par égoïsme de m’engager dans un mouvement d’Église ?

Ai-je collaboré loyalement avec les prêtres de l’Église ? Les ai-je aidé autant que je pouvais ?


2. Devoirs envers le prochain :

Est-ce que j’aime le prochain d’un amour vrai et efficace ?

La misère, les souffrances des autres sont-elles pour moi une préoccupation ? Ai-je fait mon possible pour les sou­lager ?

Ai-je cherché à comprendre les autres ? Ai-je cherché à les aider en mettant à leur disposition mon amitié, mon temps, mes biens ?

N’ai-je jamais blessé les autres par mes paroles, mes gestes ?

Ai-je risqué de porter atteinte à la vie des autres ou à la mienne, par des im­prudences dans le travail, le sport ou sur la route ?

En quoi ai-je pu trahir l’amour des autres : indifférence, oubli des autres, mise à l’écart de certains, mauvais caractère, volonté d’avoir raison à tout prix, jalousie, envie, désir de vengeance, mépris, jugement téméraire, haine, rail­lerie, médisance, calomnie, secrets ré­vélés, achats ou ventes à des prix injustes, dettes impayées, choses non rendues, gaspillage ou détérioration des biens collectifs, mauvais exemple, scan­dale d’autant plus grand qu’il vient d’un témoin du Christ, refus de pardonner.


3. Devoirs familiaux :

Enfants :

Ai-je vraiment aimé mes parents, en évitant d’augmenter leurs difficultés, en leur apportant mon concours, en leur manifestant mon affection ?

Ai-je respecté mes parents ? En leur parlant avec déférence, en ne les jugeant pas sans les comprendre ?

Ai-je respecté l’autorité de mes parents en écoutant leurs conseils, leurs ordres et en les exécutant de mon mieux ?

N’ai-je pas gêné l’atmosphère familiale par de la mauvaise humeur, de la bouderie, de la révolte ?

Est-ce que j’aide de mon mieux mes parents âgés quand ils sont dans la gêne, ou malades ou isolés ?

Est-ce que je cherche à bien m’entendre avec tous les membres de ma famille ?


Personnes mariées :

Suis-je fidèle à l’amour promis le jour du mariage ? Ai-je cherché à développer cet amour, à me donner sans réserve et à me sacrifier ?

Ai-je souci des désirs, des goûts, des difficultés de mon époux ou de mon épouse ?

N’ai-je pas négligé mon foyer ? Ai-je le souci de penser à deux les pro­blèmes de ma famille ?

N’ai-je pas gâché notre amour en ne maîtrisant pas suffisamment les défauts de mon caractère ?

N’ai-je pas recherché les joies du mariage par simple égoïsme ?

La communion des cœurs et des esprits l’emporte-t-elle et anime-t-elle celle des corps ?

N’ai-je pas par égoïsme refusé d’avoir des enfants ? Ai-je dans ce but utilisé des moyens défendus ?

Est-ce que j’apporte toute l’attention voulue à l’éducation de mes enfants ?

Est-ce que je cherche à les connaître, à les comprendre, à découvrir leurs goûts, leur vocation, à suivre leur évolution quand ils grandissent ?

Ai-je pensé à leur donner le moyen d’exercer leur liberté quand ils grandissent ?

Mon attitude envers eux ne manque-t-elle pas de fermeté ou au contraire d’affection et de confiance ?

Est-ce que je leur donne le bon exemple ?

Ai-je cherché à les éduquer religieusement ? Leur ai-je donné le sens de la prière ?

Ai-je cherché à garder au foyer le sens du jour du Seigneur ? Ai-je aidé mes enfants à préparer leur messe ?

Ai-je considéré comme un honneur et un devoir de donner à Dieu des prêtres, des religieuses ?

Notre foyer est-il accueillant pour les autres ?


4. Devoirs professionnels :

Enfants :

Ai-je manqué l’école par ma faute ?

Ai-je mal étudié mes leçons, mal fait mes devoirs ?

Ai-je triché en classe (copié, soufflé) ?


Adultes :

Ai-je négligé mon travail ?

Ai-je conscience des responsabilités qu’engage ma situation, mon rôle ?

Quelle est mon attitude à l’égard de ceux qui me dirigent ? N’ai-je pas cherché, par méchanceté ou jalousie, à miner leur autorité ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux qui travaillent avec moi ? N’ai-je pas tendance à me décharger sur les autres de ma tâche ? Est-ce que je sais les aider, les soutenir, entretenir avec eux des relations de bonne camaraderie ?

Ai-je pris ma place dans les organisa­tions professionnelles ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux que je commande ou que j’emploie ? Est-ce que je les rétribue conformément à la justice ? Les ai-je traité humainement, en res­pectant leur dignité d’hommes ? Ne leur ai-je pas confié des tâches au-dessus de leurs forces ? Leur ai-je accordé le repos auquel ils ont droit et dont ils ont besoin ?


5. Devoirs civiques :

Ai-je rempli mes devoirs de chrétien dans la société ?

Ai-je cherché à m’informer le mieux possible pour comprendre les pro­blèmes sociaux et économiques ? A découvrir les solutions justes et efficaces ?

Ai-je le souci de tenir ma place dans la vie de la cité ou de la nation pour lui donner une meilleure orienta­tion ? Ai-je su accepter les charges mu­nicipales ou autres en les envisageant comme un service ?

Ai-je choisi mes représentants en fonc­tion de leur aptitude à promouvoir le bien commun et la loi divine plutôt qu’en fonction de leur aptitude à défendre mes intérêts ?

Ai-je fait mon possible pour faire changer les lois injustes (Avortements, divorce, euthanasie, pacs, etc.) ?

Examen de conscience pour Adultes

________________________________

Je crois en un Sauveur aimant qui pardonne mes péchés et qui me donne la grâce de devenir un Saint. Par le ministère de ses Prêtres, Jésus–Christ accomplit l’un et l’autre dans le Sacrement de Pénitence.

"Comme le Père M’a envoyé, Moi aussi Je vous envoie … Recevez le Saint Esprit. Les péchés seront pardonnés à qui vous les pardonnerez ils seront retenus à qui vous les retiendrez." (Jean XX : 21-23)

"Vos péchés seraient-ils rouges comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige." (Isaie I : 18)

"Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs." ( Matt. IX : 13)

"Les hommes ont reçu de Dieu un pouvoir accordé ni aux Anges,ni aux Archanges. Jamais il n’a dit aux Esprits Célestes « Tout ce que vous lierez et délierez sur la terre sera lié et délié dans le ciel ». Les Princes de ce monde peuvent seulement lier et délier le corps. Le pouvoir du prêtre va plus loin, il atteint l’âme et elle est exorcisée non seulement par le baptême, mais encore plus par le pardon des péchés. Ne rougissons donc pas de confesser nos fautes. Celui qui rougit de découvrir ses péchés à un homme et qui ne se confesse pas, sera couvert de honte au Jour du Jugement en présence de tout l’univers," (St Jean Chrysostome, Traité sur les prêtres, Livre 3)

Prière avant la confession: O Seigneur, accordez-moi la lumière pour que je me voie comme Vous me voyez, et le grâce de regretter vraiment et effectivement mes péchés. O Marie, aidez-moi à faire une bonne confession.

Comment se confesser: D’abord, examinez bien votre conscience, puis dites au prêtre le genre précis de péchés que vous avez commis et dans la mesure du possible, combien de fois vous les avez commis depuis votre dernière bonne confession. Il n’est obligatoire de confesser que les péchés mortels puisqu’on peut obtenir le pardon des péchés véniels par les sacrifices et les actes de charité. Si vous n’avez pas la certitude qu’un péché soit mortel ou véniel, mentionnez votre doute au confesseur. Souvenez-vous aussi que la confession de péchés véniels aide à éviter le péché et à progresser vers le Ciel.

Conditions nécessaires pour qu’un péché soit mortel:

Matière grave
Pleine connaissance
Entier consentement de la volonté.

Considérations préliminaires:

Ai-je parfois omis de confesser un péché grave dans le passé ; ou ai-je volontairement déguisé ou caché un tel péché ?
Nota bene : Cacher des péchés rend invalide la confession .
La confession est secrète, c’est à dire que c’est une faute mortelle pour le prêtre de révéler à qui que ce soit l’objet d’une confession.
Ai-je été coupable d’irrévérence envers ce sacrement en omettant d’examiner ma conscience avec soin?
Ai-je négligé de faire la pénitence donnée par le prêtre?
Ai-je des habitudes de péchés graves à confesser d’abord (par exemple: impureté, ivrognerie, etc.)

Premier Commandement:

Je suis le Seigneur Ton Dieu. Tu n’auras pas des dieux étrangers devant Moi. (y compris les péchés contre la Foi, l’Espérance et la Charité)

L'amour de l'argent est la racine de tous les maux, c'est une idolâtrie...

Ai-je négligé de connaître ma foi selon l’enseignement du catéchisme, par exemple le Symbole des Apôtres, les Dix Commandements, les Sept Sacrements, le Notre Père, etc.?
Ai-je volontairement mis en doute ou renié l’un des enseignements de l’Eglise?
Ai-je pris part à quelque culte non- catholique?
Suis-je membre de quelque organisation religieuse non-catholique, société secrète ou groupe anti-catholique?
Ai-je, en toute connaissance, lu quelque littérature hérétique, blasphématoire ou anti catholique?
Ai-je pratiqué des superstitions (telles que les horoscopes, prédiction d’avenir, spiritisme, etc.)
Ai-je omis des obligations ou pratiques religieuses pour des motifs de respect humain?
Me suis-je recommandé chaque jour à Dieu?
Ai-je été fidèle à mes prières quotidiennes?
Ai-je fait mauvais usage des Sacrements? Les ai-je reçus sans respect (par exemple la Communion dans la main) ou de manière invalide?
Me suis-je moqué de Dieu, de Notre-Dame, des Saints, de l’Eglise, des Sacrements ou d’autres sujets sacrés?
Ai-je été coupable de grande irrévérence dans l’Eglise (par exemple: conversation, comportement ou vêtement)?
Ai-je été indifférent vis-à-vis de ma foi catholique – en croyant qu’on peut se sauver dans n’importe quelle religion, que toutes les religions se valent?
Ai-je présumé de la miséricorde de Dieu en toute circonstance?
Ai-je désespéré de la miséricorde de Dieu?
Ai-je trahi Dieu?
Ai-je donné trop d’importance à quelque créature, activité, objet ou opinion?

Deuxième Commandement:

Tu ne prendras pas en vain le Nom du Seigneur Ton Dieu.

Ai-je blasphémé le Nom de Dieu à tort, inconsidérément ou en matière légère et triviale?
Ai-je murmuré ou gémi contre Dieu (blasphème)?
Ai-je prononcé des malédictions contre moi-même ou les autres, ou toute créature?
Me suis-je emporté contre les autres jusqu’à provoquer des jurons ou des blasphèmes contre Dieu?
Ai-je manqué à un vœu fait à Dieu?

Troisième Commandement:

Souvenez –vous de sanctifier le Sabbat.

Ai-je manqué la Messe le dimanche ou une fête d’obligation?
Ai-je été en retard à la Messe ou l’ai-je écourtée par ma faute?
Ai-je fait manquer la Messe à d’autres ou leur ai-je fait écourter la Messe?
Ai-je été volontairement distrait pendant la Messe ?
Ai-je fait ou commander un travail servile non nécessaire le dimanche ou les jours de fête d’obligation?
Ai-je acheté ou vendu sans nécessité ce jour là?

Quatrième Commandement:

Honore ton père et ta mère.

Ai-je désobéi ou manqué de respect envers mes parents ou ai-je négligé ou refusé de les aider dans leurs besoins ?
Ai-je manqué de respect pour des personnes chargées de me commander?
Ai-je calomnié ou insulté des prêtres ou d’autres personnes consacrées à Dieu?
Ai-je manqué de respect vis à vis des personnes âgées?
Ai-je maltraité mon conjoint ou mes enfants?
Ai-je désobéi ou manqué de respect à mon mari?
En ce qui concerne mes enfants:

Ai-je négligé leurs besoins matériels?
Me suis-je soucié de les faire baptiser de bonne heure?1
Ai-je pris soin de leur éducation religieuse personnelle?
Leur ai-je permis de négliger leurs devoirs religieux?
Leur ai-je permis le flirt ou des fréquentations régulières sans perspective du mariage dans un proche avenir?
Ai-je veillé à leurs compagnies?
Ai-je omis de les discipliner quand c’était nécessaire?
Leur ai-je donné un mauvais exemple?
Les ai-je scandalisés par des disputes avec mon conjoint en présence de mes enfants? En jurant ou blasphémant en leur présence?
Ai-je gardé la modestie à la maison?
Leur ai-je permis de porter des vêtements immodestes (mini jupes, pantalons serrés, robes ou pulls trop ajustés, corsages transparents, shorts courts, tenues de bain provocantes, etc.)? 2
Leur ai-je refusé la liberté de se marier ou de suivre une vocation religieuse?

________________________________

1 Les nouveaux nés devraient être baptisés dès que possible. Sauf prescription diocésaines particulières, il semble généralement admis qu’un nouveau-né devrait être baptisé dans l’intervalle de une semaine ou dix jours environ après sa naissance. Beaucoup de catholiques repoussent le baptême à une quinzaine ou un peu plus. L’idée d’administrer le baptême dans les trois jours après la naissance est considérée comme trop stricte. Saint Alphonse, suivant l’opinion commune, pensait qu’un délai non motivé au-delà de dix ou onze jours serait un péché grave. Par rapport à la coutume moderne, connue et non corrigée par les Ordinaires locaux, un délai non motivé au delà d’un mois serait un péché grave. S’il n’y a pas de danger probable pour l’enfant, les parents ne peuvent être convaincus de péché grave en différant le baptême un peu au-delà de trois semaines au plus, mais l’usage de faire baptiser un nouveau-né dans l’intervalle d’environ une semaine ou dix jours après la naissance est fort recommandable et en vérité, une date plus précoce peut être recommandée à juste titre. — H. Davis S.J., Moral and Pastoral Theology, Vol. III, Pg.65, Sheed and Ward, New York, 1935

2 Demander le feuillet LF05 Règles Mariales pour la Modestie dans le vêtement.

Cinquième Commandement:

Tu ne tueras pas.

Ai-je provoqué, désiré ou hâté la mort ou la blessure physique de quelqu’un?
Ai-je entretenu de la haine contre quelqu’un?
Ai-je opprimé quelqu’un?
Ai-je désiré la vengeance?
Ai-je été cause d’inimitié entre d’autres personnes?
Ai-je querellé ou combattu quelqu’un?
Ai-je souhaité du mal à quelqu’un?
Ai-je eu l’intention ou tenté de blesser ou de maltraiter d’autres personnes?
Y a-t-il quelqu’un avec qui je refuse de parler ou contre qui je garde rancune?
Ai-je pris plaisir aux malheurs de quelqu’un?
Ai-je été jaloux ou envieux?
Ai-je pratiqué ou essayé de pratiquer un avortement ou conseillé à quelqu’un de le faire
Ai-je, d’une manière ou d’une autre, mutilé mon corps sans nécessité?
Ai-je eu des pensées de suicide ou des tentatives?
Me suis-je enivré ? Ai-je pris des drogues interdites?
Ai-je trop mangé ou est-ce que je néglige de me nourrir convenablement? (c’est à dire avec des aliments sains)
Ai-je manqué à la correction fraternelle?
Ai-je nuit à l’âme de quelqu’un, surtout aux enfants en scandalisant par le mauvais exemple?
Ai-je nuit à moi-même en exposant mon âme aux tentations volontairement et sans nécessité. (par exemple: mauvaises émissions, mauvaises chansons, plages, etc.)?

Sixième et Neuvième Commandement:

Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne désireras pas la femme de ton prochain.

Ai-je refusé à mon conjoint, à ma conjointe, les droits du mariage?
Ai-je pratiqué le contrôle des naissances (pilules, appareils, retrait)?
Ai-je abusé des droits du mariage de quelque autre manière?
Ai-je commis l’adultère ou la fornication ( pratiques sexuelles prémaritales)?
Ai-je commis un péché contre nature dans le domaine de la pureté (homosexualité ou lesbianisme en pensée, en parole ou en action )?
Ai-je touché ou embrassé quelqu’un de manière impure?
Me suis-je engagé dans des baisers prolongés et passionnés en dehors du mariage ?
Me suis-je engagé dans des affections désordonnées?
Ai-je pratiqué l’impureté solitairement ( masturbation )?
Ai-je entretenu des pensées impures et m’y suis-je complu?
Me suis-je laissé aller à des désirs sensuels pour quelqu’un ou ai-je volontairement désiré voir ou faire quelque chose d’impur?
Me suis-je laissé aller volontairement à quelque plaisir sexuel complet ou incomplet en dehors du mariage?
Ai-je été occasion de péché pour d’autres en portant des vêtements immodestes, trop serrés ou provocants de toute autre manière?
Ai-je agi pour provoquer ou occasionner chez les autres des pensées ou des désirs impurs délibérément ou par légèreté?
Ai-je fait des lectures indécentes ou regardé de mauvais film?
Ai-je regardé des films et des émissions érotiques ou la pornographie par internet ou permis à des enfants de le faire?
Ai-je prononcé des paroles ou raconté des histoires indécentes?
Ai-je écouté volontairement de telles histoires?
Me suis-je vanté de mes péchés ou complu dans les péchés du passé?
Me suis-je trouvé en compagnie impudique?
Ai-je consenti à des regards impudiques?
Ai-je négligé de contrôler mon imagination?
Ai-je prié tout de suite pour bannir de si mauvaises pensées et tentations?
Ai-je évité la paresse, la gourmandise, l’oisiveté et les occasions d’impureté?
Ai-je pris part à des danses immodestes et à des spectacles indécents?
Suis-je resté sans nécessité seul en compagnie de quelqu’un du sexe opposé en dehors du mariage?

Nota bene: Ne pas craindre de dire au prêtre tout péché d’impureté que vous avez pu commettre. Ne pas cacher ou essayer de déguiser de tels péchés. Le prêtre est là pour vous aider et vous pardonner. Rien de ce que vous dites ne le choquera, donc ne craignez pas, quelque puisse être votre honte.

Septième et Dixième Commandement:

Tu ne voleras pas. Tu ne convoitera pas les biens du prochains.

Ai-je volé quelque chose? Quoi ou combien?
Ai-je endommagé le bien des autres?
Ai-je par négligence abîmé le bien des autres?
Ai-je été négligent dans la gestion de l’argent et des biens d’autrui?
Ai-je triché ou fraudé?
Ai-je participé excessivement à des jeux d’argent?
Ai-je refusé ou négligé de payer mes dettes?
Ai-je acquis un bien notoirement volé?
Ai-je omis de rendre des objets prêtés?
Ai-je trompé mon employeur sur ma journée de travail?
Ai-je triché sur les salaires de mes employés?
Ai-je refusé ou négligé d’aider quelqu’un en urgente nécessité?
Ai-je omis de restituer en cas de vol, de tricherie ou de fraude?
Ai-je envié à un autre ce qu’il avait?
Ai-je été jaloux du bien d’autrui?
Ai-je été avare?
Ai-je été cupide et avare, accordant trop d’importance aux biens matériels et au confort? Mon cœur est-il porté vers les possessions terrestres ou les vrais trésors du Ciel ?

Huitième Commandement:

Tu ne porteras pas de faux témoignage envers ton prochain.

Ai-je menti à propos de quelqu’un?
Mes mensonges ont-ils causé un tort matériel ou spirituel?
Ai-je porté des jugements téméraires (c’est à dire cru fermement, sans preuve évidente à la culpabilité de quelqu’un dans un crime ou une faute morale?
Ai-je nui à la bonne réputation de quelqu’un en révélant des fautes vraies mais cachées (délation )?
Ai-je révélé les péchés d’autrui?
Ai-je été coupable de cafardage (c’est à dire d’avoir rapporté quelque chose de défavorable dit par quelqu’un à propos d’un autre de manière à créer l’inimitié entre eux)?
Ai-je encouragé ou prêté l’oreille à la diffusion du scandale concernant mon prochain?
Ai-je prêté de faux serments ou signé de faux documents?
Suis-je critique, négatif ou peu charitable dans ma conversation?
Ai-je flatté les autres?

Les Sept Péchés Capitaux et les Vertus opposées.

Orgueil..............................................Humilité
Avarice............................................Libéralité
Luxure.............................................Chasteté
Colère...............................................Douceur
Gourmandise....................................Tempérance
Jalousie...........................................Amour fraternel
Paresse............................................Effort

Cinq effets de l’Orgueil

La vaine gloiren a. Vantardise b. Dissimulation/Duplicité
Ambition
Mépris des autres
Colère / Vengeance / Ressentiment
Entêtement / Obstination

Neuf manières d’être instrument de péché pour d’autres.

A. Ai-je sciemment été cause de péché ?
B. Ai-je coopéré au péché des autres ?

Le conseil
Le commandement
Le consentement
La provocation
La louange ou la flatterie
La dissimulation
La participation
Le silence
La défense du mal accompli.

Les Quatre Péchés qui crient vengeance au Ciel.

Le meurtre volontaire
La Sodomie ou le Lesbianisme
L’oppression des pauvres
La fraude sur le juste salaire du travailleur.

Les Six Commandements de l’Eglise.

Ai-je entendu la Messe le dimanche et les fêtes d’obligation?
Ai-je pratiqué le jeûne et l’abstinence les jours désignés et ai-je observé le jeûne eucharistique?
Me suis-je confessé au moins une fois l’an?
Ai-je reçu la Sainte Eucharistie au temps de Pâques?
Ai-je contribué au soutien de l’Eglise dans la mesure où je le dois?
Ai-je observé les lois de l’Eglise concernant le mariage (c’est à dire le mariage sans présence d’un prêtre ou mariage avec un parent ou non-catholique)?

Les Cinq Blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie.

Ai-je blasphémé contre l’Immaculée Conception?
Ai-je blasphémé contre la Virginité Perpétuelle de Marie?
Ai-je blasphémé contre la Divine Maternité de Notre Dame ? Ai-je manqué à reconnaître Notre Dame comme Mère de tous les hommes?
Ai-je cherché officiellement à semer dans les cœurs des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine de ce Cœur Immaculé?
L’ai-je outragée directement dans Ses Saintes Images?

Finalement:

Ai-je reçu la Sainte Communion en état de péché mortel? (Sacrilège)

Examen des péchés véniels d’après St Antoine-Marie Claret.

L’âme devrait éviter tous les péchés véniels, spécialement ceux qui ouvrent la voie du péché mortel. Ce n’est pas assez , mon âme, de prendre la ferme résolution de souffrir la mort plutôt que de commettre un péché mortel. Il est nécessaire de former une résolution semblable par rapport au péché véniel. Celui qui ne trouve pas en lui-même cette volonté ne peut trouver la sécurité. Rien ne peut nous donner une certaine sécurité du salut éternel comme une vigilance incessante pour éviter même le moindre péché véniel et un sérieux remarquable en tous points touchant toutes les pratiques de la vie spirituelle - sérieux dans la prière et les rapports avec Dieu, sérieux dans la mortification et le renoncement, sérieux dans l’humilité et l’acceptation du mépris, sérieux dans l’obéissance et le renoncement à sa volonté propre, sérieux dans l’amour de Dieu et du prochain . Celui qui veut atteindre ce sérieux et le garder, doit nécessairement prendre la résolution d’éviter toujours spécialement les péchés véniels

suivants:

Le péché d’admettre en son cœur tout soupçon non fondé, tout jugement injuste contre le prochain.
Le péché d’entrer en conversation sur les défauts d’autrui et de manquer à la charité de toute autre manière même légèrement.
Le péché d’omettre, par paresse, nos pratiques spirituelles ou de les accomplir avec négligence volontaire.
Le péché d’avoir une affection désordonnée pour quelqu’un.
Le péché d’avoir une vaine estime de soi-même ou une vaine satisfaction dans ce qui nous concerne
Le péché de recevoir le Saint Sacrement de manière insouciante, avec des distractions et autres irrévérences et sans préparation sérieuse.
Impatiences, ressentiment, tout manquement à accepter des déceptions comme venant de la Main de Dieu ; car cela met obstacle à la voie des décrets et dispositions de la Divine Providence par rapport à nous-mêmes.
Le péché de se donner occasion de ternir même de loin l’éclat immaculé de la sainte pureté.
La faute de cacher volontairement à ceux qui devraient les connaître, les mauvaises inclinations, les faiblesses et les mortifications, en cherchant à poursuivre la route de la vertu, non sous la direction de l’obéissance, mais en se laissant guider par ses propres caprices.

Nota bene: Ceci s’entend de circonstances où nous pourrions avoir une direction qui mérite d’être recherchée, mais nous préférons suivre nos faibles lumières personnelles).

Prière pour une bonne confession

O mon Dieu, par mes péchés détestables, j’ai crucifié de nouveau Votre Divin Fils et L’ai tourné en dérision. A cause de cela, j’ai mérité Votre Colère et me suis rendu digne des feux de l’Enfer. Combien aussi j’ai été ingrat envers Vous, mon Père Céleste, qui m’avez tiré du néant, m’avez racheté par le Précieux Sang de Votre Fils et m’avez sanctifié par Vos Saints Sacrements et le Saint Esprit. Mais dans Votre Miséricorde, vous m’avez réservé cette confession. Recevez –moi de nouveau comme Votre fils prodigue et accordez-moi de bien me confesser pour que je puisse recommencer à Vous aimer de tout mon cœur et de toute mon âme et par conséquent garder vos commandements et souffrir patiemment toute expiation temporelle qui reste à accomplir. J’espère obtenir de Votre bonté et puissance, la vie éternelle au Paradis. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen.

Note Finale

N’oubliez pas de confesser vos péchés avec regret surnaturel en même temps que ferme résolution de ne plus retomber dans le péché et d’éviter les occasions prochaines de péché. Demandez à votre Confesseur de vous aider en toute difficulté qui entraverait une bonne confession. Accomplissez promptement votre pénitence.

Acte de Contrition

O mon Dieu, je regrette du fond du cœur de vous avoir offensé. Et je déteste tous mes péchés, parce que je redoute la perte du Ciel et les peines de l’Enfer, mais surtout parce que mes péchés Vous offensent, mon Dieu, qui êtes toute bonté et qui méritez tout mon amour. Je prends la ferme résolution, avec le secours de Votre Grâce, de confesser mes péchés, de faire pénitence et d’amender ma vie. Amen.


EXAMEN DE CONSCIENCE POUR ADULTES

Résumé: Il faut rechercher au moins tous les péchés mortels dont on se souvient et qui n’ont pas encore été confessés dans une bonne confession et à un prêtre ayant les pouvoirs pour absoudre. Un péché est mortel s’il y a : gravité de matière, pleine connaissance et plein consentement. Indiquer, dans la mesure du possible, leur espèce et leur nombre (même pour les désirs). Pour cela on demande à Dieu la grâce de bien connaître ses fautes et on s’examine sur les Dix Commandements et les préceptes de l’Église, sur les péchés capitaux et les devoirs de notre état. Il faudra penser à accuser également les péchés qui ont pu être commis par omission. N.B.: La confession est sacrilège lorsqu’on a volontairement caché des fautes mortelles. COMMANDEMENTS DE DIEU l er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. » Dieu est-il au centre de ma vie ? Est-il bien pour moi un Père à l’amour duquel je réponds par un amour total et une généreuse obéissance ? Jésus est-il vraiment mon Maître et mon modèle, celui dont je vis par la foi et les sacrements ? Manquements par omission ou négligence dans les prières (matin, soir, dans les tentations) et la réception des sacrements. Tiédeur. Respect humain pour manifester sa foi. Parole ou acte contre la religion. Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique. Superstitions, spiritisme. Avoir tenté Dieu. Péchés contre la foi : refus d’adhérer à une ou plusieurs vérités révélées. Doutes volontaires. Négligeance dans sa sa propre formation religieuse. Lectures, émissions et spectacles portant atteinte à la foi ou à la morale. Péchés contre l’espérance : manque de confiance en la bonté et la providence de Dieu. Découragement, désespoir. Compter sur ses seules forces. Prétexter de la bonté de Dieu pour pécher. Ne pas désirer le ciel. Péchés contre la charité : indifférence par rapport à Dieu ; absence de prière et de pratique religieuse. Sacrilèges en profanant les choses saintes, en particulier confessions (incomplètes volontairement) et communions sacrilèges (reçues en état de péché mortel). Envers le prochain : refus de voir Dieu dans nos frères; haines, mépris, moqueries ; refus d’assister son prohain dans les graves nécessités. 2e Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect. » Transgresser les serments et vœux faits en son nom. Associer son nom à des serments faux ou inutiles. Blasphémer son nom, celui de la Vierge ou des saints. Prononcer des imprécations contre soi ou contre autrui. 3e Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur. » Avoir manqué à la sainte Messe par sa faute, y être arrivé en retard. Avoir fait ou fait faire “des travaux et des occupations qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au jour du Seigneur, ou la détente convenable de l’esprit et du corps” (can.1247). Avoir été à des amusements ou réunions dangereuses pour la foi ou les mœurs. 4e Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère. » Enfants de tous âges : Manque d’amour, de respect, d’obéissance (dans les limites de leur autorité), de reconnaissance et d’assistance (matérielle, spirituelle) aux parents. Parents : ne pas témoigner de l’affection à tous ses enfants ; ne pas leur donner l’exemple d’une vie vertueuse et chrétienne. Envers ceux encore sous leur dépendance : Association Notre Dame de Chrétienté manquements dans leur formation humaine et chrétienne (instruction religieuse, choix de l’école); et dans ses devoirs de surveillance, de conseil et de corrections nécessaires. Tous : disputes d’intérêt en famille. Manquements dans l’accomplissement du travail dans le respect dû à l’autorité (dans le métier, la vie collective) ou dans les responsabilités des dirigeants (conditions de travail honnêtes, juste salaire, respect vis-à-vis des employés). Insoumission aux lois civiles justes (impôts, service militaire, devoir civique). 5e Commandement : « Tu ne tueras point. » Meurtre, tentative de suicide, imprudence exposant à tuer ou blesser son prochain (sport à risque, transgression grave et volontaire du code de la route, conduite en état d’ivresse). Colères, disputes, vengeances, refus de pardon, rancunes, envie, jalousie, drogue. Excès dans les boissons, gourmandise. Attitude insultante et scandaleuse. Participation (par action ou par omission), à la stérilisation, à l’avortement, à l’euthanasie, au suicide. Incitation à la violence, à la lutte des classes. Haine raciale ou ethnique. 6e et 9e Commandements : « Tu ne commettras pas d’impureté. Tu n’auras pas le désir impur volontaire. » Pensées, désirs et actes commis seul ou avec d’autres contre la pureté. Conversations et chansons déshonnêtes. Lectures, spectacles (TV, films,...), fréquentation de lieux exposant à l’impureté. Responsabilité dans le péché d’autrui (danse, mode et attitude provocantes). Personnes mariées : Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse. Moyens contraceptifs, ponctuels ou permanents. Refus des droits du conjoint. Adultère (pensées, désirs, actions). Infidélité affective. Liaison extra-matrimoniale. Divorce. “Remariage”. Fiancés : Manifestations de tendresse excessivement sensuelles. Relations pré matrimoniales. Cohabitation. 7e et 10e Commandements : « Tu ne voleras pas. Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. » Participation direct ou indirect à des vols, fraudes, injustices. Dettes impayées. Non restitution. Recel d’objets volés. Tort causé dans les ventes, contrats, transactions. Tricheries. Fraudes. Pots de vin. Non-respect des lois sociales justes sur le travail, les assurances... Travail bâclé ; perte de temps. Dépenses excessives, par luxe, vanité, etc. Gaspillage. 8e Commandement : « Tu ne mentiras point. » Mensonges. Faux témoignage. Accusations injustes. Jugements téméraires. Calomnies (personnes ou institutions). Secrets violés. Médisances, ragots. Refus de réparer ou de rectifier COMMANDEMENTS DE L’ÉGLISE 1. Tu sanctifieras les dimanches et fêtes d’obligation (en France : Noël, Pâques, Ascension, La Pentecôte, Assomption, Toussaint) : par l’assistance à la messe et l’abstention d’activités contraires à la sanctification du jour du Seigneur (voir 3e commandement de Dieu). 2. Tu te confesseras au moins une fois l’an. 3. Tu communieras chaque année au Temps pascal (de Pâques à la Pentecôte). 4. Tu jeûneras ou feras abstinence les jours fixés. Jeûne et abstinence: Mercredi des Cendres et Vendredi Saint ; abstinence : tous les vendredis de l’année (les vendredis autres que ceux du Carême, on peut remplacer l’abstinence par une autre pénitence). 5. Tu contribueras selon tes moyens aux dépenses de l’Eglise. Association Notre Dame de Chrétienté DEVOIRS D’ÉTAT 1. Devoirs de chrétien : effort pour tendre à la perfection de la charité ; témoignage de cohérence entre la foi et les œuvres ; fidélité à la vocation reçue de Dieu ; dimension apostolique de sa vie ; approfondissement de sa foi ; aide à l’Eglise ; respect et obéissance à la hiérarchie dans ce qui dépend de son autorité. 2. Devoirs dans la famille : fidélité et don de soi dans le mariage ; générosité dans la procréation et l’éducation des enfants ; amour et entraide ; affection et assistance aux ascendants. 3. Devoirs dans la profession application au travail ; sens de la justice dans les rapports professionnels, dans les contrats. 4. Devoirs dans la cité : participation à la vie de la cité, devoir électoral ; respect des lois justes ; effort pour faire changer les lois injustes (avortement, ...) ; solidarité avec les plus démunis. MAÎTRISE DE SON TEMPÉRAMENT Il faut soumettre à la raison et à la loi de Dieu les passions déréglées par le péché originel et nos propres péchés. On distingue sept tendances qui nous inclinent au mal : - l’orgueil : amour désordonné de soi-même qui engendre l’ambition, la présomption, la vaine gloire, les attitudes hautaines, les vanités mondaines. - l’avarice : attachement désordonné aux richesses qui engendre l’injustice, l’endurcissement du cœur, le défaut de générosité pour faire l’aumône, l’aveuglement de l’esprit. - la luxure : vice contraire, voir 6e et 9e commandements. - L’envie : nous attriste à la vue des qualités ou des succès d’autrui ; engendre la calomnie, la jalousie, les discordes, les actions portant tort à autrui. - la gourmandise : excès dans le manger et le boire (alcoolisme) qui met en danger notre santé et nous fait perdre la possession de nous-mêmes. - la colère : fait perdre le contrôle de soi-même et porte aux injures, querelles, coups... - la paresse : incline à fuir l’effort dans le travail, l’accomplissement des devoirs. Association Notre Dame de Chrétienté

Mit freundlichen Grüssen

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely
Saludos cordiales
בברכה, בכבוד רב
С уважение
ขอแสดงความนับถือ
你的真诚的
المخلص

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement ! Comme à Chypre et en Grèce... Arnaque de la création monétaire du néant, ex nihilo... Grâce à monnaie-pleine, on peut rédiger ensemble un projet de loi d'application ou un contre-projet et reprendre ainsi toutes les meilleures solutions, BNS, RBI, monnaie, crédits, etc...

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Thème pour l'année 2016: Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Invitations 2017
In English
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/free-invitations-every-year.html

en français:
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/invitations-gratuites-chaque-annee.html

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement !

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Articles les plus consultés